Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782232123115
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le voyage de Hollande
Collection : Poésie d'abord
Date de parution : 13/12/2012
Éditeurs :
Seghers

Le voyage de Hollande

Collection : Poésie d'abord
Date de parution : 13/12/2012

Un grand livre introuvable depuis près de vingt ans...

Le Voyage de Hollande ne fait pas partie des livres les plus connus d’Aragon, mais n’en demeure pas moins une œuvre majeure dans laquelle on retrouve les grandes thématiques du...

Le Voyage de Hollande ne fait pas partie des livres les plus connus d’Aragon, mais n’en demeure pas moins une œuvre majeure dans laquelle on retrouve les grandes thématiques du poète, la douleur d’aimer, le jeu, le miroir, le double, et une matière humaine d’une profondeur peu commune. Après avoir...

Le Voyage de Hollande ne fait pas partie des livres les plus connus d’Aragon, mais n’en demeure pas moins une œuvre majeure dans laquelle on retrouve les grandes thématiques du poète, la douleur d’aimer, le jeu, le miroir, le double, et une matière humaine d’une profondeur peu commune. Après avoir réédité Les Yeux d’Elsa et Il ne m’est Paris que d’Elsa, les Éditions Seghers devaient offrir une nouvelle vie à ce grand livre introuvable depuis près de vingt ans.
Les poèmes qui composent ce recueil relatent moins le "voyage en Hollande" qu’ont effectué Louis et Elsa au cours de l’été 1963 qu’ils ne nous invitent à voyager dans un espace, réel ou onirique, qui fascinait déjà Baudelaire. "Le voyage de Hollande peut être voyage pictural ou exil puisque, après Descartes, plus d’un écrivain français a cherché refuge en ce pays", explique dans sa postface Michel Besnier.
Poète courtois égaré au vingtième siècle, Aragon parle ici aussi de l’amour au passé. En 1963, le temps a fait son œuvre ; bientôt les amants ne seront plus. Cette dimension temporelle explique la tonalité des poèmes sur lesquels se clôt le recueil.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782232123115
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ludmilalbina Posté le 5 Juillet 2021
    Je suis comme ces femmes qui aiment les mauvais garçons : j'aime Louis Aragon. Ce poète au verbe envoûtant, irrésistible. Cet homme qui toute sa vie a joué avec tout le monde, peut être, avec soi-même aussi. Tantôt un veuf flamboyant, tantôt un dandy maquillé et masqué. Qui affrontait les femmes par le double jeu de la rouerie et l'ironie, le lyrisme en décore théâtral, le savant dosage de la sincérité et du mensonge. Qui avouait que « Si l'on voudrait élever une statue à la mobilité des idées, le sculpteur ne trouverait pas de meilleur modèle que moi ». ….Finalement , peut être, je ne l'aime pas tant que ça …. Et pourtant : "Pourquoi ce jour-ci, pourquoi ce moment leur est-il le dernier. Quelle est cette fatigue subite et quel est ce renoncement. Ils n'ont pas voulu, ils n'ont pas pu marcher plus loin disant qu'après tout Après eux le futur commence. Et vais-je aussi comme eux m'asseoir tout d'un coup Voyant devant moi l'immensité de l'étendue. Désespérant de... Je suis comme ces femmes qui aiment les mauvais garçons : j'aime Louis Aragon. Ce poète au verbe envoûtant, irrésistible. Cet homme qui toute sa vie a joué avec tout le monde, peut être, avec soi-même aussi. Tantôt un veuf flamboyant, tantôt un dandy maquillé et masqué. Qui affrontait les femmes par le double jeu de la rouerie et l'ironie, le lyrisme en décore théâtral, le savant dosage de la sincérité et du mensonge. Qui avouait que « Si l'on voudrait élever une statue à la mobilité des idées, le sculpteur ne trouverait pas de meilleur modèle que moi ». ….Finalement , peut être, je ne l'aime pas tant que ça …. Et pourtant : "Pourquoi ce jour-ci, pourquoi ce moment leur est-il le dernier. Quelle est cette fatigue subite et quel est ce renoncement. Ils n'ont pas voulu, ils n'ont pas pu marcher plus loin disant qu'après tout Après eux le futur commence. Et vais-je aussi comme eux m'asseoir tout d'un coup Voyant devant moi l'immensité de l'étendue. Désespérant de l'effort si grand pour avancer si peu. Pourtant donne-moi ta main qu'ensemble Allons veux-tu bien jusqu'au tournant . Peut- être après Le paysage change-t-il et ce serait bien assez De voir qu'il change." Aragon
    Lire la suite
    En lire moins
  • rorospigo Posté le 31 Janvier 2020
    Au début de ma lecture, je dois avouer que j'étais sceptique : je ne comprenais pas bien les poèmes et l'écriture me paraissait obscure. Puis au fil de la lecture, j'ai eu une sorte de déclic. D'un coup, la porte d'Aragon m'a été ouverte. Cette manière étrange de déformer la grammaire pour y mettre de la poésie est exactement la cause de ma première incompréhension puis de mon engouement. Admirable Aragon, que de beaux textes as-tu produit !
Inscrivez-vous à la newsletter Seghers pour suivre les actualités de la maison.
La poésie est partout !