Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221146446
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

MaddAddam

Patrick DUSOULIER (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 04/09/2014

Une peste créée par l’homme a ravagé la Terre. Les rares survivants forment une communauté avec une espèce inoffensive, fabriquée pour remplacer les humains, les Crakers. À sa tête, un couple au passé tumultueux, Toby, experte en champignons et abeilles, et Zeb, mangeur d’ours et fils d’un prêcheur maléfique. Dépositaire...

Une peste créée par l’homme a ravagé la Terre. Les rares survivants forment une communauté avec une espèce inoffensive, fabriquée pour remplacer les humains, les Crakers. À sa tête, un couple au passé tumultueux, Toby, experte en champignons et abeilles, et Zeb, mangeur d’ours et fils d’un prêcheur maléfique. Dépositaire et garante de la mémoire, Toby transmet aux Crakers, curieux comme des enfants et avides de légendes, l’histoire des hommes. Au contact les uns des autres, humains et Crakers posent les fondements d’un nouveau monde…
Avec une verve extraordinaire, une imagination et une inventivité d’écriture sans limites, un humour décapant, Margaret Atwood joue de la dystopie pour bâtir un conte d’un genre unique. Mêlant tout à la fois récit d’aventures et histoire d’amour, pamphlet politique et écologique, réflexion sur la science et la religion, la sexualité et le pouvoir, elle nous offre ici une oeuvre d’une grande maturité, un « roman total » qui conclut magnifiquement le cycle commencé avec Le Dernier Homme et Le Temps du déluge.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221146446
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nanouche Posté le 12 Juin 2021
    Le premier tome de cette trilogie, Le dernier homme, se termine au moment où Jimmy aperçoit d'autres survivants à la pandémie majeure qui a détruit l'humanité et se demande s'il doit aller à leur rencontre. Quand le deuxième tome, Le temps du déluge, prend fin Ren et Toby voient s'approcher d'elles un petit groupe de Crakers, ces humanoïdes créés par manipulations génétiques. Maddaddam commence au moment où les deux précédents épisodes se terminent, en réunit les personnages et poursuit leur histoire. Ces survivants forment une petite communauté menacée par les dangers extérieurs : animaux génétiquement modifiés comme les porcons, malchatons et louchiens et criminels rescapés des painball, sortes de jeux du cirque hyper violents du monde d'avant. Le fait que les Crakers soient capables de communiquer avec les animaux va permettre à la communauté de nouer une alliance avec les porcons à l'intelligence quasi humaine et de neutraliser les painballers. Au centre du roman se situe le couple formé par Toby et Zeb dont on a fait la connaissance dans le tome 2 et dont on découvre l'enfance difficile. On en apprend plus également sur Adam 1°, le fondateur des Jardiniers de Dieu. Ce dernier volume vient clore une excellente trilogie... Le premier tome de cette trilogie, Le dernier homme, se termine au moment où Jimmy aperçoit d'autres survivants à la pandémie majeure qui a détruit l'humanité et se demande s'il doit aller à leur rencontre. Quand le deuxième tome, Le temps du déluge, prend fin Ren et Toby voient s'approcher d'elles un petit groupe de Crakers, ces humanoïdes créés par manipulations génétiques. Maddaddam commence au moment où les deux précédents épisodes se terminent, en réunit les personnages et poursuit leur histoire. Ces survivants forment une petite communauté menacée par les dangers extérieurs : animaux génétiquement modifiés comme les porcons, malchatons et louchiens et criminels rescapés des painball, sortes de jeux du cirque hyper violents du monde d'avant. Le fait que les Crakers soient capables de communiquer avec les animaux va permettre à la communauté de nouer une alliance avec les porcons à l'intelligence quasi humaine et de neutraliser les painballers. Au centre du roman se situe le couple formé par Toby et Zeb dont on a fait la connaissance dans le tome 2 et dont on découvre l'enfance difficile. On en apprend plus également sur Adam 1°, le fondateur des Jardiniers de Dieu. Ce dernier volume vient clore une excellente trilogie sur une note d'espoir : les survivants pérennisent leur implantation dans une relation plus respectueuse à leur environnement. Pour moi c'était une première avec Margaret Atwood, une autrice que je relirai certainement.
    Lire la suite
    En lire moins
  • alouette67 Posté le 14 Octobre 2020
    De Margaret Atwood (Ottawa, 1939), voici le dernier volet d'un cycle commencé avec "Le Dernier homme" et "Le Temps du déluge". Une peste créée par l'homme a ravagé la Terre. Les rares survivants forment une communauté avec une espèce inoffensive, fabriquée pour remplacer les humains. À sa tête, un couple au pedigree …sulfureux
  • Srhbb8 Posté le 9 Juin 2020
    Quel plaisir de retrouver dès le début l'humour qui m'avait tant manqué dans Le Temps du déluge ! Les conversations, notamment avec les Crakers, sont proprement ahurissantes et tellement drôles. La rencontre entre les survivants totalement inadaptés et les nouveaux habitants génétiquement améliorés, voici la suite de l'histoire que j'attendais avec impatience. En parallèle, cette fois, nous nous intéressons surtout à Zeb, son cheminement depuis l'enfance. On ressent que la trilogie a été pensée dans les moindres détails, notamment à travers les liens que l'on découvre entre les différents personnages, qui nous font revisiter les situations rencontrées dans les tomes précédents avec un nouveau point de vue. En grossissant les travers de la société actuelle, pour nous montrer où pourrait nous mener ce chemin, Margaret Atwood fait preuve d'une grande intelligence narrative. Une oeuvre qui m'a fait réfléchir, rire et monter les larmes, je n'en attendais pas tant ! Merci
  • Acidus Posté le 17 Juillet 2019
    « MaddAddam » vient conclure admirablement bien cette trilogie du « Dernier Homme ». Ce dernier tome fonctionne sur le même modèle que les précédents à savoir que l'intrigue se divise entre le présent post-apocalyptique et les souvenirs d'un ou de plusieurs des personnages principaux. Ici, Margaret Atwood nous livre le passé de Zeb, individu déjà bien intriguant dans « Le temps du Déluge ». Les deux facettes de l'intrigue du roman sont passionnantes à suivre et apportent le lot de réponses aux questions que le lecteur se posait dans les tomes ultérieurs. Ce que j'aime chez Margaret Atwood, c'est sa manière de décortiquer l'âme et la psychologie humaine. Pas de bonnes ou de mauvaises personnes. Chacun possèdent ses défauts et qualités. Son regard sur l'humanité en général est également intéressant et elle son style est assez intelligent pour mettre ses propos et messages en valeur sans tomber dans une quelconque morale déplacée ou lourde. Je conseille fortement cette superbe trilogie d'anticipation car non, l'oeuvre de Margaret Atwood ne s'arrête pas à « La servante écarlate ».
  • sweetie Posté le 15 Juillet 2018
    Peut-être devrais-je prendre l'habitude de regarder la quatrième de couverture avant d'entamer une lecture : Maddaddam vient clore la trilogie débutée avec Le dernier homme et Le temps du déluge, que je n'ai pas lus au préalable. Heureusement, deux courts résumés de ces deux tomes nous sont offerts dès le commencement, ce qui facilite l'entrée dans cette histoire d'anticipation d'un monde chaotique où une poignée d'êtres humains tentent de survivre à une pandémie générée par un des leurs. Les personnages sont esquissés par petites touches, les niveaux de langage varient selon celui ou celle qui narre le récit et une dose d'humour agrémente le propos. Maddaddam confirme hors de tout doute l'excellence de Margaret Atwood dans ce genre de littérature.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.