Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221129708
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le Soldat oublié
Collection : Vécu
Date de parution : 20/12/2012
Éditeurs :
Robert Laffont

Le Soldat oublié

Collection : Vécu
Date de parution : 20/12/2012

Guy Sajer n'a pas dix-sept ans quand, en juillet 1942, il endosse l'uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors...

Guy Sajer n'a pas dix-sept ans quand, en juillet 1942, il endosse l'uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l'Alsace.
A cause de son jeune âge, il n'est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages....

Guy Sajer n'a pas dix-sept ans quand, en juillet 1942, il endosse l'uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l'Alsace.
A cause de son jeune âge, il n'est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages. Dès novembre, l'hiver s'abat sur la plaine russe ; le froid, la neige, les partisans rendent la progression des convois extrêmement difficile : jamais l'unité de Sajer n'atteindra Stalingrad qu'elle devait ravitailler ; la VIe Armée aura capitulé avant. Mais Sajer sait déjà que la guerre n'est pas une partie de plaisir, que survivre dans l'hiver russe est déjà un combat. Et pourtant, ce premier hiver, il n'a pas vraiment fait la guerre.
La vraie guerre, celle du combattant de première ligne, il la découvre lors-qu'il est versé dans la division "Gross Deutschland", division d'élite, avec laquelle, à partir de l'été 1943, il va se trouver engagé dans les plus grandes batailles du front d'Ukraine, quand la Wehrmacht plie sous l'offensive russe. De Koursk à Kharkov, de jour comme de nuit, dans la boue, la neige, quand le thermomètre marque -40°, sous le martèlement terrifiant de l'artillerie russe, face aux vagues d'assaut d'un adversaire désormais puissamment armé et qui ne se soucie pas des pertes, les hommes de la "Gross Deutschland", portés toujours aux endroits les plus exposés, toujours en première ligne, combattant à un contre vingt, connaissent l'enfer. La bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr (la Bérésina à l'échelle de la Seconde Guerre mondiale) constituent, vécus au niveau du simple soldat, deux des plus hauts moments de ce récit d'Apocalypse. Plus tard, quand le front allemand s'est désagrégé, quand l'immense armée reflue, aux-combats réguliers s'ajoutera la lutte contre les partisans, plus sauvage et plus impitoyable. Plus tard encore, c'est la retraite des derniers survivants de la division d'élite à travers la Roumanie et les Carpathes jusqu'en Pologne. Dans l'hiver 1944-1945, Sajer et ses camarades sont lancés dans les combats désespérés que les Allemands livrent en Prusse-Orientale pour interdire l'entrée du Vaterland aux Russes. C'est encore Memel, où l'horreur atteint à son comble, et Dantzig, au milieu de l'exode des populations allemandes de l'Est. Enfin, malade, épuisé. Sajer sera fait prisonnier par les Anglais dans le Hanovre...
Si ce récit de la guerre en Russie ne ressemble à aucun autre, s'il surpasse en vérité, en horreur et en grandeur tout ce qui a été écrit, ce n'est pas seulement parce que l'auteur a réellement vécu tout ce qu'il rapporte, ce n'est pas seulement parce que, sous sa plume, les mots froid, faim, fièvre, sang et peur prennent l'accent et la force terrible de la réalité, c'est aussi parce que Sajer sait voir et faire voir dans le détail avec une puissance de trait vraiment extraordinaire. Alors, le lecteur ne peut douter que tout ce qui est rapporté là est vrai, vrai au détail près ; il sait de science certaine qu'il n'y a pas là de «littérature», pas de morceaux de bravoure - mais que c'était ainsi : ainsi dans le courage et ainsi dans la peur, ainsi dans la misère et ainsi dans l'horreur.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221129708
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Raven214 10/08/2022
    Les témoignages sur la seconde guerre mondiale abondent, mais la majorité est distillée au travers du prisme hagiographique de l'intervention providentielle de nos chers alliés Anglo-saxons, plus particulièrement américaine. Le cinéma regorge d'éloges héroïques, parfois vraies, souvent fictives sur les faits d'armes de la courageuse armée d'outre Atlantique. Pour exemple : " Il faut sauver le soldat Ryan ", " Le jour le plus long ", " Patton ", " Les Canons de Navarone " et autre " Fury ". Dans l'inconscient collectif occidentale, la libération de l'Europe commence le 6 juin 44 grâce aux talents exceptionnels d'organisation et de logistique d'Eisenhower. Ce que l'on ne sait pas, ou bien qu'on évite de savoir c'est que de 41 à 45, 85% des effectifs de l'armée nazie était tournée vers l'Est, vers la Russie soviétique, où deux dictatures totalitaires et impitoyables se sont affrontées en un combat tout sauf glorieux sur un front de plus de 2000 KLM, impliquant plusieurs millions de soldats. A l'Est les lois de la guerre n'avaient pas cours, aucune pitié pour l'adversaire, encore moins pour la population civile. C'est dans cette hécatombe organisée que débarque Guy Mouminoux, jeune alsacien de 17 ans acquis à la propagande... Les témoignages sur la seconde guerre mondiale abondent, mais la majorité est distillée au travers du prisme hagiographique de l'intervention providentielle de nos chers alliés Anglo-saxons, plus particulièrement américaine. Le cinéma regorge d'éloges héroïques, parfois vraies, souvent fictives sur les faits d'armes de la courageuse armée d'outre Atlantique. Pour exemple : " Il faut sauver le soldat Ryan ", " Le jour le plus long ", " Patton ", " Les Canons de Navarone " et autre " Fury ". Dans l'inconscient collectif occidentale, la libération de l'Europe commence le 6 juin 44 grâce aux talents exceptionnels d'organisation et de logistique d'Eisenhower. Ce que l'on ne sait pas, ou bien qu'on évite de savoir c'est que de 41 à 45, 85% des effectifs de l'armée nazie était tournée vers l'Est, vers la Russie soviétique, où deux dictatures totalitaires et impitoyables se sont affrontées en un combat tout sauf glorieux sur un front de plus de 2000 KLM, impliquant plusieurs millions de soldats. A l'Est les lois de la guerre n'avaient pas cours, aucune pitié pour l'adversaire, encore moins pour la population civile. C'est dans cette hécatombe organisée que débarque Guy Mouminoux, jeune alsacien de 17 ans acquis à la propagande nazie, admiratif de la vision démagogique et particulièrement alléchante pour un jeune homme tout juste sortie de l'enfance, de la supériorité germanique et de la puissance de ses armes. Il commence dans les services ferroviaires puis il est affecté à l'approvisionnement toujours frustré de ne pas participer aux combats. Il prend cependant conscience de l'immensité du territoire russe. Un concours de circonstance fera qu'il sera intégré à une unité d'élite : la division Grossdeutschland qui n'appartient pas à la SS mais qui demeure tout de même passablement fanatisée. A ce moment commence le témoignage personnel et subjectif mais néanmoins époustouflant de réalisme d'un jeune homme prématurément devenu adulte, confronté à la misère du Landser, où l'horreur des combats est banalisée ce qui n'oblitère nullement la peur de mourir. Les considérations primordiales de survie prennent le pas sur tout ce qui peut élever l'homme, la faim, comment se protéger du froid intense, la Kamaraderie seul moyen d'entretenir l'illusion que l'immense mécanique guerrière qui le submerge n'est pas vaine. L'intense tension nerveuse qui jamais ne le quitte et qui le confronte à des combats où seul compte sa propre survie, des combats qui sont rendus avec un réalisme étonnant mais qui n'empêche pas le grandiose de sa plume. On a parfois du mal à imaginer que l'on puisse supporter si tôt dans sa vie un tel déferlement d’horreur, de situations paroxystiques. Toujours est-il que depuis son incorporation dans cette prestigieuse division, il ne fera que reculer à travers un territoire dévasté, perdant au fur et à mesure ses compagnons d’infortune. En dépit d’une permission qui ne le mènera pas plus loin que Berlin, capitale du Reich où il éprouvera pour la première fois un émoi amoureux qu’il entretiendra par la suite au travers d’une relation épistolaire, relation lui apportant un soupçon de réconfort, il se retrouvera vers la fin de la guerre en Prusse Orientale. C’est là, au milieu des civils horrifiés de savoir les Ivans si proches de la terre sacrée, où il défendra avec acharnement ce territoire qui en fait n’est pas le sien qu’il en perdra, par dépit, toute raison viable pour justifier cette guerre devenue absurde. Le poids de l’Histoire le happera par la suite et sera fait prisonnier vers la frontière danoise par les alliés, sa nationalité redevenue française lui évitera la captivité. C’est en homme confirmé qu’il rejoindra son foyer avec en mémoire des souvenirs douloureux, une expérience de l’aspect inéluctable de l’existence qui suffisent à eux seuls à remplir plusieurs vies, il a juste 22 ans. Cet ouvrage est à lire en résonnance avec “ Les Carnets de Guerre de Nikolaï Nikouline ”. Vision de ce conflit de géants, qui touche le comble de l’inhumanité, du côté soviétique. Par contre cet ouvrage, de part l'aspect réaliste qui en fait un témoignage de référence n'est pas à associer avec les romans poignants mais largement détournés par l'imaginaire d'un Sven Hassel. Faut-il juger Guy Sager pour sa prise de position du mauvais côté, celui des méchants ? Dans ce cas il faut juger toute une génération de jeunes gens ensorcelée par les mirages alimentés par le verbe alléchant d’un seul homme : Adolf Hitler. Mais rendons à César ce qui est à César, c’est la dictature stalinienne qui a vaincu pour une part essentielle l’Allemagne nazie. Aujourd’hui l’Allemagne est notre partenaire privilégié dans l’Union Européenne. Il y a prescription…
    Lire la suite
    En lire moins
  • TempusFugit 08/12/2021
    Un moment de notre Histoire véritablement "oublié". Un récit prenant sur l'incroyable épopée de l'armée Allemande en Russie. Qui nous fait comprendre que la guerre est une horreur que quelques hommes font subir au grand nombre. Une vue de l'intérieur saisissante. Marquant !
  • marcsuzzoni1 05/04/2021
    Un beau récit....soi disant une écriture moyenne...je trouve au contraire que l'auteur est un grand écrivain...des phrases fortes et de belles images...il a du style... celui de la simplicité qui vous transporte.. Bémol... parfois trop descriptif... des scènes de guerre trop détaillées ou alors des scènes trop répétitives...en même temps, c'était la guerre tous les jours... sur memel, je commençais à me lasser... J'aurais souhaité en savoir plus aussi sur ses camarades halls Wiener l'ancien... Et aussi que devint cette Paula... Mais surtout n'hésitez pas, lisez ce livre...car j'ai même honte d'avoir émis mes Petites réserves..ce livre m'a accompagné et je l'oublierai jamais...
  • Eugenie3945 03/04/2021
    LE SOLDAT OUBLIÉ de Guy Sager. Un livre témoignage vraiment très poignant qui mérite son succès de + de 3 millions d'exemplaires. Le nombre de pages (765#x1f604;) m'a un peu fait peur et pourtant j'ai l'habitude de lire, mais Sajer et sa plume excellente pourtant lambda nous emporte dans son récit des plus touchant. Une réalité dure et sinistre de la guerre à travers les saisons et les fronts où la bataille de Memel atteint le paroxysme des difficultés. "La nuit glisse lentement, violée continuellement par la lueur de l'énorme brasier. La plage, sur laquelle notre démence maintient nos pupilles dilatées est rose où orangée selon l'intensité de l'enfer... La fin de Memel ne se calcule plus d'une manière humaine Personne n'a jamais pu préciser la durée d'un cauchemar." J'ai pleuré comme une vraie madeleine #x1f631; à son chapitre sur sa jolie Paula de Berlin #x1f614;. Sajer à 17 ans lorsqu'il endosse l'uniforme de la Wehrmacht en juillet 1942. Français par son père , allemand par sa mère, il admire les nouveaux maîtres de l'Europe et rêve d'aventure. Ce sera le front russe dans la division d'élite Gross Deutschland avec laquelle il va être engagé dans les grandes batailles du front d'Ukraine... LE SOLDAT OUBLIÉ de Guy Sager. Un livre témoignage vraiment très poignant qui mérite son succès de + de 3 millions d'exemplaires. Le nombre de pages (765#x1f604;) m'a un peu fait peur et pourtant j'ai l'habitude de lire, mais Sajer et sa plume excellente pourtant lambda nous emporte dans son récit des plus touchant. Une réalité dure et sinistre de la guerre à travers les saisons et les fronts où la bataille de Memel atteint le paroxysme des difficultés. "La nuit glisse lentement, violée continuellement par la lueur de l'énorme brasier. La plage, sur laquelle notre démence maintient nos pupilles dilatées est rose où orangée selon l'intensité de l'enfer... La fin de Memel ne se calcule plus d'une manière humaine Personne n'a jamais pu préciser la durée d'un cauchemar." J'ai pleuré comme une vraie madeleine #x1f631; à son chapitre sur sa jolie Paula de Berlin #x1f614;. Sajer à 17 ans lorsqu'il endosse l'uniforme de la Wehrmacht en juillet 1942. Français par son père , allemand par sa mère, il admire les nouveaux maîtres de l'Europe et rêve d'aventure. Ce sera le front russe dans la division d'élite Gross Deutschland avec laquelle il va être engagé dans les grandes batailles du front d'Ukraine alors que les allemands plient sous l'offensive soviétique. De jour comme de nuit, dans la boue ou la neige, quand le thermomètre affiche -40° il est avec ses camarades en première ligne, ils vont connaître l'enfer. Un livre qui décrit bien les traumatismes psychologiques et physiques de la guerre l'épuisement, le froid, la famine, les camarades qui décèdent, les civils en détresse, le corps et l'esprit mit à bout de ce qu'on peut supporter et pourtant certains y survivent ... L'avez vous lu ? Il est dans mon top 5 #x1f64f;
    Lire la suite
    En lire moins
  • akhesa 13/01/2021
    Au risque de déplaire... Cette autobiographie m surprise,saisie,anéantie. Ce long travail de mémoire n est que souffrance,sang et inhumanité. Mais c est aussi un ouvrage qui raconte les malheurs,les affres d hommes,de femmes et d enfants qui nous sont inconnus mais a qui il faut néanmoins penser,pour ne pas oublier... L auteur dit souvent que les mots ne sont pas assez forts pour rendre son vécu, cette horreur de la guerre,de la haine,de la famine,du froid,des conditions inimaginables de vie et de survie. Je recommande vivement la lecture de cette brique car la guerre c est avant tout le courage des hommes quelque soit leurs nationalités, leurs opinions. Ce livre est pour moi très bouleversant,et je ne regrette pas de l avoir lu.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.