Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782265091672
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Les ailes du sphinx
Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 24/02/2011
Éditeurs :
12-21
En savoir plus

Les ailes du sphinx

Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 24/02/2011

Montalbano fait grise mine. Depuis son incartade avec une très jeune demoiselle, ses relations avec Livia, son éternelle fiancée génoise, battent de l'aile. Sans compter que son récent infarctus l'inquiète....

Montalbano fait grise mine. Depuis son incartade avec une très jeune demoiselle, ses relations avec Livia, son éternelle fiancée génoise, battent de l'aile. Sans compter que son récent infarctus l'inquiète. Mais pas le temps de s'apitoyer sur son sort, car le corps d'une femme vient d'être découvert dans une décharge....

Montalbano fait grise mine. Depuis son incartade avec une très jeune demoiselle, ses relations avec Livia, son éternelle fiancée génoise, battent de l'aile. Sans compter que son récent infarctus l'inquiète. Mais pas le temps de s'apitoyer sur son sort, car le corps d'une femme vient d'être découvert dans une décharge. Et rien n'est fait pour faciliter l'identification. Elle est nue, aucun vêtement ni papier n'ont été retrouvés à proximité. Seul un petit tatouage sur l'épaule gauche pourrait aider les enquêteurs. Un papillon, un sphinx, étrange point commun avec plusieurs immigrées de l'Est, accueillies par une association catholique. Une bonne œuvre pas très claire…
Alors qu'il s'occupe d'un mystérieux enlèvement survenu au même moment, Montalbano se heurte à l'évêque et aux hautes sphères de l'Église et de l'État, mobilisées jusqu'à Rome pour entraver la découverte d'une vérité… glaçante.

 Une fois encore, entre tragicomédie et intermèdes gourmets, avec une galerie de personnages hauts en couleur et dans cette langue savoureuse qui a fait son succès, le maître sicilien nous dévoile, au-delà de son île, l'universelle vilenie d'une certaine bonne société.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265091672
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
12-21
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 9 Septembre 2021
    N°1581 - Septembre 2021 Les ailes du sphinx – Andréa Camilleri – Fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani. Pour cette enquête nous retrouvons les mêmes, Cattarella qui aurait bien besoin d’un appareil auditif tant il modifie les mots, Montalbano toujours aussi morfal et tout le reste de la bande. Présentement, ce qui l’occupe c’est le cadavre d’une jeune femme découvert nue dans une décharge avec pour seul indice un tatouage en forme de papillon et plus exactement de sphinx. C’est bien maigre ! Cela peut-être un indice où simplement la marque d’une mode. Cela au moins à l’avantage de lui changer les idées parce que, avec Livia, son éternelle mais lointaine fiancée, c’est plutôt l’orage. Il a tout fait pour cela, le bougre, puisqu’il papillonne beaucoup, malgré l’âge qui de plus en plus le titille et sa récente incartade avec une très jeune demoiselle n’a pas été du goût de sa régulière. Ils vivent chacun à un bout de l’Italie, elle à Gêne, lui en Sicile, ils s’aiment, ne peuvent se passer l’un de l’autre, entre eux c’est « pas avec toi mais pas sans toi », mais c’est toujours des engueulades souvent par téléphone interposé, bref ils ont tout d’un... N°1581 - Septembre 2021 Les ailes du sphinx – Andréa Camilleri – Fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani. Pour cette enquête nous retrouvons les mêmes, Cattarella qui aurait bien besoin d’un appareil auditif tant il modifie les mots, Montalbano toujours aussi morfal et tout le reste de la bande. Présentement, ce qui l’occupe c’est le cadavre d’une jeune femme découvert nue dans une décharge avec pour seul indice un tatouage en forme de papillon et plus exactement de sphinx. C’est bien maigre ! Cela peut-être un indice où simplement la marque d’une mode. Cela au moins à l’avantage de lui changer les idées parce que, avec Livia, son éternelle mais lointaine fiancée, c’est plutôt l’orage. Il a tout fait pour cela, le bougre, puisqu’il papillonne beaucoup, malgré l’âge qui de plus en plus le titille et sa récente incartade avec une très jeune demoiselle n’a pas été du goût de sa régulière. Ils vivent chacun à un bout de l’Italie, elle à Gêne, lui en Sicile, ils s’aiment, ne peuvent se passer l’un de l’autre, entre eux c’est « pas avec toi mais pas sans toi », mais c’est toujours des engueulades souvent par téléphone interposé, bref ils ont tout d’un vieux couple !Comme un tracassin n’arrive jamais seul, il est aussi chargé de l’enlèvement pour le moins bizarre du marchand de bois Picarella, deux affaires pas vraiment liées l’une à l’autre, en apparence. La première affaire doit avoir une importance certaine puisque ses investigations remuent beaucoup de monde, même l’Église et ce pauvre commissaire est bien seul au point qu’il soliloque et interroge alternativement Montalbano 1 et 2 mais, c’est peut-être la voix de sa conscience ou du bon sens mais, même dans son dialogue intérieur, Livia est toujours présente. Tout est étrange dans cette affaire menée par notre commissaire et ses habituels comparses, dans une ambiance tendue et des restrictions budgétaires de plus en plus grandes, ces meurtres de jolies femmes, cet enlèvement sans demande de rançon, cet incendie volontaire, cela sent la prostitution, l’adultère, la marque de l’incontournable mafia, la frilosité d’une hiérarchie policière d’autant plus hésitante que risquent d’être mis en cause des notables et surtout une organisation de bienfaisance catholique dont on ne saurait douter puisqu’elle est officiellement garante du message de l’Évangile, mais elle l’oublie opportunément comme d’habitude et fait honneur à sa caractéristique constante d’hypocrisie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Baluzo Posté le 3 Juin 2021
    sans doute pas le meilleur car l'intrigue est un peu grosse et le dénouement un poil réceptif...mais bon ,je ne bouderai pas mon plaisir, car celui ci est systématiquement renouvelé à chaque lecture d'une nouvelle enquête de Montalbano...Car en prime de l'enquête , c'est Montalbano qu'on accompagne en tant qu'homme avec ses faiblesses, ses incohérences , ses petits plaisirs aussi....
  • jcjc352 Posté le 5 Avril 2021
    Montalbano dans ce livre est au boulot et c’est même boulot/boulot contrairement à son habitude il passe beaucoup de temps avec Mimi et Fabio ces adjoints. Livia est resté à Gêne à la suite d’une petite histoire de tromperie passagère mais réciproque il est dit, entre les deux amants terribles. Moins de temps passé dans les trattorias, toutefois le piscitoccu alla ghiotta est pris sur le pouce pour résoudre une histoire de jolies filles de l’Est avec des papillons sur l’épaule, en tatouage le papillon , qui amènera Salvo à faire de l’entomologie pour comprendre en quoi le « sphinx » est important ou pas dans le meurtre de la décharge et qui en déduira accessoirement que le papillon n’est pas une mite. Ici Serge Quadruppani, le traducteur de Camilleri a fait fort pour traduire cet italien sicilisé en laissant le terme sicilien accompagner la traduction régionalisée On apprendra qu’ une cululùchira (c’est mignon n’est-ce pas ? ) est une luciole , pas un papillon ni une mite. Sans parler de la traduction des mots employés par Catarella atteint de dyslexie auditive doublée d’une déficience cognitive assez grave et rare: chez... Montalbano dans ce livre est au boulot et c’est même boulot/boulot contrairement à son habitude il passe beaucoup de temps avec Mimi et Fabio ces adjoints. Livia est resté à Gêne à la suite d’une petite histoire de tromperie passagère mais réciproque il est dit, entre les deux amants terribles. Moins de temps passé dans les trattorias, toutefois le piscitoccu alla ghiotta est pris sur le pouce pour résoudre une histoire de jolies filles de l’Est avec des papillons sur l’épaule, en tatouage le papillon , qui amènera Salvo à faire de l’entomologie pour comprendre en quoi le « sphinx » est important ou pas dans le meurtre de la décharge et qui en déduira accessoirement que le papillon n’est pas une mite. Ici Serge Quadruppani, le traducteur de Camilleri a fait fort pour traduire cet italien sicilisé en laissant le terme sicilien accompagner la traduction régionalisée On apprendra qu’ une cululùchira (c’est mignon n’est-ce pas ? ) est une luciole , pas un papillon ni une mite. Sans parler de la traduction des mots employés par Catarella atteint de dyslexie auditive doublée d’une déficience cognitive assez grave et rare: chez ce brave et dévoué standardiste et « hôte d’accueil » du commissariat un monsieur Curcuraci devient cuccucacachi ou bien cuculucachi ce qui la fout mal avec les administrés. Bref et donc Montalbano de faire le boulot à sa place Malin le Catarella , une sacré pirsonne? De jeunes radasses de l’est, des ratichons, une association " la bonne volonté"( tout un programme!) d’aide au jeunes filles en fleurs, un enlèvement en parallèle vont entrainer Montalbano dans une palpitante enquête à Vigata et dans ses environs. Des contacts toujours aussi rugueux et courtois avec le médecin légiste et le questeur. Et une Livia qu’on voit pas mais qu’on entend de loin pour les engueulades tumultueuses , même au tiliphone et curieusement pour un rabibochage de dernière minute. Avec cette fois en prime une délicieuse recette de ‘mpanata de cochon qui séduirait même un végan à condition bien sûr de remplacer la saucisse de cochon par une saucisse végétale (260 g de pois chiches cuits, 1 demi-oignon blanc, 1 demi-gousse d'ail, du thym, 30 g de sauce soja, 100 g de bouillon de légumes, 10 g d'huile d'olive, 10 g de citron confit haché, 65 g de gluten de blé, sel, poivre concassé recette d’un grand chef parisien ) à manger précédé d’un petit riz léger à la sicilienne (vin vinaigre anchois salés et j’en passe sans oublier l’huile d’olive, le citron et olives noires dites « passaluna » On sent notre Montalbano assez préoccupé par ses soucis sentimentaux et un peu moins par la recherche de la Vérité avec un grand V surtout quand la hiérarchie n’y met pas de sien et que l’essence vient à manquer au commissariat Voilà tout !
    Lire la suite
    En lire moins
  • py314159 Posté le 27 Janvier 2021
    Le commissaire Montalbano enquête sur le meurtre d'une jeune femme avec un tatoutage de papillon sur l'épaule. L'intrigue est classique et semble presque anecdotique par rapport aux dialogues savoureux venant de l'italien et du sicilien. La préface du traducteur est à cet égard très instructive.
  • ghislainemota Posté le 4 Mai 2020
    Bien ficelé et plein d'humour j'ai lu pour la première fois un Camilleri. Le commissaire Montalbano doit découvrir le tueur d'une jeune fille morte dans une décharge. Sur son omoplate gauche est tatoué un sphinx papillon. Avec un style accrocheur et des plats alléchants (les rougets de Montalbano font envie) l'écrivain sicilien égratigne son pays et l'église romaine dans un polar classique. Un polar qui date mais dont l'intrigue attise la curiosité du lecteur. J'ai particulièrement aimé la touche de crétinisme avec Cataré.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !