Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707162526
Code sériel : 201
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 238
Format : 125 x 190 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les assassins de la mémoire

"Un Eichmann de papier" et autres essais sur le révisionnisme

PIERRE VIDAL-NAQUET (Auteur, Préface), Gisèle SAPIRO (Postface)
Date de parution : 12/07/2012

« Face à un Eichmann réel, il fallait lutter par la force des armes et, au besoin, par les armes de la ruse. Face à un Eichmann de papier, il faut répondre par du papier. » Faurisson et ceux qui nient avec lui la réalité du génocide hitlérien n'ont pas désarmé, et certains médias continuent à réserver un accueil surprenant à leurs thèses délirantes. Comprendre cette aberration est donc plus que jamais nécessaire. (Cette édition numérique reprend, à l’identique, la seconde édition de 2005.)

« Face à un Eichmann réel, il fallait lutter par la force des armes et, au besoin, par les armes de la ruse. Face à un Eichmann de papier, il faut répondre par du papier. Nous sommes quelques-uns à l'avoir fait et nous le ferons encore. Ce faisant, nous ne nous...

« Face à un Eichmann réel, il fallait lutter par la force des armes et, au besoin, par les armes de la ruse. Face à un Eichmann de papier, il faut répondre par du papier. Nous sommes quelques-uns à l'avoir fait et nous le ferons encore. Ce faisant, nous ne nous plaçons pas sur le terrain où se situe notre ennemi. Nous ne le " discutons pas ", nous démontons les mécanismes de ses mensonges et de ses faux, ce qui peut-être méthodologiquement utile aux jeunes générations. » Ces lignes, qu'écrivait en 1981 l'historien Pierre Vidal-Naquet, gardent toute leur actualité dix ans plus tard : Robert Faurisson et ceux qui nient avec lui la réalité du génocide hitlérien n'ont pas désarmé, et certains médias continuent à réserver un accueil surprenant à leurs thèses délirantes. Comprendre comment une telle aberration a pu voir le jour est donc plus que jamais nécessaire. Tel est le but des essais réunis dans ce livre.»

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707162526
Code sériel : 201
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 238
Format : 125 x 190 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Warrenbismuth Posté le 30 Août 2018
    Attention chaud devant, brûlot explosif en vue ! Le célèbre historien de la Grèce antique et de la guerre d’Algérie (il s‘est notamment penché sur le sujet de la torture) Pierre VIDAL-NAQUET (déjà présenté dans notre blog) va devant vos yeux ébahis déconstruire de A jusque Z le « révisionnisme », c’est-à-dire la thèse selon laquelle les chambres à gaz n’ont pas existé durant la seconde guerre mondiale. Une autre marotte du révisionnisme consiste à dire que ce sont les juifs qui ont déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939, et que leur anéantissement s’est fait dans un esprit de guerre et non pas de génocide, sans oublier l’hilarante thèse sur une épidémie de typhus qui aurait décimé les populations des camps. Tout ceci, VIDAL-NAQUET va le déconstruire patiemment, tranquillement mais avec rage (ses parents avaient été exterminés en camps de concentration). Preuves à l’appui, par un travail méticuleux, rigoureux, avec aplomb et professionnalisme, il va dynamiter les thèses révisionnistes. Un peu d’Histoire (justement !) : l’instigateur de ces thèses serait un français, Paul RASSINIER, pourtant lui-même déporté durant la guerre, communiste puis socialiste et même brièvement membre de la Fédération Anarchiste. C’est au tout début des années 50 qu’il... Attention chaud devant, brûlot explosif en vue ! Le célèbre historien de la Grèce antique et de la guerre d’Algérie (il s‘est notamment penché sur le sujet de la torture) Pierre VIDAL-NAQUET (déjà présenté dans notre blog) va devant vos yeux ébahis déconstruire de A jusque Z le « révisionnisme », c’est-à-dire la thèse selon laquelle les chambres à gaz n’ont pas existé durant la seconde guerre mondiale. Une autre marotte du révisionnisme consiste à dire que ce sont les juifs qui ont déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939, et que leur anéantissement s’est fait dans un esprit de guerre et non pas de génocide, sans oublier l’hilarante thèse sur une épidémie de typhus qui aurait décimé les populations des camps. Tout ceci, VIDAL-NAQUET va le déconstruire patiemment, tranquillement mais avec rage (ses parents avaient été exterminés en camps de concentration). Preuves à l’appui, par un travail méticuleux, rigoureux, avec aplomb et professionnalisme, il va dynamiter les thèses révisionnistes. Un peu d’Histoire (justement !) : l’instigateur de ces thèses serait un français, Paul RASSINIER, pourtant lui-même déporté durant la guerre, communiste puis socialiste et même brièvement membre de la Fédération Anarchiste. C’est au tout début des années 50 qu’il écrit sur le sujet. Il sera repris à la fin des années 70 par le sinistre Robert FAURISSON, et l’escroquerie historique fera son chemin un peu partout dans le monde. Contrairement aux idées reçues, comme nous venons de le voir, le révisionnisme émane à l’origine surtout des milieux de l’ultra-gauche, des communistes aux anarchistes, VIDAL-NAQUET le développe très bien dans ce bouquin parfois un peu ardu mais toujours d’un immense intérêt historique. L’auteur cite notamment et à nombreuses reprises LA VIEILLE TAUPE, journal d’extrême gauche qui a répandu la thèse révisionniste jusqu’à même publier sous ses propres éditions de nombreux pamphlets d’extrême droite. VIDAL-NAQUET n’oublie pas d’épingler l’intellectuel linguiste libertaire Noam CHOMSKY pour son soutien à FAURISSON (à la fin des années 70 il avait signé une pétition contre le « lynchage » de FAURISSON. Pire : il avait préfacé l’un de ses livres qu’il n’avait pourtant pas lu. Lorsqu’il sera attaqué de toute part, CHOMSKY se défendra en disant que cette préface fut publiée sans son autorisation et s’empêtrera dans ses explications). Je ne vais pas reprendre les nombreux points pertinents et passionnants évoqués par VIDAL-NAQUET pour démonter avec un brio exceptionnel les thèses révisionnistes, car rien que pour vous donner une toute petite idée du travail acharné effectué sur plusieurs décennies, sachez que le présent ouvrage ne comporte pas moins de 475 notes ! Un labeur colossal qui ne va pourtant qu’à l’essentiel car, écrit l’auteur avec humour « Si chaque fois qu’un « révisionniste » produit une nouvelle affabulation, il fallait lui répondre, les forêts du Canada n’y suffiraient pas ». Tout en étant LE livre sur le révisionnisme, « Les assassins de la mémoire » est en fait un recueil de plusieurs écrits de VIDAL-NAQUET sur le sujet, il comprend le texte éponyme, mais aussi pas mal d’autres, dont le célèbre « Un Eichmann de papier » ainsi que de nombreux courts articles, réunis par ordre chronologique (écrits entre 1980 et 1987, mais corrigés, rectifiés et annotés ensuite, jusqu’en 2005, l’auteur s’éteindra en 2006, montrant que ce travail aura en quelque sorte été celui de toute une vie). Il se termine par un texte de Gisèle SAPIRO allant dans le même sens. Ce livre me paraît indispensable pour bien comprendre le cheminement du révisionnisme (qui plus tard prendra carrément le nom de négationnisme), il est d’une précision horlogère, dépassionné mais bien décidé à moucher, par des preuves évidentes, irréfutables et historiques, le nez des révisionnistes. D’autre part, n’oublions pas que c’est ce révisionnisme moderne qui a accouché du conspirationnisme, des adeptes de la théorie du complot (eux aussi souvent antisémites) et de la propagation de ce que l’on nomme aujourd’hui les « Fake news ». Alors soyons vigilants, et le fait de replonger dans un ouvrage tel que celui de VIDAL-NAQUET nous donne des armes pour nous méfier d’une certaine vérité. Un auteur brillant qui nous manque beaucoup. Cette version est celle de 2005, elle est la plus complète, la plus conséquente et je vous invite, si ce n’est déjà fait, à la lire d’urgence. Après une telle expérience, on a le sentiment de se coucher moins bêtes (même si moins apaisés). En note, une phrase de l’auteur qui devrait longtemps faire écho : « Je n’entends pas affirmer, par une inversion totalitaire, que tout ce qu’écrivent les « révisionnistes » est faux dans les moindres détails, c’est l’ensemble qui constitue un système mensonger ». Je laisse le dernier mot aux premiers vers du texte « Cambalache » du poète de tango Enrique Santos DISCEPOLO, texte intégralement repris dans le livre : Que le monde fut et sera toujours une saleté, Je le sais, En mille cinq cent six, Et en l’an deux mille aussi. Qu’il y a toujours eu des voleurs, Des truqueurs et des escroqués, Des satisfaits et des déçus, De la morale et des mensonges, Mais que le XXe siècle soit un torrent De méchanceté insolente, Plus personne ne peut le nier. Nous vivons dans un tourbillon écumeux, Et dans la même boue Tous manipulés. https://deslivresrances.blogspot.fr/
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !