Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714452047
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

L'Héritage

Sylvie SCHNEITER (Traducteur)
Date de parution : 06/10/2011

L’Ouest américain au début du XXe siècle et la vieille aristocratie anglaise de nos jours, deux époques pour évoquer le destin d’une famille brisée par les non-dits. Un premier roman à l’écriture délicate, dans la lignée d’une Kate Morton ou d’une Maggie O’Farrell. 

Quand elles étaient enfants, Erica Calcott et sa...

L’Ouest américain au début du XXe siècle et la vieille aristocratie anglaise de nos jours, deux époques pour évoquer le destin d’une famille brisée par les non-dits. Un premier roman à l’écriture délicate, dans la lignée d’une Kate Morton ou d’une Maggie O’Farrell. 

Quand elles étaient enfants, Erica Calcott et sa sœur Beth passaient toutes leurs vacances à Storton, le manoir de leur grand-mère Meredith. Jusqu’au jour où leur cousin Henry disparaît, brisant d’un coup la famille et plongeant Beth dans une intense dépression. 

Vingt-cinq ans plus tard, Meredith vient de mourir et les sœurs Calcott reprennent le chemin de leur enfance. Tandis que Beth s’enfonce davantage dans la souffrance, Erica entreprend de trier les affaires de leur aïeule et tombe sur une photo de leur arrière-grand-mère Caroline avec un petit garçon dans les bras. Qui est-il ? Et, surtout, qu’est-il devenu ? 

Erica décide de fouiller l’histoire de ses ancêtres, et notamment celle de Caroline. Elle est loin d’imaginer qu’elle s’apprête à mettre au jour leur véritable héritage, un secret si douloureux que quatre générations plus tard, les sœurs Calcott en portent encore le fardeau…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714452047
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Milemo Posté le 8 Septembre 2021
    Une famille dominée par la figure peu engageante de la grand-mère acariâtre qui vient de mourir et dont la vie mouvementée se révèle peu à peu à ses petites filles. Roman agréable qui ne laissera sans doute pas une empreinte indélébile dans l'histoire de la littérature mais qui se lit avec plaisir. Un bon moment de lecture à déguster sans modération...
  • Milemo Posté le 8 Septembre 2021
    Une famille dominée par la figure peu engageante de la grand-mère acariâtre qui vient de mourir et dont la vie mouvementée se révèle peu à peu à ses petites filles. Roman agréable qui ne laissera sans doute pas une empreinte indélébile dans l'histoire de la littérature mais qui se lit avec plaisir. Un bon moment de lecture à déguster sans modération...
  • polacrit Posté le 6 Mai 2020
    A la mort de leur grand-mère, Beth et sa soeur Erica héritent de Storton Manor, somptueux domaine familial où, enfants, elles ont passé toutes leurs vacances, malheureusement laissé à l'abandon. La seule condition pour en devenir propriétaires: l'habiter. Sinon, le manoir sera vendu et l'argent de la vente versé aux bonnes œuvres. Pourtant, le domaine devrait revenir à Henry, leur cousin mystérieusement disparu vingt-trois années plus tôt, à l'âge de onze ans, sans laisse aucune trace. L'enquête menée par la police est restée lettre morte. Ce mystère qui a bouleversé leur famille semble toujours planer sur les murs du domaine, comme une ombre maléfique, accablant Beth d'un poids qu'elle semble ne plus pouvoir porter, comme si elle savait ce qui s'est réellement passé ce jour d'été lointain. Mais il n'est pas le seul: Erica, en triant les affaires de sa grand-mère, trouve une très vieille photo qui l'intrigue: une jeune femme pose avec sur ses genoux un bébé âgé d'environ six mois, aux cheveux noirs, au visage brouillé. C'est Caroline son arrière-grand-mère. Qu'est devenu cet enfant? Pourquoi a-t-il disparu de l'arbre généalogique de la famille? Autant de questions laissées sans réponse qui continuent d'empoisonner le présent et empêchent les deux sœurs de... A la mort de leur grand-mère, Beth et sa soeur Erica héritent de Storton Manor, somptueux domaine familial où, enfants, elles ont passé toutes leurs vacances, malheureusement laissé à l'abandon. La seule condition pour en devenir propriétaires: l'habiter. Sinon, le manoir sera vendu et l'argent de la vente versé aux bonnes œuvres. Pourtant, le domaine devrait revenir à Henry, leur cousin mystérieusement disparu vingt-trois années plus tôt, à l'âge de onze ans, sans laisse aucune trace. L'enquête menée par la police est restée lettre morte. Ce mystère qui a bouleversé leur famille semble toujours planer sur les murs du domaine, comme une ombre maléfique, accablant Beth d'un poids qu'elle semble ne plus pouvoir porter, comme si elle savait ce qui s'est réellement passé ce jour d'été lointain. Mais il n'est pas le seul: Erica, en triant les affaires de sa grand-mère, trouve une très vieille photo qui l'intrigue: une jeune femme pose avec sur ses genoux un bébé âgé d'environ six mois, aux cheveux noirs, au visage brouillé. C'est Caroline son arrière-grand-mère. Qu'est devenu cet enfant? Pourquoi a-t-il disparu de l'arbre généalogique de la famille? Autant de questions laissées sans réponse qui continuent d'empoisonner le présent et empêchent les deux sœurs de s'épanouir. Mais Erica est bien décidée à faire la lumière, quoiqu'il puisse lui en coûter, en bien comme en mal... Lhéritage, The legacy dans la version originale parue en 2010, a été publié par les éditions Belfond en 2011. Le récit est raconté au présent à la première personne selon le point de vue d'Erica, la narratrice, comprenant des flash-back racontés au passé; l'histoire se déroule au rythme de ses souvenirs imbriqués dans le présent: "Je tends la bras derrière la tête de lit en chêne sombre, laisse courir mes doigts sur les montants jusqu'à ce que je le sente. Il est cassant maintenant, couvert de poussière, ce bout de ruban -un ruban en plastique rouge provenant d'un cadeau d'anniversaire. Je l'avais attaché là à huit ans pour avoir un secret que je serais la seule à connaître. Ainsi je pouvais y penser dès le retour à l'école." (Page 29)..."Ce n'était jamais le cas dans notre enfance. Il y avait peu de désaccords et de disputes entre nous. La différence d'âge, peut-être, à moins que ce ne soit parce que nous avions un ennemi commun. Même quand on nous avait enfermées deux journées entières, deux longues journées ensoleillées, nous ne nous étions pas crêpé le chignon." (Page 78). Construction du récit: d'incessants allers-retours nous emmènent du début du vingtième siècle, dans les années 1902-1905, à aujourd'hui, quatre générations plus tard. Thèmes: secrets de famille; disparition d'enfant; poids des secrets: "Que serait-il arrivé si Henry n'avait pas disparu? Peut-être que Mérédith ne serait pas devenue si désespérée? Peut-être que maman ne se serait pas brouillée avec elle, poussée à bout, ayant épuisé sa patience et son indulgence. Clifford et Mary auraient continué à venir, n'auraient pas été lésés." (Page 327). Un premier roman qui témoigne du sens de la description de l'auteur, son aptitude à créer des atmosphères chaleureuses ou mystérieuses, champêtres ou désenchantées, selon le moment de l'histoire: "Excessivement éclairée, la salle à manger de La Fiorentina était cloîtrée derrière des fenêtres que la vapeur des plats chauds et les exhalaisons avaient gainées d'une buée opaque. Une lumière jaune ricochait par intermittence sur les verres, les bijoux et l'argenterie rutilante." (Page 34) Certes, le scénario de L'Héritage est construit sur les thèmes galvaudés et fort à la mode des secrets de famille issus du passé qui perturbent les nouvelles générations, mais avec tant de brio et de finesse que l'on est tout à fait enclin à mettre de côté cet aléa. D'autant que Katherine Webb enrichit son propos grâce à des personnages à la personnalité attachante et à la psychologie décrite avec beaucoup de justesse, et à une intrigue captivante. Voilà un bon début !! Pour en savoir plus...
    Lire la suite
    En lire moins
  • polacrit Posté le 6 Mai 2020
    A la mort de leur grand-mère, Beth et sa soeur Erica héritent de Storton Manor, somptueux domaine familial où, enfants, elles ont passé toutes leurs vacances, malheureusement laissé à l'abandon. La seule condition pour en devenir propriétaires: l'habiter. Sinon, le manoir sera vendu et l'argent de la vente versé aux bonnes œuvres. Pourtant, le domaine devrait revenir à Henry, leur cousin mystérieusement disparu vingt-trois années plus tôt, à l'âge de onze ans, sans laisse aucune trace. L'enquête menée par la police est restée lettre morte. Ce mystère qui a bouleversé leur famille semble toujours planer sur les murs du domaine, comme une ombre maléfique, accablant Beth d'un poids qu'elle semble ne plus pouvoir porter, comme si elle savait ce qui s'est réellement passé ce jour d'été lointain. Mais il n'est pas le seul: Erica, en triant les affaires de sa grand-mère, trouve une très vieille photo qui l'intrigue: une jeune femme pose avec sur ses genoux un bébé âgé d'environ six mois, aux cheveux noirs, au visage brouillé. C'est Caroline son arrière-grand-mère. Qu'est devenu cet enfant? Pourquoi a-t-il disparu de l'arbre généalogique de la famille? Autant de questions laissées sans réponse qui continuent d'empoisonner le présent et empêchent les deux sœurs de... A la mort de leur grand-mère, Beth et sa soeur Erica héritent de Storton Manor, somptueux domaine familial où, enfants, elles ont passé toutes leurs vacances, malheureusement laissé à l'abandon. La seule condition pour en devenir propriétaires: l'habiter. Sinon, le manoir sera vendu et l'argent de la vente versé aux bonnes œuvres. Pourtant, le domaine devrait revenir à Henry, leur cousin mystérieusement disparu vingt-trois années plus tôt, à l'âge de onze ans, sans laisse aucune trace. L'enquête menée par la police est restée lettre morte. Ce mystère qui a bouleversé leur famille semble toujours planer sur les murs du domaine, comme une ombre maléfique, accablant Beth d'un poids qu'elle semble ne plus pouvoir porter, comme si elle savait ce qui s'est réellement passé ce jour d'été lointain. Mais il n'est pas le seul: Erica, en triant les affaires de sa grand-mère, trouve une très vieille photo qui l'intrigue: une jeune femme pose avec sur ses genoux un bébé âgé d'environ six mois, aux cheveux noirs, au visage brouillé. C'est Caroline son arrière-grand-mère. Qu'est devenu cet enfant? Pourquoi a-t-il disparu de l'arbre généalogique de la famille? Autant de questions laissées sans réponse qui continuent d'empoisonner le présent et empêchent les deux sœurs de s'épanouir. Mais Erica est bien décidée à faire la lumière, quoiqu'il puisse lui en coûter, en bien comme en mal... Lhéritage, The legacy dans la version originale parue en 2010, a été publié par les éditions Belfond en 2011. Le récit est raconté au présent à la première personne selon le point de vue d'Erica, la narratrice, comprenant des flash-back racontés au passé; l'histoire se déroule au rythme de ses souvenirs imbriqués dans le présent: "Je tends la bras derrière la tête de lit en chêne sombre, laisse courir mes doigts sur les montants jusqu'à ce que je le sente. Il est cassant maintenant, couvert de poussière, ce bout de ruban -un ruban en plastique rouge provenant d'un cadeau d'anniversaire. Je l'avais attaché là à huit ans pour avoir un secret que je serais la seule à connaître. Ainsi je pouvais y penser dès le retour à l'école." (Page 29)..."Ce n'était jamais le cas dans notre enfance. Il y avait peu de désaccords et de disputes entre nous. La différence d'âge, peut-être, à moins que ce ne soit parce que nous avions un ennemi commun. Même quand on nous avait enfermées deux journées entières, deux longues journées ensoleillées, nous ne nous étions pas crêpé le chignon." (Page 78). Construction du récit: d'incessants allers-retours nous emmènent du début du vingtième siècle, dans les années 1902-1905, à aujourd'hui, quatre générations plus tard. Thèmes: secrets de famille; disparition d'enfant; poids des secrets: "Que serait-il arrivé si Henry n'avait pas disparu? Peut-être que Mérédith ne serait pas devenue si désespérée? Peut-être que maman ne se serait pas brouillée avec elle, poussée à bout, ayant épuisé sa patience et son indulgence. Clifford et Mary auraient continué à venir, n'auraient pas été lésés." (Page 327). Un premier roman qui témoigne du sens de la description de l'auteur, son aptitude à créer des atmosphères chaleureuses ou mystérieuses, champêtres ou désenchantées, selon le moment de l'histoire: "Excessivement éclairée, la salle à manger de La Fiorentina était cloîtrée derrière des fenêtres que la vapeur des plats chauds et les exhalaisons avaient gainées d'une buée opaque. Une lumière jaune ricochait par intermittence sur les verres, les bijoux et l'argenterie rutilante." (Page 34) Certes, le scénario de L'Héritage est construit sur les thèmes galvaudés et fort à la mode des secrets de famille issus du passé qui perturbent les nouvelles générations, mais avec tant de brio et de finesse que l'on est tout à fait enclin à mettre de côté cet aléa. D'autant que Katherine Webb enrichit son propos grâce à des personnages à la personnalité attachante et à la psychologie décrite avec beaucoup de justesse, et à une intrigue captivante. Voilà un bon début !! Pour en savoir plus...
    Lire la suite
    En lire moins
  • ladesiderienne Posté le 7 Septembre 2018
    Résultat d'une pêche estivale au hasard dans ma PAL, ce roman m'a transportée d'un manoir anglais à un ranch dans l'Oklahoma. J'ai donc voyagé à peu de frais et cela fut plutôt agréable. Au décès de leur grand-mère, lady Meredith Calcott, Erica et sa soeur aînée Beth héritent de l'imposante demeure familiale de Storton Manor à la seule condition qu'elles y habitent désormais. En cas de refus, la demeure sera léguée à une œuvre de bienfaisance. Si leur arrivée sur les lieux ravive leurs souvenirs de vacances, elle leur remémore également que Meredith était une personne assez revêche qu'elles appréciaient peu. Les deux soeurs retrouvent Dinny avec qui elles jouaient enfants, contre l'avis familial car ce dernier, fils de gitans qui vivaient près de la propriété était détesté par les Calcott. A l'époque, au cours d'un jeu commun près de l'étang, la disparition non élucidée de Henry leur cousin avait semé le trouble dans la famille et Beth n'avait plus jamais été la même. Sentant le mal-être de sa sœur aînée s'intensifier au cours de leur séjour, Erica, trop jeune au moment des faits, va tenter en interrogeant Dinny et sa famille, d'en savoir un peu plus. Mais en... Résultat d'une pêche estivale au hasard dans ma PAL, ce roman m'a transportée d'un manoir anglais à un ranch dans l'Oklahoma. J'ai donc voyagé à peu de frais et cela fut plutôt agréable. Au décès de leur grand-mère, lady Meredith Calcott, Erica et sa soeur aînée Beth héritent de l'imposante demeure familiale de Storton Manor à la seule condition qu'elles y habitent désormais. En cas de refus, la demeure sera léguée à une œuvre de bienfaisance. Si leur arrivée sur les lieux ravive leurs souvenirs de vacances, elle leur remémore également que Meredith était une personne assez revêche qu'elles appréciaient peu. Les deux soeurs retrouvent Dinny avec qui elles jouaient enfants, contre l'avis familial car ce dernier, fils de gitans qui vivaient près de la propriété était détesté par les Calcott. A l'époque, au cours d'un jeu commun près de l'étang, la disparition non élucidée de Henry leur cousin avait semé le trouble dans la famille et Beth n'avait plus jamais été la même. Sentant le mal-être de sa sœur aînée s'intensifier au cours de leur séjour, Erica, trop jeune au moment des faits, va tenter en interrogeant Dinny et sa famille, d'en savoir un peu plus. Mais en même temps, en retrouvant au grenier des photos de son arrière grand-mère Caroline posant avec un bébé alors qu'elle n'était pas encore mariée, elle va décider également de lever le voile sur l'identité de cet enfant dont personne n'a parlé. J'aime beaucoup les sagas familiales qui vous transportent sur plusieurs générations, d'autant plus lorsque les personnages principaux sont des femmes et que l'on assiste à l'évolution de leur situation dans la société, à leur libération progressive du poids des convenances. Le lecteur vit parallèlement l'arrivée des deux sœurs au manoir et le récit de leurs souvenirs d'enfance, tout cela raconté par Erica. Mais il suit en même temps l'aventure de Caroline au début du vingtième siècle, jeune fille de la bonne société new-yorkaise, partie suivre son mari, propriétaire d'un ranch au fin fond de l'Oklahoma. J'ai beaucoup aimé cette partie et les difficultés de Caroline pour s'adapter par amour à un univers qui n'est pas le sien. La quête de ces deux énigmes à découvrir font de ce livre un roman agréable à lire, car le style reste simple. La thématique sur les effets psychologiques négatifs des secrets de famille et celle sur les difficultés liés à la maternité sont intéressantes. J'ai apprécié la description de la relation entre sœurs partagée entre jalousie et affection. J'ai par contre trouvé la fin un peu brutale. J'aurais aimé en savoir plus. Pour ce voyage à travers le temps, j'accorde un 14/20.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.