En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Passage

        Robert Laffont
        EAN : 9782221128343
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Le Passage

        Dominique HAAS (Traducteur)
        Collection : Romans étrangers Laffont
        Date de parution : 01/12/2011

        Avant de devenir la Fille de Nulle Part - celle qui vint en marchant, la Première, la Dernière et la Seule, et qui vécut mille ans -, ce n'était qu'une petite fille appelée Amy ; Amy Harper Bellafonte, née dans l'Iowa.
        Années 2010. Dans la jungle bolivienne, un commando de l'armée...

        Avant de devenir la Fille de Nulle Part - celle qui vint en marchant, la Première, la Dernière et la Seule, et qui vécut mille ans -, ce n'était qu'une petite fille appelée Amy ; Amy Harper Bellafonte, née dans l'Iowa.
        Années 2010. Dans la jungle bolivienne, un commando de l'armée américaine traque les membres d'une expédition atteints d'un mystérieux virus... Au Texas, deux agents du FBI persuadent un condamné à mort de participer, en compagnie de onze autres prisonniers, à une expérience scientifique ultrasecrète.
        Près d'un siècle plus tard. Une communauté a réchappé à l'apocalypse causée par l'invasion dévastatrice de mutants qui ont plongé le monde dans le chaos. Un jour, une jeune fille silencieuse et énigmatique se présente à la porte de la Colonie. Elle paraît à peine quatorze ans, mais elle en a plus de cent...
        Justin Cronin livre ici le premier volume d'une trilogie monumentale. Sur fond d'Amérique en ruines envahie par des monstres à glacer le sang, Le Passage est à la fois un conte épique, un thriller métaphysique et un roman fantastique à couper le souffle, salué par la critique et le public dès sa parution.

        «Lisez les quinze premières pages et vous serez accro. Lisez les trente suivantes et vous vous retrouverez au beau milieu de la nuit, plongé dans votre lecture. Lisez ce livre et le monde réel disparaîtra.» Stephen King

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221128343
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        12.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • fanculo Posté le 4 Juin 2018
          Ce livre est une épopée fantastique, d'anticipation, post apocalyptique. J'ai apprécié les différents personnages, l'originalité du scénario et de l'écriture. L'auteur c'est mettre du rythme pour captiver le lecteur. Je vais acheter le deuxième tome:Les Douze, très prochainement. J'espère qu'il sera de même qualité que le premier.
        • micetmac Posté le 28 Mai 2018
          Mesdamessieurs, aujourd'hui les vampires. Ben c'est vrai quoi, les zombis c'est bien gentil mais ça manque un brin de conversation... Donc dans le genre mort qui marche, nous avons ces affreux suceurs de sang et là plusieurs écoles. les vieux de la vieilles : Bela Lugosi : Costume trois pièces et gomina. Christopher Lee : garanti sans plombage. Le bon vieux temps de la Hammer. Genre brume au loin, serviteur bossu prénommé Igooooor et orage qui éclate au moment approprié. Toute une époque... Certes, ça a franchement vieilli mais à tout prendre c'est quand même mieux que... Les neuneus bien élevés : Twilight. Nul. C'est facile je sais bien. Mais c'est nul. Des acteurs dégageant le magnétisme d'un sandwich SNCF oublié au soleil. Une bonne grosse louche de puritanisme bon teint ?? Chez les vampires ?? Bref de la bouse. Je crois qu'on oublie l'essentiel. Les vampires sont des monstres, assoiffés de sang. Fini le romantisme gothique à la mord moi le gnou...Le réalisme cru : Une expédition scientifique part en cougnette cosmique. Les explorateurs tombent sur des créatures mi homme mi chauve mi souris. Et là l’armée se dit "tient si on en faisait des super soldats". Pas le... Mesdamessieurs, aujourd'hui les vampires. Ben c'est vrai quoi, les zombis c'est bien gentil mais ça manque un brin de conversation... Donc dans le genre mort qui marche, nous avons ces affreux suceurs de sang et là plusieurs écoles. les vieux de la vieilles : Bela Lugosi : Costume trois pièces et gomina. Christopher Lee : garanti sans plombage. Le bon vieux temps de la Hammer. Genre brume au loin, serviteur bossu prénommé Igooooor et orage qui éclate au moment approprié. Toute une époque... Certes, ça a franchement vieilli mais à tout prendre c'est quand même mieux que... Les neuneus bien élevés : Twilight. Nul. C'est facile je sais bien. Mais c'est nul. Des acteurs dégageant le magnétisme d'un sandwich SNCF oublié au soleil. Une bonne grosse louche de puritanisme bon teint ?? Chez les vampires ?? Bref de la bouse. Je crois qu'on oublie l'essentiel. Les vampires sont des monstres, assoiffés de sang. Fini le romantisme gothique à la mord moi le gnou...Le réalisme cru : Une expédition scientifique part en cougnette cosmique. Les explorateurs tombent sur des créatures mi homme mi chauve mi souris. Et là l’armée se dit "tient si on en faisait des super soldats". Pas le genre collant bleu moule paquet et bouclier étoilé nan... Genre grosse saloperie bien répugnante mais NOTRE saloperie. Fera des taches chez les autres. 'Videmment ça dérape, franchement. Une mince espérance subsiste néanmoins... Elle s'appelle Amy... Bon là finito le smoking qui claque et son noeud pap, oublié le jean cintré et le cheveu au vent. Les vampires ou virul ne sont qu'erreurs de la nature, fonds d'éprouvettes hors de contrôles : d'immenses chauves-souris humanoïdes bien dégueulasses. On est très loin de la bit-littérature comme l'on dit. Justin Cronin nous livre un formidable roman pré et post apocalyptique sans omettre l'apocalypse proprement dite. Quel conteur ce Justin, il prend son temps. LE PASSAGE est un bon gros pavé, les personnages, par petites touches sont complexes, bien dessinés et attachants. Il met la tension quand il faut et nous montre un univers qui s'effondre et notre humanité qui part en sucette. LE PASSAGE est un roman apocalyptique genre LA ROUTE et s'il n'atteint pas l'incandescence du roman de Cormac McCarthy (extraordinaire !), il a l'avantage de nous montrer comment on en est arrivé là... LE PASSAGE est un 'tin de bon bouquin ! Près de 1000 pages qui en semblent 200 à peine (l'exact inverse d'un opus de Marc Lévy quand on y pense). Bel exploit.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Spoky Posté le 9 Mai 2018
          J'ai attaqué cet ouvrage sans trop me poser de questions, sans plus d'informations que la quatrième de couverture. Je ne savais donc pas vraiment à quoi m'attendre, si ce n'est à un survival post-apocalyptique. Après lecture, je ne sais pas exactement quoi en penser. Globalement la lecture m'a emballée. Les personnages sont bien construits et contrairement à beaucoup d'histoires du même type, Justin Cronin nous épargne la grande question du "comment tout ça à commencer ?" De plus, la figure des Douze offre un aspect "quête à accomplir" qui permet au roman de dépasser la traditionnelle figure du survival pur et dur. Reste néanmoins qu'il n'y pas de réel bouleversement par rapport à d'autres récits/films du même type. On retrouve a peu près tous les clichés du genre. A voir si la suite offrira quelques rebondissements !
        • gepefun Posté le 4 Mars 2018
          je donnerais un qualificatif " Mitigé " J'en attendais beaucoup, peut être trop, les vampires ce n'est pas mon truc habituellement, mais ce gros pavé m'a donné envie d'aller y mettre mes yeux ! ça commence plutôt bien avec l'agent Wolgast, puis rapidement je me perds, puis je reviens dans le livre, en réalité, il y a trop de mélange dans ce livre, l'auteur à voulu construire un univers fourni, complexe, riche mais à trop mélanger les styles, je m'y suis perdu ! De plus, les viruls ( les mutants dans le livre ) sont trop peu présent et n'impact que très peu les survivants ( sur plus de 1200 pages ) il m'a manqué un peu d'actions à vrai dire. Malgré tout, je l'ai lu jusqu'au bout, preuve qu'il nous tient et que la curiosité ( vilain défaut ) est plus forte que tout, ce n'est pas un mauvais livre, loin de là mais Justin Cronin avec le passage ne m'a pas donné envie d'aller plus loin dans l'aventure ( quoique, j'aie commencé 200 pages de la suite les douzes, curiosité !) mais en fait non, j'ai abandonné l'idée. c'est bien écrit, il y a des idées, de la richesse, de la complexité... je donnerais un qualificatif " Mitigé " J'en attendais beaucoup, peut être trop, les vampires ce n'est pas mon truc habituellement, mais ce gros pavé m'a donné envie d'aller y mettre mes yeux ! ça commence plutôt bien avec l'agent Wolgast, puis rapidement je me perds, puis je reviens dans le livre, en réalité, il y a trop de mélange dans ce livre, l'auteur à voulu construire un univers fourni, complexe, riche mais à trop mélanger les styles, je m'y suis perdu ! De plus, les viruls ( les mutants dans le livre ) sont trop peu présent et n'impact que très peu les survivants ( sur plus de 1200 pages ) il m'a manqué un peu d'actions à vrai dire. Malgré tout, je l'ai lu jusqu'au bout, preuve qu'il nous tient et que la curiosité ( vilain défaut ) est plus forte que tout, ce n'est pas un mauvais livre, loin de là mais Justin Cronin avec le passage ne m'a pas donné envie d'aller plus loin dans l'aventure ( quoique, j'aie commencé 200 pages de la suite les douzes, curiosité !) mais en fait non, j'ai abandonné l'idée. c'est bien écrit, il y a des idées, de la richesse, de la complexité ( peut-être trop ) la sauce n'a pas pris suffisamment pour continuer l'aventure ...
          Lire la suite
          En lire moins
        • MagEv Posté le 9 Février 2018
          Une expérience militaire qui tourne mal et une douzaine de vampires se retrouvent en liberté et s’attaquent à la population. Cent ans plus tard, cette dernière a été décimée. Il ne reste qu’une poignée d’hommes et de femmes qui tente de survivre face aux attaques des infectés. Cette colonie est en sursis, leurs installations qui permettent d’avoir de la lumière, cette dernière étant craint par les infectés, sont obsolètes. Quel espoir reste-il si les lumières s’éteignent définitivement ? Amy, cette étrange adolescente aux capacités surnaturelles venue de nulle pourra-t-elle les sauver ? 1265 pages que j’ai pris plaisir à découvrir ! Grâce à une plume fluide, plaisante à lire mais surtout très addictive d’où un très bon turn-over pour découvrir ce qui se passe dans les pages suivantes. Donc un livre prenant, avec beaucoup de rythme, une histoire qui tient la route et une palette de personnages sympathiques et attachants. Que demander de plus ? Bref, un premier tome qui donne envie de lire la suite pour découvrir ce qu’il va advenir d’Amy, Peter, Sara et tous les autres.
        ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
        Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
        Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com