Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221128343
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Passage

Dominique HAAS (Traducteur)
Date de parution : 01/12/2011

Avant de devenir la Fille de Nulle Part - celle qui vint en marchant, la Première, la Dernière et la Seule, et qui vécut mille ans -, ce n'était qu'une petite fille appelée Amy ; Amy Harper Bellafonte, née dans l'Iowa.
Années 2010. Dans la jungle bolivienne, un commando de l'armée...

Avant de devenir la Fille de Nulle Part - celle qui vint en marchant, la Première, la Dernière et la Seule, et qui vécut mille ans -, ce n'était qu'une petite fille appelée Amy ; Amy Harper Bellafonte, née dans l'Iowa.
Années 2010. Dans la jungle bolivienne, un commando de l'armée américaine traque les membres d'une expédition atteints d'un mystérieux virus... Au Texas, deux agents du FBI persuadent un condamné à mort de participer, en compagnie de onze autres prisonniers, à une expérience scientifique ultrasecrète.
Près d'un siècle plus tard. Une communauté a réchappé à l'apocalypse causée par l'invasion dévastatrice de mutants qui ont plongé le monde dans le chaos. Un jour, une jeune fille silencieuse et énigmatique se présente à la porte de la Colonie. Elle paraît à peine quatorze ans, mais elle en a plus de cent...
Justin Cronin livre ici le premier volume d'une trilogie monumentale. Sur fond d'Amérique en ruines envahie par des monstres à glacer le sang, Le Passage est à la fois un conte épique, un thriller métaphysique et un roman fantastique à couper le souffle, salué par la critique et le public dès sa parution.

«Lisez les quinze premières pages et vous serez accro. Lisez les trente suivantes et vous vous retrouverez au beau milieu de la nuit, plongé dans votre lecture. Lisez ce livre et le monde réel disparaîtra.» Stephen King

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221128343
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • dagoba04 Posté le 22 Janvier 2020
    Justin Cronin est vraiment tres doué et réalise un véritable tour de force avec Le Passage. J eviterais la comparaison avec Stephen King car les maisons d éditions nous sortent chaque année des dizaines de nouveaux Stephen King pour nous vendre leurs nouveautés. Un grand talent car cet auteur parvient a nous plonger dans un pavé de presque 1300 pages en ne faisant quasiment pas d erreur. Il réussi le pari de démarrer son histoire bien avant le déclenchement des événements qui vont véritablement lancer le recit. Justin Cronin a selon moi divisé son roman en deux parties: une première partie se deroulant de nos jours et la seconde quasiment 100 ans plus tard. Dans les deux cas vous decouvrirez de nombreux personnages qui sont tous magnifiquement écrits meme les personnages secondaires. C est pour moi la plus belle réussite de ce roman. Tous les personnages sont dépeints a la perfection aussi bien dans leur psychologie que dans les relations qu ils ont entre eux. La relation Amy- Wolgast est particulièrement bien ecrite et très émouvante tout comme la relation Amy- Peter plus tard. La deuxième partie nous emmene 100 ans plus tard et nous transporte dans des États-Unis complètement dévastés par... Justin Cronin est vraiment tres doué et réalise un véritable tour de force avec Le Passage. J eviterais la comparaison avec Stephen King car les maisons d éditions nous sortent chaque année des dizaines de nouveaux Stephen King pour nous vendre leurs nouveautés. Un grand talent car cet auteur parvient a nous plonger dans un pavé de presque 1300 pages en ne faisant quasiment pas d erreur. Il réussi le pari de démarrer son histoire bien avant le déclenchement des événements qui vont véritablement lancer le recit. Justin Cronin a selon moi divisé son roman en deux parties: une première partie se deroulant de nos jours et la seconde quasiment 100 ans plus tard. Dans les deux cas vous decouvrirez de nombreux personnages qui sont tous magnifiquement écrits meme les personnages secondaires. C est pour moi la plus belle réussite de ce roman. Tous les personnages sont dépeints a la perfection aussi bien dans leur psychologie que dans les relations qu ils ont entre eux. La relation Amy- Wolgast est particulièrement bien ecrite et très émouvante tout comme la relation Amy- Peter plus tard. La deuxième partie nous emmene 100 ans plus tard et nous transporte dans des États-Unis complètement dévastés par le virus et les monstres qui le transporte. J ai craint quand j ai compris que les nouveaux personnages étaient des jeunes armés d arbalètes d avoir droit a un roman pour ados type l alliance des trois de Maxime Chattam. La encore Justin Cronin s en sort haut la main et nous offre de nouveaux personnages toujours aussi magnifiquement ecrits. On pourra regretter quelques longueurs dans la transition des deux epoques mais l auteur arrive a nous tenir avec des scenes d actions, des intrigues et de l horreur, le tout sans jamais tomber dans le gore .C est l histoire qui domine et Cronin n a pas fait l erreur de surjouer des scenes en y rajoutant du gore ou du sexe pour meubler ( ce que fait parfois un certain écrivain américain tres celebre qui vit dans le Maine, je ne dirais pas qui mais son prenom c est Stephen...) L auteur nous travaille a petit feu pour le final et nous propose des séquences a grand suspense comme la scene de l accouchement de Maus, faisant du Passage un excellent page- turner. Je vous retrouve dans trois semaines un mois pour la critique Des Douze parce que c est pas fini... Et c est tant mieux !
    Lire la suite
    En lire moins
  • pseudoc Posté le 22 Novembre 2019
    Deux grandes parties dans ce livre. La première est vraiment puissante, elle se situe à notre époque, dans un monde qui nous est familier, décrit avec minutie. Plusieurs personnages sont importants, mais le lien développé entre la fillette et l'agent du FBI est vraiment poignant. La deuxième partie nous plonge dans le futur, c'est assez déroutant mais cela se lit bien, un peu comme une épopée, un récit d'aventures. Le tout forme un ensemble assez fascinant, bien écrit, haletant, qui vous fera passer des nuits blanches.
  • Salix_alba Posté le 16 Octobre 2019
    Anticipation ou science-fiction, « Le passage », premier tome d'une trilogie – Les douze (2013), La cité des miroirs (2017) – nous entraîne dans le thème fréquemment utilisée de la folie des hommes. Sujet d'autant d'actualité, que les recherches actuelles, souvent menées dans le secret, auront une incidence pour les générations futures. Amérique du Nord, avant de devenir la « Fille de nulle part », Amy Harper Bellafonte, 6 ans est abandonnée par sa mère en total déliquescence, dans un couvent. Dans le même temps, dans des coins reculés de la Bolivie, un virus fut découvert et expérimenté sur des condamnés à mort – la seule échappatoire pour ceux-ci - ; mais bien évidemment, l'armée responsable de ces essais, se voit débordée…Les prisonniers s'échappent, et débute ainsi l'apocalypse, tant redouté mais inéluctable de l'espèce humaine ! Deux parties bien distinctes, la première de nos jours, retrace l'origine de la Fille de nulle part et s'apparente à un thriller ; pour ensuite, « léger décalage » nous situer près d'un siècle plus tard, dans les affres d'une terre défigurée, livrée à des êtres assoiffés de sang. Bien longue, cette partie médiane du récit, et s'apparente aisément au film « Mad Max »… Pour enfin... Anticipation ou science-fiction, « Le passage », premier tome d'une trilogie – Les douze (2013), La cité des miroirs (2017) – nous entraîne dans le thème fréquemment utilisée de la folie des hommes. Sujet d'autant d'actualité, que les recherches actuelles, souvent menées dans le secret, auront une incidence pour les générations futures. Amérique du Nord, avant de devenir la « Fille de nulle part », Amy Harper Bellafonte, 6 ans est abandonnée par sa mère en total déliquescence, dans un couvent. Dans le même temps, dans des coins reculés de la Bolivie, un virus fut découvert et expérimenté sur des condamnés à mort – la seule échappatoire pour ceux-ci - ; mais bien évidemment, l'armée responsable de ces essais, se voit débordée…Les prisonniers s'échappent, et débute ainsi l'apocalypse, tant redouté mais inéluctable de l'espèce humaine ! Deux parties bien distinctes, la première de nos jours, retrace l'origine de la Fille de nulle part et s'apparente à un thriller ; pour ensuite, « léger décalage » nous situer près d'un siècle plus tard, dans les affres d'une terre défigurée, livrée à des êtres assoiffés de sang. Bien longue, cette partie médiane du récit, et s'apparente aisément au film « Mad Max »… Pour enfin nous entraîner dans la fameuse lutte du bien et du mal. Cette anticipation qui aboutit par le biais du cauchemar à une contre-utopie ; réserve malgré tout et grâce à l'analyse fine des personnages - transfert émotionnel du lecteur – la possibilité de recouvrir une planète débarrassée des infâmes « viruls » et ainsi rêver d'un monde meilleur…Mais est-ce possible ? Certes une dystopie, dont nous en percevons les prémisses ; mais surtout un roman fantastique, qui malgré certaines lenteurs, nous dévoile - peut-être - le sort d'une société livrée à la dictature des hommes de sciences, avec notamment, un manque de déontologie à tous niveaux.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CyranoGirl Posté le 25 Août 2019
    Rien à redire sur ce livre. Je pense que les critiques positives sont beaucoup plus difficiles à écrire que les critiques négatives, surtout que je vais vous donner l’impression de me répéter pour chaque passage de cette critique. L’écriture et le style sont juste parfaits. Il y a suffisamment de détails et de rythme pour garder l’intérêt du lecteur tout le long de sa lecture, sans pour autant le submerger et le perdre. Les dialogues sont pertinents et apportent une certaine épaisseur à l’histoire ; donnent des précisions sur le fond de l’histoire tout en étant plausibles. L’idée en elle-même est géniale. Les Douze, résultats des expériences menées par l’Armée américaine, deviennent les « Reines des abeilles » de leur propre Multitude. J’aime beaucoup le côté tout-à-fait réaliste de la prise de conscience de ces Douze par rapport à leur survie si jamais il n’y a plus d’êtres humains sur Terre, par exemple ; ainsi que le côté psychologique de leur possession. Dans le premier tome, on a affaire au sujet Zéro, Babcock, qui les poursuit tout le long de l’histoire, surtout quand il s’aperçoit que le sujet Treize se trouve parmi nos personnages principaux. Enfin bref, je n’en dirai pas plus de peur de... Rien à redire sur ce livre. Je pense que les critiques positives sont beaucoup plus difficiles à écrire que les critiques négatives, surtout que je vais vous donner l’impression de me répéter pour chaque passage de cette critique. L’écriture et le style sont juste parfaits. Il y a suffisamment de détails et de rythme pour garder l’intérêt du lecteur tout le long de sa lecture, sans pour autant le submerger et le perdre. Les dialogues sont pertinents et apportent une certaine épaisseur à l’histoire ; donnent des précisions sur le fond de l’histoire tout en étant plausibles. L’idée en elle-même est géniale. Les Douze, résultats des expériences menées par l’Armée américaine, deviennent les « Reines des abeilles » de leur propre Multitude. J’aime beaucoup le côté tout-à-fait réaliste de la prise de conscience de ces Douze par rapport à leur survie si jamais il n’y a plus d’êtres humains sur Terre, par exemple ; ainsi que le côté psychologique de leur possession. Dans le premier tome, on a affaire au sujet Zéro, Babcock, qui les poursuit tout le long de l’histoire, surtout quand il s’aperçoit que le sujet Treize se trouve parmi nos personnages principaux. Enfin bref, je n’en dirai pas plus de peur de vous spoiler. Quoi d’autre ? Les personnages sont attachants ou détestables, selon ce que l’auteur avait en tête au moment de l’écriture. Sanjay, par exemple, ou Galen, m’ont semblé directement antipathiques ; tandis que Olson, un peu plus loin dans l’histoire, pas du tout. Par là je veux dire que l’auteur a fait tellement bien son boulot qu’il permet au lecteur de ressentir vraiment des émotions pour la totalité des personnages mis en avant dans ce livre. Il n’y a pas d’hommes ou de femmes passés inaperçus. Les personnages sont complets et bien mis en place dans l’histoire. En gros, je ne sais pas vraiment comment dire, ou plutôt comment argumenter sur le fait que ce livre est juste génial, entièrement prenant et à lire, à relire et à re-relire. Enfin… après avoir lu les deux autres tomes, bien évidemment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • VassagoTL Posté le 30 Juin 2019
    Premier volet d'une trilogie grandiose, on découvre une version d'un lendemain de fin du monde en compagnie de héros auxquels on s'identifie immédiatement. A mon sens ce livre est surement le meilleur des trois, il met en place l'intrigue et tient le lecteur en haleine tout du long. Un vrai bonheur.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.