Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823879209
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Le Silence de la ville blanche

Judith Vernant (traduit par)
Date de parution : 10/09/2020
Quand le passé vient à nouveau hanter une ville…
Dans la cathédrale de Sainte-Marie à Vitoria, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés assassinés, dans une scénographie macabre : ils sont nus et se tiennent la main comme des amoureux alors que les deux victimes ne se connaissaient pas.
Détail encore plus terrifiant : l’autopsie montrera que...
Dans la cathédrale de Sainte-Marie à Vitoria, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés assassinés, dans une scénographie macabre : ils sont nus et se tiennent la main comme des amoureux alors que les deux victimes ne se connaissaient pas.
Détail encore plus terrifiant : l’autopsie montrera que leur mort a été provoquée par des abeilles mises dans leur bouche. L’ensemble laisse croire qu’il existe un lien avec une série de crimes qui terrorisaient la ville vingt ans auparavant. Sauf que l’auteur de ces actes, jadis membre apprécié de la communauté de Vitoria, est toujours derrière les barreaux. Alors que sa libération conditionnelle est imminente, qui est le responsable de ces nouveaux meurtres et quel est vraiment son but ?
Une certitude, l’inspecteur Unai López de Ayala, surnommé Kraken, va découvrir un tout autre visage de la ville.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823879209
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
12-21
En savoir plus

Ils en parlent

« Un thriller hypnotique. »
Lonely Planet Traveller
 « Le dernier événement éditorial de la littérature espagnole. »
Yo Dona

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Livresovore Posté le 5 Décembre 2021
    Je vais être honnête : j’y allais sans trop de conviction. J’ai notamment lancé cette LC en me disant que ce serait un bon moyen pour m'aider à le sortir de ma pile à lire. Durant les premières pages, j’ai eu très peur : n’ayant pas fait espagnol, les noms et mots d’origine me perdaient complètement et je devais revenir sur mes pas pour essayer de mettre les briques dans l’ordre. Qui était qui et faisait quoi, où l’on était, tout s’embrouillait ! Et puis. Et puis, l’histoire démarre et le balai entre le présent et le passé installe une dynamique et un suspens absolument dingue ! On sait que les deux histoires vont nécessairement se rejoindre et on sait que le passé va expliquer le présent. Mais le suspens est gardé jusqu’à la fin ! On suspecte la moitié des personnes impliquées, on échafaude 50 scénarios et quand la chute arrive, les bras nous en tombent ! Une génie, voilà ce qu’est l’autrice. Un des principaux sujets de ce roman est la gémellité. Si, j’ai eu pas mal de déconvenues dans le genre thriller/policier avec ce thème, je dois avouer qu’ici, c’est plus que brillamment traité. Tout tourne autour de ces deux frères,... Je vais être honnête : j’y allais sans trop de conviction. J’ai notamment lancé cette LC en me disant que ce serait un bon moyen pour m'aider à le sortir de ma pile à lire. Durant les premières pages, j’ai eu très peur : n’ayant pas fait espagnol, les noms et mots d’origine me perdaient complètement et je devais revenir sur mes pas pour essayer de mettre les briques dans l’ordre. Qui était qui et faisait quoi, où l’on était, tout s’embrouillait ! Et puis. Et puis, l’histoire démarre et le balai entre le présent et le passé installe une dynamique et un suspens absolument dingue ! On sait que les deux histoires vont nécessairement se rejoindre et on sait que le passé va expliquer le présent. Mais le suspens est gardé jusqu’à la fin ! On suspecte la moitié des personnes impliquées, on échafaude 50 scénarios et quand la chute arrive, les bras nous en tombent ! Une génie, voilà ce qu’est l’autrice. Un des principaux sujets de ce roman est la gémellité. Si, j’ai eu pas mal de déconvenues dans le genre thriller/policier avec ce thème, je dois avouer qu’ici, c’est plus que brillamment traité. Tout tourne autour de ces deux frères, on sent que tout se joue autour d’eux mais, quand on croit avoir mis enfin le doigt dessus, finalement non ! En plus de ce profond intérêt pour le côté policier, l’autrice a eu la bonne idée de glisser des thèmes importants et douloureux : on y croise notamment une femme battue, un abandon d’enfant, une grossesse qui se termine mal… Des sujets encore trop actuels. Tout est finement pensé : ce n’est pas parce que l’intrigue se joue sur l’enquête que le reste du roman doit être plat, au contraire ! Le travail des personnages est parfait. Tous sont vraiment très creusés psychologiquement et on croit à cette histoire par le réalisme de ces gens dont on suit le quotidien. La fin qui conclut parfaitement ce livre, laisse quand même la place à une potentielle suite. Ce livre est une merveille que je vous recommande les yeux fermés !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LaGeekosophe Posté le 16 Novembre 2021
    Il y avait bien longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un thriller ! Pour novembre, j’ai décidé de lire ce roman policier qui se passe dans le pays basque espagnol. Le silence de la ville blanche est un roman ambitieux et addictif qui nous plonge dans la ville de Vitoria, son folklore et son histoire. Évidemment, le fait de placer l’action dans le pays basque espagnol apporte une vraie touche d’originalité. Nous sommes dans Vitoria, la capitale culturelle. La lecture permet de nous plonger dans ses ruelles, ses fresques, mais aussi ses bâtiments historiques. En effet, l’enquête de Kraken se concentre sur un tueur fasciné par le folklore local, qui possède une grande érudition de la culture et de l’histoire de la région. Nous sommes donc également plongés dans les légendes et symboles qui font la spécificité du Pays Basque Espagnol. Que ce soit à travers la particularité des noms des personnages (oui, beaucoup ont des noms très longs même pour des standards espagnols), la présence de symboles comme les Eguzkilore… L’autrice est vraiment passionnée de culture basque, ça se sent. De plus, on a vraiment l’impression de traverser la ville de Vitoria. Le roman est bien travaillé à travers... Il y avait bien longtemps que je ne m’étais pas plongée dans un thriller ! Pour novembre, j’ai décidé de lire ce roman policier qui se passe dans le pays basque espagnol. Le silence de la ville blanche est un roman ambitieux et addictif qui nous plonge dans la ville de Vitoria, son folklore et son histoire. Évidemment, le fait de placer l’action dans le pays basque espagnol apporte une vraie touche d’originalité. Nous sommes dans Vitoria, la capitale culturelle. La lecture permet de nous plonger dans ses ruelles, ses fresques, mais aussi ses bâtiments historiques. En effet, l’enquête de Kraken se concentre sur un tueur fasciné par le folklore local, qui possède une grande érudition de la culture et de l’histoire de la région. Nous sommes donc également plongés dans les légendes et symboles qui font la spécificité du Pays Basque Espagnol. Que ce soit à travers la particularité des noms des personnages (oui, beaucoup ont des noms très longs même pour des standards espagnols), la présence de symboles comme les Eguzkilore… L’autrice est vraiment passionnée de culture basque, ça se sent. De plus, on a vraiment l’impression de traverser la ville de Vitoria. Le roman est bien travaillé à travers différentes références qui se font écho. Comme par exemple le prénom Blanca, qui évoque également la Virgen Blanca, une place centrale de la ville. Le motif des Eguzkilore est également très présents, qu’il soit en tant que symbole ou surnom. Le récit est emprunt de beaucoup d’ésotérisme, ce qui rappelle un peu les thrillers des années 2000, mais l’autrice en tire les bons éléments en ne tombant que rarement dans le ridicule. L’autrice prend le partie de créer une enquête qui prend la forme d’une course contre la montre. Classique mais diablement efficace. En effet, le meurtrier semble prendre ses victimes au hasard hormis leur âge et le fait qu’il tue toujours un homme et une femme du même âge. On gagne encore en complexité car des crimes similaires ont déjà été commis il y a quelques années et le coupable semble avoir été arrêté et croupit en prison depuis quelques années. Est-ce un copycat ? Ou bien une grave erreur judiciaire ? De plus, les pistes se multiplient. On se demande aussi bien s’il s’agit d’une histoire de famille, de vengeance en lien avec le passé, ou d’un illuminé qui frappe au hasard. Le récit se montre, malgré quelques exagérations propres au genre, assez sophistiqué et complexe dans son déroulé. D’autant plus que certains passages ont lieu dans le passé. Les rebondissements sont nombreux, et à certains moments de l’enquête on sent très bien les doutes qui traversent Kraken, qui a l’impression d’être un pion dans un jeu très subtil. La fin est particulièrement haletante par ailleurs et vient couronner le tout. Les personnages du livre sont assez nombreux. J’ai apprécié le fait qu’ils soient assez variés, notamment dans les personnages secondaires. Si Unai, l’enquêteur principal, est un peu classique avec son passé sombre et son côté détective de roman hanté par un passé dramatique, il est assez bien écrit pour qu’on s’y retrouve. Son entourage est une bonne surprise et permet d’apporter un peu de fraîcheur, comme un frère de petite taille ou un grand-père très attachant. J’aime beaucoup aussi l’idée d’avoir créé une détective, Esti, qui est également sa meilleure amie. Leur relation sans ambiguïté est assez rare pour être soulignée. J’ai cependant plus de réserves sur la relation entre Unai et son intérêt romantique, qui donne naissance à quelques passages un peu trop clichés à mon goût. Heureusement, l’aspect romantique n’est pas le plus essentiel dans ce type de thriller qui se veut assez sombre. L’objectif est plutôt d’instrumentaliser les sentiments du personnage principal pour ajouter de la dramatisation et de l’enjeu. J’ai également eu un peu de mal avec la gémellité. Je comprends le symbole mais c’est un vraiment un cliché usé jusqu’à la corde qui, à mon goût, ne réalise pas assez son potentiel pour avoir un poids suffisant dans l’histoire. Haletant, complexe et bien pensé, Le silence de la ville blanche ravira les fans de policier sombres avec des intrigues ésotériques alambiquées. Sa force est de savoir maîtriser les de ce type d’œuvre avec assez de subtilité pour ne pas créer de sensation de déjà vu. C’est notamment réussi grâce à l’implantation d’éléments historiques et culturels du Pays Basque espagnol, qui sont vraiment le centre de l’enquête. Les personnages sont variés et globalement attachants, bénéficiant d’une histoire toujours sombre mais qui apporte de la solidité dans leur construction. J’ai cependant des réserves sur certains clichés autour de leurs relations (romance un peu accessoire, gémellité peu creusée…), mais ce n’est pas assez pour ternir ce qui est, globalement, un excellent roman policier.
    Lire la suite
    En lire moins
  • YvonS Posté le 10 Octobre 2021
    Un thriller classique avec tueur en série extrêmement bien fait ! On ne s'ennuie pas une seconde et à la fin on en redemande... Août 2016. L'inspecteur Ayala est dans le coma, un tueur en série lui a mis une balle dans le crâne... et pourtant c'est lui qui va nous raconter la traque de celui qui terrorise Vitoria, ville du Pays Basque espagnol. Son récit alterne avec des chapitres qui racontent la vie d'un médecin des années 70 et ses amours contrariées avec la femme d'un potentat local, brute épaisse qui la bat et effraie tout son entourage. Pourquoi ? Vous comprendrez évidemment petit à petit le lien entre 1970 et 2016. Ayala et sa coéquipière Estibaliz, chapeautés par la sous-commissaire Alba Diaz de Salvatierra (j'adore la musicalité de ces noms à rallonge 😊), enquêtaient sur le tueur de couples. Il ne devrait pas pouvoir, il est en prison depuis 20 ans pour le meurtre de 4 couples d'enfants, et ces meurtres reprennent alors qu'il s'apprête à sortir. Un "copycat" ? Un disciple ? Le vrai tueur et "Tasio" est innocent ? Une vengeance entre jumeaux ? Parce que Tasio a un jumeau célèbre... Non seulement les duos macabres s'accumulent... Un thriller classique avec tueur en série extrêmement bien fait ! On ne s'ennuie pas une seconde et à la fin on en redemande... Août 2016. L'inspecteur Ayala est dans le coma, un tueur en série lui a mis une balle dans le crâne... et pourtant c'est lui qui va nous raconter la traque de celui qui terrorise Vitoria, ville du Pays Basque espagnol. Son récit alterne avec des chapitres qui racontent la vie d'un médecin des années 70 et ses amours contrariées avec la femme d'un potentat local, brute épaisse qui la bat et effraie tout son entourage. Pourquoi ? Vous comprendrez évidemment petit à petit le lien entre 1970 et 2016. Ayala et sa coéquipière Estibaliz, chapeautés par la sous-commissaire Alba Diaz de Salvatierra (j'adore la musicalité de ces noms à rallonge 😊), enquêtaient sur le tueur de couples. Il ne devrait pas pouvoir, il est en prison depuis 20 ans pour le meurtre de 4 couples d'enfants, et ces meurtres reprennent alors qu'il s'apprête à sortir. Un "copycat" ? Un disciple ? Le vrai tueur et "Tasio" est innocent ? Une vengeance entre jumeaux ? Parce que Tasio a un jumeau célèbre... Non seulement les duos macabres s'accumulent mais voilà que les réseaux sociaux s'en mêlent et Tasio propose au vu et au su de la tweetosphère mondiale d'aider Ayala. Et soudain le profil des victimes se rapproche dangereusement d'Ayala et Estibaliz... Les presque 560 pages défilent aisément et on s'attache à ce flic dont le frère est nain et le grand-père un incroyable centenaire. Fausses pistes, brusque montée de la tension, hallucinations et mystique païenne, l'auteure vous prend à la gorge et on ne peut plus lâcher le livre. On veut SAVOIR . Le tueur est là, on le sait proche, on bâtit des hypothèses folles... La vérité arrive par paliers avant de vous éclater au visage ! Eva Garcia Sáenz de Urturi nous prend par la main à travers les beautés de sa province et ses festivités traditionnelles, elle ancre son histoire dans le réel. Vous allez construire de nombreuses théories, elle ne les brisera pas, elle vous forcera à en émettre d'autres, supplémentaires. Et puis vous serez tellement attachés à ce flic que vous voudrez savoir s'il va mourir avant ou après avoir résolu l'affaire. Cette fin émouvante, cet hommage (posthume ou pas) de la ville méprisante qui reconnaît ses torts, la révélation (les jumeaux sont-ils coupables, complices ou innocents ?), l'importance de la couleur des cheveux 😉 et celle des pommes pour guérir les petits bobos (si si !)... ça vous intrigue ? C'est fait exprès ! 😂 Un suspense d'enfer, pas une seconde d'ennui et à la fin l'irrépressible envie de lire un autre roman d'Eva Garcia Sáenz de Urturi ! D'ici là, motus et "bouche" cousue.... (ça aussi c'est fait exprès 😂). NB : A savoir, ce roman est le premier d'une trilogie (mais ils peuvent se lire séparément). Les deux romans suivants n'existent pour l'instant qu'en espagnol mais sont en cours de traduction. Trilogie de La ville blanche : 1/ Le silence de la ville blanche, 2/ Les rites de l'eau, 3/ Les seigneurs du temps.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ttanya Posté le 4 Octobre 2021
    un thriller exceptionnel ! nous sommes tenus en haleine tout au long des 550 pages. un très bon livre que je recommande malgré quelques longueurs au 2/3. en revanche le dernier tiers est exaltant de suspens, tout s'imbriquent, tout se révèlent avec une telle rapidité que s'en est enivrant.
  • bfauriaux Posté le 3 Septembre 2021
    Une plongee oppressante en Espagne sur kes traces d'un impitoyable tueur enserie qui tue ses victimes depuis la nuit des temps.Un inspecteur est à ses trousses et va aller de danger en danger et de decouverte en decouverte jusqu'au dénouement final.Rythme,suspense,rebondissements vous tenez la un des meilleurs policiers espagnols récent.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !