Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221258606
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Les Testaments

Michèle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 12/05/2021

La suite de La Servante écarlate.

Quinze ans après les événements racontés dans La Servante écarlate, roman dystopique désormais culte, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais certains signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur. À ce moment crucial, les vies...

Quinze ans après les événements racontés dans La Servante écarlate, roman dystopique désormais culte, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais certains signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur. À ce moment crucial, les vies de trois femmes radicalement différentes convergent, avec des conséquences potentiellement explosives.
Avec Les Testaments, Margaret Atwood poursuit l’histoire de Galaad dans un savant mélange de suspense, de vivacité et de virtuosité.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221258606
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • emiliegentilhomme Posté le 8 Octobre 2021
    Quelques semaines après avoir commencé la suite de La Servante Écarlate, me voilà enfin à son aboutissement. Bien que j#x2019ai eu des difficultés à me replonger dans l#x2019histoire de cette chère Margaret, j#x2019ai été ravie de retrouver quelques personnages - et en particulier Tante Lydia. Cependant, comme je le disais plus haut, il n#x2019est pas aisé de rentrer dans l#x2019histoire puisque c#x2019est un roman à trois voix, le rôle de certains personnages ne sont compréhensibles qu#x2019aux trois quarts de l#x2019histoire et la fin laisse un peu sur... sa faim. J#x2019aurais aimé en savoir plus sur le futur des personnages phares du tome 1. Finalement, le dénouement ainsi que la construction du rôle de Tante Lydia pour Galaad resteront les deux éléments que j#x2019ai préférés ! Sans oublier l#x2019écriture de l#x2019auteur : fluide, gracieuse et saisissable par tous.
  • Delivresmoi Posté le 3 Septembre 2021
    C est avec appréhension que je commençais la lecture de ce roman. J avais peur d être déçue par cette suite écrite près de 35 ans après La servante écarlate et en même temps, j étais excitée de retrouver les personnages emblématiques de cette dystopie. Dès les premières pages, je me suis replongée dans l univers effrayant de Galaad. Les chapitres sont courts, l alternance entre les diférents personnages donne du rythme. Bref, je n avais plus envie de lâcher le livre. J ai trouvé fabuleux de découvrir Tante Lydia avant qu elle ne devienne Tante. Ça permet de mieux comprendre et c'est parfois terrible, car l auteure essaie de nous faire éprouver de l empathie pour elle. Conquise par cette suite, qui est dans la même veine que l adaptation en série.
  • Missef Posté le 20 Août 2021
    J'ai entamé cette suite de l'inoubliable Handmaid's Tale avec un a priori assez négatif, tant les mises en garde étaient nombreuses (roman de commande bâclé, suite sans grand intérêt destinées à remplir les poches de l'auteure et de ses éditeurs...). Pourtant, je l'ai lu car j'avais adoré la Servante Ecarlate. Et bien m'en a pris, je n'ai pas été déçue. L'histoire se passe 15 ans après la fin de la Servante et, contrairement au premier opus, nous sommes cette fois dans la tête de plusieurs personnages, tous féminins : Tante Lydia, ponte de Gilead (il paraît que la traduction a changé et qu'on dit désormais Galaad ? Quelle drôle d'idée !), puissante et maligne; la jeune Agnès Jemmina, première génération à avoir grandi sous le régime autoritaire et théocratique de Gilead ; et Jade (entre autres identités), jeune femme libre du Canada, lieu d'où s'organise la résistance contre la tyrannie. Fini donc le récit claustrophobique à une voix, Margaret Atwood s'attache plus ici à démonter le fonctionnement d'un régime corrompu, pourri par les querelles de pouvoirs et d'égos, biaisé et violent. La dystopie se lit comme un roman à suspense, dont certaines scènes vous hanteront longtemps. Encore une belle réussite... J'ai entamé cette suite de l'inoubliable Handmaid's Tale avec un a priori assez négatif, tant les mises en garde étaient nombreuses (roman de commande bâclé, suite sans grand intérêt destinées à remplir les poches de l'auteure et de ses éditeurs...). Pourtant, je l'ai lu car j'avais adoré la Servante Ecarlate. Et bien m'en a pris, je n'ai pas été déçue. L'histoire se passe 15 ans après la fin de la Servante et, contrairement au premier opus, nous sommes cette fois dans la tête de plusieurs personnages, tous féminins : Tante Lydia, ponte de Gilead (il paraît que la traduction a changé et qu'on dit désormais Galaad ? Quelle drôle d'idée !), puissante et maligne; la jeune Agnès Jemmina, première génération à avoir grandi sous le régime autoritaire et théocratique de Gilead ; et Jade (entre autres identités), jeune femme libre du Canada, lieu d'où s'organise la résistance contre la tyrannie. Fini donc le récit claustrophobique à une voix, Margaret Atwood s'attache plus ici à démonter le fonctionnement d'un régime corrompu, pourri par les querelles de pouvoirs et d'égos, biaisé et violent. La dystopie se lit comme un roman à suspense, dont certaines scènes vous hanteront longtemps. Encore une belle réussite de la grande Margaret Atwood, sans compter, par les temps qui courent, qu'on est ravi de livre des histoires de femmes résistantes et fortes face à l'adversité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MagicMarie Posté le 20 Août 2021
    J’avais lu “The Handmaid’s Tale” après avoir regardé la S1 de la série et pour le coup, c’est un des rares cas où je préfère la série au livre. Je m’explique. Il y a d’abord un changement majeur qui fait toute la différence selon moi, c’est le changement d’âge de Serena et du Commandant Waterford. Cela rend les relations entre eux et June beaucoup plus palpitantes mais aussi destructives. Pour moi, le point d’orgue de cette série est clairement la connexion entre les deux femmes de la maison. June et Serena alternent entre des moments de fière entraîde féministe aux pires coup bas imaginables. Elles sont toutes les deux dans des situations exécrables et n’ont que l’une et l’autre pour soit passer leur colère soit demander de l’aide. Deuxième point important, la série exploite beaucoup plus l’univers créé par Margaret Atwood avec 4 saisons car je rappelle qu’il n’y a qu’un seul tome. Ce qui permet d’avoir une évolution des personnages plus que passionnante. L’autrice a décidé d’écrire une suite après le début de la série : “The Testaments”. Nous ne retrouvons pas June mais ses filles et Tante Lydia. Les chapitres alternent alors entre leurs trois points de vue. Tante Lydia est... J’avais lu “The Handmaid’s Tale” après avoir regardé la S1 de la série et pour le coup, c’est un des rares cas où je préfère la série au livre. Je m’explique. Il y a d’abord un changement majeur qui fait toute la différence selon moi, c’est le changement d’âge de Serena et du Commandant Waterford. Cela rend les relations entre eux et June beaucoup plus palpitantes mais aussi destructives. Pour moi, le point d’orgue de cette série est clairement la connexion entre les deux femmes de la maison. June et Serena alternent entre des moments de fière entraîde féministe aux pires coup bas imaginables. Elles sont toutes les deux dans des situations exécrables et n’ont que l’une et l’autre pour soit passer leur colère soit demander de l’aide. Deuxième point important, la série exploite beaucoup plus l’univers créé par Margaret Atwood avec 4 saisons car je rappelle qu’il n’y a qu’un seul tome. Ce qui permet d’avoir une évolution des personnages plus que passionnante. L’autrice a décidé d’écrire une suite après le début de la série : “The Testaments”. Nous ne retrouvons pas June mais ses filles et Tante Lydia. Les chapitres alternent alors entre leurs trois points de vue. Tante Lydia est de loin le point de vue le plus intéressant du livre car personnage emblématique de la série et du tome précédent. J’ai toujours voulu être dans sa tête et, grâce à ce tome, on découvre ses petits complots mais également son arrivée à Gilead. Cette série, surtout en tant que femme, est difficile à regarder. Même pour une dystopie car elle s’inspire malheureusement de faits réels et actuels. Elle est donc absolument crédible et c’est ce qui la rend terrifiante. Je vous conseillerai donc plutôt la série que les livres et n’hésitez pas non plus à regarder “Captive” sur Netflix, une mini-série adaptée d’une autre œuvre de Margaret Atwood.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SebPierre Posté le 19 Août 2021
    Le témoignage de 3 femmes est retranscrit afin de mieux comprendre la chute de la théocratie de Galaad: Les écrits de " Tante Lydia ", l'un des piliers de Galaad en quête de rédemption, ceux d'Agnès, une Perle éduquée et conditionnée depuis son plus jeune âge par les Tantes de Galaad afin de devenir une Épouse, et,enfin, ceux de "Nicole",elle bébé exfiltrée de Galaad et devenue bien malgré elle une icône utilisée comme martyre par le régime,... Trente Cinq après La Servante Écarlate, l'auteure nous délivre enfin la suite s'appuyant sur ces 3 personnages emblématiques... Pour reprendre les mots de Margaret Atwood, tout ce qui est écrit dans La Servante Écarlate et Les Testaments ayant déjà réellement existé, cela dresse un constat affligeant pour l'humanité mais également et heureusement un peu d'espoir...
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.