RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Chais des ambitieux

            Presses de la cité
            EAN : 9782258105263
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Les Chais des ambitieux

            Collection : Terres de France
            Date de parution : 13/03/2014
            Dans la région du Beaujolais, une nouvelle enquête pleine d’humour et de cadavres menée par Archibald Sirauton, ancien juge d’instruction reconverti en viticulteur.
            A Saint-Vincent-des-Vignes, village niché du côté du mont Brouilly, entre Beaujeu et Morgon,
            la vie suit son cours, jamais tranquille. Le maire, Archibald Sirauton, doit se coltiner tous les tracas de l’hiver de ses administrés. Et il y a de quoi faire ! Surtout quand on apprend la disparition inexplicable du duc...
            A Saint-Vincent-des-Vignes, village niché du côté du mont Brouilly, entre Beaujeu et Morgon,
            la vie suit son cours, jamais tranquille. Le maire, Archibald Sirauton, doit se coltiner tous les tracas de l’hiver de ses administrés. Et il y a de quoi faire ! Surtout quand on apprend la disparition inexplicable du duc du Beaujolais, le richissime fondateur des Chais Pillorget. Mais Archi (pour les intimes) a de la bouteille ! Ancien juge d’instruction reconverti en viticulteur heureux, il n’a rien perdu de son flair, de ses réparties cinglantes et de sa connaissance encyclopédique de la loi.
            C’est donc sous cette triple étiquette, maire, vigneron et ancien magistrat, qu’il va traîner ses guêtres et son humour chez les héritiers Pillorget, tellement avides qu’on a tôt fait de rebaptiser les fameux chais « les chais des ambitieux »…
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258105263
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Presses de la cité
            13.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • BurggraeveDidier Posté le 1 Novembre 2018
              Je me suis régalé. On est plongé dans l'atmosphère d'un petit village du Beaujolais. Les personnages sont très attachants et très bien typés, jusqu'au chien nommé Tirbouchon. Le récit est ponctué d'expression et mots de patois local. C'est truculent et on ne s'ennuie pas une minute. Dommage qu'à la bibliothèque seuls deux ouvrages sont disponibles et je n'en ai pas trouvé en librairie.
            • yv1 Posté le 8 Avril 2014
              Philippe Bouin m'était inconnu jusqu'à ma lecture de l'enquête précédente d'Archibald Sirauton, Le vignoble du diable. Comme ce vignoble m'avait plu, j'étais partant pour la suite, du même tonneau si je puis m'exprimer ainsi. Même registre d'écriture entre français classique, argot, patois beaujolais ou lyonnais (lexique en fin de volume, auquel je n'ai eu que peu recourt, parce qu'on comprend aisément le sens global de la phrase, même émaillée de mots inconnus). Mêmes personnages : Archi, Xa son amie comédienne, Bougonne la gouvernante qui porte bien son nom, Hippolyte Goma le curé de la paroisse venu tout droit d'Afrique, Fernandez le gendarme qui travaille en étroite collaboration avec Archi, Filoche ex monte-en-l’air reconverti en second d'Archi, Poussin le commissaire lyonnais qui ne bouge pas surtout si les suspects ont des relations mais qui peut s'acharner sur un "petit" -la montée dans la hiérarchie se fait à ce prix selon lui- heureusement secondé par le capitaine Bordas et bien sûr Tirbouchon, le chien d'Archi qui ne peut pas parler à son grand désarroi Même plaisir de lecture légère, drôle. Un polar pour se détendre qui aborde néanmoins des points plus sérieux comme la succession des exploitants viticoles, la mauvaise réputation du beaujolais... Philippe Bouin m'était inconnu jusqu'à ma lecture de l'enquête précédente d'Archibald Sirauton, Le vignoble du diable. Comme ce vignoble m'avait plu, j'étais partant pour la suite, du même tonneau si je puis m'exprimer ainsi. Même registre d'écriture entre français classique, argot, patois beaujolais ou lyonnais (lexique en fin de volume, auquel je n'ai eu que peu recourt, parce qu'on comprend aisément le sens global de la phrase, même émaillée de mots inconnus). Mêmes personnages : Archi, Xa son amie comédienne, Bougonne la gouvernante qui porte bien son nom, Hippolyte Goma le curé de la paroisse venu tout droit d'Afrique, Fernandez le gendarme qui travaille en étroite collaboration avec Archi, Filoche ex monte-en-l’air reconverti en second d'Archi, Poussin le commissaire lyonnais qui ne bouge pas surtout si les suspects ont des relations mais qui peut s'acharner sur un "petit" -la montée dans la hiérarchie se fait à ce prix selon lui- heureusement secondé par le capitaine Bordas et bien sûr Tirbouchon, le chien d'Archi qui ne peut pas parler à son grand désarroi Même plaisir de lecture légère, drôle. Un polar pour se détendre qui aborde néanmoins des points plus sérieux comme la succession des exploitants viticoles, la mauvaise réputation du beaujolais d'il y a plusieurs années lorsque des viticulteurs n'hésitaient pas à rajouter du sucre, la volonté des Chinois d'entrer dans le capital de certaines grosses entreprises et le marché chinois vu comme un eldorado par certains alors qu'il n'en est probablement pas un Très dialogué, cette technique permet de confronter les points de vue, mais bien sûr, Philippe Bouin ne creuse pas trop les sujets sérieux, ce n'est pas un essai sur les exportations viticoles ! Tout reste dans le domaine de la légèreté et de l'humour, l'auteur ne rechignant jamais à un bon mot ou à une répartie de l'un de ses personnages Un polar-pinard (deux bons ingrédients) qui fleure bon la ruralité (aucune condescendance chez P. Bouin ou chez moi, au contraire), le plaisir de se retrouver entre amis de déboucher une bonne bouteille et de parler de ses souvenirs d'enfance. Un charme légèrement désuet et à la fois intemporel qui marche à fond, qui n'est pas sans rappeler les téléfilms Le sang de la vigne (qui passent sur France 3, avec Pierre Arditi, tirés des romans de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen, que je n'ai pas lus) avec un personnage principal, plus décalé et haut-en-couleurs, ex-juge, devenu vigneron, qui s'habille voyant aux quatre coins du monde. Une série qui a démarré et qui continue sous d'excellents augures, dans cette belle collection qu'est Terres de France. PS : dans mon billet Le vignoble du diable, je disais mon ignorance de cette région viticole qu'est le beaujolais, et invitais les éventuels professionnels qui me lisaient à m'envoyer des échantillons de leurs productions, histoire de juger. Mon appel n'as pas été entendu ou alors, les viticulteurs sont des gens timides, qui n'osent pas... Osez, osez me contacter, je renouvelle mon invitation, je goûterai bien volontiers...
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité de la collection Terres de France
            Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.