En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Mes amis devenus

        12-21
        EAN : 9782823843910
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Mes amis devenus

        Date de parution : 12/05/2016
        Qu'avons nous fait de nos rêves ?
        Que sont nos amis et nos amours devenus ?
        Ouessant.
        Accoudé à l'embarcadère, un homme scrute la ligne d'horizon.
        Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n'a pas revu les trois autres depuis quarante ans.
        Le vent fouette son visage ; les mouettes crient...
        Ouessant.
        Accoudé à l'embarcadère, un homme scrute la ligne d'horizon.
        Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n'a pas revu les trois autres depuis quarante ans.
        Le vent fouette son visage ; les mouettes crient ; le jour décline.
        Lours' est-il toujours une force de la nature ? Luce est-elle toujours aussi folle ? Mara ressemble-t-elle encore à celle qui l'avait ensorcelé, autrefois?
        Et lui-même, comment sera-t-il à leurs yeux ?
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782823843910
        Code sériel : VIRT
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        12-21
        12.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LillyMaya Posté le 19 Décembre 2017
          Difficile pour moi de passer à côté d'un Jean-Claude Mourlevat ! Je le connais surtout pour ses titres "jeunesse". Ce livre est le 2e livre "adulte" que je découvre de cet auteur. J'ai apprécié l'histoire même si j'ai été surprise. Je m'attendais à un récit de retrouvailles, et finalement, il occupe moins de place dans le livres que ce que la 4e de couverture laissait imaginer. Les personnages sont attachants, les caractères des différents protagonistes bien rendus. C'est une belle histoire d'amitié.
        • pchion Posté le 13 Décembre 2017
          Retrouver Mourlevat c'est toujours un plaisir. J'ai lu et fait lire certains de ses romans comme La rivière à l'envers ou Terrienne qui sont plutôt destinés à des ados mais que l'on peut apprécier quelques dizaines d'années plus tard ! J'ai découvert ces jours-ci que cet auteur écrivait aussi pour les adultes. J'ai ouvert "Mes amis devenus" à la première page et je l'ai posé... à la dernière, un peu abasourdi par l'excellent moment que je venais de poser. Je me suis retrouvé, comme à la lecture de Jacques Poulain ou de Paolo Cognetti, dans un habit si confortable que je n'avais plus envie de le poser. D'autres ont fait une critique si remarquable de ce livre qu'ils m'ont un peu coupé l'herbe sous les pieds. Je n'aime guère commenter les ouvrages qui sont déjà encensés par de multiples lecteurs, ou alors j'essaie de le faire dans les premiers. Mais là, j'avais envie de joindre ma voix au concert de louanges. Aucune mièvrerie, aucun mélo dans le récit de cette tranche de vie. L'auteur a su nous conter cette belle histoire d'amours et d'amitiés avec le ton qu'il fallait, réalisme, délicatesse, humour... J'avoue aussi que la fin m'a agréablement surpris par sa... Retrouver Mourlevat c'est toujours un plaisir. J'ai lu et fait lire certains de ses romans comme La rivière à l'envers ou Terrienne qui sont plutôt destinés à des ados mais que l'on peut apprécier quelques dizaines d'années plus tard ! J'ai découvert ces jours-ci que cet auteur écrivait aussi pour les adultes. J'ai ouvert "Mes amis devenus" à la première page et je l'ai posé... à la dernière, un peu abasourdi par l'excellent moment que je venais de poser. Je me suis retrouvé, comme à la lecture de Jacques Poulain ou de Paolo Cognetti, dans un habit si confortable que je n'avais plus envie de le poser. D'autres ont fait une critique si remarquable de ce livre qu'ils m'ont un peu coupé l'herbe sous les pieds. Je n'aime guère commenter les ouvrages qui sont déjà encensés par de multiples lecteurs, ou alors j'essaie de le faire dans les premiers. Mais là, j'avais envie de joindre ma voix au concert de louanges. Aucune mièvrerie, aucun mélo dans le récit de cette tranche de vie. L'auteur a su nous conter cette belle histoire d'amours et d'amitiés avec le ton qu'il fallait, réalisme, délicatesse, humour... J'avoue aussi que la fin m'a agréablement surpris par sa finesse, mais je n'en dirai pas plus...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Cerbere1975 Posté le 13 Novembre 2017
          Silvère attend sur l’île d’Ouessant pour des vacances improvisées, l’arrivée en ferry de ses 4 amis de jeunesse qu’il n’a plus revus depuis 40 ans. La machine à remonter le temps s’enclenche pour nous faire profiter de moments ordinaires que l’auteur sait rendre extraordinaires. De sa naissance dans un contexte pour le moins perturbé à ses souvenirs de jeunesse, Silvère a rendez-vous avec son passé : son premier et éternel amour Mara, son fidèle ami Jean, sa complice Luce et l’inébranlable Claude dénommé « Lours ». Si je devais choisir un seul mot pour qualifier ce roman, je dirai qu’il est tout simplement « savoureux ». On passe du rire aux larmes sans transition quelques fois grâce au don de conteur hors pair de l’auteur. Ce roman n’est pas qu’une simple chronique, un suspense s’installe au fil de la narration si bien qu’on attend avec impatience l’arrivée de ses amis. Si certains passages sont légers et anecdotiques comme les déboires de jeunesse, d’autres au contraire, abordent des thèmes graves comme la mort d’un proche ou le suicide. Jean-Claude Mourlevat, tel un magicien des mots, manie aussi bien l’autodérisition et l’humour que la simplicité et la délicatesse nécessaires à certains passages bouleversants d’émotions qui ne laissent... Silvère attend sur l’île d’Ouessant pour des vacances improvisées, l’arrivée en ferry de ses 4 amis de jeunesse qu’il n’a plus revus depuis 40 ans. La machine à remonter le temps s’enclenche pour nous faire profiter de moments ordinaires que l’auteur sait rendre extraordinaires. De sa naissance dans un contexte pour le moins perturbé à ses souvenirs de jeunesse, Silvère a rendez-vous avec son passé : son premier et éternel amour Mara, son fidèle ami Jean, sa complice Luce et l’inébranlable Claude dénommé « Lours ». Si je devais choisir un seul mot pour qualifier ce roman, je dirai qu’il est tout simplement « savoureux ». On passe du rire aux larmes sans transition quelques fois grâce au don de conteur hors pair de l’auteur. Ce roman n’est pas qu’une simple chronique, un suspense s’installe au fil de la narration si bien qu’on attend avec impatience l’arrivée de ses amis. Si certains passages sont légers et anecdotiques comme les déboires de jeunesse, d’autres au contraire, abordent des thèmes graves comme la mort d’un proche ou le suicide. Jean-Claude Mourlevat, tel un magicien des mots, manie aussi bien l’autodérisition et l’humour que la simplicité et la délicatesse nécessaires à certains passages bouleversants d’émotions qui ne laissent pas indifférents. Véritable coup de coeur pour ce livre qui fait du bien au moral, qui fait l’apologie de l’amitié, de l’amour, de la vie finalement et nous rend un brin nostalgique. Avec ce brillant opus, Jean-Claude Mourlevat qui excelle dans la littérature jeunesse élargit son public aux adultes avec talent !
          Lire la suite
          En lire moins
        • jelydragon Posté le 26 Octobre 2017
          J'ai passé un très bon moment avec ce roman, le style de l'auteur est très agréable, j'ai ressenti pas mal d'émotions, on passe parfois du rire aux larmes. Il y a une vraie authenticité dans ce récit et dans ces personnages, vous savez parfois ce moment où on lève les yeux au ciel en se disant que dans la vraie vie, personne ne parle ou ne se comporte ainsi, rien de tout ça dans ce roman, bien au contraire, et j'ai été touchée par sa justesse. Je vous le recommande donc si vous avez besoin d'une lecture douce et tendre, emprunte de nostalgie. Je lirai encore cet auteur, c'est sur.
        • LauBlue Posté le 6 Octobre 2017
          Sylvère, la soixantaine, nous raconte ses souvenirs dans laquelle l’amitié a la part belle. C’est un récit intimiste et sensitif qui révèle les sentiments avec générosité, celui de souvenirs riches en anecdotes comme celles que l’on raconte avec sur la langue le goût du temps qui passe. Il y a donc les amis. Ceux qui restent présents quand les autres deviennent flous. Il y a Luce et Lours’ et Mara, (ah Mara !) et l’amour et surtout Jean, l’ami fidèle de cinquante ans de complicité. Jean-Claude Mourlevat sait manier la nostalgie avec suffisamment de subtilité pour donner envie de poursuivre dans les souvenirs de Sylvère, sa famille et ses amis, sans plomber l’ambiance par les regrets ou autres manifestations coutumières dès lors qu’il est question de se remémorer le passé. La narration est tour à tour tendre et complice, profondément humaine. J’y ai senti le plaisir d’évoquer ces petits riens qui font la vie, ceux qui façonnent le présent et permet aux amis retrouvés de partager quelques jours ensemble, d’apprendre des autres, d’aimer encore, de se dire ce que l’on a tu ou ce que l’on tait. Sur l’île d’Ouessant pendant quelques jours le moment présent est dense, presque... Sylvère, la soixantaine, nous raconte ses souvenirs dans laquelle l’amitié a la part belle. C’est un récit intimiste et sensitif qui révèle les sentiments avec générosité, celui de souvenirs riches en anecdotes comme celles que l’on raconte avec sur la langue le goût du temps qui passe. Il y a donc les amis. Ceux qui restent présents quand les autres deviennent flous. Il y a Luce et Lours’ et Mara, (ah Mara !) et l’amour et surtout Jean, l’ami fidèle de cinquante ans de complicité. Jean-Claude Mourlevat sait manier la nostalgie avec suffisamment de subtilité pour donner envie de poursuivre dans les souvenirs de Sylvère, sa famille et ses amis, sans plomber l’ambiance par les regrets ou autres manifestations coutumières dès lors qu’il est question de se remémorer le passé. La narration est tour à tour tendre et complice, profondément humaine. J’y ai senti le plaisir d’évoquer ces petits riens qui font la vie, ceux qui façonnent le présent et permet aux amis retrouvés de partager quelques jours ensemble, d’apprendre des autres, d’aimer encore, de se dire ce que l’on a tu ou ce que l’on tait. Sur l’île d’Ouessant pendant quelques jours le moment présent est dense, presque palpable, un présent fortement ancré dans le réel. Là réside sans doute la force de l’histoire, cette réalité imprégnée des souvenirs qui met en évidence l’importance de l’instant.
          Lire la suite
          En lire moins
        12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
        Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.