Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221240571
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les Invisibles de la République

,

Date de parution : 17/01/2019

Ils s’appellent Gaëlle, Charlotte ou Julien. Ils vivent dans un village de l’Allier, à Cerbère, sur la Côte Vermeille, ou à Neufchâteau, dans les Vosges. Ils sont jeunes, compétents, et cherchent aujourd’hui leur voie professionnelle. Le champ des possibles devrait leur être grand ouvert. Pourtant, leur horizon est largement bouché.
Parce...

Ils s’appellent Gaëlle, Charlotte ou Julien. Ils vivent dans un village de l’Allier, à Cerbère, sur la Côte Vermeille, ou à Neufchâteau, dans les Vosges. Ils sont jeunes, compétents, et cherchent aujourd’hui leur voie professionnelle. Le champ des possibles devrait leur être grand ouvert. Pourtant, leur horizon est largement bouché.
Parce qu’ils grandissent loin des centres de décisions, à l’écart des flux économiques, parce qu’ils résident au coeur de petites villes, dans des zones pavillonnaires, des villages ou des espaces ruraux, 60 % de nos jeunes n’ont pas les mêmes chances de réaliser leur potentiel que leurs camarades des grandes métropoles.
Ces millions de Français, absents du débat public et dispersés sur le territoire, ont un point commun : le parcours d’obstacles qui s’impose à eux. Autocensure, manque d’informations, assignation à résidence, fragilité économique, absence de réseaux, fracture digitale… ils cumulent les difficultés et, pire, se sentent ignorés. Hors radar.
Les Invisibles de la République apporte un éclairage inédit sur les questions d’égalité des chances et propose des solutions pragmatiques, issues du terrain.
La jeunesse de la France périphérique n’a plus à subir ce déterminisme territorial. Pour eux, pour nous, il faut agir !

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221240571
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DanR Posté le 5 Mai 2019
    Ou comment exposer de façon claire et concise, sans pédanterie, sans démagogie ce qui constitue l’une des douleurs de notre société. Le titre parle de lui même. Et vite je cherche les coordonnées de l’association.
  • Fandol Posté le 23 Avril 2019
    J’étais curieux de lire ce livre découvert à La Grande Librairie. La démarche me paraissait intéressante et fondamentale pour notre démocratie. Salomé Berlioux et Erkki Maillard ont développé le projet original, car jamais défendu, de distinguer les jeunes de la France périphérique des jeunes de banlieue. C’est courageux et très instructif car les auteurs ne se sont pas bornés à enquêter mais proposent des solutions concrètes. Pluri-diplômée, consultante et conseillère d’hommes politiques, Salomé Berlioux, avec Erkki Maillard, diplomate de carrière, ont créé Chemins d’avenir, développant ainsi une aide concrète pour les jeunes sous la forme du mentorat, avec des résultats concrets très encourageants. Si les jeunes de la France périphérique, Les Invisibles de la République, réussissent moins que les autres, c’est à cause de l’éloignement des grands centres donc des grandes écoles et parce qu’une autocensure empêche toute ambition. Les exemples foisonnent avec prénoms et lieux de vie pour montrer que ces jeunes n’exploitent pas toutes leurs possibilités : « Pas par choix, mais par défaut. Pas par volonté, mais par peur. » J’avoue que j’ai été étonné par ce constat qui, hélas, est bien trop vrai mais j’ai trouvé le tableau brossé un peu trop noir puisqu’il faut arriver au troisième chapitre... J’étais curieux de lire ce livre découvert à La Grande Librairie. La démarche me paraissait intéressante et fondamentale pour notre démocratie. Salomé Berlioux et Erkki Maillard ont développé le projet original, car jamais défendu, de distinguer les jeunes de la France périphérique des jeunes de banlieue. C’est courageux et très instructif car les auteurs ne se sont pas bornés à enquêter mais proposent des solutions concrètes. Pluri-diplômée, consultante et conseillère d’hommes politiques, Salomé Berlioux, avec Erkki Maillard, diplomate de carrière, ont créé Chemins d’avenir, développant ainsi une aide concrète pour les jeunes sous la forme du mentorat, avec des résultats concrets très encourageants. Si les jeunes de la France périphérique, Les Invisibles de la République, réussissent moins que les autres, c’est à cause de l’éloignement des grands centres donc des grandes écoles et parce qu’une autocensure empêche toute ambition. Les exemples foisonnent avec prénoms et lieux de vie pour montrer que ces jeunes n’exploitent pas toutes leurs possibilités : « Pas par choix, mais par défaut. Pas par volonté, mais par peur. » J’avoue que j’ai été étonné par ce constat qui, hélas, est bien trop vrai mais j’ai trouvé le tableau brossé un peu trop noir puisqu’il faut arriver au troisième chapitre pour lire que la qualité de la vie et de l’environnement pourraient être aussi parties prenantes du choix de rester au lieu de partir pour une grande ville. Les solutions sont donc là et nos responsables sortis des grandes écoles semblent ignorer ce problème qui met en danger la cohésion de notre République qui ne cesse de fermer des services publics et de désertifier les zones rurales. Cet essai, enquête, étude, touche à la réalité profonde de notre pays. Problème jamais vraiment mis en lumière, bien documenté, détaillé, expliqué avec des solutions concrètes proposées, développées, argumentées. Que font les politiques ? Ils ont tout en main pour rétablir l’égalité entre TOUS les Français, ces jeunes qui sont attachés à leur terroir, à leur lieu de vie mais qui ont besoin d’aller voir ailleurs ce qui se fait, d’être informés tout au long de leurs études de TOUTES les possibilités qui s’offrent à eux afin de pouvoir choisir, évoluer, s’orienter et réussir leur vie au plus près de leurs capacités ou tout simplement de pouvoir réaliser leurs rêves.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sandpic Posté le 4 Avril 2019
    Essai très intéressant et surtout très instructif. Où comment les habitants des grandes villes sont loin d'imaginer les difficultés rencontrées pour les jeunes habitants des villes plus petites ou des zones rurales quant il s'agit de choisir des études ou un parcours professionnel.
  • Cancie Posté le 3 Avril 2019
    Salomé Berlioux avait su attirer mon attention sur son livre Les Invisibles de la République lors de sa présentation à La Grand Librairie. Aussi, lorsque j’ai vu qu’il était disponible à la Médiathèque où je m’approvisionne, je l’ai aussitôt pris. Je pensais néanmoins qu’il s’agissait d’un bouquin un peu difficile d’accès, avec des chiffres, des sondages, etc… J’ai été, au contraire, surprise par sa lecture facile et enrichissante. Il se lit assez rapidement car Salomé Berlioux et Erkki Maillard, les auteurs, ont su rendre cet essai vivant en parlant des jeunes qui grandissent hors des grandes métropoles, pour témoigner de leur vécu, de leur expérience personnelle. Il faut savoir que cette jeunesse invisible de la France périphérique représente environ 60 % des jeunes de France et que leurs problèmes ne sont pas ceux des jeunes de nos banlieues. Leurs problèmes sont liés à l’éloignement des grandes métropoles. Ils ont accès à trop peu d’informations, trop peu de moyens de transport, trop peu de réseaux, trop peu d’opportunités et, en plus, l’autocensure qui a un effet redoutable, est souvent là très tôt : « C’est pas pour nous, c’est pas pour toi, c’est pas pour moi ». Partant de son expérience personnelle,... Salomé Berlioux avait su attirer mon attention sur son livre Les Invisibles de la République lors de sa présentation à La Grand Librairie. Aussi, lorsque j’ai vu qu’il était disponible à la Médiathèque où je m’approvisionne, je l’ai aussitôt pris. Je pensais néanmoins qu’il s’agissait d’un bouquin un peu difficile d’accès, avec des chiffres, des sondages, etc… J’ai été, au contraire, surprise par sa lecture facile et enrichissante. Il se lit assez rapidement car Salomé Berlioux et Erkki Maillard, les auteurs, ont su rendre cet essai vivant en parlant des jeunes qui grandissent hors des grandes métropoles, pour témoigner de leur vécu, de leur expérience personnelle. Il faut savoir que cette jeunesse invisible de la France périphérique représente environ 60 % des jeunes de France et que leurs problèmes ne sont pas ceux des jeunes de nos banlieues. Leurs problèmes sont liés à l’éloignement des grandes métropoles. Ils ont accès à trop peu d’informations, trop peu de moyens de transport, trop peu de réseaux, trop peu d’opportunités et, en plus, l’autocensure qui a un effet redoutable, est souvent là très tôt : « C’est pas pour nous, c’est pas pour toi, c’est pas pour moi ». Partant de son expérience personnelle, Salomé Berlioux créera, avec Erkki Maillard, « Chemins d’avenir » à l’été 2016, association qui informe, accompagne et promeut les collégiens, lycéens et étudiants de la France périphérique. Elle agit à travers un système de parrainage et la création d’un écosystème de réussite autour de ses filleuls. C’est la première structure à mentorer les jeunes des zones rurales et des villes petites et moyennes, indépendamment de résultats scolaires ou de critères sociaux. Pour que seuls la motivation, la curiosité et le potentiel d’un jeune fassent la différence dans son parcours et ses projets d’avenir. Si, dans la première partie, les problèmes rencontrés par cette jeunesse sont très détaillés, la deuxième partie propose des solutions avec notamment un mentorat individuel pour informer, accompagner, responsabiliser et promouvoir. L’accent est mis aussi sur la mobilité. Il faut favoriser le mouvement : « La mobilité est un puissant levier pour combattre les inégalités » et une véritable politique publique doit être menée. Dans le dernier chapitre, l’autrice s’est permis un peu de science-fiction avec Kevin, en 2030, qui aurait bénéficié de l’accompagnement au cours de sa scolarité. Il faut lire ce livre pour prendre conscience de cette jeunesse de la France périphérique mise à l’écart comme d’ailleurs des millions de Français. Ce tableau inquiétant de la France rurale et péri-urbaine entre d’ailleurs en résonance avec ce qui se passe dans notre pays, depuis plusieurs semaines.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CapitaineBapt Posté le 27 Mars 2019
    Reçu lors de Masse critique, je remercie les éditions Robert Laffont pour cet envoi et cette découverte. Très présent dans les médias, cet ouvrage m'a attiré par son sujet. Constat implacable d'une réalité méconnue, ce livre fait donc lumière sur une jeunesse "sacrifiée" par le manque d'opportunités, de moyens et de recours pour la poursuite d'une scolarité plus poussée. Clairement exposé au moyen d'exemples concrets, on saisit parfaitement le propos et les enjeux sont là aussi parfaitement bien présentés. J'ai apprécié également le chapitre sur les quelques réponses qui peuvent être apportées. Après, je suis un peu sceptique car ce n'est qu'un aspect du problème que recouvre ce sujet. Quid de l'éducation parentale, des moyens donnés aux enseignants, des formations, des structures, de l'information. Comment financer tout cela ? Comment mettre en place des initiatives "égalitaires", le mot est plusieurs fois employés, pour un accès commun à l'éducation et à la scolarité ? Sujet éminemment politique, qui brasse beaucoup plus que le simple aspect de l'orientation professionnelle ou la poursuite d'études dites "nobles" dès le collège/lycée. Au final, je trouve ce documentaire plutôt bien fait, très accessible mais pas assez fouillé sur le fonds. On ne recouvre qu'un aspect, et c'est bien... Reçu lors de Masse critique, je remercie les éditions Robert Laffont pour cet envoi et cette découverte. Très présent dans les médias, cet ouvrage m'a attiré par son sujet. Constat implacable d'une réalité méconnue, ce livre fait donc lumière sur une jeunesse "sacrifiée" par le manque d'opportunités, de moyens et de recours pour la poursuite d'une scolarité plus poussée. Clairement exposé au moyen d'exemples concrets, on saisit parfaitement le propos et les enjeux sont là aussi parfaitement bien présentés. J'ai apprécié également le chapitre sur les quelques réponses qui peuvent être apportées. Après, je suis un peu sceptique car ce n'est qu'un aspect du problème que recouvre ce sujet. Quid de l'éducation parentale, des moyens donnés aux enseignants, des formations, des structures, de l'information. Comment financer tout cela ? Comment mettre en place des initiatives "égalitaires", le mot est plusieurs fois employés, pour un accès commun à l'éducation et à la scolarité ? Sujet éminemment politique, qui brasse beaucoup plus que le simple aspect de l'orientation professionnelle ou la poursuite d'études dites "nobles" dès le collège/lycée. Au final, je trouve ce documentaire plutôt bien fait, très accessible mais pas assez fouillé sur le fonds. On ne recouvre qu'un aspect, et c'est bien normal c'est le sujet, mais pour ma part, je reste sur un sentiment paradoxal entre cette intéressante mise en lumière et la focalisation sur un "thème".
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.