Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823803174
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
L'odeur de la nuit
Serge Quadruppani (traduit par), Maruzza Loria (traduit par)
Date de parution : 31/01/2013
Éditeurs :
12-21

L'odeur de la nuit

Serge Quadruppani (traduit par), Maruzza Loria (traduit par)
Date de parution : 31/01/2013

Un homme d'affaires marron disparaît  de Vigàta, et avec lui, les économies de bon nombre d'habitants du bourg sicilien. Est-il vivant, en train de profiter de l'argent escroqué ou bien...

Un homme d'affaires marron disparaît  de Vigàta, et avec lui, les économies de bon nombre d'habitants du bourg sicilien. Est-il vivant, en train de profiter de l'argent escroqué ou bien mort, exécuté par la mafia ? Contre l'avis de tous, Mlle Cosentino, éperdument amoureuse de son patron, attend son retour....

Un homme d'affaires marron disparaît  de Vigàta, et avec lui, les économies de bon nombre d'habitants du bourg sicilien. Est-il vivant, en train de profiter de l'argent escroqué ou bien mort, exécuté par la mafia ? Contre l'avis de tous, Mlle Cosentino, éperdument amoureuse de son patron, attend son retour. C'est le début d'une nouvelle enquête pour Montalbano, menée d'abord avec nonchalance, entre deux ventrées de rougets à la trattoria San Calogero, puis avec beaucoup plus d'acharnement, quand le petit François, le voleur de goûter qu'il faillit adopter, entre en jeu. Contre les soupçons ineptes de son supérieur, contre les pièges libidineux d'une garce, contre l'imbécillité moderniste qui a détruit son olivier centenaire, mais avec l'aide de la fine équipe du commissariat, Montalbano va chercher la clé de l'énigme jusque dans les profondeurs de la mer où il manquera s'engloutir.

Hilarante, savoureuse et captivante comme les précédentes, cette nouvelle histoire d'un Montalbano qui sent dans ses os la nostalgie du temps qui passe, prend à l'heure du dénouement une tournure tout à fait inattendue.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823803174
Code sériel : 99999
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 25 Septembre 2021
    N°1586 - Septembre 2021 L’odeur de la nuit – Andrea Camilleri – Fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani et Maruzza Loria. Émoi dans Vigata. Le comptable Gargano, honnête et intègre comme il se doit, a disparu en emportant les économies de bien des gens, glanées grâce à un système vieux comme le monde, un énorme mensonge qui, bien entendu a fonctionné. Bref, il les a escroqués, même si sa secrétaire, follement amoureuse de son patron, refuse encore d’y croire. Ça occasionne à Montalbano des états d’âme à cause d’un éventuel dépôt de fonds effectués par un tiers chez ce malfaiteur. Il en fait une affaire personnelle ! Nous retrouvons un Montalbano toujours aussi bluffeur, qu’ils s’agisse de faire éclater la vérité ou d’affronter ses supérieurs. Cette fois c’est une veille histoire, vieille de quelques années que le Questeur exhume, évidemment averti par une lettre anonyme . Comme par hasard ces deux affaires sont peut-être liées ! Notre commissaire enquête donc, mais une enquête est toujours imprévisible et des rencontres qu’on y fait sont improbables. Comme si l’escroquerie ne suffisait pas, s’y ajoute un meurtre avec mise en scène. Grâce à ses deux habituels comparses Fazio et Augello, notre commissaire, même s’il n’est pas officiellement... N°1586 - Septembre 2021 L’odeur de la nuit – Andrea Camilleri – Fleuve noir. Traduit de l’italien par Serge Quadruppani et Maruzza Loria. Émoi dans Vigata. Le comptable Gargano, honnête et intègre comme il se doit, a disparu en emportant les économies de bien des gens, glanées grâce à un système vieux comme le monde, un énorme mensonge qui, bien entendu a fonctionné. Bref, il les a escroqués, même si sa secrétaire, follement amoureuse de son patron, refuse encore d’y croire. Ça occasionne à Montalbano des états d’âme à cause d’un éventuel dépôt de fonds effectués par un tiers chez ce malfaiteur. Il en fait une affaire personnelle ! Nous retrouvons un Montalbano toujours aussi bluffeur, qu’ils s’agisse de faire éclater la vérité ou d’affronter ses supérieurs. Cette fois c’est une veille histoire, vieille de quelques années que le Questeur exhume, évidemment averti par une lettre anonyme . Comme par hasard ces deux affaires sont peut-être liées ! Notre commissaire enquête donc, mais une enquête est toujours imprévisible et des rencontres qu’on y fait sont improbables. Comme si l’escroquerie ne suffisait pas, s’y ajoute un meurtre avec mise en scène. Grâce à ses deux habituels comparses Fazio et Augello, notre commissaire, même s’il n’est pas officiellement chargé de l’enquête, finit par comprendre les différentes phases de cette affaire et ensemble ils la reconstituent façon scénario de film. Nous sommes en Italie où le cinéma fait partie de la vie et en Sicile, si on ne comprend pas un assassinat on peut toujours en accuser la mafia. Cela a au moins l’intérêt de la vraisemblance. Mais ce Montalbano doit bien être doté d’un sixième sens, à moins que ce ne soit sa connaissance de la nature humaine avec toutes ses nuances obscures, ses refus, ses fantasmes, ses blocages intimes, ses pulsions, ses folies, et sa version risque d’être sensiblement différente des conclusions officielles. Montalbano vit ses éternelles et lointaines fiançailles, quant à Mimi, son adjoint, il va se marier même s’il hésite encore à sauter le pas, ce qui ne lui empêche pas de papillonner, mais quand même, il est un peu jaloux, notre commissaire. Il est toujours préoccupé par son âge mais ça ne l’empêche pas d’aimer les bonnes choses de la vie à commencer par la nourriture. C’est une forme de compensation, mais moins forte cependant que la lecture des romans de Simenon ou de Faulkner que pourtant il aime lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marie987654321 Posté le 5 Décembre 2019
    Montalbano, égal à lui-même, accompagné de Fazio et Augello, s'intéresse à la disparition d'un escroc qui a réussi à s'emparer des économies de bon nombre d'habitants plus ou moins naïfs. Est-il en train de couler des jours heureux et sans scrupules dans quelque île paradisiaque ou une de ses victimes l'a-t'elle fait passer de vie à trépas? Beaucoup de monde a un mobile. Il n'y a guère que Mariastella, l'employée, amoureuse de son ex -patron, persuadée de son innocence qui continue à croire en son retour. Tous les jours, elle vient à l'agence dont elle ouvre la porte, comme si tout allait rentrer dans l'ordre. Un comportement bien étrange….. Un bon Camilleri.
  • lehibook Posté le 4 Août 2019
    Un escroc a ruiné une partie de Vigata et a disparu avec son butin … ou une victime lui a fait avaler son bulletin de naissance ..On a le sang chaud en Sicile ! Montalbano enquête car rien ne lui paraît clair . Et il est tourmenté ,la cinquantaine .. Livia… (Mimi Augello lui peine à franchir le pas de la conjugalité) Quel grand tracassin ! Alors Montalbano lutte avec son esprit affuté mais surtout son estomac ,au fil d’agapes pantagruéliques . Chapeau comme toujours à S .Quadruppani pour la traduction où il conserve le sel de cette langue si particulière qu’est l’italien montalbanais (je peux en juger car je lis les romans en V.O.)
  • Colchik Posté le 25 Février 2018
    Comme toujours chez Camilleri, presque rien : un comptable véreux qui disparaît avec les économies d’une partie de la population de Vigata. L’enquête est quasiment enterrée et les victimes de l’escroquerie n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Mais, pour le commissaire Montalbano, ce presque rien l’agace. Comme il le constate souvent, on voit la main de la mafia quand elle n’y est pas et on ne la voit pas quand elle tire les fils. Gargano l’escroc n’a sans doute pas été éliminé par la pieuvre ainsi que le pense la moitié de Vigata, pendant que l’autre moitié le croit en fuite vers de verdoyants paradis. Alors, Montalbano furète à droite et à gauche tout en se ménageant de solides étapes culinaires qui lui permettent de chasser le spleen : la cinquantaine est l’heure des bilans. Cette histoire a la douceur acidulée et désenchantée des meilleurs Camilleri. Cet auteur a le don de faire vivre des personnages qui s’incarnent sous nos yeux, nous les voyons, nous les entendons comme nous respirons « l’odeur de la nuit » et goûtons presque la saveur de la cuisine sicilienne. Au fil des histoires de Montalbano, j’arrive à me faire au parti pris du traducteur de restituer les différents registres de... Comme toujours chez Camilleri, presque rien : un comptable véreux qui disparaît avec les économies d’une partie de la population de Vigata. L’enquête est quasiment enterrée et les victimes de l’escroquerie n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. Mais, pour le commissaire Montalbano, ce presque rien l’agace. Comme il le constate souvent, on voit la main de la mafia quand elle n’y est pas et on ne la voit pas quand elle tire les fils. Gargano l’escroc n’a sans doute pas été éliminé par la pieuvre ainsi que le pense la moitié de Vigata, pendant que l’autre moitié le croit en fuite vers de verdoyants paradis. Alors, Montalbano furète à droite et à gauche tout en se ménageant de solides étapes culinaires qui lui permettent de chasser le spleen : la cinquantaine est l’heure des bilans. Cette histoire a la douceur acidulée et désenchantée des meilleurs Camilleri. Cet auteur a le don de faire vivre des personnages qui s’incarnent sous nos yeux, nous les voyons, nous les entendons comme nous respirons « l’odeur de la nuit » et goûtons presque la saveur de la cuisine sicilienne. Au fil des histoires de Montalbano, j’arrive à me faire au parti pris du traducteur de restituer les différents registres de langage. J’y trouve même une certaine mélancolie plus qu’un effet comique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jangelis Posté le 27 Mars 2014
    Comme habitude, lire Camilleri est une vraie récréation, un petit moment de plaisir. Avec le Commissaire Montalbano, encore mieux. On sourit, on se régale, on compatit. Et je tire mon chapeau au traducteur, qui titre après titre arrive à nous rendre un texte étonnant, à la fois en gardant les spécificités de l’auteur, et de façon qu'on comprenne toujours. J'avoue que j'adore y retrouver des termes du Midi, qu'on ne lit pas souvent. Merci M. Quadruppani.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !