Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714448293
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le Songe de Scipion

Georges-Michel SAROTTE (Traducteur)
Date de parution : 12/08/2010

 

Un fascinant conte moral autour de trois destins d'hommes, à trois époques cruciales de l'histoire occidentale, et d'un texte ancien qui les relie entre eux. Un roman majeur dont la problématique et l'envergure philosophique le rapprochent de La Peste d'Albert Camus.

En Provence, au Ve siècle, au XIVe siècle et au...

Un fascinant conte moral autour de trois destins d'hommes, à trois époques cruciales de l'histoire occidentale, et d'un texte ancien qui les relie entre eux. Un roman majeur dont la problématique et l'envergure philosophique le rapprochent de La Peste d'Albert Camus.

En Provence, au Ve siècle, au XIVe siècle et au XXe siècle.

Le Songe de Scipion dépeint le destin de trois hommes à des moments clés de la civilisation occidentale : l'effondrement de l'Empire romain au Ve siècle, les années de la Grande Peste au XIVe siècle et l'apogée du nazisme aux heures les plus sombres du XXe siècle. Manlius Hippomanes est un aristocrate obsédé par la survivance et la préservation de l'Empire, tout comme l'obsède l'exercice du pouvoir ; Olivier de Noyen, un poète au service d'un puissant cardinal qui complote pour restaurer la papauté à Rome ; Julien Barneuve, un intellectuel insatisfait, tenaillé par le doute et qui finira par rallier le gouvernement de Vichy. Un manuscrit ancien ? œuvre de Manlius inspirée du fameux Songe de Scipion, tiré de De Republica de Cicéron ? disparu puis ressurgi, partiellement transmis au fil du temps, sera réinterprété par Olivier et redécouvert par Julien. Chacun de ces hommes nourrit une immense passion pour une femme d'exception dont l'existence se verra menacée, au cœur de ces circonstances dramatiques. Pris dans un dilemme quasi inextricable, ils devront faire des choix moraux et politiques. Mais choisir ne revient-il pas à sacrifier certaines valeurs, un ami, ou tout un pan de sa personnalité ? Manlius trahira en définitive l'enseignement de Sophia, son mentor, et, cynique, abandonnera ses proches pour sauver ce qui lui apparaît comme essentiel ; Olivier trahira lui aussi son bienfaiteur le cardinal Ceccani, et Julien troquera son ami résistant Bernard contre la vie d'une jeune femme juive qu'il aime depuis toujours. Toute la force du roman est de mettre en évidence l'engrenage dans lequel se trouvent peu à peu piégés les trois hommes pour qui les notions d'engagement, de fidélité, de trahison et de responsabilité individuelle vont s'illustrer bien différemment. Au centre du récit, l'idée de compromis ou de « moindre mal » devient l'un des nombreux fils conducteurs qui lient ces trois vies par-delàles siècles.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714448293
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

 

 

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • GeorgesSmiley Posté le 5 Mars 2019
    En route, en compagnie de Iain Pears l'érudit, pour le Vaucluse, Vaison-la-Romaine, Avignon et son palais des papes à l'entrée duquel les visiteurs curieux d'aujourd'hui peuvent apercevoir le blason de son bâtisseur, Clément VI le Magnifique. Un pape, donc, sans doute le plus célèbre de la parenthèse française en Avignon, un poète, Pétrarque, dont chacun connait le nom, même s'il n'en a jamais lu un vers, et un évêque, Sidoine Appolinaire, sanctifié et fêté tous les 21 août, sont les trois personnages historiques, sur lesquels Iain Pears base son récit même si, pour les deux derniers cités, il utilise des personnages de fiction (Olivier de Noyen et Manlius). Sur trois époques différentes, la chute de l'Empire romain du Vème siècle, la papauté avignonnaise du XIVème siècle au moment de la Grande Peste et l'invasion nazie de la mi-vingtième siècle, il s'interroge sur les notions de civilisation, de résistance à la barbarie, de fidélité à ses convictions. Peut-on, doit-on consentir à de mauvaises actions pour que d'autres plus terribles soient évitées ? Dans ces périodes terribles où les barbares triomphent, la défense de la civilisation se limite à peu de choses, quelques choix cornéliens, résister jusqu'à la mort ou pactiser en... En route, en compagnie de Iain Pears l'érudit, pour le Vaucluse, Vaison-la-Romaine, Avignon et son palais des papes à l'entrée duquel les visiteurs curieux d'aujourd'hui peuvent apercevoir le blason de son bâtisseur, Clément VI le Magnifique. Un pape, donc, sans doute le plus célèbre de la parenthèse française en Avignon, un poète, Pétrarque, dont chacun connait le nom, même s'il n'en a jamais lu un vers, et un évêque, Sidoine Appolinaire, sanctifié et fêté tous les 21 août, sont les trois personnages historiques, sur lesquels Iain Pears base son récit même si, pour les deux derniers cités, il utilise des personnages de fiction (Olivier de Noyen et Manlius). Sur trois époques différentes, la chute de l'Empire romain du Vème siècle, la papauté avignonnaise du XIVème siècle au moment de la Grande Peste et l'invasion nazie de la mi-vingtième siècle, il s'interroge sur les notions de civilisation, de résistance à la barbarie, de fidélité à ses convictions. Peut-on, doit-on consentir à de mauvaises actions pour que d'autres plus terribles soient évitées ? Dans ces périodes terribles où les barbares triomphent, la défense de la civilisation se limite à peu de choses, quelques choix cornéliens, résister jusqu'à la mort ou pactiser en espérant sauver ce qui peut l'être, s'imposent à tout un chacun et particulièrement à ceux qui sont en charge des âmes ou des corps. Et quand l'amour s'en mêle (Pétrarque a sa Laure, Sidoine sa Sophia et Julien, le personnage fictif du XXème siècle, sa Julia), les choix deviennent encore plus difficiles, plus dramatiques et plus déchirants. On ne peut que se féliciter de n'y être pas (encore ?) confrontés. L'Histoire officielle se charge, à postériori, d'habiller, à la guise des vainqueurs, les choix effectués des motivations qui l'arrangent plus que la vérité. On apprend ainsi de Clément VI, au travers du sort des Juifs persécutés à ces trois périodes pour servir de boucs-émissaires, qu'il est passé à la postérité pour avoir, au beau milieu de l'épidémie de Peste noire de 1347-1348, publié deux bulles interdisant de les forcer à la conversion et menaçant d'excommunier tous leurs persécuteurs. Quelle en était la motivation exacte ? le roman en livre une, rien n'est certain, laissons-lui donc le bénéfice du doute. C'est une belle promenade érudite qui pose beaucoup de questions. On y aborde, de façon romancée et agréable, politique, philosophie, histoire et histoire de l'art, à trois époques particulièrement troublées dans une unité de lieu (le Vaucluse). Les sentiments compliquent tout : amour, amitié, de même que l'envie de bien faire, et aboutissent parfois à des trahisons assumées ou à des renoncements déchirants. C'est un roman qui donne envie de retourner dans ce Vaucluse ensoleillé et parfumé pour plonger dans son histoire méconnue et (re)découvrir la poésie de Pétrarque. « De longs cheveux brillant à rendre l'or jaloux, Le regard le plus pur, le plus charmant visage Qui jamais aient fait mettre un mortel à genoux, Un sourire ineffable, un gracieux langage, Une main, de beaux bras noblement arrondis A faire implorer grâce au coeur le plus rebelle, Un pied fait par l'amour, une femme si belle, En un mot, qu'il n'est rien de tel au paradis, Me faisaient d'heureux jours; mais Dieu l'a rappelée, Empressé de la voir parmi sa cour ailée, Et moi, je reste seul, les yeux morts au bonheur. Pourtant une espérance ici-bas m'est laissée : Peut-être l'ange heureux, qui lit dans ma pensée, De nous voir réunis obtiendra la faveur. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • py314159 Posté le 17 Septembre 2017
    Un texte, le Songe de Scipion, trois héros, trois époques, pour un roman magistral de Iain Pears.
  • frandj Posté le 9 Mars 2015
    Ian Pears est un écrivain, mais aussi penseur et un érudit - un peu comme Umberto Eco, par exemple. Dans ce gros roman, il entraîne les lecteurs dans le dédale de l’Histoire, plus précisément à trois moments-clé de notre passé: pendant l’agonie de l’Empire Romain, à la Renaissance et pendant la seconde guerre mondiale. On suit les aventures de Manlius, d'Olivier et de Julien, chacun vivant à l’une de ces trois époques. L’auteur montre comment le destin de l’individu est lié au contexte historique où il vit. Le lien - assez lâche - entre ces trois destins est assuré par un texte intitulé "Le songe de Scipion" que Cicéron aurait rédigé. C’est un livre intelligent et bien construit, qui permet d’affiner notre culture et notre réflexion sur l’Histoire. Toutefois, il m’a semblé parfois un peu difficile de "sauter" d’une époque à l’autre, dans ce roman à trois voix. Pour ma part, "Le cercle de la croix", du même auteur, m’avait laissé une impression plus subtile et plus inoubliable.
  • RegisB Posté le 26 Novembre 2014
    Un des meilleurs livres qu'il m'a été permis de lire. Une organisation parfaite, une complexité qui une fois affrontée révèle des trésors. Voila un livre qui m'accompagne à jamais et qui me questionne toujours. Quand la barbarie arrive, quels sont les bons choix ? A ne pas rater.
  • sweetie9 Posté le 5 Août 2014
    En Provence,à trois époques décisives de l'Histoire,la fin de l'Empire Romain,la Grande peste du XIVe siécle et de la Seconde Guerre Mondiale,trois hommes sont unis autour d'un texte "le songe de Scipion" et de l'amour absolu porté à une femme d'exception. Que faire face aux hordes de barbares menés par le roi Euric,aux complots autour de la papauté,à la montée du nazisme tout-puissant? Au moment où la société dans laquelle ils vivent est au bord du chaos,Manlius Hippomanes,Olivier de Noyen et Julien Barneuve devront sacrifier une part d'eux-mêmes pour oser s'engager ou pactiser avec l'ennemi.
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.