Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259230384
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le treizième conte

Claude Demanuelli (traduit par), Jean Demanuelli (traduit par)
Collection : Feux croisés
Date de parution : 08/01/2015

Un passionnant mystère qui s’inscrit dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné du Maurier. Une mise en abîme et une puissance romanesque remarquable parcourent le roman du début à la fin : secrets de famille, magie des livres et art de raconter des histoires.

Un passionnant mystère qui s’inscrit dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné du Maurier. Une mise en abîme et une puissance romanesque remarquable parcourent le roman du début à la fin : secrets de famille, magie des livres et art de raconter des histoires.

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant...

Un passionnant mystère qui s’inscrit dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné du Maurier. Une mise en abîme et une puissance romanesque remarquable parcourent le roman du début à la fin : secrets de famille, magie des livres et art de raconter des histoires.

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du monde, s'est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd'hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l'extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Margaret Lea est une injonction : elle l'invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l'imaginaire ; et elle ne croit pas au récit de Vida.
Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité.
Dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question de maisons hantées et de soeurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259230384
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LectriceArmoricaine Posté le 30 Octobre 2021
    Ce livre m'a possédé du début à la fin. Je l'ai dévoré, avide de percer les mystères de cette femme étrange, Vida Winter. Entre les fantômes du passé, une grande demeure qui semble animée, une narratrice qui se révèle peu fiable au fil du roman, une famille dysfonctionnelle, des références aux plus grand romans gothiques Jane Eyre, Les Hauts de Hurlevent, Le tour d'écrou, La dame en Blanc... beaucoup d'éléments sont réunis pour les amateurs des ambiances gothiques. Tout au long de ma lecture j'avais l'impression d'une insaisissable vérité, et même en ayant fini le livre, et que tout est résolu, j'ai ce sentiment magique de lecture qui me reste. Une lecture qui résonne en moi, qui me marque beaucoup. J'ai adoré la narratrice et sa façon de parler de sa passion des livres. Elle travaille dans une librairie ancienne avec son père et écrit des biographies amateurs. C'est elle que Vida Winter choisit pour se livrer sur sa vie, chose que l'écrivaine à succès n'avait jamais fait, à aucun journaliste. Énorme coup de coeur ❤❤❤❤❤ je vous le conseille.
  • laetitiaflagothier Posté le 21 Avril 2021
    ( 28/04/2013 ) Si on aime la littérature et les histoires qu'elle peut nous raconter, on serait parfois surpris de découvrir la vie de certains des auteurs qui les ont écrit. Derrière une plume peut se cacher un passé parfois bien plus riche que la passé des héros qu'ils ont imaginés. C'est ce que Diane Setterfield a choisi comme porte d'entrée pour nous raconter "Le treizième conte". Léa, jeune biographe d'écrivains et accessoirement fille de bouquiniste, a été choisie par la grande Vida Winter, célèbre auteur d'Angleterre mais dont on ne sait en fait rien de la personne, pour recueillir ses souvenirs, sa vie et en faire une sorte de testament littéraire... Ces deux grandes amoureuses de la littérature vont se nourrir l'une l'autre de leurs vies et apprendre à s'apprivoiser pour nous conter une histoire que Dickens lui - même aurait savouré, ainsi que les fantômes d'autres auteurs anglais tels les soeurs Brontë, Wilkie Collins et encore bien d'autres, qui ont été invités pour l'histoire.
  • sld09 Posté le 11 Décembre 2020
    C'est un vrai plaisir de retrouver la plume ciselée de Diane Setterfield treize ans après ma première lecture du Treizième Conte. Je crois que ce que j'ai le plus aimé dans le roman, c'est la manière dont la narratrice parle des livres et de ses expériences de lectrice. Cela rappelle forcément des expériences personnelles similaires... Le texte de Diane Setterfield déborde de références aux grands classiques de la littérature anglaise. Il y a des références directes aux auteurs et aux titres de leurs livres et puis il y a des échos dans l'intrigue elle-même. Le récit dans le récit, c'est à dire le récit que l'écrivaine fait de son enfance, sonne davantage comme un conte que comme des souvenirs tellement ce qu'elle décrit est difficile à croire. Et puis on nous livre la clé et tout s'éclaire : on comprend mieux et on compatit enfin au sort des personnages victimes des circonstances. Comme dans L'Autre Moitié de Soi que j'ai lu il y a peu, il est ici question de sœurs jumelles et du manque de la jumelle absente. J'ai trouvé que Le Treizième Conte racontait beaucoup mieux, avec plus de sensibilité, les rapports si particuliers et si complexes. C'est donc une relecture que je... C'est un vrai plaisir de retrouver la plume ciselée de Diane Setterfield treize ans après ma première lecture du Treizième Conte. Je crois que ce que j'ai le plus aimé dans le roman, c'est la manière dont la narratrice parle des livres et de ses expériences de lectrice. Cela rappelle forcément des expériences personnelles similaires... Le texte de Diane Setterfield déborde de références aux grands classiques de la littérature anglaise. Il y a des références directes aux auteurs et aux titres de leurs livres et puis il y a des échos dans l'intrigue elle-même. Le récit dans le récit, c'est à dire le récit que l'écrivaine fait de son enfance, sonne davantage comme un conte que comme des souvenirs tellement ce qu'elle décrit est difficile à croire. Et puis on nous livre la clé et tout s'éclaire : on comprend mieux et on compatit enfin au sort des personnages victimes des circonstances. Comme dans L'Autre Moitié de Soi que j'ai lu il y a peu, il est ici question de sœurs jumelles et du manque de la jumelle absente. J'ai trouvé que Le Treizième Conte racontait beaucoup mieux, avec plus de sensibilité, les rapports si particuliers et si complexes. C'est donc une relecture que je ne regrette pas même si l'atmosphère est parfois un peu pesante, mais après tout Le Treizième Conte est un hommage aux œuvres romantiques et gothiques, telles Jane Eyre ou Rebecca...
    Lire la suite
    En lire moins
  • nanashi Posté le 25 Septembre 2020
    Je suis soulagée de refermer ce livre, enfin ! Certes, le lire n'était pas une corvée, mais j'ai connu des lectures plus passionnante. Les premiers chapitres sont longs. Je ne voyais pas où tout ces détails, trop nombreux à mon goût, me meneraient. L'intrigue a commencé à prendre dans la seconde partie du récit, là où l'histoire de Miss Winter est dévoilée pas à pas. Révélations noyées dans un tas de disgressions plus ennuyantes qu'autre chose. Quant à l'héroïne, Margaret, personnage trop centré sur ses attermoiements. Je n'ai pas réussi à m'attacher à elle et à ressentir de l'empathie à son égard; et ce malgré son amour pour les livres que je partage complétement, et qui aurait pu permettre un rapprochement, une identification. Pas de coup de coeur pour cette fois. Un roman qui sera certainement vite oublié.
  • Snoopythecat Posté le 20 Mars 2020
    Avant de me lancer dans la lecture de ce roman j'ignorais tout à fait ce que le terme " roman gothique " signifiait. Au terme de ma lecture je ne le sais toujours pas... Je n'ai pas partagé l'enthousiasme de beaucoup même si j'avoue avoir passé un bon moment. Le récit se fait à plusieurs voix, sans que le style de narration ne change vraiment, ce qui m'a un peu perturbée. L'histoire des ces jumelles qui grandissent livrées à elles-mêmes est triste bien sûr mais donne-t-il réellement des frissons ? Pour ma part, non. Ai-je tremblé à l'évocation de l'ambiance lourde de la maison familiale partie en fumée ? Pas vraiment. Me suis-je posé des questions sur ces fameuses jumelles ? Oui. Ai-je été surprise par le dénouement ? Oui. Recommanderai-je ce roman à quelqu'un ? Non. J'aurais aimé plus de mystère, plus de frissons, plus de psychologie, plus de ce petit quelque chose qui fait la différence.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…