RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Maigret a peur

            Omnibus
            EAN : 9782258097285
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Maigret a peur
            Maigret

            Date de parution : 14/06/2012

            Humiliations et vengeance  - Revenant d'un congrès de la police qui s'est tenu à Bordeaux, Maigret s'arrête à Fontenay-le-Comte pour saluer son ami, le juge Chabot. Celui-ci lui apprend que deux meurtres ont été commis dans la ville...

            Humiliations et vengeance
            Revenant d'un congrès de la police qui s'est tenu à Bordeaux, Maigret s'arrête à Fontenay-le-Comte pour saluer son ami, le juge Chabot. Celui-ci lui apprend que deux meurtres ont été commis dans la ville ; l'une des victimes est Robert de Courçon, un aristocrate excentrique ; l'autre...

            Humiliations et vengeance
            Revenant d'un congrès de la police qui s'est tenu à Bordeaux, Maigret s'arrête à Fontenay-le-Comte pour saluer son ami, le juge Chabot. Celui-ci lui apprend que deux meurtres ont été commis dans la ville ; l'une des victimes est Robert de Courçon, un aristocrate excentrique ; l'autre est la veuve Gibon, la sage-femme. Maigret est à peine arrivé qu'un vieil ivrogne, Gobillard, est assassiné à son tour. Le corps a été découvert par Alain Vernoux de Courçon, neveu de Robert, qui confie à Maigret et à Chabot que les assassinats doivent être l’œuvre d'un fou, puisque les victimes n'ont aucun lien entre elles…
            Adapté pour la télévision française en 1976, par Jean Kerchbron, avec Jean Richard (Commissaire Maigret) , puis en 1996, dans une réalisation de Claude Goretta, avec Bruno Cremer (Commissaire Maigret), Jean-Paul Roussillon (Julien Chabot).
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258097285
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Polars_urbains Posté le 21 Septembre 2018
              Le visiteur de la pluie. Encore une enquête « officieuse » de Maigret et une fois de plus en Vendée après La maison du juge, L’inspecteur cadavre et Les vacances de Maigret. Une étrange histoire avec trois assassinats et trois victimes que rien ne lie : un aristocrate excentrique, une sage-femme et un vieil ivrogne. De quoi intriguer Maigret, de passage à Fontenay-le Comte chez son ami le juge Chabot. Dans Maigret a peur, le commissaire n’est en fait qu’un simple spectateur mais un spectateur participatif, qui pose des questions, écoute, et surtout, observe (cf. la partie de bridge chez les Courçon). Et ce sont ses réflexions et certaines de ses initiatives qui feront bouger les choses, bien que ce ne sera pas lui qui livrera le coupable. Rentré à Paris, c’est une lettre de Chabot qui lui donnera le fin mot de l’histoire. Comme toujours dans les « scènes de la vie de province » de Simenon, le roman est l’occasion de décrire l’affrontement entre deux classes sociales, une vieille famille de nobliaux désargentés mais très attachés à leur statut de notables (notables dont le juge Chabot fait bien évidemment partie) et une opinion publique excédée, rassemblée autour de l’instituteur (qui aura... Le visiteur de la pluie. Encore une enquête « officieuse » de Maigret et une fois de plus en Vendée après La maison du juge, L’inspecteur cadavre et Les vacances de Maigret. Une étrange histoire avec trois assassinats et trois victimes que rien ne lie : un aristocrate excentrique, une sage-femme et un vieil ivrogne. De quoi intriguer Maigret, de passage à Fontenay-le Comte chez son ami le juge Chabot. Dans Maigret a peur, le commissaire n’est en fait qu’un simple spectateur mais un spectateur participatif, qui pose des questions, écoute, et surtout, observe (cf. la partie de bridge chez les Courçon). Et ce sont ses réflexions et certaines de ses initiatives qui feront bouger les choses, bien que ce ne sera pas lui qui livrera le coupable. Rentré à Paris, c’est une lettre de Chabot qui lui donnera le fin mot de l’histoire. Comme toujours dans les « scènes de la vie de province » de Simenon, le roman est l’occasion de décrire l’affrontement entre deux classes sociales, une vieille famille de nobliaux désargentés mais très attachés à leur statut de notables (notables dont le juge Chabot fait bien évidemment partie) et une opinion publique excédée, rassemblée autour de l’instituteur (qui aura son rôle dans l’histoire). Tous se méfient de tous, et tous s’observent, autour de la table de bridge ou derrière les vitres du café… Car tout le monde a peur, les habitants terrorisés par les meurtres, les notables qui tiennent à leur réputation (bien surfaite), Chabot, pris entre le devoir et sa respectabilité locale… Maigret a-t-il peur, lui ? Difficile à dire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • dourvach Posté le 17 Décembre 2017
              1. Le petit train sous la pluie - 2. Le marchand de peaux de lapins - 3. L'instituteur qui ne dormait pas - 4. L'Italienne aux ecchymoses - 5. La partie de bridge - 6. La messe de dix heures et demie - 7. Le trésor de Louise - 8. L'invalide du Gros-Noyer - 9. La fine Napoléon. [...] Magie de cette humble litanie des titres de chapitres "Maigret"... Et nous, humbles lecteurs, qui préférons paître là où l'on voit paître déjà la chaude rassurante "Masse critique" des autres. Cet instinct grégaire, plus fort que nous, qui nous pousse à chaque instant vers cet herbage géant du présent : celui des "Nouveautés" [?] ... Tiens ! Voici que certains s'écartent de notre troupeau, de temps à autre... Allons et pour une fois, suivons-les bravement, ces explorateurs du Passé ! Sans doute l'attrait de l'herbe forcément plus verte d' "avant" ? ... Chère Woland qui vous penchez, au long de vos deux longues pages (que j'imprimais soigneusement), à propos de ce "Maigret a peur" oublié de 1953... Eh bien je vous admire. Et pourquoi ? Parce que vous l'avez deviné bien avant nous : "le doux chant de la pluie"... 1. Le petit train sous la pluie - 2. Le marchand de peaux de lapins - 3. L'instituteur qui ne dormait pas - 4. L'Italienne aux ecchymoses - 5. La partie de bridge - 6. La messe de dix heures et demie - 7. Le trésor de Louise - 8. L'invalide du Gros-Noyer - 9. La fine Napoléon. [...] Magie de cette humble litanie des titres de chapitres "Maigret"... Et nous, humbles lecteurs, qui préférons paître là où l'on voit paître déjà la chaude rassurante "Masse critique" des autres. Cet instinct grégaire, plus fort que nous, qui nous pousse à chaque instant vers cet herbage géant du présent : celui des "Nouveautés" [?] ... Tiens ! Voici que certains s'écartent de notre troupeau, de temps à autre... Allons et pour une fois, suivons-les bravement, ces explorateurs du Passé ! Sans doute l'attrait de l'herbe forcément plus verte d' "avant" ? ... Chère Woland qui vous penchez, au long de vos deux longues pages (que j'imprimais soigneusement), à propos de ce "Maigret a peur" oublié de 1953... Eh bien je vous admire. Et pourquoi ? Parce que vous l'avez deviné bien avant nous : "le doux chant de la pluie" [selon Ferrat] et la nuit y tiennent les rôles principaux. On saura désormais ce qu'a été Fontenay-le-Comte dans les années cinquante à l'approche du Printemps. Question d'humidité, de pavé luisant, de rues désertes... On se rappelle "la Ville-Close" de Concarneau dans "Le Chien jaune" [1931] ou les quais de la Mer Noire suintant la solitude de cet autre chef d'oeuvre existentialiste des années trente : "Les Gens d'en face" [1933]. Mais pourquoi ne pas citer aussi : "Les Demoiselles de Concarneau" [1936] ou "Le Bourgmestre de Furnes" [1939] ? Et tant d'autres... Ici : les notables d'une sous-préfecture, l'ennui, le seul souci du paraître, le bridge du mardi soir et la bienséance. L'argent qui manque. La détresse du Juge d'instruction Julien Chabot qui n'a jamais fui la maison de ses parents, restant vieux célibataire depuis les temps lointains de sa jeunesse partagée avec Jules Maigret. L'engluement. Chabot, "alter ego" enlisé de Maigret le néo-Parisien. Les profiteroles de Mme Chabot mère. Trois meurtres, un suicide... Quatre lettres anonymes pourries de fautes d'orthographe (" Ne vous léssé pas imprecioné par lai gents de la Haute. ", " Taché de savoir ce que le docteur faisé à la fille Sabati. ", etc. etc.) ... Bah, et quelle importance ? Le "petit peuple de gauche" (celui qui fréquente comme Maigret la terrasse du café de la Poste) assiégera vite la maison bourgeoise aux allures de Gentilhommière de la Rue Rabelais... Là où se trament (sans doute) "les innommables horreurs de ces riches corrompus"... Ne reste qu'à organiser des comités de Citoyens dans l'obscurité déserte des ruelles pour enfin débusquer ce coupable appartenant à "la Haute"... Ne comptons sûrement pas sur Chabot, ce "complice" qui se terre dans son "Palais de Justice" cerné de journalistes de Niort et Poitiers... Magistral portrait d'une névrose collective teintée de pluie, magistral de simple poésie. Merci Woland !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Jenta3 Posté le 19 Avril 2016
              Qu'écrire ??? Maigret reste... Maigret ! Moi qui suis fan de policiers, inspecteurs, commissaires de tous poils, Maigret est mon préféré (avec le commissaire Erlendur). Dans ce tome Maigret perd un peu de sa superbe. Il est confronté au diktat des classes sociales régissant une petite ville de province et n'arrive pas a surmonter cela. Bien qu'il soit sur la bonne voie pour résoudre les énigmes que son ami le juge doit démêler, il a peur de s'avancer et d'imposer ses vues. Cela n'empêche pas le juge de lui demander conseil quitte à le remettre en place quand ses idées vont à l'encontre de la hiérarchie sociale. Voilà un meli-melo peut courant pour notre bon commissaire bourru mais qui ne manque pas de charme et que j'ai apprécié comme d'habitude.
            • Woland Posté le 30 Janvier 2015
              Jamais encore je n'avais lu de "Maigret" aussi oppressant. Non qu'il y ait un tueur en série qui court parmi les pages ou que, moi-même, j'aie traversé une crise d'angoisses personnelle lors de cette lecture - vous savez comment ça arrive, parfois, comme le chantait notre immortel Claude François : "Ca s'en va et ça revient, c'est fait de mille petits riens ..." Admirable portrait de l'Angoisse brossé sur l'un des airs les plus sautillants, les plus légers (et les plus idiots) de toute la planète. ;o) Avec "Maigret A Peur", on est bien loin de la chanson aux notes allègres et pépiantes. Du début jusqu'à la fin, ce livre est d'une noirceur peu commune - un peu comme "L'Ombre Chinoise", voyez ? Le commissaire n' eût-il pas été convié par son géniteur à se mêler à l'affaire, qu'on aurait pu ranger sans problème cet opus dans les "romans durs" de Simenon. Tout commence dans un train - le mauvais train, l'omnibus qui traîne dans toutes les gares, que Maigret a pris parce qu'il a raté le bon, celui qui devait le mener d'une traite à Fontenay-le-Comte, chez son ancien condisciple Julien Chabot, devenu juge d'instruction de la ville - et... Jamais encore je n'avais lu de "Maigret" aussi oppressant. Non qu'il y ait un tueur en série qui court parmi les pages ou que, moi-même, j'aie traversé une crise d'angoisses personnelle lors de cette lecture - vous savez comment ça arrive, parfois, comme le chantait notre immortel Claude François : "Ca s'en va et ça revient, c'est fait de mille petits riens ..." Admirable portrait de l'Angoisse brossé sur l'un des airs les plus sautillants, les plus légers (et les plus idiots) de toute la planète. ;o) Avec "Maigret A Peur", on est bien loin de la chanson aux notes allègres et pépiantes. Du début jusqu'à la fin, ce livre est d'une noirceur peu commune - un peu comme "L'Ombre Chinoise", voyez ? Le commissaire n' eût-il pas été convié par son géniteur à se mêler à l'affaire, qu'on aurait pu ranger sans problème cet opus dans les "romans durs" de Simenon. Tout commence dans un train - le mauvais train, l'omnibus qui traîne dans toutes les gares, que Maigret a pris parce qu'il a raté le bon, celui qui devait le mener d'une traite à Fontenay-le-Comte, chez son ancien condisciple Julien Chabot, devenu juge d'instruction de la ville - et sous une pluie toute en grisaille et en désespoi,r qu'il est rare de voir tomber avec autant d'accablement. C'est vrai, d'habitude, la pluie, ça fouette, ça gifle, ça vous pousse en avant ou ça vous repousse si le vent est de la partie, ça vous trempe comme une soupe mais ça vit, ça bouge, ça se remue. La pluie de "Maigret A Peur" se contente de tomber et d'accabler : on finirait même par penser qu'elle se plaint elle-même de son triste sort. Pour nous résumer, disons qu'il s'agit d'une pluie comme seul Georges Simenon savait en créer, un personnage à part entière et un personnage omniprésent, quoique muet, du livre tout entier, pesant de toutes ses hallebardes sur une ville dont l'atmosphère est déjà amplement plombée par deux meurtres. D'abord, celui de Robert de Courçon, assassiné chez lui, dans son salon, sans que personne, apparemment, ne puisse dire qui l'a fait et pourquoi. Ensuite Mme Gibon, sage-femme d'un certain âge qui vivait seule chez elle. Là encore, personne n'a rien vu et tout le monde se demande qui a pu faire le coup et surtout pour quelle raison. Courçon, c'était le notable. Déchu certes sur le plan de la fortune mais le nom demeurait même si les ancêtres directs vendaient des bestiaux dans les foires - notez bien qu'il n'y a point de sots métiers, qu'il n'y a que de sottes gens. ;o) Mme Gibon, elle, était issue d'un milieu bien plus humble au coeur d'une ville ouvrière qui, l'auteur l'indique au passage, est à l'époque fortement à gauche (la vraie, celle de l'Ancien temps, quand les Dinosaures peuplaient encore la Terre et que l'Homme n'était pas encore descendu de son arbre. :o) ) Comme il est assez difficile d'établir un rapport entre les deux morts (même si Mme Gibon a dû accoucher une ou deux des parturientes des familles Courçon et Vernoux, alliées par la grâce du troc : "Tu me donnes ta particule, je te fais une bonne pension avec mon argent"), les autorités et l'opinion publique en concluent au "crime de fou." Là par contre où les deux groupes diffèrent dans leur avis sur la question, c'est que le premier ne voit le fou nulle part à Fontenay (ce doit être un étranger ) tandis que le second a la certitude absolue qu'il fait partie de la famille Vernoux de Courçon. Là-dessus, boum, badaboum ! troisième meurtre. En pleine nuit. Avec la même arme - on la retrouvera plus tard, derrière une palissade. Cette fois-ci, c'est Gobillard, le marchand de peaux de lapin qui n'avait pas un fifrelin sur lui et ne laisse pas grand chose en ce monde. Qui, je vous le demande - et les notables de Fontenay-le-Comte vous le demandent avec moi - mais qui diable, si ce n'est un individu complètement fou, songerait à assassiner un marchand de peaux de lapins ? (Comme je suis à bloc dans les films actuellement, ça m'a fait penser à la scène où, dans "Les Enfants du Paradis", un Lacenaire plus vrai que nature, interprété par un Marcel Herrand au mieux de sa forme, assassine froidement le "'chand d'habits", par ailleurs très antipathique, que joue Pierre Renoir. C'était notre petite aparté du vendredi. Merci d'en avoir pris connaissance.) Récapitulons : un notable, ruiné mais ayant encore pignon sur rue et son indestructible particule, fût-elle un peu trop jeune ; une ancienne sage-femme ; un marchand de peaux de lapin. Voilà un assassin qui, aucun socialiste n'osera me contredire, je l'espère, a le sens de la mixité sociale ! Maigret, lui, trouve même ce sens de la mixité un peu trop appuyé. Quant au "crime de fou", formule que les autorités et les dignes bourgeois du lieu échangent à qui mieux mieux pour se rassurer, il n'y croit guère. Au grand désespoir de son ancien condisciple, le juge d'instruction, qui eût été certainement beaucoup plus heureux de le revoir dans d'autres circonstances. Mais là ! Trois crimes dans une sous-préfecture en même pas une semaine et demie (je précise ce détail sous réserves) et, comme par hasard (et c'est vraiment un hasard, en plus ! ) le fameux commissaire Maigret, de la P. J. parisienne, qui déboule là-dedans comme un gros chien hirsute dans un jeu de quilles, alors que règne tout ce désordre, non, non, trois fois non ! Chabot est à la fois exaspéré et rassuré par la présence de Maigret. Car Chabot est un pauvre type, jamais fiancé, jamais marié, qui vit encore chez sa mère à un âge où, en général, on a quitté depuis longtemps ses pénates natales. Il fait son travail honnêtement mais il vit dans la peur - dans l'horreur - de se mettre les notables à dos. Ses frères notables. Voilà le hic. Et voilà aussi pourquoi il reçoit tellement de lettres anonymes lui disant de regarder absolument en direction de la maison Vernoux de Courçon où, hélas !, chaque mardi, monsieur le juge va faire son bridge hebdomadaire ... Comme à son habitude, Maigret observe, se force à manger les profiteroles que la bonne Mme Chabot mère s'imagine qu'il apprécie toujours comme au temps de sa jeunesse, va, vient ... et lui, le massif, l'impavide, le redoutable commissaire Maigret, à qui, depuis le temps qu'il est dans le métier, "on ne la fait pas", il a peur. La pluie continue à tomber mais somme toute, elle ne fait que son boulot, un peu comme la Faucheuse, quand elle passe. Certes, elle assombrit encore un paysage déjà trop triste, trop provincial, trop replié sur lui-même mais si seulement il n'y avait qu'elle pour tout noircir ... Ambiance pesante, foule hostile réunie par groupes tout autour de la maison des Vernoux, regards menaçants qui vous suivent par-dessus les rideaux du "Café de la Poste", pavé gras de pluie sur lequel fuit le pas des noctambules furtifs, une ville scindée en deux (les ouvriers et le petit peuple d'un côté, les nantis de l'autre, ceux-ci étant numériquement les plus faibles), une tension qui ne cesse de monter, monter, monter à l'image de la légendaire petite bête des comptines enfantines, un Alain Vernoux, médecin de son métier mais n'ayant jamais exercé, qui tient les théories les plus formelle sur le "Fou" potentiel - tout à fait comme il connaissait son identité - une famille de notables complètement déchirée, dont les membres ne vivent ensemble que par bienséance, un Parquet et des autorités policières locales complètement dépassés qui veulent un coupable à tout prix, bref, des gens tellement absorbés par leur propre réputation et par le respect dû, estiment-ils, à leur classe sociale, qu'ils ne se rendent absolument pas compte qu'ils sont manipulés par un assassin qui jouera tellement au fou qu'il finira par le devenir, non sans avoir perpétré un dernier crime, indirect mais d'autant plus impardonnable. Un "Maigret" exceptionnel, où le commissaire, bien que respectant le fait qu'il ne se trouve pas dans sa juridiction, est loin de prendre le parti de la passivité et tente, autant qu'il le peut, de sauver les meubles et le reste, tout en évitant, par délicatesse, de marcher sur les plates-bandes du trop falot juge Chabot. Toutefois, en dépit de son sens aigu de la psychologie et de ses célèbres "méthodes" (bien qu'il n'aime rien tant à répéter qu'il n'en a aucune ), Maigret ne parviendra pas dans ce volume à éviter au Drame une victoire quasi complète. ;o)
              Lire la suite
              En lire moins
            • anais17 Posté le 11 Décembre 2012
              Ce roman ne m'a pas convaincu, une intrigue pauvre et pas assez rechercher selon moi. La fin est attendu on sait qui est le coupable dès le début et le motif de meurtre c'est du déjà vu, il a tué car il est humilié de ne plus avoir d'argent et de ne plus pouvoir subvenir au besoin de sa famille.
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.