Lisez! icon: Search engine

Le rouge du péché

Presses de la cité
EAN : 9782258142565
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Le rouge du péché

Anouk NEUHOFF (Traducteur)
Collection : Sang d'Encre
Date de parution : 09/06/2016

Inconsolable trois mois après le meurtre de son épouse, Thomas Lynley erre le long des côtes de Cornouailles, loin de l'absurdité du monde. Lorsqu'il découvre le cadavre d'un jeune grimpeur au pied des falaises, son retour à la réalité est brutal…

Chargée de l'enquête, l'inspecteur Bea Hannaford renonce vite à considérer comme suspect le vagabond aux vêtements crasseux qui présente des papiers au nom de Thomas Lynley. En manque d'effectifs, elle le met à contribution : il est certes un témoin, mais, une fois son identité vérifiée, elle ne doute pas...

Chargée de l'enquête, l'inspecteur Bea Hannaford renonce vite à considérer comme suspect le vagabond aux vêtements crasseux qui présente des papiers au nom de Thomas Lynley. En manque d'effectifs, elle le met à contribution : il est certes un témoin, mais, une fois son identité vérifiée, elle ne doute pas que son expérience de commissaire au Yard pourra s'avérer très utile. Car il y a du travail : le matériel d'escalade de Santo Kerne, la victime, a été saboté, et les personnes ayant pu désirer la mort du jeune homme sont légion.
Dans ce pays sauvage de falaises et de mer démontée, Lynley participe à contrecœur aux investigations mais reprend pied peu à peu. Il retrouve son éternelle partenaire, Barbara Havers, que Londres a dépêchée sur place autant pour collaborer à l'enquête que pour mener à bien une mission délicate : récupérer Lynley.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258142565
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Murasaki Posté le 3 Novembre 2019
    Un roman que j'ai lu il y a un certain temps, plus d'un an. Qu'est ce qui m'en reste ? Une intrigue bien ficelée, avec un magnifique décor au bord de la mer, des secrets de famille, et une équipe policière elle-même aux prises avec des drames et des difficultés familiales. Des beaux personnages, qui ont une vraie présence, y compris les personnages secondaires. Je me souviens combien il m'était aisé de me représenter les scènes décrites, d'entendre les dialogues, comme au cinéma. C'est bien écrit, immersif et je me souviens que je l'ai lu pratiquement d'une traite. Un polar d'excellente qualité. Aussi bon que "le meurtre de la falaise" de la même autrice que j'ai lu à la même époque.
  • camati Posté le 12 Août 2019
    Elizabeth George est une auteure américaine mais elle écrit à l’anglaise et situe ses actions en Grande-Bretagne, ce qui confère à ses romans une saveur particulière. A cela s’ajoute le fait qu’elle ne distingue pas un roman policier d’un roman au sens classique du terme, d’où une écriture plus raffinée que dans un certain nombre de romans policiers. D’une enquête à l’autre, le lecteur retrouve le même couple d’enquêteurs originaux : Thomas Lynley de Scotland Yard, d’un niveau social élevé, et Barbara Havers, tout à fait à l’opposé, plutôt excentrique dans sa coiffure, se tenue vestimentaire, son langage, célibataire et appliquée dans son travail. Cette enquête n’y échappe pas, même si on est en droit de se demander ce que B.Havers vient faire dans celle-ci. Plus qu’aux faits et à l’enquête elle-même, l’auteure s’attache au décor de la Cornouaille et aux personnages, leur vécu, leurs sentiments et à ce qu’ils pensent et ce qui les induit parfois en erreur : une galerie de portraits donc sur fond d’enquête policière. Quelques points faibles à mon sens cependant, notamment des longueurs, et le lecteur peut se questionner sur l’utilité de certains personnages tels que Daidre Trahair et le Sergent Havers (je l’ai... Elizabeth George est une auteure américaine mais elle écrit à l’anglaise et situe ses actions en Grande-Bretagne, ce qui confère à ses romans une saveur particulière. A cela s’ajoute le fait qu’elle ne distingue pas un roman policier d’un roman au sens classique du terme, d’où une écriture plus raffinée que dans un certain nombre de romans policiers. D’une enquête à l’autre, le lecteur retrouve le même couple d’enquêteurs originaux : Thomas Lynley de Scotland Yard, d’un niveau social élevé, et Barbara Havers, tout à fait à l’opposé, plutôt excentrique dans sa coiffure, se tenue vestimentaire, son langage, célibataire et appliquée dans son travail. Cette enquête n’y échappe pas, même si on est en droit de se demander ce que B.Havers vient faire dans celle-ci. Plus qu’aux faits et à l’enquête elle-même, l’auteure s’attache au décor de la Cornouaille et aux personnages, leur vécu, leurs sentiments et à ce qu’ils pensent et ce qui les induit parfois en erreur : une galerie de portraits donc sur fond d’enquête policière. Quelques points faibles à mon sens cependant, notamment des longueurs, et le lecteur peut se questionner sur l’utilité de certains personnages tels que Daidre Trahair et le Sergent Havers (je l’ai dit plus haut) ; le livre était assez long et les pistes nombreuses sans avoir à en rajouter. Une fin surprenante, pas à l’américaine, comme l’écriture de l’auteure. Une fin qui peut laisser un goût amer……… Avez-vous envie de découvrir pourquoi ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 29 Juillet 2019
    Lire Elisabeth Georges c'est être certain d'avoir des moments, des paragraphes un peu long mais généralement l'histoire est captivante. Et ce roman est conforme à cette constatation.
  • Livrepassion16 Posté le 3 Juillet 2019
    J'ai bien aimé l'atmosphère des côtes de la Cornouailles. La psychologie des personnages est bien décrite, mais le dénouement nous laisse sur notre faim. J'ai d'ailleurs eu de la peine à terminer ce livre, il n'y avait pas assez de suspense pour nous tenir en haleine.
  • jmb33320 Posté le 27 Mai 2018
    Dans ce roman Lynley vient de perdre Helen. Il a quitté Scotland Yard et erre comme un vagabond le long des côtes de Cornouaille. Il tombe sur le cadavre d'un jeune homme qui faisait de l'escalade sur une falaise et qui a dévissé. Malgré lui il est forcé de rejoindre le monde des vivants et se retrouve associé à cette enquête pour meurtre puisque le matériel de la victime a été saboté. Elizabeth George, comme d'habitude, prend son temps (800 pages), campe le décor, les milieux dans lesquels évoluent les suspects (ici le Surf, l'industrie du tourisme dans ce "midi" britannique). La recette est la même pour tous les romans, mais elle se laisse gentiment apprécier : au départ on comprend pas grand chose aux dialogues de la foultitude de personnages qu'elle met en scène. Puis on suit la progression de l'enquête, toujours entremêlée de plusieurs fausses pistes, of course. Dans ce roman Barbara Havers n'intervient qu'au milieu du récit. Ce meurtre déguisé en accident est en fait la vengeance d'un autre meurtre commis vingt ans plus tôt. Mais cette mort ne résout rien et laisse chacun face à ses manques : le coupable reste impuni, faute de preuves exploitables... Dans ce roman Lynley vient de perdre Helen. Il a quitté Scotland Yard et erre comme un vagabond le long des côtes de Cornouaille. Il tombe sur le cadavre d'un jeune homme qui faisait de l'escalade sur une falaise et qui a dévissé. Malgré lui il est forcé de rejoindre le monde des vivants et se retrouve associé à cette enquête pour meurtre puisque le matériel de la victime a été saboté. Elizabeth George, comme d'habitude, prend son temps (800 pages), campe le décor, les milieux dans lesquels évoluent les suspects (ici le Surf, l'industrie du tourisme dans ce "midi" britannique). La recette est la même pour tous les romans, mais elle se laisse gentiment apprécier : au départ on comprend pas grand chose aux dialogues de la foultitude de personnages qu'elle met en scène. Puis on suit la progression de l'enquête, toujours entremêlée de plusieurs fausses pistes, of course. Dans ce roman Barbara Havers n'intervient qu'au milieu du récit. Ce meurtre déguisé en accident est en fait la vengeance d'un autre meurtre commis vingt ans plus tôt. Mais cette mort ne résout rien et laisse chacun face à ses manques : le coupable reste impuni, faute de preuves exploitables par la police. Toutefois Elizabeth George emploie un ton plus direct que dans mon souvenir.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.