Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221132487
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les Sorcières de Salem

Marcel AYMÉ (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 16/06/2016

Lorsque Abigail et une dizaine d’autres jeunes filles sont aperçues dansant nues en pleine nuit dans la forêt, quelques puritains de Salem s’empressent de crier à la sorcellerie. Bientôt, un procès plonge cette communauté de Nouvelle-Angleterre dans la colère et la confusion. Ceux qui sont accusés d’être des oeuvres du...

Lorsque Abigail et une dizaine d’autres jeunes filles sont aperçues dansant nues en pleine nuit dans la forêt, quelques puritains de Salem s’empressent de crier à la sorcellerie. Bientôt, un procès plonge cette communauté de Nouvelle-Angleterre dans la colère et la confusion. Ceux qui sont accusés d’être des oeuvres du démon encourent la potence.
En 1953, alors que l’Amérique est en proie au maccarthysme et à la « chasse aux sorcières », Arthur Miller écrit une pièce incisive sur un célèbre épisode de l’histoire américaine : le procès qui, en 1692, ébranla la petite ville de Salem, gagnée par une crise d’hystérie puritaine, et se solda par la condamnation de nombreuses personnes soupçonnées de pratiques sataniques et par vingt-cinq exécutions.
Cette oeuvre illustre de façon magistrale comment peut être franchie – à toute époque – la frontière entre raison et folie, justice et fanatisme.

« Viscéral et vital. » The Guardian

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221132487
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Asako Posté le 6 Août 2021
    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une pièce de théâtre ! Cette petite pause théâtrale m'a été très agréable ! J'ai lu avec grand intérêt les sorcières de Salem de Arthur Miller Il faut noter qu'il y a beaucoup de personnes, on peut se perdre facilement si on ne reste pas suffisamment concentré. On ressort avec une colère contre un personnage en particulier. On est durant la lecture, révolté face aux comportements humains irrationnels, à l'égoïsme, la jalousie, la naïveté,... Cette histoire est tout simplement révoltante ! Ce qui j'ai apprécié c'est cette pression qui se fait de plus en plus pesante au fil des actes. On lit, on observe avec inquiétude ce mécanisme insensé irrationnel dans lequel les personnages s'engluent malgré eux : délation, mensonge, faux aveux fait sous le coup de la pression, On assiste impuissant à cette spiral malsaine, destructrice qui s'empare de cette petite ville, jusqu'alors tranquille. La machine s'emballe, on le sent en avançant dans la lecture. Les accusations ; les doutes liés à des faits totalement insignifiants semblent impensables, voir grotesques, un détail peut tout faire basculer .Cela peut paraitre improbable et pourtant… A travers cette oeuvre, Arthur Miller fait un parallèle avec une période... Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une pièce de théâtre ! Cette petite pause théâtrale m'a été très agréable ! J'ai lu avec grand intérêt les sorcières de Salem de Arthur Miller Il faut noter qu'il y a beaucoup de personnes, on peut se perdre facilement si on ne reste pas suffisamment concentré. On ressort avec une colère contre un personnage en particulier. On est durant la lecture, révolté face aux comportements humains irrationnels, à l'égoïsme, la jalousie, la naïveté,... Cette histoire est tout simplement révoltante ! Ce qui j'ai apprécié c'est cette pression qui se fait de plus en plus pesante au fil des actes. On lit, on observe avec inquiétude ce mécanisme insensé irrationnel dans lequel les personnages s'engluent malgré eux : délation, mensonge, faux aveux fait sous le coup de la pression, On assiste impuissant à cette spiral malsaine, destructrice qui s'empare de cette petite ville, jusqu'alors tranquille. La machine s'emballe, on le sent en avançant dans la lecture. Les accusations ; les doutes liés à des faits totalement insignifiants semblent impensables, voir grotesques, un détail peut tout faire basculer .Cela peut paraitre improbable et pourtant… A travers cette oeuvre, Arthur Miller fait un parallèle avec une période sombre des usa, incarnée par le sénateur Mc Carthy qui va mener une véritable chasse aux sorcière en 1953 , un véritable tribunal d'inquisition sera mis en place et passer à la moulinette chaque accusé qui devra prouver son honnêteté et sa bonne « foi ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Asako Posté le 6 Août 2021
    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une pièce de théâtre ! Cette petite pause théâtrale m'a été très agréable ! J'ai lu avec grand intérêt les sorcières de Salem de Arthur Miller Il faut noter qu'il y a beaucoup de personnes, on peut se perdre facilement si on ne reste pas suffisamment concentré. On ressort avec une colère contre un personnage en particulier. On est durant la lecture, révolté face aux comportements humains irrationnels, à l'égoïsme, la jalousie, la naïveté,... Cette histoire est tout simplement révoltante ! Ce qui j'ai apprécié c'est cette pression qui se fait de plus en plus pesante au fil des actes. On lit, on observe avec inquiétude ce mécanisme insensé irrationnel dans lequel les personnages s'engluent malgré eux : délation, mensonge, faux aveux fait sous le coup de la pression, On assiste impuissant à cette spiral malsaine, destructrice qui s'empare de cette petite ville, jusqu'alors tranquille. La machine s'emballe, on le sent en avançant dans la lecture. Les accusations ; les doutes liés à des faits totalement insignifiants semblent impensables, voir grotesques, un détail peut tout faire basculer .Cela peut paraitre improbable et pourtant… A travers cette oeuvre, Arthur Miller fait un parallèle avec une période... Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu une pièce de théâtre ! Cette petite pause théâtrale m'a été très agréable ! J'ai lu avec grand intérêt les sorcières de Salem de Arthur Miller Il faut noter qu'il y a beaucoup de personnes, on peut se perdre facilement si on ne reste pas suffisamment concentré. On ressort avec une colère contre un personnage en particulier. On est durant la lecture, révolté face aux comportements humains irrationnels, à l'égoïsme, la jalousie, la naïveté,... Cette histoire est tout simplement révoltante ! Ce qui j'ai apprécié c'est cette pression qui se fait de plus en plus pesante au fil des actes. On lit, on observe avec inquiétude ce mécanisme insensé irrationnel dans lequel les personnages s'engluent malgré eux : délation, mensonge, faux aveux fait sous le coup de la pression, On assiste impuissant à cette spiral malsaine, destructrice qui s'empare de cette petite ville, jusqu'alors tranquille. La machine s'emballe, on le sent en avançant dans la lecture. Les accusations ; les doutes liés à des faits totalement insignifiants semblent impensables, voir grotesques, un détail peut tout faire basculer .Cela peut paraitre improbable et pourtant… A travers cette oeuvre, Arthur Miller fait un parallèle avec une période sombre des usa, incarnée par le sénateur Mc Carthy qui va mener une véritable chasse aux sorcière en 1953 , un véritable tribunal d'inquisition sera mis en place et passer à la moulinette chaque accusé qui devra prouver son honnêteté et sa bonne « foi ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fifrildi Posté le 14 Juin 2021
    Je connaissais de nom « les procès des sorcières de Salem » mais je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire. C'est absolument terrifiant. Les détails de cette affaire se trouvent facilement sur le net. À la fin du 17e siècle, 20 personnes furent exécutées pour sorcellerie par pendaison pour la majorité (un homme fut étouffé sous des pierres et une femme fut noyée). Arthur Miller n'a pas totalement respecté l'histoire, mais il veut surtout faire passer un message. Des jeunes filles sont surprises à danser la nuit dans un bois, dont la fille et la nièce du révérend Samuel Parris. La peur d'un scandale les amène à accuser Tituba, une esclave, à les avoir entraînées contre leur gré dans la pratique de la sorcellerie. Abigail Williams, la nièce de Parris, va délibérément actionner les rouages d'une terrible injustice. Les accusations vont pleuvoir et l'intolérance religieuse de l'époque ne fera qu'aggraver les choses. Alors, qu'est-ce qui prouve que vous êtes une sorcière ou un sorcier ? Vous ne connaissez pas par coeur vos 10 commandements, vous lisez des livres, vous labourez votre champ le dimanche au lieu d'aller à l'église, … Et comment échapper à la pendaison ? Avouer bien... Je connaissais de nom « les procès des sorcières de Salem » mais je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire. C'est absolument terrifiant. Les détails de cette affaire se trouvent facilement sur le net. À la fin du 17e siècle, 20 personnes furent exécutées pour sorcellerie par pendaison pour la majorité (un homme fut étouffé sous des pierres et une femme fut noyée). Arthur Miller n'a pas totalement respecté l'histoire, mais il veut surtout faire passer un message. Des jeunes filles sont surprises à danser la nuit dans un bois, dont la fille et la nièce du révérend Samuel Parris. La peur d'un scandale les amène à accuser Tituba, une esclave, à les avoir entraînées contre leur gré dans la pratique de la sorcellerie. Abigail Williams, la nièce de Parris, va délibérément actionner les rouages d'une terrible injustice. Les accusations vont pleuvoir et l'intolérance religieuse de l'époque ne fera qu'aggraver les choses. Alors, qu'est-ce qui prouve que vous êtes une sorcière ou un sorcier ? Vous ne connaissez pas par coeur vos 10 commandements, vous lisez des livres, vous labourez votre champ le dimanche au lieu d'aller à l'église, … Et comment échapper à la pendaison ? Avouer bien sûr, mais surtout donner des noms (voilà qui fait penser à une autre chasse aux sorcières de la moitié du 20e siècle aux États-Unis). « DANFORTH - (…) Quand le Diable est venu vers vous, qui avez-vous vu avec lui ? PROCTOR – Je ne souillerai pas d'autre nom que le mien. HATHORNE – Proctor, le fait de dissimuler ces noms signifie que vous êtes encore attaché à Satan. » Selon sa page Wikipédia, Abigail Williams (1680-1697) a dénoncé 57 personnes dont 15 ont été condamnées à mort et d'autres sont mortes en prison. A l'époque des faits elle avait 11-12 ans, c'est vraiment perturbant (elle est cependant plus âgée dans la pièce). C'est le premier livre de l'auteur que je lis et j'ai beaucoup aimé son style. Je pense que je lirai plus tard son recueil de nouvelles « Présence ». Challenge livre historique 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fifrildi Posté le 14 Juin 2021
    Je connaissais de nom « les procès des sorcières de Salem » mais je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire. C'est absolument terrifiant. Les détails de cette affaire se trouvent facilement sur le net. À la fin du 17e siècle, 20 personnes furent exécutées pour sorcellerie par pendaison pour la majorité (un homme fut étouffé sous des pierres et une femme fut noyée). Arthur Miller n'a pas totalement respecté l'histoire, mais il veut surtout faire passer un message. Des jeunes filles sont surprises à danser la nuit dans un bois, dont la fille et la nièce du révérend Samuel Parris. La peur d'un scandale les amène à accuser Tituba, une esclave, à les avoir entraînées contre leur gré dans la pratique de la sorcellerie. Abigail Williams, la nièce de Parris, va délibérément actionner les rouages d'une terrible injustice. Les accusations vont pleuvoir et l'intolérance religieuse de l'époque ne fera qu'aggraver les choses. Alors, qu'est-ce qui prouve que vous êtes une sorcière ou un sorcier ? Vous ne connaissez pas par coeur vos 10 commandements, vous lisez des livres, vous labourez votre champ le dimanche au lieu d'aller à l'église, … Et comment échapper à la pendaison ? Avouer bien... Je connaissais de nom « les procès des sorcières de Salem » mais je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire. C'est absolument terrifiant. Les détails de cette affaire se trouvent facilement sur le net. À la fin du 17e siècle, 20 personnes furent exécutées pour sorcellerie par pendaison pour la majorité (un homme fut étouffé sous des pierres et une femme fut noyée). Arthur Miller n'a pas totalement respecté l'histoire, mais il veut surtout faire passer un message. Des jeunes filles sont surprises à danser la nuit dans un bois, dont la fille et la nièce du révérend Samuel Parris. La peur d'un scandale les amène à accuser Tituba, une esclave, à les avoir entraînées contre leur gré dans la pratique de la sorcellerie. Abigail Williams, la nièce de Parris, va délibérément actionner les rouages d'une terrible injustice. Les accusations vont pleuvoir et l'intolérance religieuse de l'époque ne fera qu'aggraver les choses. Alors, qu'est-ce qui prouve que vous êtes une sorcière ou un sorcier ? Vous ne connaissez pas par coeur vos 10 commandements, vous lisez des livres, vous labourez votre champ le dimanche au lieu d'aller à l'église, … Et comment échapper à la pendaison ? Avouer bien sûr, mais surtout donner des noms (voilà qui fait penser à une autre chasse aux sorcières de la moitié du 20e siècle aux États-Unis). « DANFORTH - (…) Quand le Diable est venu vers vous, qui avez-vous vu avec lui ? PROCTOR – Je ne souillerai pas d'autre nom que le mien. HATHORNE – Proctor, le fait de dissimuler ces noms signifie que vous êtes encore attaché à Satan. » Selon sa page Wikipédia, Abigail Williams (1680-1697) a dénoncé 57 personnes dont 15 ont été condamnées à mort et d'autres sont mortes en prison. A l'époque des faits elle avait 11-12 ans, c'est vraiment perturbant (elle est cependant plus âgée dans la pièce). C'est le premier livre de l'auteur que je lis et j'ai beaucoup aimé son style. Je pense que je lirai plus tard son recueil de nouvelles « Présence ». Challenge livre historique 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • celine17 Posté le 7 Juin 2021
    C’est une histoire à la fois tragique et qui reflète l’état d’esprit et l’obscurantisme d’une époque qui est capable de condamner à mort une femme pour rien. Aujourd’hui et ici, comme cela nous semble loin (non pas si lointain, on assassine encore dans le monde des femmes sous prétexte qu’elles pensent!). Dans la ville de Salem, on peut encore visiter les lieux qui ont été le théâtre de cette sombre histoire… C’est à faire froid dans le dos ! 1692, la petite ville de Salem fait sa « chasse aux sorcières », de nombreuses personnes furent condamnées puis exécutées... Comment la jeune Abigaïl, en arriva à accuser de sorcellerie les femmes de sa colonie? À une époque où on ne pardonnait déjà pas aux femmes d’être différentes ou même de lire trop de livres… Hystérie collective, vengeance, crise de puritanisme aigu? L’oeuvre d’Arthur Miller revisite le mythe et s’attaque aux réponses : c’est une pièce de théâtre haletante, pages après pages les femmes tombent et un sentiment de malaise ignoble se dégagent de la scène. « Cette oeuvre illustre de façon magistrale comment peut être franchie - à toute époque - la frontière entre raison et folie, justice et fanatisme. » Miller en fît une allégorie du... C’est une histoire à la fois tragique et qui reflète l’état d’esprit et l’obscurantisme d’une époque qui est capable de condamner à mort une femme pour rien. Aujourd’hui et ici, comme cela nous semble loin (non pas si lointain, on assassine encore dans le monde des femmes sous prétexte qu’elles pensent!). Dans la ville de Salem, on peut encore visiter les lieux qui ont été le théâtre de cette sombre histoire… C’est à faire froid dans le dos ! 1692, la petite ville de Salem fait sa « chasse aux sorcières », de nombreuses personnes furent condamnées puis exécutées... Comment la jeune Abigaïl, en arriva à accuser de sorcellerie les femmes de sa colonie? À une époque où on ne pardonnait déjà pas aux femmes d’être différentes ou même de lire trop de livres… Hystérie collective, vengeance, crise de puritanisme aigu? L’oeuvre d’Arthur Miller revisite le mythe et s’attaque aux réponses : c’est une pièce de théâtre haletante, pages après pages les femmes tombent et un sentiment de malaise ignoble se dégagent de la scène. « Cette oeuvre illustre de façon magistrale comment peut être franchie - à toute époque - la frontière entre raison et folie, justice et fanatisme. » Miller en fît une allégorie du Maccarthysme dont il fût lui-même victime. Marcel Aymé s'occupa de la traduction et de l'adaptation de la pièce (mise en scène en 1955 par Raymond Rouleau avec Montand, Signoret, Mondy...). En 1996, Miller adapta la pièce au cinéma et reçu un oscar !
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui racontent l'Amérique

    Si on vous dit Amérique, vous pensez grands espaces, road trip, mais aussi peut-être cinéma et New York City. Pays aussi fascinant que déroutant et dont la démesure ne cesse d'étonner, les États-Unis ont produit et produisent encore des écrivains de génie. Focus sur 16 livres - du roman à l'essai - qui chacun à leur manière racontent l'Amérique et ses habitants.

    Lire l'article