RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Puissances des ténèbres

            Robert Laffont
            EAN : 9782221134825
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Les Puissances des ténèbres

            Hortense CHABRIER (Traducteur), Georges BELMONT (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 22/11/2012

            Tout le XXe siècle passe dans ces Puissances des ténèbres, emportant le lecteur dans sa chevauchée fantastique. Le génie de Burgess est d’avoir concentré l’écho du gigantesque fracas en deux personnages : un écrivain curieux et voyageur et un prêtre qui, devenu son parent par alliance, finira pape. Truculent, la...

            Tout le XXe siècle passe dans ces Puissances des ténèbres, emportant le lecteur dans sa chevauchée fantastique. Le génie de Burgess est d’avoir concentré l’écho du gigantesque fracas en deux personnages : un écrivain curieux et voyageur et un prêtre qui, devenu son parent par alliance, finira pape. Truculent, la tête dans le ciel, l’homme de foi mène sans répit la bataille contre le Malin. « Sacrée bataille », dit-il, mais sans douter un instant de la victoire finale du bien. A-t-il raison ? A-t-il tort ? Autour de lui, le monde étend ses ravages. L’odeur de Buchenwald imprègne encore l'air. Un fou de Dieu, enfant miraculé, provoque un carnage au nom de l'Amour, car le Malin peut aussi prendre la forme de l'amour. Cynisme et drôlerie, courage et veulerie, complaisance et exigence... Les Puissances des ténèbres est le livre de tous les contrastes et nous renvoie à un temps où la littérature était colossale, effarante, bref sublime.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221134825
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            13.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Bougnadour Posté le 21 Mai 2018
              Saga familiale centrée sur la figure de Kenneth Toomey écrivain à succès à défaut de talent, homo et catholique. La soeur de Toomey épousera un musicien Italien doté d'un frère prêtre qui finira Pape. Les membre de ces deux clans vont traverser tous les moments tragiques du 20ème siècle qui n'en a pas manqué, ils ne seront que des figurants mais dramatiquement impliqués. Ce gros pavé mérite qu'on s'y accroche malgré un début peu encourageant centré sur les malheurs amoureux de Toomey. Il faut reconnaître à A.Burgess un éblouissant sens des dialogues qui sont mordants, cyniques et d'un humour réjouissant. Cela relève un plat alourdi par des réflexions redondantes sur l'incompatibilité de l'homosexualité et du Catholicisme (on s'en doutait). A la fin mélancolique du roman, un Toomey vieilli et solitaire pointe avec vigueur le déclin de l'esprit, le bluff de l'art moderne, la société de consommation et la perte du religieux
            • Gataparda Posté le 22 Janvier 2018
              Qualifié (par jeu de mots) lors de sa sortie en 1981 de « roman du siècle », cette œuvre imposante d’Anthony Burgess (deux tomes de plus de six cents pages chacun dans Le Livre de Poche) place effectivement ses personnages dans la perspective des événements qui se sont écoulés entre la première guerre mondiale et la fin des années quatre-vingts. Bien que le traitement littéraire de l’intrigue relève principalement de la littérature blanche, l’intérêt, du point de vue des littératures de l’imaginaire, réside dans une habile combinaison (peu courante) d’uchronie, de fantastique et d’évènements historiques « réels ». Kenneth Toomey est un écrivain britannique à succès, mais il vit mal son homosexualité qu’il juge incompatible avec la solide foi catholique que sa mère française a imprimée en lui. Ainsi restera-t-il jusqu’à la fin de sa vie en perpétuel conflit interne, malgré sa décision précoce de renier ses croyances religieuses. Cette culpabilité latente fait de lui un errant qui fuit les scandales et les accusations, un solitaire qui ne connaît que des amours de passage et doit supporter les caprices de quelques gitons insupportables. Il voyage donc, en Europe, en Orient, aux Etats-Unis, en Australie, tandis que se déroule en toile de... Qualifié (par jeu de mots) lors de sa sortie en 1981 de « roman du siècle », cette œuvre imposante d’Anthony Burgess (deux tomes de plus de six cents pages chacun dans Le Livre de Poche) place effectivement ses personnages dans la perspective des événements qui se sont écoulés entre la première guerre mondiale et la fin des années quatre-vingts. Bien que le traitement littéraire de l’intrigue relève principalement de la littérature blanche, l’intérêt, du point de vue des littératures de l’imaginaire, réside dans une habile combinaison (peu courante) d’uchronie, de fantastique et d’évènements historiques « réels ». Kenneth Toomey est un écrivain britannique à succès, mais il vit mal son homosexualité qu’il juge incompatible avec la solide foi catholique que sa mère française a imprimée en lui. Ainsi restera-t-il jusqu’à la fin de sa vie en perpétuel conflit interne, malgré sa décision précoce de renier ses croyances religieuses. Cette culpabilité latente fait de lui un errant qui fuit les scandales et les accusations, un solitaire qui ne connaît que des amours de passage et doit supporter les caprices de quelques gitons insupportables. Il voyage donc, en Europe, en Orient, aux Etats-Unis, en Australie, tandis que se déroule en toile de fond l’histoire du XXeme siècle. Il fréquente pour s’encanailler les bouges les plus sordides, et se prélasse dans les palaces les plus chics. Il est scénariste à Hollywood, Goebbels l’invite à un festival de cinéma à Berlin, il traverse l’Allemagne nazie à la recherche de Jakob Stroeler, écrivain génial. Il découvre le grand amour (et le malheur) en Malaisie. Mais surtout, d’Hemingway à Joyce, il rencontre toute l’intelligentsia de l’époque, ce qui nous vaut une galerie de portraits particulièrement croustillante. Seuls les Français ne trouvent aucune grâce à ses yeux et ne semblent avoir produit aucun artiste au cours du siècle écoulé. Mauvaise foi britannique ? ;-). Quoi qu’il en soit, le personnage le plus extraordinaire dont Kenneth fait la connaissance est sans conteste Carlo Campanati, prêtre et exorciste de terrain, qui a fait de sa vie entière un combat contre le Mal. Un Mal personnifié par le prince des ténèbres et ses créatures s’entend, et non réduit à un simple concept moral. Mélange de rouerie paysanne et de naïveté désarmante, Carlo possède une foi formidable, monolithique, et une dialectique à toute épreuve qui justifie la coexistence de Dieu et de son Contraire, et ne laisse aucun doute sur l’issue finale du combat. « D’un mal peut sortir un bien », démontre Carlo. Erreur de tactique que de sous-estimer l’adversaire : il ne songe pas à inverser la proposition… Il devient évêque et se heurte avec vigueur aux fascistes italiens, puis (et c’est là qu’intervient l’élément uchronique), pape, sous le nom de Grégoire XVII, à la suite d’une élection animée qui voit la mort de son principal rival, foudroyé par la maladie alors qu’il venait d’être élu. Du point de vue chronologique, le pontificat de Carlo se substitue à celui de Jean XXIII. On peut aussi noter que Carlo est l’anagramme de Karol (Jean-Paul II était déjà pape lorsque le livre est sorti) et que Grégoire XVII est, lui aussi, un infatigable voyageur. Kenneth est le témoin de la carrière de Carlo. Il le voit accomplir un miracle, combattre à mains nues (au sens propre) les suppôts des ténèbres. Il l’appelle à son secours lorsque l’homme qu’il aime est victime d’une possession démoniaque. Il lui sert de prête-nom pour la publication d’un livre fondamental sur l’œcuménisme. Il partage ses repas pantagruéliques et ses soirées de joueur invétéré dans les grands casinos. C’est lui, Kenneth, qui finira par avoir la clef du sens de toute chose, et ce qu’il découvrira est si vertigineux qu’il le refoulera au plus profond de lui-même et n’en soufflera mot à quiconque. Les puissances des ténèbres est l’un des textes majeurs d’Anthony Burgess, fondé sur une réflexion profonde sur le Bien et le Mal et une fresque historique et sociale de premier ordre examinée à la loupe, avec un humour noir grinçant. Nous sommes bien loin d’Orange mécanique et de ses effets faciles destinés à choquer le bourgeois. Le style (ou est-ce plutôt la traduction ?) présente quelques inégalités, mais il faut reconnaître qu’elles sont minimes, eu égard à la difficulté de l’exercice : imiter l’écriture d’un grand auteur qui puise ses racines dans le XIXe siècle et traverse l’inimaginable au cours du XXe. Une œuvre puissante à lire et à relire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LeCombatOculaire Posté le 27 Mars 2017
              L'auteur du très célèbre Orange Mécanique signe avec cet énorme pavé (1000 pages dans sa version poche) une rétrospective du XXème siècle, qui s'étend sur presque tous les continents et qui dépeint avant tout un portrait religieux, légèrement politique, du monde. Sous les traits de Kenneth M. Toomey, auteur anglais célèbre pour ses romans tous publics, ses pièces musicales et ses scénarios de films, se cache un homme sans cesse en train de questionner sur son art, sa voie, son but et sa solitude quand tout le monde ne cesse de remettre en question... son homosexualité. Car la sexualité est l'un des piliers de ce roman, vue sous un angle souvent religieux ou moral, tantôt restreinte, tantôt débridée. Quelques clichés mondains pour épicer le tout. Mais surtout, c'est un siècle qui aura traversé les deux Guerres Mondiales, avec tout son lot d'horreur et d'indescriptible, qui seront abordés mais point trop, même si la violence comme moteur humain sera tout à son honneur ici. Violence physique, psychologique, chagrin, perte, deuil, exclusion... Si Toomey s'en sort financièrement très bien avec ses romans à l'eau de rose, sa vie aura été plutôt sombre, à côté. L'on croisera également son frère par alliance, le Très... L'auteur du très célèbre Orange Mécanique signe avec cet énorme pavé (1000 pages dans sa version poche) une rétrospective du XXème siècle, qui s'étend sur presque tous les continents et qui dépeint avant tout un portrait religieux, légèrement politique, du monde. Sous les traits de Kenneth M. Toomey, auteur anglais célèbre pour ses romans tous publics, ses pièces musicales et ses scénarios de films, se cache un homme sans cesse en train de questionner sur son art, sa voie, son but et sa solitude quand tout le monde ne cesse de remettre en question... son homosexualité. Car la sexualité est l'un des piliers de ce roman, vue sous un angle souvent religieux ou moral, tantôt restreinte, tantôt débridée. Quelques clichés mondains pour épicer le tout. Mais surtout, c'est un siècle qui aura traversé les deux Guerres Mondiales, avec tout son lot d'horreur et d'indescriptible, qui seront abordés mais point trop, même si la violence comme moteur humain sera tout à son honneur ici. Violence physique, psychologique, chagrin, perte, deuil, exclusion... Si Toomey s'en sort financièrement très bien avec ses romans à l'eau de rose, sa vie aura été plutôt sombre, à côté. L'on croisera également son frère par alliance, le Très Religieux Carlo Campanatti, qu'on se représente comme un ogre de conte de fées, à la fois bon pour son Eglise et terrifiant pour son Peuple, le seul devant qui le Diable recule encore. Difficile de résumer ce livre dense et complexe, mais ce que l'on peut en dire sans se tromper d'un cil, c'est qu'il est d'une grande et exquise qualité littéraire, avec une écriture impeccable et travaillée, stylisée parfois presque à outrance, mais toujours dans le juste, dans les règles de l'art - Art qui sera également dans la ligne de mire de l'auteur. Nombreuses sont les références à des personnages réels et célèbres, navigant dans les eaux littéraires, cinématographiques, musicales ou encore esthétiques, comme des points de repère auxquels s'accrocher pour ne pas perdre le fil. Nombreuses également, les allocutions en langue étrangère, le plus souvent expliquées, mais toujours bien laissées dans leur tonalité exotique, démontrant ainsi que le langage peut parfois avoir une teneur plus brute ou plus douce, selon la bouche, selon les lettres. C'est à la fois très humain, pieux et profane, drôle et triste, révoltant, superbe, réaliste, et parfois presque burlesque. On se laisse emporter, d'un pays à l'autre, d'une année à l'autre, feuilletant comme le livre de l'histoire contemporaine dans chacun de ses replis, à la fois du côté des privilégiés et des oppressés, des forces de l'Axe ou des Alliés... Une bonne réflexion également sur l'engagement, qu'il soit politique, social, amoureux, professionnel. A la question : l'Homme est-il foncièrement mauvais ? L'auteur a tranché. Mais il vous laisse espérer encore... Quant aux traducteurs, ils ont brillamment - je pense - réussi à rendre cette prose magnifique dans tous ses recoins, jeux de mots, jeux de vilains...
              Lire la suite
              En lire moins
            • mediathequeguebwiller Posté le 15 Octobre 2015
              Roman écrit en 1981 et considéré comme un chef-d'oeuvre de la littérature. Tommey, 81 ans, écrivain homosexuel vivant à Malte, reçoit la visite d'un archevêque venu lui demander de témoigner dans le cadre du procès en béatification de Carlo, son beau-frère et alter ego. C'est l'occasion pour Tommey de s'interroger sur la foi et le péché en replongeant par écrit sur son parcours et celui de Carlo, catholique révolutionnaire qui souhaite réformer l'Église. 
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.