RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Enfers virtuels, tome 2

            Robert Laffont
            EAN : 9782221129647
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Les Enfers virtuels, tome 2

            Patrick DUSOULIER (Traducteur)
            Collection : Ailleurs et Demain
            Date de parution : 17/11/2011

            Une esclave en quête de vengeance, un voyage à travers la galaxie,
            la description d’inimaginables supplices, une guerre dans le monde virtuel…
            Banks noue tous les fils de son intrigue et conclut en fanfare ce septième opus du cycle de la Culture.

            Le cycle de la Culture (L'Usage des armes, 1992 ; L'Homme des jeux, 1992 ; Excession, 1998 ; Le Sens du vent, 2002 ; Trames, 2009), l’un des plus importants de l’histoire de la science-fiction, met en scène une société galactique tolérante, cynique, hédoniste, anarchiste, pleine de bonnes intentions et...

            Le cycle de la Culture (L'Usage des armes, 1992 ; L'Homme des jeux, 1992 ; Excession, 1998 ; Le Sens du vent, 2002 ; Trames, 2009), l’un des plus importants de l’histoire de la science-fiction, met en scène une société galactique tolérante, cynique, hédoniste, anarchiste, pleine de bonnes intentions et parfois machiavélique. Mettant en scène des humains, des Intelligences Artificielles de tout calibre et des Extraterrestres plus étranges les uns que les autres, le Cycle aborde pratiquement tous les thèmes de la science-fiction.
            Dans Les Enfers virtuels, Banks a imaginé l’usage effrayant que pourraient faire les civilisations galactiques des univers virtuels informatiques : puisqu’il est possible d’y copier et d’y projeter les personnalités de défunts, on crée, pour les ressortissants supposés criminels ou seulement coupables d’écarts à la loi, des Enfers virtuels aussi épouvantables que possible et d'où personne ne peut s’échapper. Les supplices atroces (Banks ne manque pas ici un et même plusieurs clins d’œil à Dante, notamment dans sa description du démon en chef) des damnés dureront aussi longtemps que les univers virtuels puisqu’ils « ressuscitent » chaque fois qu’ils succombent aux sévices infligés…
            Les civilisations qui ont créé les Enfers virtuels estiment ces châtiments nécessaires à leur conservation et à leurs principes moraux : les méchants doivent être punis. D’autres, plus progressistes (et certains opposants à l’intérieur des précitées), estiment au contraire ces abominations insupportables et devant être abolies. C’est évidemment le point de vue de la Culture.
            Dans son combat, la Culture va trouver une cible en la personne du richissime et barbare entrepreneur Veppers (dont la famille a fait fortune dans les jeux virtuels partagés) après avoir découvert qu’il abritait dans ses ordinateurs les fameux Enfers virtuels. Pour l’atteindre, les I.A. et des humains de Circonstances spéciales (bras armé de la Culture) vont utiliser Lededje, l’ex-esclave de Veppers déterminée à se venger de son bourreau... les deux fils de l’intrigue (le sort de l’esclave Lededje et la bataille opposant les civilisations galactiques autour des enfers virtuels) finissent ainsi par se rejoindre dans un final spectaculaire !

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221129647
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            9.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Thrr-Gilag Posté le 10 Octobre 2017
              Dans Les enfers virtuels, plusieurs thèmes sont abordés : Côté Culture, on va pouvoir découvrir le dispositif de défense / survie mis en place par la Culture dans le cas où une espèce belliqueuse serait amenée à détruire la Culture. On y suit donc les conséquences des guerres idiranes sur la psychologie de la Culture, et on y découvre ici un rôle qui n'était que très peu apparent de la section Contact de la Culture et de sa sous-section Circonstances Spéciales. Le thème principal de l'histoire est la gestion des âmes puisqu'il est question ici de civilisations ayant la technologie pour sauver « l'âme » d'une personne et capables de faire tourner des réalités virtuelles dans lesquelles ces âmes peuvent être mises. Je vous laisse découvrir le traitement, que j'ai trouvé dense et intéressant, des conséquences que peuvent avoir ce genre de technologie sur les croyances religieuses, mais aussi la gestion de l'« après-vie » quand on est mort, mais pas vraiment. On y découvre aussi 3 nouvelles sous-section de Contact, à savoir les sous-sections : Quietus : en charge de gérer les entités s'étant retiré d'une existence biologique vers une existence numérique et celles qui sont décédés et qui... Dans Les enfers virtuels, plusieurs thèmes sont abordés : Côté Culture, on va pouvoir découvrir le dispositif de défense / survie mis en place par la Culture dans le cas où une espèce belliqueuse serait amenée à détruire la Culture. On y suit donc les conséquences des guerres idiranes sur la psychologie de la Culture, et on y découvre ici un rôle qui n'était que très peu apparent de la section Contact de la Culture et de sa sous-section Circonstances Spéciales. Le thème principal de l'histoire est la gestion des âmes puisqu'il est question ici de civilisations ayant la technologie pour sauver « l'âme » d'une personne et capables de faire tourner des réalités virtuelles dans lesquelles ces âmes peuvent être mises. Je vous laisse découvrir le traitement, que j'ai trouvé dense et intéressant, des conséquences que peuvent avoir ce genre de technologie sur les croyances religieuses, mais aussi la gestion de l'« après-vie » quand on est mort, mais pas vraiment. On y découvre aussi 3 nouvelles sous-section de Contact, à savoir les sous-sections : Quietus : en charge de gérer les entités s'étant retiré d'une existence biologique vers une existence numérique et celles qui sont décédés et qui se sont vues ramener à la vie. L'ambiance change des coups fourrés de Circonstances Spéciales (CS) - puisqu'on est censé y œuvrer avec la dignité souvent associée à ceux qui travaillent avec les morts. Numina : en charge d'être en contact avec les entités s'étant sublimées. Restoria : en charge de gérer et éliminer les menaces d'essaims auto-répliquant. Il s'agit d'une des rares sections de la Culture a avoir une mission aussi simplement définie - c'est un fait à noter. Bien entendu, CS n'est jamais loin. L'histoire en elle-même est dense et intéressante, pleine de rebondissement tant sur la scène philosophique, qui nous pousse à réfléchir sur la gestion de l'au-delà, que sur le plan « space-opera » clairement présent dans cet opus. On y suivra des personnages truculents, denses et complexes, et dont les trames sauront se réunir en vue d'assembler toutes leurs histoires dans un final explosif. Mon seul regret tient dans l'histoire d'un des personnages principaux (Lededje) dont l'histoire, pourtant particulièrement prometteuse, tombe à plat je trouve. C'est dommage car c'est le seul faux pas que je trouve à cet opus. J'ai adoré cette histoire, qui bien qu'en ayant un rythme assez lent, arrive à combiner densité des personnages, complexité de l'univers, bonds et rebondissements de l'histoire et réflexions sur la condition humaine et ses modes de pensée dans un paquet de space-opera / cyberpunk sans même friser la hard-science. Au final, un des meilleurs tome du cycle de la Culture, malgré une histoire avançant lentement et un poil moins compliquée que celle des précédents tomes. En tout état de cause, un merveilleux voyage. Chronique complète : https://plume-etoiles.blogspot.fr/2017/07/Culture--T09--les-enfers-virtuels--Banks.html
              Lire la suite
              En lire moins
            • denisbourez Posté le 5 Juin 2015
              À l'époque de la Culture, l'Enfer existe. Mais il est désormais virtuel, prenant la forme de vastes mondes artificiels dans lesquels les citoyens de certaines civilisations s'y retrouvent, par le biais de sauvegardes numériques, après leur mort. Pas tous, bien sûr. Seulement celles et ceux qui ont, aux yeux de leur civilisation, des choses à se reprocher, vivent une éternité de souffrance et de tortures aussi bien physiques que mentales. Mais dans le foisonnement galactique, l'existence des Enfers n'est pas du goût de tout le monde. Ce qui a déclenché une guerre. Virtuelle, elle aussi. Neuvième et avant-dernier tome du cycle de la Culture, voici encore un long et savoureux roman de Iain M. Banks. (.../...) Ma critique complète peut être consultée sur mon site.
            • BlackWolf Posté le 24 Juin 2013
              En Résumé : J’ai de nouveau passé un très bon moment de lecture avec ce second tome qui vient clore efficacement cette histoire. L’intrigue se révèle toujours aussi plaisante et efficace même si certaines intrigues secondaires manquent de connexion avec le fil rouge principal. L’univers se révèle toujours aussi foisonnant et intéressant et, à lui seul, me donne envie d’en découvrir plus sur la culture. Les personnages sont vraiment denses, complexes et certains sortent de façon surprenante ce que laissait entrevoir le premier tome. Par contre j’ai trouvé le personnage de Lededje au final un peu convenu. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace et fluide, ne tombant jamais dans le trop pointu. Je regrette aussi que les batailles soient restées au niveau des écrans ce qui enlève un peu du côté nerveux d’une bataille vécue de façon visuelle. Dans tous les cas je lirai d’autre romans de l’auteur. Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.