Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259221870
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Petit Copain

Anne Rabinovitch (traduit par)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 09/01/2014

Réédition du grand succès de Donna Tartt, vendu à près de 200.000 exemplaires depuis sa parution. Un roman sombre qui mélange la fantaisie de Mark Twain au charme de Carson McCullers et à la noirceur de William Faulkner…

Tableau de la nostalgie familiale et du chagrin, Le Petit Copain explore l’univers du crime et du châtiment. D’une puissance narrative exceptionnelle, ce deuxième roman confirme le talent étincelant de l’auteur du Maître des illusions.

Dans une petite ville du Mississippi, Harriet Cleve Dufresnes grandit dans l’ombre de son frère. Quand...

Tableau de la nostalgie familiale et du chagrin, Le Petit Copain explore l’univers du crime et du châtiment. D’une puissance narrative exceptionnelle, ce deuxième roman confirme le talent étincelant de l’auteur du Maître des illusions.

Dans une petite ville du Mississippi, Harriet Cleve Dufresnes grandit dans l’ombre de son frère. Quand elle était encore bébé, celui-ci a été retrouvé mort, pendu à un arbre du jardin. Son meurtrier n’a jamais été identifié. Harriet, farouchement déterminée, d’une précocité remarquable pour ses douze ans et imprégnée de la littérature d’aventures de Stevenson, Kipling et Conan Doyle, décide un été de trouver l’assassin et d’exercer sa vengeance.

Son unique allié dans cette quête, son copain Hely, lui est totalement dévoué. Mais ce qu’ils découvrent est bien éloigné de leurs jeux d’enfants : c’est un monde obscur d’adultes, chargé de menaces, où rôdent, hors de l’intimité familiale, des prédicateurs illuminés, des criminels, des trafiquants de drogue...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259221870
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ymerej13 Posté le 28 Mai 2021
    Un sacré pavé qui m'a accompagné pendant les deux semaines de vacances. J'ai attendu un peu avant de faire ma critique car quelle déception cette fin qui n'en est pas une ... La quatrième de couverture annonce " un suspens qui va crescendo" mais quel suspens ? On ne connaîtra jamais l'assasin du frère de la petite Harriet ... ok on comprend bien que par là, l'écrivaine veut nous dire qu'il s'agit ici plus de traiter les conséquences d'un drame pour une famille que trouver l'assassin .... Mais après autant de pages, on aimerait quand même savoir ! A part ça, j'ai apprécié suivre l'évolution de cette adolescente complément isolée et tellement mature. On la voit progressivement sortir de l'enfance pour devenir une adulte, malgré elle . Elle n'aura pas la chance d'être une adolescente. L'auteure arrive très bien à nous plonger dans cette ville. A mon sens, il manque un peu de repères historiques, on a du mal à savoir à quelle époque on se situe. Bref une lecture pas désagréable mais que je ne conseillerai pas à mon entourage : c'est trop bavard et long pour pas assez d'intérêt ...
  • natn Posté le 11 Avril 2021
    Voici un bon livre, vraiment bon, mais trop long, c'est juste cela mais c'est beaucoup parce que j'ai eu envie de sauter des pages. J'attendais beaucoup de cette lecture mais je ne peux que partager une certaine déception comme la plupart des lecteurs, alors que j'ai adoré « le chardonneret ». Pas du tout un roman d'enquête donc, mais le portrait d'une pré ado Harriet 12 ans et la chronique d'une ville dans le Sud des Etats Unis où l'apartheid existe toujours, où certains Blancs pauvre se vengent sur les Noirs de leur propre médiocrité. Il y a 11 ans, Robin, le petit frère d'Harriet et Allison a été retrouvé pendu à un arbre dans la cour. Meurtre jamais résolu qui a fait entrer la mère Charlotte en dépression, le père s'est enfuit dans une autre ville et fait des apparitions à Noel. C'est Ida une domestique de couleur qui va élever les deux petites filles. Il y aussi les incroyables tantes, Edi, Tat, Adélaide et Libby, mais rien ne filtre sur ce qui a pu arriver à Robin et Harriet qui s'ennuie ferme et voue un culte à ce petit frère disparu, va se mettre en tête que le coupable... Voici un bon livre, vraiment bon, mais trop long, c'est juste cela mais c'est beaucoup parce que j'ai eu envie de sauter des pages. J'attendais beaucoup de cette lecture mais je ne peux que partager une certaine déception comme la plupart des lecteurs, alors que j'ai adoré « le chardonneret ». Pas du tout un roman d'enquête donc, mais le portrait d'une pré ado Harriet 12 ans et la chronique d'une ville dans le Sud des Etats Unis où l'apartheid existe toujours, où certains Blancs pauvre se vengent sur les Noirs de leur propre médiocrité. Il y a 11 ans, Robin, le petit frère d'Harriet et Allison a été retrouvé pendu à un arbre dans la cour. Meurtre jamais résolu qui a fait entrer la mère Charlotte en dépression, le père s'est enfuit dans une autre ville et fait des apparitions à Noel. C'est Ida une domestique de couleur qui va élever les deux petites filles. Il y aussi les incroyables tantes, Edi, Tat, Adélaide et Libby, mais rien ne filtre sur ce qui a pu arriver à Robin et Harriet qui s'ennuie ferme et voue un culte à ce petit frère disparu, va se mettre en tête que le coupable est Danny Ratliff. Avec l'aide de Hely, petit copain fasciné par l'imprévisibilité et la force de caractère d'Harriet, ils vont tenter de faire leur propre justice. Mais le monde adulte est très complexe et celui de la famille Ratliff constitué de bons à rien, encore plus. Tableau fouillé de ces familles de conditions différentes qui se croisent sans se connaître, vies parallèles si opposées. Il y a des scènes mémorables notamment le lancé... de cobra. Encore une fois, les personnages sont attachants, très riches psychologiquement, notamment Harriet bien sûr, mais aussi Hely, Edie, Allison, Libby, Ida etc…Donc un roman qu'il faut déguster. A prendre et reprendre peut-être, pour en goûter toutes les saveurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ana_Kronik Posté le 20 Janvier 2021
    Eh bien c'est celui des trois qui m'a laissé le meilleur souvenir, les plus fortes impressions, et quelques images dans la tête. Le scénario du maître des illusions était plus facile, et le chardonneret, une histoire émouvante, certes, mais sans plus. Ce petit copain, beaucoup y ont vu du Mark Twain (évidemment, avec les deux jeunes protagonistes!) et du Faulkner. Mais il y a aussi du Erskine Caldwell dans ce livre, pour la description des personnages secondaires quelque peu givrés et/ou amochés par la vie, de véritables trognes.
  • Nanali Posté le 10 Juin 2020
    J'appréhendais la lecture de ce livre car j'avais le souvenir d'avoir un peu souffert avec Le chardonneret (même si en relisant ma critique je me rends compte que ce n'est pas flagrant). Et bien mon appréhension était justifiée... Je crois que cette auteure n'est pas pour moi, même si elle est globalement très appréciée. Certes elle sait très bien nous plonger dans une atmosphère et nous emmener dans les méandres des pensées, réflexions et sentiments de ses personnages ; mais je me suis quand même souvent demandée où on allait et quel était le sens (tant la signification que la direction) de tout ça. Bref, je ne remets aucunement en cause la qualité de ce livre ni le talent de son auteure, je constate seulement que cela ne correspond pas à mes goûts ...
  • LoloKiLi Posté le 21 Mai 2020
    Ceci n'est pas un polar. J'en veux pour preuve que certaines questions soulevées au début ne connaîtront pas de réponse à la fin, et j'ai cru comprendre que ça n'était pas le plus important. N'empêche, autant être prévenu, parce que s'envoyer les 850 pages du Petit copain pour parvenir à ce léger point de frustration… c'est quand même énervant (enfin moi ça m'a un peu énervée) je tenais à le souligner. Au-delà de ces considérations mesquines, reconnaissons à Miss Tartt un inestimable talent pour installer ses ambiances, ici la torpeur d'une petite ville du Mississipi, moite, hypnotique et oppressante, où se débat une môme obstinée en quête de vérité, voire de représailles si affinités. L'importance de l'intrigue se trouvant donc supplantée par la narration proprement dite, atmosphère et personnages remarquablement évoqués prennent vie sous nos yeux ébahis à mesure que montent en puissance les mésaventures de la jeune Harriet. Ce deuxième roman de Donna Tartt, publié en 2002, est chronologiquement pour moi le dernier, après le maître des illusions (1992) qui m'avait un peu déçue, et le Chardonneret (2013) dont je garde un souvenir ébloui. Vérification faite, et comme je l'envisageais dans ma critique du Maître des illusions, le petit copain fait finalement «... Ceci n'est pas un polar. J'en veux pour preuve que certaines questions soulevées au début ne connaîtront pas de réponse à la fin, et j'ai cru comprendre que ça n'était pas le plus important. N'empêche, autant être prévenu, parce que s'envoyer les 850 pages du Petit copain pour parvenir à ce léger point de frustration… c'est quand même énervant (enfin moi ça m'a un peu énervée) je tenais à le souligner. Au-delà de ces considérations mesquines, reconnaissons à Miss Tartt un inestimable talent pour installer ses ambiances, ici la torpeur d'une petite ville du Mississipi, moite, hypnotique et oppressante, où se débat une môme obstinée en quête de vérité, voire de représailles si affinités. L'importance de l'intrigue se trouvant donc supplantée par la narration proprement dite, atmosphère et personnages remarquablement évoqués prennent vie sous nos yeux ébahis à mesure que montent en puissance les mésaventures de la jeune Harriet. Ce deuxième roman de Donna Tartt, publié en 2002, est chronologiquement pour moi le dernier, après le maître des illusions (1992) qui m'avait un peu déçue, et le Chardonneret (2013) dont je garde un souvenir ébloui. Vérification faite, et comme je l'envisageais dans ma critique du Maître des illusions, le petit copain fait finalement « le lien chez moi entre enthousiasme et légère déception ». Oui, j'ai tout lu Donna dans le désordre, néanmoins je peux en déduire que la prochaine oeuvre tarttéienne – d'ici deux ou trois ans si l'on se fie à la cadence coutumière de l'auteure – devrait en toute logique friser les six étoiles babéliennes. Hâte !
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…