RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Nous sommes au regret de...

            Robert Laffont
            EAN : 9782221130353
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Nous sommes au regret de...

            Yves PANAFIEU (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 20/12/2012
            « J’écris avec un crayon. Un vieux bout de crayon, trouvé dans une vieille boîte, par hasard. Je l’ai taillé et sur le peu de papier blanc qui me reste ce soir, j’écris. » Dino Buzzati

            Avec un vieux bout de crayon ou autre chose, sur des feuilles de papier blanc ou non, pendant plus de vingt ans, Dino Buzzati tint une manière de journal. Singulier journal, composé aussi bien de choses vues que de saynètes ou de récits courts, proches de la nouvelle, où constamment...

            Avec un vieux bout de crayon ou autre chose, sur des feuilles de papier blanc ou non, pendant plus de vingt ans, Dino Buzzati tint une manière de journal. Singulier journal, composé aussi bien de choses vues que de saynètes ou de récits courts, proches de la nouvelle, où constamment au-delà de l’événement, l’instantané apparaît transfiguré.
            Jamais Buzzati n’exprima dans une forme aussi concise et dure le combat quotidien qu’il mena contre ses chimères, la fuite du temps, l’absurdité de la condition humaine, la vanité et, peut-être par-dessus tout, la hantise de vieillir et de la solitude. Une sorte de bréviaire de vie.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221130353
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            8.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • BrunoA Posté le 18 Avril 2013
              J'ai adoré ce livre de Buzzati. Ni un roman, ni un recueil de nouvelles, ni des pensées, ni un journal, Nous sommes au regret de... revêt un peu des caractéristiques de chacun de ces styles sans en faire réellement partie. La profondeur de la pensée alliée à la beauté des textes nous permet de cerner un peu mieux l'auteur et son univers fait d'angoisses, de peur de la mort, d'un sentiment d'inutilité de la condition humaine... Un livre magnifique, une sorte de condensé de la vie et de la pensée de Buzzati qui éclaire le reste de son œuvre.
            • Zazette97 Posté le 30 Novembre 2009
              "Nous sommes au regret de..." est un recueil de textes tirés du journal intime de l'écrivain italien Dino Buzzati. Paru une première fois en 1960, il vient d'être réédité aux éditions Robert Laffont. Au fil de près de 100 pensées écrites sur le vif, d'extraits de revues ou de courtes nouvelles, ce recueil nous offre un aperçu des thèmes dichotomiques chers à l'auteur que sont la vie/la mort, la justice/l'injustice, la jeunesse/la vieillesse, l'illusion/la déception. Voici un ouvrage à picorer ou à savourer d'une traite! Bien que revêtant un aspect décousu de prime abord, ce recueil m'a fait penser à ces dessins réalisés en reliant des numéros, nombres tous différents mais qui, une fois réunis, forment un tout cohérent. Au détour d'historiettes rédigées bien souvent sous forme d'anecdotes, l'auteur pose un regard caustique sur la société et les individus qui la composent et dont il n'hésite pas à pointer les moindres failles. Guichets, hôpitaux, tribunaux, Buzzati s'attaque avec force à tout ce qui s'approche de la bureaucratie et de ses effets pervers (les experts diraient "hum...très kafkaïen") comme dans le texte "Soumis" racontant l'histoire d'un homme condamné à la prison car il n'a pas osé dire non au bon moment ou dans "Ibi" où... "Nous sommes au regret de..." est un recueil de textes tirés du journal intime de l'écrivain italien Dino Buzzati. Paru une première fois en 1960, il vient d'être réédité aux éditions Robert Laffont. Au fil de près de 100 pensées écrites sur le vif, d'extraits de revues ou de courtes nouvelles, ce recueil nous offre un aperçu des thèmes dichotomiques chers à l'auteur que sont la vie/la mort, la justice/l'injustice, la jeunesse/la vieillesse, l'illusion/la déception. Voici un ouvrage à picorer ou à savourer d'une traite! Bien que revêtant un aspect décousu de prime abord, ce recueil m'a fait penser à ces dessins réalisés en reliant des numéros, nombres tous différents mais qui, une fois réunis, forment un tout cohérent. Au détour d'historiettes rédigées bien souvent sous forme d'anecdotes, l'auteur pose un regard caustique sur la société et les individus qui la composent et dont il n'hésite pas à pointer les moindres failles. Guichets, hôpitaux, tribunaux, Buzzati s'attaque avec force à tout ce qui s'approche de la bureaucratie et de ses effets pervers (les experts diraient "hum...très kafkaïen") comme dans le texte "Soumis" racontant l'histoire d'un homme condamné à la prison car il n'a pas osé dire non au bon moment ou dans "Ibi" où un individu est acquitté alors qu'il revendique haut et fort sa culpabilité. Obsédé par le temps qui passe, l'auteur souligne avec justesse nos inquiétudes les plus profondes face à la vieillesse et la mort, deux notions auxquelles il associe l'oubli. Ainsi, dans "Les miroirs", deux femmes mûres s'étonnent de ne plus attirer le regard des jeunes hommes et avancent que les miroirs ne sont plus fabriqués aussi bien qu'autrefois en ce qu'ils montrent à présent des visages irréguliers et ridés. Dans "Enigme canine", un chien se demande ce que les humains cachent dans les cercueils. A noter que le chien revient régulièrement dans les récits de Buzzati, de même que les prénoms en G. Un habitué de l'auteur en connaît-il la raison? J'ai beaucoup aimé "Eau close" qui décrit ce moment où, alors que nous avons trop bu lors d'une soirée, nous nous rendons aux toilettes et contemplons effarés la personne face à nous dans le miroir tout en nous disant "Mais qu'est-ce que je fous au juste?". Un texte qui m'a franchement fait rire, "La maison idéale", où l'auteur prétend que de petites pièces lui suffiraient à l'exception des toilettes qui devraient mesurer au moins 40m2 et être équipées avec le plus grand luxe. Une lecture qui m'a donc beaucoup amusée malgré la dureté des thèmes abordés et une plume que j'ai hâte de recroiser!
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.