Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714459572
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le pouvoir du chien

Pierre FURLAN (Traducteur)
Collection : Belfond Vintage
Date de parution : 13/11/2014
Publié aux États-Unis en 1967, et resté étrangement méconnu pendant des décennies, la redécouverte d’un chef-d’œuvre de la littérature américaine contemporaine et d’un roman emblématique du catalogue Belfond.
Grand sondeur des méandres tortueux de l’âme humaine, Thomas Savage retrace la lente dégradation des relations entre deux frères issus d’une riche famille d’éleveurs du Montana, dont le quotidien rude et laborieux est soudain bouleversé par l’arrivée d’une femme.


 
« Les ombres de Steinbeck et de Tennessee Williams planent dans le ciel de Thomas Savage et l’Ouest, le vrai, est une nouvelle fois terre de littérature. »
Pierre Sorgue, Télérama
En évoquant la lente dégradation des relations entre deux frères, que vient troubler l’arrivée d’une femme, Thomas Savage signe un huis clos d’une...
« Les ombres de Steinbeck et de Tennessee Williams planent dans le ciel de Thomas Savage et l’Ouest, le vrai, est une nouvelle fois terre de littérature. »
Pierre Sorgue, Télérama
En évoquant la lente dégradation des relations entre deux frères, que vient troubler l’arrivée d’une femme, Thomas Savage signe un huis clos d’une rare intensité psychologique, un western littéraire d’avant-garde qui scandalisa la critique lors de sa sortie en 1967 pour avoir porté atteinte au mythe du rude et viril cow-boy de l’Ouest.
Inexplicablement resté dans les limbes de l’édition pendant de longues décennies, redécouvert à la fin des années 1990, Le Pouvoir du chien est aujourd’hui reconnu comme un chef-d’œuvre de la littérature américaine du xxe siècle.
À lire ou à relire d’urgence.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714459572
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gonewiththegreen Posté le 20 Juin 2020
    Dans les années 20, au fin fond du Montana, les Burbank possède le plus gros ranch de la région. Sur fond de rocheuses, au milieu des vastes prairies où s'épanouissent leurs troupeaux, Georges et Phil sont deux frères que tout oppose. Phil, c'est l'archétype du cow-boy. le dur, la peau tanné, du style à avoir toujours une place au comptoir même par grande affluence. Son frère lui semble soumis, presque insignifiant. Pourtant, c'est lui qui se mariera et ramènera Rose au ranch. Je qualifierai ce livre de western psychologique, quand bien même cette expression aurait une légitimité. il n'y a rien à dire, l'auteur nous ballade lentement et fait tomber les clichés les uns après les autres, pénétrant au plus profond des personnages, au milieu de quelques non dits sur fond de nature à couper le souffle. Phil est il vraiment ce cowboy de légende, Georges ne vaut il pas mieux qu'un faire valoir ? L'auteur patiemment va jouer avec le lecteur. Au delà de l'étude des deux frangins, la vision des femmes ou des juifs peut paraitre choquante tout comme l'accès à l'érudition dans un milieu où on ne le soupçonnerait pas. Je regrette seulement d'avoir attendu une montée en puissance dans le récit... Dans les années 20, au fin fond du Montana, les Burbank possède le plus gros ranch de la région. Sur fond de rocheuses, au milieu des vastes prairies où s'épanouissent leurs troupeaux, Georges et Phil sont deux frères que tout oppose. Phil, c'est l'archétype du cow-boy. le dur, la peau tanné, du style à avoir toujours une place au comptoir même par grande affluence. Son frère lui semble soumis, presque insignifiant. Pourtant, c'est lui qui se mariera et ramènera Rose au ranch. Je qualifierai ce livre de western psychologique, quand bien même cette expression aurait une légitimité. il n'y a rien à dire, l'auteur nous ballade lentement et fait tomber les clichés les uns après les autres, pénétrant au plus profond des personnages, au milieu de quelques non dits sur fond de nature à couper le souffle. Phil est il vraiment ce cowboy de légende, Georges ne vaut il pas mieux qu'un faire valoir ? L'auteur patiemment va jouer avec le lecteur. Au delà de l'étude des deux frangins, la vision des femmes ou des juifs peut paraitre choquante tout comme l'accès à l'érudition dans un milieu où on ne le soupçonnerait pas. Je regrette seulement d'avoir attendu une montée en puissance dans le récit qui ne viendra pas , et qui n'a sans doute pas lieu d 'être. le quasi huis clos entre les deux frangins , Rose et son fils Peter ne pouvait se dénouer qu'avec délicatesse alors que les scènes étiquetées western , comme l'arrivée du bétail en ville auraient pu laisser penser à redondance de clichés. Il n'en est rien, bien au contraire. Un "western" tout en finesse, ou comme ailleurs, les apparences sont trompeuses.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mathildecotton38 Posté le 29 Mai 2020
    Waouh ! Incursion américaine hors de ma PAL nordique avec ce roman qui traîne depuis 10 ans dans ma bibliothèque, et quel roman ! Montana, 1924, Phil et Georges Burbank sont les richissimes propriétaires d'un ranch qu'ils exploitent à deux. Les frères sont complémentaires : Phil l'aîné est dominateur, brillant, cultivé, dur à la tâche et passablement méchant voire pervers, Georges, son cadet de deux ans est plus timide, doux, réservé et gentil. La vie de Phil bascule quand son frère épouse une veuve, mère d'un adolescent, Phil n'y voit qu'une intrigante et une "chochotte". Il fera tout pour les déloger... À la fois, roman des grands espaces et huis clos, Le pouvoir du chien au titre énigmatique est un brillant roman psychologique et un grand roman à suspense! C'est vraiment du bon ! Publié en 1967, il aborde le thème difficile de l'homosexualité dans un monde qui ne la tolère pas.
  • Allantvers Posté le 17 Mai 2020
    J'ai un faible pour ces western américains particuliers comme "Le tireur" de Glendon Swarthouse ou "The blue sky" d'AB Guthrie qui s'attachent à traduire la fin d'un monde, celui du far west, de la conquête, de la liberté virile et des valeurs fortes, il s'en dégage toujours une mélancolie qui raconte l'Amérique avec beaucoup plus de subtilité que la machine à mythe hollywoodienne. De subtilité, "Le pouvoir du chien" n'en manque pas, de même que de lenteur, de profondeur cachée sous les non dits. De pression non plus, à mesure que le drame se joue dans ce riche ranch du Montana devant lequel les derniers Indiens sont passés il y a déjà longtemps, envoyés de force dans la réserve, et dans lequel les deux frères célibataires Phil et Georges vivent et dirigent l'exploitation. Phil, dominant, brillant, brut de toute scorie de la civilisation moderne, l'oeil bleu vif capable de percer la vérité du monde, considère que c'est ainsi que les choses doivent être et demeurer. Mais c'est pourtant Georges, trapu, taiseux, dans l'ombre, qui s'en vient faire vaciller cet équilibre en épousant une jolie veuve et en l'amenant au ranch avec son fils étrange et délicat. En 1925 au fond... J'ai un faible pour ces western américains particuliers comme "Le tireur" de Glendon Swarthouse ou "The blue sky" d'AB Guthrie qui s'attachent à traduire la fin d'un monde, celui du far west, de la conquête, de la liberté virile et des valeurs fortes, il s'en dégage toujours une mélancolie qui raconte l'Amérique avec beaucoup plus de subtilité que la machine à mythe hollywoodienne. De subtilité, "Le pouvoir du chien" n'en manque pas, de même que de lenteur, de profondeur cachée sous les non dits. De pression non plus, à mesure que le drame se joue dans ce riche ranch du Montana devant lequel les derniers Indiens sont passés il y a déjà longtemps, envoyés de force dans la réserve, et dans lequel les deux frères célibataires Phil et Georges vivent et dirigent l'exploitation. Phil, dominant, brillant, brut de toute scorie de la civilisation moderne, l'oeil bleu vif capable de percer la vérité du monde, considère que c'est ainsi que les choses doivent être et demeurer. Mais c'est pourtant Georges, trapu, taiseux, dans l'ombre, qui s'en vient faire vaciller cet équilibre en épousant une jolie veuve et en l'amenant au ranch avec son fils étrange et délicat. En 1925 au fond du Montana, l'histoire américaine est à un point de basculement comme le sont ces personnages autour desquels se joue le drame. Tension et puissance d'évocation sont au rendez-vous de ce roman des grands espaces à l'écriture puissante et entêtante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MadameTapioca Posté le 16 Mai 2020
    Tu la vois la pastille rouge ? Celle avec marqué « culte ». Ces pastilles, ces bandeaux que les éditeurs apposent, on sait bien qu'il faut s'en méfier. On sait que le marketing peut faire dire n'importe quoi à n'importe quel livre juste pour vendre. Mais le problème c'est que parfois ils disent la vrai. Et concernant « Le pouvoir du chien », culte est vraiment le mot qui convient. Ce western avant-gardiste paru en 1967 fit son petit scandale à l'époque mais nous sommes en 2020 et il n'y a plus d'odeur de soufre entre ces pages, juste de la très très bonne littérature. • Phil et George sont frères, propriétaires du plus grand ranch de leur coin du Montana, ils travaillent ensemble, ils vivent ensemble. Phil est le brillant, George le laborieux. Phil est grand et anguleux; George est trapu et silencieux. Phil est un brillant joueur d'échecs, un lecteur vorace, un conteur éloquent; George apprend lentement. Phil est un dur qui méprise la faiblesse et a soif de domination; George est bon et a une âme douce. le pauvre George est définitivement dans l'ombre de son frère. Ils dorment dans la chambre qu'ils partageaient enfant, et c'est ainsi depuis quarante ans. Lorsque George épouse... Tu la vois la pastille rouge ? Celle avec marqué « culte ». Ces pastilles, ces bandeaux que les éditeurs apposent, on sait bien qu'il faut s'en méfier. On sait que le marketing peut faire dire n'importe quoi à n'importe quel livre juste pour vendre. Mais le problème c'est que parfois ils disent la vrai. Et concernant « Le pouvoir du chien », culte est vraiment le mot qui convient. Ce western avant-gardiste paru en 1967 fit son petit scandale à l'époque mais nous sommes en 2020 et il n'y a plus d'odeur de soufre entre ces pages, juste de la très très bonne littérature. • Phil et George sont frères, propriétaires du plus grand ranch de leur coin du Montana, ils travaillent ensemble, ils vivent ensemble. Phil est le brillant, George le laborieux. Phil est grand et anguleux; George est trapu et silencieux. Phil est un brillant joueur d'échecs, un lecteur vorace, un conteur éloquent; George apprend lentement. Phil est un dur qui méprise la faiblesse et a soif de domination; George est bon et a une âme douce. le pauvre George est définitivement dans l'ombre de son frère. Ils dorment dans la chambre qu'ils partageaient enfant, et c'est ainsi depuis quarante ans. Lorsque George épouse de façon inattendue une jeune veuve et l'amène vivre au ranch, Phil commence sans relâche un travail de sape pour détruire cette femme qui vient déranger l'ordre établi entre les deux frères. Mais c'est sans compter sur la venue de un protecteur improbable. • Reposant sur une intrigue purement psychologique, « le pouvoir du chien » s'ouvre sur un premier paragraphe brutal à se conclut par une fin incisive. Entre temps le lecteur est pris sous son emprise. Un grand livre, riche en nuances, qui ne livre sa vérité qu'à la toute dernière page. • Traduit par Laura Derajinski
    Lire la suite
    En lire moins
  • Courrielle Posté le 28 Mars 2020
    Roman complexe et derangeant qui aurait pu s’intituler « Le pouvoir des serpents « . Le cadre : le plus riche ranch d’une région du Montana appartenant à 2 frères très différents, Phil et Georges. Phil l’aîné est le véritable maître des lieux. Georges l’assiste mais un véritable sentiment fraternel les lie. Phil de prime abord a tout pour lui, beau, très intelligent avec des capacités exceptionnelles dans tous les domaines sauf celui du cœur. Il est aimé et admiré par ses ouvriers, c’est un bon patron mais il n’a aucun ami et hormis son frère, il n’aime personne. Il est indifférent aux autres, les méprise même. Il est inflexible, hors normes, il n’a pas de chair. Georges, le gentil, le bedonnant, moins brillant va finalement rencontrer et épouser une jolie veuve , Rose, qui a un fils, Peter et cela au grand désespoir de son frère qui n’aura de cesse par de fréquentes humiliations, beaucoup de malveillance, de faire capoter leur mariage. Georges est heureux et Phil ne sachant pas ce qu’est l’amour, ne le comprend pas et s’en contrefiche. Heureusement si Rose est fragile, son fils Peter est fort, aussi doué que Phil et va déjouer ses plans. Quel homme deviendra Vraiment Peter, chacun aura son... Roman complexe et derangeant qui aurait pu s’intituler « Le pouvoir des serpents « . Le cadre : le plus riche ranch d’une région du Montana appartenant à 2 frères très différents, Phil et Georges. Phil l’aîné est le véritable maître des lieux. Georges l’assiste mais un véritable sentiment fraternel les lie. Phil de prime abord a tout pour lui, beau, très intelligent avec des capacités exceptionnelles dans tous les domaines sauf celui du cœur. Il est aimé et admiré par ses ouvriers, c’est un bon patron mais il n’a aucun ami et hormis son frère, il n’aime personne. Il est indifférent aux autres, les méprise même. Il est inflexible, hors normes, il n’a pas de chair. Georges, le gentil, le bedonnant, moins brillant va finalement rencontrer et épouser une jolie veuve , Rose, qui a un fils, Peter et cela au grand désespoir de son frère qui n’aura de cesse par de fréquentes humiliations, beaucoup de malveillance, de faire capoter leur mariage. Georges est heureux et Phil ne sachant pas ce qu’est l’amour, ne le comprend pas et s’en contrefiche. Heureusement si Rose est fragile, son fils Peter est fort, aussi doué que Phil et va déjouer ses plans. Quel homme deviendra Vraiment Peter, chacun aura son avis.... Un très bon roman, original et intelligent.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.