Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221140093
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les Aquariums de Pyongyang

,

Collection : Vécu
Date de parution : 29/11/2018

1977, Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Kang Chol-hwan vit avec sa famille dans un quartier aisé de la ville. Il a neuf ans. A l'école, on lui explique que le Grand Leader assure la puissance et l'autonomie du pays contre les «marionnettes impérialistes de Séoul». Ses grands-parents sont...

1977, Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Kang Chol-hwan vit avec sa famille dans un quartier aisé de la ville. Il a neuf ans. A l'école, on lui explique que le Grand Leader assure la puissance et l'autonomie du pays contre les «marionnettes impérialistes de Séoul». Ses grands-parents sont favorables au régime de Kim II-sung ; le grand-père a même légué sa fortune au Parti du travail. Pourtant, le vieil homme disparaît. Peu après, le reste de la famille est arrêté et interné au camp de Yodok, sans explication.
Commence alors un calvaire qui durera dix ans, le temps de l'adolescence pour Kang Chol-hwan. Animé par une colère qui ne l'a jamais quitté, il fait le terrible récit de l'enfer organisé. Enfants ou adultes, tous sont soumis au même régime : travail forcé, surveillance continue, bourrage de crâne, humiliation systématique, punitions sauvages... Mais aussi la faim, le froid et leur cortège de maladies.
C'est, en Occident, le premier témoignage sur l'univers concentrationnaire nord-coréen, les coulisses du décor ubuesque et mensonger planté par un Etat mégalomane et tyrannique. Alors que la misère et la corruption rongent ce dernier bastion du stalinisme, Kang Chol-hwan dénonce d'une voix simple et intransigeante les méfaits d'une propagande cramponnée à une idéologie meurtrière.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221140093
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Unvola Posté le 23 Août 2020
    Kang Chol-Hwan, présente dans ce livre un émouvant témoignage recueillit grâce à l’écrivain et historien Pierre Rigoulot, sur l’extrême répression psychologique et physique qui règne encore, de nos jours, en Corée du Nord. Il dénonce également à travers sa terrible expérience (âgé de seulement 9 ans lors de sa déportation), l’horreur des camps de concentration. En effet, presque toute sa famille (son père, sa soeur, sa grand-mère, ses oncles, etc.) a été déportée de 1977 à 1987, dans le camp de concentration de Yodok. De plus, les autorités Nord-coréennes ont obligé sa mère à divorcer de son père ! Le camp de concentration de Yodok, qui mesure 50 kilomètres de long, contient entre autres installations : un bâtiment de rééducation idéologique (lavage de cerveau), des carrières, une mine d’or dans laquelle le taux de mortalité est très important : deuxième cause de décès (esclavagisme), après la sous-alimentation chronique, liée également à la maladie et à l’état d’épuisement. Il existe aussi deux lieux d’exécutions publiques, avec l’obligation pour tous les prisonniers d’assister aux fusillades (pelotons d’exécutions), aux pendaisons, et sous la menace des armes, l’obligation de lapider les personnes innocentes ainsi pendues ! Bref, des conditions de détentions inhumaines, des familles séparées, parfois à vie, sans... Kang Chol-Hwan, présente dans ce livre un émouvant témoignage recueillit grâce à l’écrivain et historien Pierre Rigoulot, sur l’extrême répression psychologique et physique qui règne encore, de nos jours, en Corée du Nord. Il dénonce également à travers sa terrible expérience (âgé de seulement 9 ans lors de sa déportation), l’horreur des camps de concentration. En effet, presque toute sa famille (son père, sa soeur, sa grand-mère, ses oncles, etc.) a été déportée de 1977 à 1987, dans le camp de concentration de Yodok. De plus, les autorités Nord-coréennes ont obligé sa mère à divorcer de son père ! Le camp de concentration de Yodok, qui mesure 50 kilomètres de long, contient entre autres installations : un bâtiment de rééducation idéologique (lavage de cerveau), des carrières, une mine d’or dans laquelle le taux de mortalité est très important : deuxième cause de décès (esclavagisme), après la sous-alimentation chronique, liée également à la maladie et à l’état d’épuisement. Il existe aussi deux lieux d’exécutions publiques, avec l’obligation pour tous les prisonniers d’assister aux fusillades (pelotons d’exécutions), aux pendaisons, et sous la menace des armes, l’obligation de lapider les personnes innocentes ainsi pendues ! Bref, des conditions de détentions inhumaines, des familles séparées, parfois à vie, sans aucune raison, sur simple décision arbitraire du terrifiant « Grand Leader » Kim Jong-il (fils de Kim Il-sung), et de ses sbires. L’horrible dictature « familiale », qui dure depuis plus de 50 ans (tiens, cela me fait penser aux frères Castro à Cuba), relève des pires cauchemars. Après s’être enfuit de Corée du Nord en 1992, Kang Chol-Hwan vit depuis, enfin libre, en Corée du Sud où il n’a de cesse de dénoncer ce régime tyrannique (système de délation « institutionnalisé », perquisitions jours et nuits, interrogatoires, tortures à mort, arrestations arbitraires et déportations en camps de concentration, exécutions sommaires, corruption généralisée, sous-alimentation de toute la population, propagandes et mensonges idéologiques, aucun droit d’expression, etc.), qui règne en Corée du Nord, et d’avertir l’opinion publique de la dramatique famine qui s’est développée depuis la fin des années 1980, faisant à aujourd’hui environ 3 millions de morts ! Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le régime totalitaire communiste continue d’opprimer, en ce début de 21ème siècle, des CENTAINES de MILLIONS de personnes innocentes à travers le monde : en Corée du Nord, en Chine, à Cuba, au Vietnam, etc. ! Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de : – Rithy Panh (L’élimination) ; – Dimitri Vitkovski (Une vie au Goulag) ; – Navy Soth (Les larmes interdites) ; – Shin Dong-hyuk (Rescapé du camp 14 : De l’enfer nord-coréen à la liberté) ; – Eunsun Kim (Corée du nord – 9 ans pour fuir l’enfer) ; – Vann Nath (Dans l’enfer de Tuol Sleng : L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux) ; – Khun Ken (De la dictature des Khmers rouges à l’occupation vietnamienne) ; – Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ; – Alexandre Soljénitsyne (L’Archipel du Goulag) ; – Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ; – Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ; – Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ; – Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ; – Iouri Tchirkov (C’était ainsi… Un adolescent au Goulag) ; – Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ; – Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980) ; – Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 – 1924) ; – Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ; – Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ; – Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ; – Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ; – Lev Razgon (La vie sans lendemains) ; – Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ; – Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ; – Gustaw Herling (Un monde à part) ; – David Rousset (L’Univers concentrationnaire) ; – Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ; – Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ; – Claire Ly (Revenue de l’enfer) ; – Primo Levi (Si c’est un homme) ; – Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ; – Harry Wu (LAOGAI, le goulag chinois) ; – Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l’enfer des chambres à gaz) ; – Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ; – François Ponchaud (Cambodge année zéro) ; – Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L’île de l’enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ; – François Bizot (Le Portail) ; – François Bizot (Le silence du bourreau) ; – Nien Cheng (Vie et mort à Shanghai) ; – Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d’être né là-bas : Corée du Nord : l’enfer et l’exil) ; – Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ; – Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ; – Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nastie92 Posté le 21 Juillet 2013
    Kang Chol-hwan a 9 ans quand il est arrêté et interné dans le camp de Yodok. Cette arrestation dont il est victime, ainsi que sa famille, est totalement arbitraire : nous sommes en Corée du Nord, ne l'oublions pas. Il va perdre ainsi dix années de sa vie, dix années passées à survivre plus qu'à vivre, à subir toutes les horreurs possibles : l'imagination humaine est sans limites dans ce domaine, l'histoire l'a hélas souvent prouvé. Après moultes péripéties, Kang Chol-hwan réussit à fuir et à gagner la Corée du Sud, où il vit actuellement, et ne cesse de dénoncer les conditions de "vie" en Corée du Nord. Son livre, témoignage terrifiant de ce qui se passe dans ce pays opaque au possible, est le premier écrit qui nous soit parvenu en Occident. Il a été depuis suivi par quelques autres, peu nombreux, les évasions de Corée du Nord étant malheureusement rares : la forteresse est bien gardée. Une lecture forte, difficile, mais nécessaire : nous devons, chanceux citoyens de pays libres, prendre conscience de ce qui se passe ailleurs dans le monde. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande Rescapé du camp 14 de Blaine Harden, autre témoignage terrible d'un évadé d'un... Kang Chol-hwan a 9 ans quand il est arrêté et interné dans le camp de Yodok. Cette arrestation dont il est victime, ainsi que sa famille, est totalement arbitraire : nous sommes en Corée du Nord, ne l'oublions pas. Il va perdre ainsi dix années de sa vie, dix années passées à survivre plus qu'à vivre, à subir toutes les horreurs possibles : l'imagination humaine est sans limites dans ce domaine, l'histoire l'a hélas souvent prouvé. Après moultes péripéties, Kang Chol-hwan réussit à fuir et à gagner la Corée du Sud, où il vit actuellement, et ne cesse de dénoncer les conditions de "vie" en Corée du Nord. Son livre, témoignage terrifiant de ce qui se passe dans ce pays opaque au possible, est le premier écrit qui nous soit parvenu en Occident. Il a été depuis suivi par quelques autres, peu nombreux, les évasions de Corée du Nord étant malheureusement rares : la forteresse est bien gardée. Une lecture forte, difficile, mais nécessaire : nous devons, chanceux citoyens de pays libres, prendre conscience de ce qui se passe ailleurs dans le monde. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande Rescapé du camp 14 de Blaine Harden, autre témoignage terrible d'un évadé d'un camp nord coréen.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.