RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Lettre d'une inconnue

            Robert Laffont
            EAN : 9782221192252
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Lettre d'une inconnue
            suivi de Trois nouvelles de jeunesse

            Pierre DESHUSSES (Traducteur), Tatjana MARWINSKI (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 14/01/2016

            Le jour de ses quarante et un ans, un écrivain viennois reçoit une lettre d’une femme qui l’aime passionnément depuis son adolescence et qui, sur son lit de mort, désire lui raconter cet amour qui la consume encore. Elle l’a aperçu pour la première fois seize ans plus tôt, alors...

            Le jour de ses quarante et un ans, un écrivain viennois reçoit une lettre d’une femme qui l’aime passionnément depuis son adolescence et qui, sur son lit de mort, désire lui raconter cet amour qui la consume encore. Elle l’a aperçu pour la première fois seize ans plus tôt, alors qu’il emménageait dans l’appartement face au sien, où elle vivait avec sa mère. Pour la jeune fille de treize ans, ce fut un coup de foudre et le moment où sa vie commença réellement.
            Lettre d’une inconnue est le récit d’une des grandes passions de la littérature du XXe siècle et une des nouvelles les plus célèbres et les plus intenses de Stefan Zweig. Avec humanisme, l’auteur y dépeint l’amour absolu d’une femme pour un homme insouciant.
            Les trois textes de jeunesse qui suivent, « Rêves oubliés », « Deux solitudes » et « Jeunesse gâchée », essentiels à la connaissance de l’oeuvre de Zweig, contiennent déjà les thèmes de ses meilleurs récits : le rêve, la rencontre, la désillusion, le suicide.

            « Avec Shakespeare et Agatha Christie, Stefan Zweig partage le podium des classiques étrangers les plus lus en France. » L’Obs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221192252
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            1.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Butterflies Posté le 4 Février 2019
              Un roman épistolaire magnifique. L'histoire d'un amour incandescent, éternel et secret d'une jeune fille d'abord adolescente pour un écrivain. Elle ne lui enverra qu'une seule lettre sans la signer à l'aube de sa mort pour qu'il ne la cherche pas mais qu'il sache qu'il a été aimé d'un amour sans condition, pur, véritable. Elle lui a voué sa vie, esclave de son amour, sans jamais se confier. A 13 ans, elle a vu ce jeune écrivain renommé emménager en face de leur appartement à sa mère veuve et elle et elle est tout de suite tombée sous le charme puis elle n'a eut de yeux que pour lui. Même quand elle a dû déménager, tourmentée de ne plus voir l'être aimé, elle ne s'est jamais offerte à un autre. Elle refusait de sortir, de se divertir, de côtoyer d'autres jeunes personnes afin d’en faire des amis. Elle souffrait. Elle ne vit que pour lui et cet amour inconditionnel jusqu' à son dernier souffle. Elle le reverra à plusieurs reprises mais jamais il ne la reconnaîtra. Jamais elle ne lui révélera la vérité ni qui elle est. Chaque année, à son anniversaire, elle lui enverra un bouquet de fleurs blanches... Un roman épistolaire magnifique. L'histoire d'un amour incandescent, éternel et secret d'une jeune fille d'abord adolescente pour un écrivain. Elle ne lui enverra qu'une seule lettre sans la signer à l'aube de sa mort pour qu'il ne la cherche pas mais qu'il sache qu'il a été aimé d'un amour sans condition, pur, véritable. Elle lui a voué sa vie, esclave de son amour, sans jamais se confier. A 13 ans, elle a vu ce jeune écrivain renommé emménager en face de leur appartement à sa mère veuve et elle et elle est tout de suite tombée sous le charme puis elle n'a eut de yeux que pour lui. Même quand elle a dû déménager, tourmentée de ne plus voir l'être aimé, elle ne s'est jamais offerte à un autre. Elle refusait de sortir, de se divertir, de côtoyer d'autres jeunes personnes afin d’en faire des amis. Elle souffrait. Elle ne vit que pour lui et cet amour inconditionnel jusqu' à son dernier souffle. Elle le reverra à plusieurs reprises mais jamais il ne la reconnaîtra. Jamais elle ne lui révélera la vérité ni qui elle est. Chaque année, à son anniversaire, elle lui enverra un bouquet de fleurs blanches sans carte. Il ne saura jamais jusqu'à cette lettre qui en est l'expéditeur. Cette longue lettre lui révèlera d'autres secrets sur cet amour secret. Un amour fou que je ne souhaite à personne contrairement à cette lecture captivante. Lu d'une traite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lutopie Posté le 3 Janvier 2019
              Une telle abnégation ne peut que séduire. L'auteur parle remarquablement bien de la passion. Elle est désespérément folle de se consacrer corps et âme à cet homme, à son amour, mais c'est ce qui en fait un personnage d'exception, tragique, sublime. J'ai été touchée par cette lecture mais je n'ai pas été surprise, même si cette voix anonyme bouleverse, dans la présence de l'absence. Je me dois de relire illico le Joueur d'échecs qui m'a laissé une impression durable ainsi que la Confusion des Sentiments pour me faire une bonne session Stefan Zweig.
            • AMR Posté le 27 Décembre 2018
              Dernièrement, lors d’un séjour à Paris, j’ai eu l’immense bonheur d’assister au Théâtre Folie-Méricourt à une belle mise en scène de Lettre d’une inconnue de Stephan Zweig ; Laetitia Lebacq y était admirable de présence et de sensibilité à fleur de mots et de peau. Cette adaptation de la nouvelle de Zweig est programmée jusqu’à fin janvier 2019… Ce fut l’occasion pour moi de découvrir cette nouvelle publiée en 1922, traduite en français en 1927. Un écrivain célèbre, bel homme, homme à femmes, riche mondain profitant de tous les plaisirs de la vie, reçoit une longue lettre d’une femme qui l’a aimé pendant des années, qui a eu un enfant de lui et qu’il ne reconnaît pas… C’est un texte sur l’amour inconditionnel, sur le don de soi, sur le besoin de reconnaissance… Il y a dans cette missive un constat lucide, une confession passionnée, un cri, une plainte longue et modulée, désespérée et triomphante… Une femme se raconte, se met en scène, théâtralise son malheur, se met en lumière une dernière et unique fois. La littérature et l’écriture sont omniprésente dans le récit : l’écrivain est assez quelconque dans la vie, un peu dandy, superficiel, puis transfiguré par son succès et surtout... Dernièrement, lors d’un séjour à Paris, j’ai eu l’immense bonheur d’assister au Théâtre Folie-Méricourt à une belle mise en scène de Lettre d’une inconnue de Stephan Zweig ; Laetitia Lebacq y était admirable de présence et de sensibilité à fleur de mots et de peau. Cette adaptation de la nouvelle de Zweig est programmée jusqu’à fin janvier 2019… Ce fut l’occasion pour moi de découvrir cette nouvelle publiée en 1922, traduite en français en 1927. Un écrivain célèbre, bel homme, homme à femmes, riche mondain profitant de tous les plaisirs de la vie, reçoit une longue lettre d’une femme qui l’a aimé pendant des années, qui a eu un enfant de lui et qu’il ne reconnaît pas… C’est un texte sur l’amour inconditionnel, sur le don de soi, sur le besoin de reconnaissance… Il y a dans cette missive un constat lucide, une confession passionnée, un cri, une plainte longue et modulée, désespérée et triomphante… Une femme se raconte, se met en scène, théâtralise son malheur, se met en lumière une dernière et unique fois. La littérature et l’écriture sont omniprésente dans le récit : l’écrivain est assez quelconque dans la vie, un peu dandy, superficiel, puis transfiguré par son succès et surtout par les mots de son amante invisible et secrète. La femme inconnue, dont on ne saura pas le nom, va pourtant laisser une trace écrite, preuve ultime de son existence et de son amour. Stephan Zweig donne à lire le parcours de l’enfance à l’adolescence, puis à l’âge adulte d’une femme exemplaire dans ses choix, dans son amour, dans sa fixation hallucinée sur un homme qui ne l’a jamais remarquée. Naturellement, depuis la soirée au théâtre, j’ai éprouvé le désir de lire et relire cette nouvelle et je l’ai même écoutée sur France Culture avec les voix de Peggy Martineau et Laurent Manzoni et la musique d’Aurélien Bianco. https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/lettre-dune-inconnue-de-stefan-zweig?fbclid=IwAR2vx2jlHknxxjcBuiMspm1V5fTHnGd7un-eJcppN4bkoQFmHpnHoI-T8uo Un texte sublime. À découvrir, à lire et à relire, à écouter aussi…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Anis0206 Posté le 30 Novembre 2018
              un classique que je voulais lire depuis longtemps qui se résume à une lettre envoyée par une inconnue qui exprime un profond amour
            • Melou13 Posté le 20 Novembre 2018
              Je t’aime, un peu, passionnément, à la folie… Bon, ici ce serait plus, je t’aime d’un amour obsessionnel, dévastateur, démentiel. Pas d’il était une fois, d’oiseaux qui chantent et d’ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants... C’est un « mon enfant est mort hier » qui ponctue le début de chaque chapitre. Pas de princesse grandissant dans un beau château, de prince transi d’amour, de sentiments mielleux… A la place, une inconnue grandissant sans père, qui pour combler l’absence masculine, développe une fascination pour un homme mystérieux enchaînant les conquêtes. Elle vit à travers lui, à attendre, à espérer, qu’il la remarque, qu’il la reconnaisse. Son existence est marquée de sacrifices, de déceptions et de désillusions. Avant de quitter ce monde, elle a besoin de sortir de l’ombre, de se libérer du fardeau de ce secret, pour qu’enfin il sache. Pas de doute, on est loin du conte de fée… En revanche, ce qui ne manque pas de féérie c’est la faculté de Zweig à transmettre des émotions. On ressent l’état fiévreux, euphorique de l’inconnue, son besoin désespéré d’exister enfin. Si le talent de Zweig est indéniable, je suis tout de même restée sceptique sur l’histoire en elle-même, sur cette passion démesurée qui... Je t’aime, un peu, passionnément, à la folie… Bon, ici ce serait plus, je t’aime d’un amour obsessionnel, dévastateur, démentiel. Pas d’il était une fois, d’oiseaux qui chantent et d’ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants... C’est un « mon enfant est mort hier » qui ponctue le début de chaque chapitre. Pas de princesse grandissant dans un beau château, de prince transi d’amour, de sentiments mielleux… A la place, une inconnue grandissant sans père, qui pour combler l’absence masculine, développe une fascination pour un homme mystérieux enchaînant les conquêtes. Elle vit à travers lui, à attendre, à espérer, qu’il la remarque, qu’il la reconnaisse. Son existence est marquée de sacrifices, de déceptions et de désillusions. Avant de quitter ce monde, elle a besoin de sortir de l’ombre, de se libérer du fardeau de ce secret, pour qu’enfin il sache. Pas de doute, on est loin du conte de fée… En revanche, ce qui ne manque pas de féérie c’est la faculté de Zweig à transmettre des émotions. On ressent l’état fiévreux, euphorique de l’inconnue, son besoin désespéré d’exister enfin. Si le talent de Zweig est indéniable, je suis tout de même restée sceptique sur l’histoire en elle-même, sur cette passion démesurée qui à mon sens n’est pas du tout réaliste.
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.