Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355847363
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 496
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
L'Empreinte
Héloïse Esquié (traduit par)
Date de parution : 10/01/2019
Éditeurs :
Sonatine

L'Empreinte

Héloïse Esquié (traduit par)
Date de parution : 10/01/2019
L'Empreinte d'Alex Marzano-Lesnevich a reçu le Grand Prix des Lectrices de Elle 2019 et le Prix du Livre étranger 2019 France Inter / JDD.

 
Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley,... Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être... Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. 
 
Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847363
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 496
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

« Ce balancement entre autobiographie et journalisme, documentation et imagination, témoignage et intuition, tendresse et horreur est intelligent et élégant. Entre les mains d’un être ou d’un auteur inférieur cet assemblage n’aurait pas tenu, mais Alexandria Marzano-Lesnevich nous offre une œuvre d’art formidable et formidablement difficile qui réclame toute l’intensité de notre attention, de notre conscience et de notre cœur. » Maggie Nelson (Les Argonautes, Une partie rouge)
 
Maggie Nelson (Les Argonautes)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Saturne76 26/06/2022
    Récit discutable mais intéressant et émouvant. Chacun trouvera dans cette affaire véritable des arguments pour ou contre la peine de mort. A la fin, sans conclure vraiment, le livre semble plutôt peser contre. Le hic, c’est que l’auteure, victime d’inceste dans son enfance, a un ressentiment personnel envers le meurtrier pédophile. Cela nourrit sa longue réflexion mi-chair mi-poisson, le plus souvent centrée sur ses propres blessures. Sur un tel débat, mieux vaudrait une analyse profonde, un oeil neuf comme celui d’un bon jury : le plus neutre possible au départ, exempt de préjugé égocentrique. En comparaison, Robert Badinter est beaucoup plus profond, centré sur des valeurs, sur la victime et pas sur soi-même. Et même si “L’abolition” n’est pas un roman, le talent aidant, cela se lit comme un roman.
  • Wilkes 13/03/2022
    Un texte inclassable et profondément dérangeant. Une oeuvre à part, qui ne saurait se réduire à une ultime pierre amenée au débat sur la peine de mort, ni à une étude sur la pédophilie qui se nourrirait à la fois d’une étude de cas, ce fait divers raconté de ses racines à la complexité de ses différents procès, et à la fois de la propre vie de l’auteure. Il n’est pas une page de ce texte qui ne nous amène à nous interroger sur notre humanité, sur la justice et sur la vérité. Un tour de force qui ne nous épargne pas grand chose des horreurs de la nature humaine, de sa complexité et capacité de résilience aussi. À lire absolument si on en a les ressources car le texte demande un certain courage, celui de regarder en face des enfances brisées.
  • aurore022 01/03/2022
    Un pardon (im)possible face à la pédocriminalité Ces cinq dernières années, l’ouvrage qui m’a le plus marqué s’intitule : « L’empreinte » : récit écrit par Alex Marzano-Lesnevich. Résumé de l’éditeur (Sonatine Éditions pour la traduction française, 2019) : « Étudiante en droit à Harvard, Alex Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Ricky Langley, dont la confession ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alex ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire. Elle n’aura alors qu’une obsession : enquêter sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable ». A travers des recherches minutieuses, Alex Marzano nous embarque dans un entremêlement de fresques familiales : celle d’un pédocriminel et la sienne, victime d’inceste par son grand-père maternel. En découvrant les aveux filmés de Ricky Langley, Alex veut sa mort. Pourtant, cela va contre ses convictions profondes. Elle ne peut en rester là : elle veut comprendre comment un... Un pardon (im)possible face à la pédocriminalité Ces cinq dernières années, l’ouvrage qui m’a le plus marqué s’intitule : « L’empreinte » : récit écrit par Alex Marzano-Lesnevich. Résumé de l’éditeur (Sonatine Éditions pour la traduction française, 2019) : « Étudiante en droit à Harvard, Alex Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Ricky Langley, dont la confession ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alex ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire. Elle n’aura alors qu’une obsession : enquêter sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable ». A travers des recherches minutieuses, Alex Marzano nous embarque dans un entremêlement de fresques familiales : celle d’un pédocriminel et la sienne, victime d’inceste par son grand-père maternel. En découvrant les aveux filmés de Ricky Langley, Alex veut sa mort. Pourtant, cela va contre ses convictions profondes. Elle ne peut en rester là : elle veut comprendre comment un homme en arrive à violer des enfants. « L’empreinte » sort du lot, par rapport, aux livres contemporains manichéistes où s’opposent « le bien » et « le mal ». Alex Marzano réalise l’inimaginable : elle parvient à rentrer en empathie avec un pédocriminel et même … avec son grand-père. Elle ne pardonne pas : cela n’est pas aussi simple que cela. Elle acte qu’un trajet humain est complexe et que la vérité ne se trouve jamais dans une perspective isolée. « Ce qui m’a tant séduite dans le droit il y a si longtemps, c’était qu’en composant une histoire, en élaborant à partir des événements un récit structuré, il trouve un commencement, et donc une cause. Mais ce que je ne comprenais pas à l’époque, c’est que le droit ne trouve pas davantage le commencement qu’il ne trouve la réalité. Il crée une histoire. Cette histoire a un commencement. Cette histoire simplifie les choses, et cette simplification, nous l’appelons vérité ». La lecture du récit est difficile car on se sent mal à l’aise : on a presque envie de plaindre Ricky tout autant qu’Alex. Il est magistral que l’autrice soit parvenue à chercher à comprendre des actes criminels qui ont des impacts effroyables sur toute une vie et en l’occurrence, sur la sienne. On ne sort pas de cette lecture indemne : elle nous hante très longtemps. Et nous questionne sur les secrets de famille, sur la maladie mentale, sur les limites du droit mais aussi sur la difficulté à trouver un apaisement après des viols à répétition mineure. Aurore Van Opstal
    Lire la suite
    En lire moins
  • nathalieberquet 27/01/2022
    Bonjour cher lecteur, Je te termine ce livre très intéressant L'EMPREINTE d’Alex Marzano-Lesnevich et c'est une belle découverte un style agréable et fluide, une belle plume que je trouve addictive. L'histoire se compose en deux parties une sur l'enquête d'un pédophile et l'autre sur sa vie depuis sa plus tendre enfance (si on peut appeler ça une ''tendre enfance''). Elle nous entraîne dans un roman qui n'en est pas vraiment un, mais pas un récit non plus. Elle nous montre combien les êtres humains peuvent être abjecte et complexe. Et combien il nous est difficile de juger. Une grande réflexion sur la justice et l'administration qui à l’époque des faits est terriblement imparfaite. Comment pardonner ou être pardonné. Grande complexité de l'être humain. C'est un grand coup de cœur pour moi . QUATRIEME DE COUVERTURE : Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l'épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à... Bonjour cher lecteur, Je te termine ce livre très intéressant L'EMPREINTE d’Alex Marzano-Lesnevich et c'est une belle découverte un style agréable et fluide, une belle plume que je trouve addictive. L'histoire se compose en deux parties une sur l'enquête d'un pédophile et l'autre sur sa vie depuis sa plus tendre enfance (si on peut appeler ça une ''tendre enfance''). Elle nous entraîne dans un roman qui n'en est pas vraiment un, mais pas un récit non plus. Elle nous montre combien les êtres humains peuvent être abjecte et complexe. Et combien il nous est difficile de juger. Une grande réflexion sur la justice et l'administration qui à l’époque des faits est terriblement imparfaite. Comment pardonner ou être pardonné. Grande complexité de l'être humain. C'est un grand coup de cœur pour moi . QUATRIEME DE COUVERTURE : Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l'épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien tout à fait inattendu entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n'aura alors cesse d'enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Liloulit 11/01/2022
    J'aii été un peu perturbée au départ par le parallèle qu'établit l'auteur entre ce pédophile tueur et son propre vécu. Mais pour comprendre sa réaction primaire face à ce cas juridique (pour la première fois, elle voudrait voir appliquer la peine de mort) elle va s'obliger à faire face à sa propre histoire. Cela lui permet de s'appuyer, comme une béquille, sur l'histoire de cet homme et de ceux qui l'ont entouré pour pouvoir raconter avec pudeur sa propre histoire, l'inceste qu'elle a subi et la terrible réaction de sa famille. Et se demander si le pardon est nécessaire pour continuer à avancer, sans en donner la réponse.
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !