Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355840586
Code sériel : 84
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les Anonymes

Clément BAUDE (Traducteur)
Date de parution : 01/03/2012

« Un véritable aboutissement du genre. Des fanfares devraient
saluer l’arrivée d’un thriller de cette ambition, de cette puissance
et de cette maîtrise. » The Guardian
Après Seul le silence et Vendetta, le nouveau chef-d’oeuvre
de R. J. Ellory.

Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques.
Tout laisse à penser qu’un serial killer est à l’oeuvre. Enquête
presque classique pour l’inspecteur Miller. Jusqu’au moment où
il découvre qu’une des victimes vivait sous une fausse identité,
fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait
être une banale enquête de police prend alors...

Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques.
Tout laisse à penser qu’un serial killer est à l’oeuvre. Enquête
presque classique pour l’inspecteur Miller. Jusqu’au moment où
il découvre qu’une des victimes vivait sous une fausse identité,
fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait
être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute
différente et va conduire Miller jusqu’aux secrets les mieux gardés
du gouvernement américain.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355840586
Code sériel : 84
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • klimt4 Posté le 8 Octobre 2020
    Les Anonymes RJ Ellory 736 P. Troisième roman que je lis de cet auteur et troisième claque ! Je suis ébahie devant cette écriture. L'auteur sait très bien ficeler un thriller avec ici les membres du respect de la Loi. Les Anonymes ? Ce sont les personnages en toile de fond de chaque roman que nous lisons. Les Anonymes ? Ce sont des prête- noms, des fantômes. Le roman commence crescendo puis , tout à coup , vous vous retrouvez dans une spirale infernale. Dans ce roman , j'ai beaucoup apprécié la trame politique , historique et humaine. Bref , je suis devenue fan ! QUATRIEME DE COUVERTURE : Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu'un sérial killer est à l'œuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était - elle réellement ?
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Énooooorme ! Je découvre Ellory avec ce roman et ne compte pas m'arrêter là. Un auteur anglais qui écrit du roman noir américain, il n'en fallait pas plus pour me titiller. Cela se présente comme une enquête sur des meurtres en série, mais on comprend vite que les choses vont évoluer dans un sens bien particulier.Pour une fois le duo d'enquêteurs n'est pas mixte, on a bien deux mecs, pas de risque qu'ils se tournent autour tout au long du livre. La présence féminine ne fait aucun doute, mais au moins l'auteur a eu le tact de mettre la chose au second plan.Donc, nous avons deux flics, un père de famille bien rangé, et un célibataire vaguement déprimé qui reprend le boulot après une mise à pied. Une série de meurtres violents étalée sur plusieurs mois revient au goût du jour et voilà nos deux acolytes bien occupés. Ce qui passe pour l'oeuvre d'un tueur en série s'annonce très vite comme un vrai casse-tête, ce qui est le minimum syndical pour un polar me direz-vous, sauf que dans ce cas précis, rien ne tourne rond, tout n'est que contradictions, non-sens et incohérences.Malgré un début que j'ai trouvé peut-être un peu... Énooooorme ! Je découvre Ellory avec ce roman et ne compte pas m'arrêter là. Un auteur anglais qui écrit du roman noir américain, il n'en fallait pas plus pour me titiller. Cela se présente comme une enquête sur des meurtres en série, mais on comprend vite que les choses vont évoluer dans un sens bien particulier.Pour une fois le duo d'enquêteurs n'est pas mixte, on a bien deux mecs, pas de risque qu'ils se tournent autour tout au long du livre. La présence féminine ne fait aucun doute, mais au moins l'auteur a eu le tact de mettre la chose au second plan.Donc, nous avons deux flics, un père de famille bien rangé, et un célibataire vaguement déprimé qui reprend le boulot après une mise à pied. Une série de meurtres violents étalée sur plusieurs mois revient au goût du jour et voilà nos deux acolytes bien occupés. Ce qui passe pour l'oeuvre d'un tueur en série s'annonce très vite comme un vrai casse-tête, ce qui est le minimum syndical pour un polar me direz-vous, sauf que dans ce cas précis, rien ne tourne rond, tout n'est que contradictions, non-sens et incohérences.Malgré un début que j'ai trouvé peut-être un peu mou, impression sans doute due aux apartés introspectifs d'un mystérieux narrateur, tout s'enchaîne (et se déchaîne) avec une virtuosité troublante. Troublant aussi l'arrière-plan politique, historique, et philosophique.L'auteur met en place d'innombrables pièces de puzzle, nous distrait habilement avec ces fameux interludes, pour mieux nous surprendre sur la fin.La mort, le fait de la donner, la monstruosité de l'homme et ses limites souvent dépassées, les secrets d'État, tout est sujet à réflexion.En plus d'être efficace, ce roman allie la qualité de fond et de forme. Il en devient beau et même carrément émouvant par certains aspects de la vie des personnages et de leurs relations entre eux. L'humanité des personnages, quels qu'ils soient et quelles que soient leurs actions, est palpable.Le livre se termine sur les termes du titre original :... un simple acte de violence, et à cet ultime stade de l'histoire, ça en dit long. Dommage d'avoir opté pour Les anonymes, qui pour le coup ne résume qu'un des aspects du roman et non le plus poignant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LudivineBon Posté le 15 Août 2020
    Robert Miller est face à une enquête troublante. Trois femmes assassinées sauvagement par un tueur en série - le Tueur au ruban- et pas la moindre piste. Jusqu'à ce que Catherine Sheridan soit elle aussi retrouvée morte avec un mode opératoire proche de celui du Tueur, mais avec quelques détails troublants. Cette enquête que Miller essayait de mener au mieux prend alors une nouvelle dimension, plus secrète, plus polémique, voire politique. Miller est au coeur d'une affaire aux nombreuses ramifications et aux enjeux dont il prendra conscience jusqu'à la dernière ligne de ce roman, prenant. R.J. Ellory est comme un pain surprise : on sait que l'on s'apprête à lire un thriller mais on ne sait jamais quelle sera la saveur à l'intérieur. On aime être surpris par une lecture et avec Ellory on est rarement déçu. Avec ces Anonymes, l'auteur explore une nouvelle facette du roman policier et comme on aime on plonge sans hésiter dans cette histoire. Une très bonne lecture, pas de temps mort, pas de pause, un vrai plaisir. Un regret toutefois, le changement de titre en version française… Pourquoi ne pas avoir gardé le titre original tout aussi adapté que celui finalement choisi et qui reflète... Robert Miller est face à une enquête troublante. Trois femmes assassinées sauvagement par un tueur en série - le Tueur au ruban- et pas la moindre piste. Jusqu'à ce que Catherine Sheridan soit elle aussi retrouvée morte avec un mode opératoire proche de celui du Tueur, mais avec quelques détails troublants. Cette enquête que Miller essayait de mener au mieux prend alors une nouvelle dimension, plus secrète, plus polémique, voire politique. Miller est au coeur d'une affaire aux nombreuses ramifications et aux enjeux dont il prendra conscience jusqu'à la dernière ligne de ce roman, prenant. R.J. Ellory est comme un pain surprise : on sait que l'on s'apprête à lire un thriller mais on ne sait jamais quelle sera la saveur à l'intérieur. On aime être surpris par une lecture et avec Ellory on est rarement déçu. Avec ces Anonymes, l'auteur explore une nouvelle facette du roman policier et comme on aime on plonge sans hésiter dans cette histoire. Une très bonne lecture, pas de temps mort, pas de pause, un vrai plaisir. Un regret toutefois, le changement de titre en version française… Pourquoi ne pas avoir gardé le titre original tout aussi adapté que celui finalement choisi et qui reflète pleinement le sens du roman ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • floboiton Posté le 5 Mai 2020
    Au début, on ne sait pas trop au l'histoire nous mène. Mais dès qu'on est embarqué cela devient de plus en plus passionnant jusqu'où bout. Sans doute plus surprenant lorsque l'on est pas américain et que l'on connait la face caché des états-unis et des gouvernements durant la guerre froide.
  • kikenbook Posté le 1 Janvier 2020
    Une nouvelle année commence et avec elle ses traditionnels vœux de santé, de joie, et de savoureux moments littéraires. Je ne déroge pas aux us et coutumes du jour et vous souhaite le meilleur pour cette année 2020. Et comment la commencer de meilleure façon qu'avec la découverte du corps meurtri de Catherine Sheridan, quatrième victime de ce qui semble être un tueur en série sévissant à Washington. L'inspecteur Miller s'empare alors de l'enquête et de notre intérêt qui va aller grandissant dans ce très bon roman de R.J. Ellory. Comme à son habitude, aussi habilement que mon mari sait marier son Gewurzt' et mon foie gras, Ellory mêle avec brio la petite histoire et la grande. Pour cela, il alterne les chapitres qui suivent Miller dans une enquête à la fois lente et prenante et les pages qui, si elles peuvent paraître parfois aussi longuettes que les théories complotisto-délirantes de Mamie Jacquotte au cours du réveillon, semblent être le journal de bord d'un mystérieux Robey, dont le destin semble étroitement lié à l'histoire secrète des Etats-Unis et de sa sulfureuse CIA mais aussi à certaines des tout aussi mystérieuses victimes. En effet, Miller découvre petit à petit que les victimes... Une nouvelle année commence et avec elle ses traditionnels vœux de santé, de joie, et de savoureux moments littéraires. Je ne déroge pas aux us et coutumes du jour et vous souhaite le meilleur pour cette année 2020. Et comment la commencer de meilleure façon qu'avec la découverte du corps meurtri de Catherine Sheridan, quatrième victime de ce qui semble être un tueur en série sévissant à Washington. L'inspecteur Miller s'empare alors de l'enquête et de notre intérêt qui va aller grandissant dans ce très bon roman de R.J. Ellory. Comme à son habitude, aussi habilement que mon mari sait marier son Gewurzt' et mon foie gras, Ellory mêle avec brio la petite histoire et la grande. Pour cela, il alterne les chapitres qui suivent Miller dans une enquête à la fois lente et prenante et les pages qui, si elles peuvent paraître parfois aussi longuettes que les théories complotisto-délirantes de Mamie Jacquotte au cours du réveillon, semblent être le journal de bord d'un mystérieux Robey, dont le destin semble étroitement lié à l'histoire secrète des Etats-Unis et de sa sulfureuse CIA mais aussi à certaines des tout aussi mystérieuses victimes. En effet, Miller découvre petit à petit que les victimes ne vivaient probablement pas sous leur véritable identité. La deuxième partie du roman devient captivante quand enfin Miller engage un bras de fer tendu avec l'énigmatique Robey, un jeu du chat et de la souris entre un flic et un suspect aussi tenaces l'un que l'autre. L'intrigue est remarquablement construite, les dialogues sonnent justes et l'on savoure les passages au conditionnel où l'auteur prend un malin plaisir à narrer ce qui pourrait arriver, comme quand une fois oté le muselet et la coiffe du magnum de Champ', on se prend à imaginer Mamie Jacquotte recevant le bouchon dans les dents qui lui restent (ça lui apprendra à dire des conneries) et Cousin Anthony se faisant débarbouiller la moustache à grande giclée de Moët et Chandon. Si finalement, Mamie et Cousin s'en sortent souvent plutôt bien, les personnages d'Ellory se trouvent malmenés pour notre plus grand plaisir. Bref, un thriller très efficace dont on reprendrait bien une rasade.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !