Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Le Monde véritable
Jean-Luc Piningre (traduit par)
Collection : Littérature étrangère
Date de parution : 02/05/2024
Éditeurs :
le cherche midi
Nouveauté

Le Monde véritable

Jean-Luc Piningre (traduit par)
Collection : Littérature étrangère
Date de parution : 02/05/2024
Bienvenue dans le Monde véritable…
1877 : Victime de violences conjugales, Molly McGill, une jeune institutrice, est condamnée pour le meurtre de son mari. Emprisonnée à Sing Sing, elle a l’occasion de s’en sortir en acceptant de rejoindre... 1877 : Victime de violences conjugales, Molly McGill, une jeune institutrice, est condamnée pour le meurtre de son mari. Emprisonnée à Sing Sing, elle a l’occasion de s’en sortir en acceptant de rejoindre un convoi de mille femmes blanches destinées à épouser des guerriers indiens. Bientôt, elle découvre les mœurs des Cheyennes, leur... 1877 : Victime de violences conjugales, Molly McGill, une jeune institutrice, est condamnée pour le meurtre de son mari. Emprisonnée à Sing Sing, elle a l’occasion de s’en sortir en acceptant de rejoindre un convoi de mille femmes blanches destinées à épouser des guerriers indiens. Bientôt, elle découvre les mœurs des Cheyennes, leur culture, leur communion avec la nature, et trouve une liberté inespérée en adoptant leur mode de vie. Mais quelques mois plus tard, en dépit de tous les traités, l’armée américaine décime sa tribu. Molly a désormais le choix entre rejoindre une prétendue « civilisation » dont elle ne connaît que trop les méfaits ou dépérir dans une réserve. Elle décide alors, en compagnie d’un petit groupe de femmes, de suivre une vieille Cheyenne aveugle vers le « Monde véritable », un paradis selon la mythologie amérindienne. Et elle se retrouve en effet dans un véritable Éden, une prairie luxuriante au pied des montagnes, en compagnie de Hawk, son époux indien, de leurs filles, et de leur chien, Falstaff. Mais bientôt, une voyageuse impromptue se présente pour prévenir la petite communauté d’une menace imminente…

Après Mille femmes blanches, c’est sous la forme d’une fable que Jim Fergus nous raconte ici la destinée de Molly, une héroïne hors du commun. Il nous offre à la fois un magnifique portrait de femme et un hommage bouleversant à une culture pleine de vie que la civilisation moderne s’est efforcée d’éradiquer. On peut aussi y lire une parabole d’une actualité brûlante sur les dangers qui guettent notre monde.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749180434
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782749180434
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • autantenemportelalecture 09/05/2024
    Jim, J’ai lu avec attention ton dernier ouvrage, pleine de confiance, sous caution de May Dodd. Tu as su me surprendre, encore, même après tout ce temps. Tu as bouleversé la représentation que je me faisais de ce monde véritable, duquel May est repartie en laissant derrière Molly et les autres. Les Femmes et la Nature ne font qu’Une. C’est d’une beauté insolente tant c’est fluide et évident. Elles sont alliées sans distinction dans cet espace temps hors norme. L’ensemble communique sans heurt, avec poésie, en communion. Ici et maintenant, hier et demain, ces pages parlent de nous, d’elles, de tous. C’est l’écho du cri intérieur de notre nature profonde. Il faut entendre avec le cœur. Les Femmes. La Nature. Ce livre est une fable, un testament et une prophétie.
  • Stelphique 04/05/2024
    🏕️Chronique🏕️ « Dans les pages qui suivent, je tenterai donc de décrire ce monde « véritable ». Je sais déjà que je me heurterai sans cesse, non sans peine, au mur qui sépare le fantastique de ce que nous appelons la réalité... un concept qui, bien sûr, n'a rien de consensuel. » Tenter d’expliquer un concept impalpable, c’est se heurter aux croyances limitées des sceptiques. C’est pour cela que Molly émet quelques réserves à leurs logorrhées fétides. Juste pour les prévenir qu’elle va manquer de preuves solides pour nous expliquer sa réalité. Sa réalité avec le peuple Cheyenne. Mais nous, nous les rêveurs, nous les poètes, nous les amoureux de la nature, bien sûr que cette histoire va nous emporter. Bien sûr qu’elle va nous émerveiller. Bien sûr qu’on va l’aimer. Je vous dis cela, parce que cette fable a tous les atouts: une ouverture sur un autre monde, une intelligence intuitive, une connexion avec la nature, un brin de réalisme magique, un lien avec les esprits. Et peut-être pour certains, la saveur savoureuse de la nostalgie, puisque l’on retrouve des ami.es… Alors, je vais vous laisser vous délecter de savoir ce qu’est, le Monde véritable, mais m’attarder sur le fait que celui-ci est en danger. Qu’il a besoin de nous, vous, elles. Elles, investies à maintenir l’équilibre, l’harmonie, la pérennité. Elles, ces femmes fortes et formidables, remplies de savoirs. Elles, si fabuleuses, dans leurs alignements, leurs possibilités, leurs magies. Elles, qui m’ont carrément charmée, éblouie, fascinée. Rencontrer ces deux Molly, c’est admettre un autre monde d’abord, mais aussi, une autre culture, d’autres façons de faire, d’être, de sentir. C’est admettre aussi, que l’Histoire a laissé des blessures sur des peaux, des peuples, mes sœurs. C’est concevoir que les paradis sont multiples, et que les enfers sont étonnamment récurrents. C’est se faire à l’idée que l’altérité est une réalité même si elle nous échappe complètement parce que nous avons coupé des liens essentiels pour s’en approcher. Autant dire, que tous mes horizons ont bougé avec cette lecture. Et j’ai aimé la tempête. Et alors, je ne vous parle pas meme pas des illustrations intérieures sublimes, qui poussent à la méditation. Tout se referme sur des beautés. Des beautés spirituelles, poétiques, visuelles, humanistes, philosophiques. En fait, Le Monde véritable, c’est une invitation au voyage. Un voyage dont on ne ressort pas tout à fait pareil. J’étais Cheyenne, blanche, de couleur, louve, faucon, ourse, esprit, et forcément, ça imprègne. Tu ne peux pas être et ne plus être. Même Shakespeare a fait le tour de la question. Mais moi, je ne questionne pas, je m’imprègne, j’expérimente, j’imite, c’est comme cela qu’on devient changeuse de forme. Et avec ces quelques pages, la métamorphose est possible. Mais bien sûr, c’est un concept qui n’a rien de consensuel. À vous de vous y essayer! En tout cas, non seulement c’est un coup de cœur, mais je n’ai pas fini de vous parler des femmes de Jim Fergus, car dans leurs murmures, elles m’ont invité à les rejoindre dans leur monde, et je ne saurai résister à un tel bonheur!🏕️Chronique🏕️ « Dans les pages qui suivent, je tenterai donc de décrire ce monde « véritable ». Je sais déjà que je me heurterai sans cesse, non sans peine, au mur qui sépare le fantastique de ce que nous appelons la réalité... un concept qui, bien sûr, n'a rien de consensuel. » Tenter d’expliquer un concept impalpable, c’est se heurter aux croyances limitées des sceptiques. C’est pour cela que Molly émet quelques réserves à leurs logorrhées fétides. Juste pour les prévenir qu’elle va manquer de preuves solides pour nous expliquer sa réalité. Sa réalité avec le peuple Cheyenne. Mais nous, nous les rêveurs, nous les poètes, nous les amoureux de la nature, bien sûr que cette histoire va nous emporter. Bien sûr qu’elle va nous émerveiller. Bien sûr qu’on va l’aimer. Je vous dis cela, parce que cette fable a tous les atouts: une ouverture sur un autre monde, une intelligence intuitive, une connexion avec la nature, un brin de réalisme magique, un lien avec les esprits. Et peut-être pour certains, la saveur savoureuse de la nostalgie, puisque l’on retrouve des ami.es… Alors, je vais vous laisser vous délecter de savoir ce qu’est, le Monde véritable, mais m’attarder sur le fait que celui-ci est en...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !