Lisez! icon: Search engine

Nos âmes la nuit

Robert Laffont
EAN : 9782221196137
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Nos âmes la nuit

Anouk NEUHOFF (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 01/09/2016

Addie, soixante-quinze ans, veuve depuis des décennies, fait une étrange demande à son voisin, Louis : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour se parler, se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure… Bientôt, bravant les cancans de la petite ville de...

Addie, soixante-quinze ans, veuve depuis des décennies, fait une étrange demande à son voisin, Louis : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour se parler, se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure… Bientôt, bravant les cancans de la petite ville de Holt où ils vivent depuis toujours, Addie et Louis se retrouvent presque chaque soir.
Ainsi commence une belle histoire d’amour, lente et paisible, faite de confidences chuchotées dans le noir, de mots de réconfort et d’encouragement. Mais très vite, les enfants d’Addie et de Louis s’en mêlent, par égoïsme et, surtout, par peur du qu’en-dira-t-on.
Ce livre-testament, publié quelques mois après la mort de l’auteur, est une célébration de la joie, de la tendresse et de la liberté. De l’âge, aussi, qui devrait permettre de s’affranchir des conventions, pour être heureux, tout simplement. 

« Nombre de romans évoquent la quête de l’amour, mais celui-ci est illuminé par sa présence. » The Guardian

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221196137
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sevlipp Posté le 19 Octobre 2019
    Un livre simple sans fioriture à l'image de l'histoire. Addie, 75 ans, demande à son voisin de la rejoindre pour dormir avec elle car elle n 'arrive plus à dormir seule, elle a besoin de chaleur humaine. Louis, surprit, intimidé, accepte. C'est une histoire d'amour, d'amitié entre ces deux-là. C'est aussi une histoire d’attachement entre le petit-fils d'Adie et de Louis. L'entourage va mettre le bazar dans cet amour là car c'est un amour qui dérange. Un roman testament lumineux.
  • Nastie92 Posté le 4 Septembre 2019
    La solitude peut être formidable parfois, lorsqu'elle est choisie. Pas lorsqu'elle est subie. Chez les personne âgées, particulièrement, c'est une calamité qui gâche les années qui restent. Son conjoint décédé, se retrouver seul au quotidien avec personne à qui parler, personne avec qui partager ses souvenirs... c'est infiniment triste et cet isolement permanent finit par être pesant. Addie, soixante-quinze ans et veuve de longue date, décide de prendre le taureau par les cornes. Elle fait à son voisin Louis, qu'elle ne connaît pas particulièrement, une proposition aussi inattendue qu'étrange : « Je me demandais si vous accepteriez de venir chez moi de temps en temps pour dormir avec moi. Quoi ? Qu'entendez-vous par là ? J'entends par là que nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter. » Osé ! Mais comme elle a bien fait, Addie de se jeter à l'eau ! Car les deux solitudes, en s'additionnant, vont donner naissance à une très belle relation. Pourquoi la nuit ? D'abord, parce que la nuit est certainement le moment où la solitude... La solitude peut être formidable parfois, lorsqu'elle est choisie. Pas lorsqu'elle est subie. Chez les personne âgées, particulièrement, c'est une calamité qui gâche les années qui restent. Son conjoint décédé, se retrouver seul au quotidien avec personne à qui parler, personne avec qui partager ses souvenirs... c'est infiniment triste et cet isolement permanent finit par être pesant. Addie, soixante-quinze ans et veuve de longue date, décide de prendre le taureau par les cornes. Elle fait à son voisin Louis, qu'elle ne connaît pas particulièrement, une proposition aussi inattendue qu'étrange : « Je me demandais si vous accepteriez de venir chez moi de temps en temps pour dormir avec moi. Quoi ? Qu'entendez-vous par là ? J'entends par là que nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter. » Osé ! Mais comme elle a bien fait, Addie de se jeter à l'eau ! Car les deux solitudes, en s'additionnant, vont donner naissance à une très belle relation. Pourquoi la nuit ? D'abord, parce que la nuit est certainement le moment où la solitude pèse le plus. Comme le dit Addie : "le pire, ce sont les nuits." Le jour, on arrive à faire illusion, à faire croire aux autres que tout va bien. Mais la nuit, lorsque l'on se retrouve seul face à soi-même, on ne peut plus se mentir. Et puis, la nuit est le meilleur moment pour les confidences. Dans l'obscurité, on se laisse aller, on est moins sur la retenue, et on dit des choses que l'on n'exprimerait pas en plein jour. Alors Addie et Louis racontent leur vie, apprennent à se connaître et à s'apprécier. Addie et Louis sont heureux. Ils goûtent cette sérénité que l'on connaît lorsque que l'on sait que l'on n'est pas seul et que l'on a quelqu'un sur qui l'on peut compter. Que l'on a trouvé son âme sœur. Tout serait parfait si les habitants de la petite ville ne se mettaient pas à cancaner à qui mieux mieux, et si les enfants du couple ne s'en mêlaient pas... Voilà un très court roman qui a le mérite d'aborder un thème original et trop peu traité : la vieillesse et la solitude qui l'accompagne souvent. Ce n'est pas un monument littéraire, c'est même simpliste par moments, mais c'est une belle histoire, sensible, pleine de tendresse et d'humanité. Je souhaite à toutes les Addie de trouver leur Louis, et à tous les Louis de trouver leur Addie. Pour terminer, j'ajoute une petite remarque personnelle. À un moment, Addie dit : "J'ai soixante-dix ans. Je moque du qu'en-dira-t-on." Je l'approuve, bien sûr, mais je vais plus loin : pourquoi attendre soixante-dix ans pour s'affranchir du regard et de l'opinion des autres ? Personnellement je suis encore loin d'avoir cet âge, et cela fait longtemps que je ne fais plus attention à ce que les autres pensent de moi. Attention, cela ne veut pas dire que j'aime provoquer ou choquer, pas du tout ; simplement, je ne me force jamais à faire ou ne pas faire quelque chose sous prétexte que les gens vont penser ceci ou cela de moi. Croyez-moi, cela fait un bien fou !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Camkyou Posté le 12 Août 2019
    A 70 ans, Addie en a assez de la solitude. Elle demande alors à Louis, veuf comme elle, de partager ses nuits pour discuter dans le noir. Commence à se tisser une histoire d'une grande tendresse et pleine de douceur. Un très joli roman sur le temps qui passe et notre besoin de partage, à lire et à offrir sans hésiter.
  • Ladybirdy Posté le 10 Août 2019
    La nuit, c’est l’antre de la petite mort, c’est le noir qui angoisse et fait pleurer les enfants, la nuit, je mens, je m’en lave les mains, j’ai dans mes bottes des montagnes de questions. La nuit, certains dorment quand d’autres font l’amour comme tant d’autres ont mal, les yeux ouverts dans le gouffre de la nuit. Chercher une âme ouverte, une âme, juste une âme pour avoir moins froid, pour éloigner la peur du silence et celle de la solitude. Addie et Louis, deux maisons voisines, des rides qui tracent les sillons de leurs 70 années, deux cœurs refroidis par le deuil, par la mort du temps qui passe et ne reviendra plus. Venez dormir avec moi murmure Addie à Louis. Juste dormir, pas de sexe, mais vous savoir là à côté de moi dans ce lit trop grand... Une proposition attachante, troublante, pudique à laquelle Louis répond oui, bien sûr. Pas d’âge pour la tendresse. Des nuits qui brillent quand elles sont partagées. Un peu de jour dans la nuit, joue contre joue. Un peu de rose sur les joues. Fuir les quand dira t’on. Juste la nuit qui s’étend à rallonge dans le jour. Un peu de... La nuit, c’est l’antre de la petite mort, c’est le noir qui angoisse et fait pleurer les enfants, la nuit, je mens, je m’en lave les mains, j’ai dans mes bottes des montagnes de questions. La nuit, certains dorment quand d’autres font l’amour comme tant d’autres ont mal, les yeux ouverts dans le gouffre de la nuit. Chercher une âme ouverte, une âme, juste une âme pour avoir moins froid, pour éloigner la peur du silence et celle de la solitude. Addie et Louis, deux maisons voisines, des rides qui tracent les sillons de leurs 70 années, deux cœurs refroidis par le deuil, par la mort du temps qui passe et ne reviendra plus. Venez dormir avec moi murmure Addie à Louis. Juste dormir, pas de sexe, mais vous savoir là à côté de moi dans ce lit trop grand... Une proposition attachante, troublante, pudique à laquelle Louis répond oui, bien sûr. Pas d’âge pour la tendresse. Des nuits qui brillent quand elles sont partagées. Un peu de jour dans la nuit, joue contre joue. Un peu de rose sur les joues. Fuir les quand dira t’on. Juste la nuit qui s’étend à rallonge dans le jour. Un peu de tendresse pour émoustiller la vieillesse, un peu d’amour, quelques confidences pour apprivoiser deux solitudes. Puis, ça change tout, un peu de tendresse. Le ventre devient chaud, la tête bourdonne, le cœur palpite. Un très beau roman comme je les aime. De petits chapitres, des phrases courtes. Une ligne droite sans accroc vers nos âmes la nuit. 🎶 La nuit se traîne La nuit n'en finit plus Et j'attends que quelque chose vienne Mais je ne sais qui je ne sais quoi J'ai envie d'aimer, j'ai envie de vivre... 🎶
    Lire la suite
    En lire moins
  • BonoChamrousse Posté le 30 Juin 2019
    NOS ÂMES LA NUIT de Kent Haruf Traduit par Anouk Neuhoff Éditions Robert Laffont (GF) / PAVILLONS POCHE Chaque mois, Leatouchbook propose une lecture commune sur le PICABO RIVER BOOK CLUB... Pour le mois de juin, il s'agissait d'un livre de Kent Haruf, "Le chant des plaines" avec une (excellente) nouveauté, puisque le groupe CAP SUR VOS ENVIES - BOOK CLUB a été associé à cette lecture. Hélas, et c'est assez rare pour le souligner, il se trouve que j'avais déjà lu et ADORÉ "Le chant des plaines" ainsi que sa suite "Les gens de Holt County" que j'ai tout autant ADORÉ (mon seul regret pour ces deux livres se situe au niveau de la traduction car ce sont deux personnes différentes qui les ont traduit et on ressent, de ce fait, un manque d'unité mais qui s'estompe vite au fur et à mesure de la lecture). Heureusement, il me restait un autre livre de Kent Haruf à sortir de ma PAL... "NOS ÂMES LA NUIT". C'est plus une longue nouvelle qu'un roman... mais c'est juste MAGNIFIQUE. En peu de pages, Kent Haruf nous raconte l'histoire d'un amour interdit. Parce que oui, dépassé un certain âge, il est très mal vu... NOS ÂMES LA NUIT de Kent Haruf Traduit par Anouk Neuhoff Éditions Robert Laffont (GF) / PAVILLONS POCHE Chaque mois, Leatouchbook propose une lecture commune sur le PICABO RIVER BOOK CLUB... Pour le mois de juin, il s'agissait d'un livre de Kent Haruf, "Le chant des plaines" avec une (excellente) nouveauté, puisque le groupe CAP SUR VOS ENVIES - BOOK CLUB a été associé à cette lecture. Hélas, et c'est assez rare pour le souligner, il se trouve que j'avais déjà lu et ADORÉ "Le chant des plaines" ainsi que sa suite "Les gens de Holt County" que j'ai tout autant ADORÉ (mon seul regret pour ces deux livres se situe au niveau de la traduction car ce sont deux personnes différentes qui les ont traduit et on ressent, de ce fait, un manque d'unité mais qui s'estompe vite au fur et à mesure de la lecture). Heureusement, il me restait un autre livre de Kent Haruf à sortir de ma PAL... "NOS ÂMES LA NUIT". C'est plus une longue nouvelle qu'un roman... mais c'est juste MAGNIFIQUE. En peu de pages, Kent Haruf nous raconte l'histoire d'un amour interdit. Parce que oui, dépassé un certain âge, il est très mal vu dans notre société (voir scandaleux) de s'aimer, de prendre du bon temps, de passer du temps ensemble tout court. Les voisins jasent, les enfants, en égoïstes qu'ils sont, ont quitté le nid depuis longtemps mais ne se gênent pas pour montrer leur désapprobation car ils ne pensent qu'à leur futur héritage... C'est un livre qui, sous des faux airs de simplicité, nous invite à réfléchir à notre propre vieillesse, à la solitude qu'elle implique et à notre regard sur nos aînés. "NOS ÂMES LA NUIT" est un livre à lire et à offrir sans modération.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.