Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221123058
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Nuigrave
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 20/12/2012
Éditeurs :
Robert Laffont

Nuigrave

Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 20/12/2012

Entre roman d'espionnage, de science-fiction et d'aventures, Nuigrave dépeint un monde proche où les humains n'ont pas renoncé à cette vieille habitude - se faire du mal.

Dans un avenir assez proche (vingt à trente ans dans le futur), Arthur Blond, fonctionnaire à l'OERP (Office européen de restitution patrimoniale), est sur le point de s'envoler pour sa prochaine mission....

Dans un avenir assez proche (vingt à trente ans dans le futur), Arthur Blond, fonctionnaire à l'OERP (Office européen de restitution patrimoniale), est sur le point de s'envoler pour sa prochaine mission. Mais au moment de partir pour l'Égypte – où une tempête de sable a fracassé l'obélisque de la Concorde, rendu récemment...

Dans un avenir assez proche (vingt à trente ans dans le futur), Arthur Blond, fonctionnaire à l'OERP (Office européen de restitution patrimoniale), est sur le point de s'envoler pour sa prochaine mission. Mais au moment de partir pour l'Égypte – où une tempête de sable a fracassé l'obélisque de la Concorde, rendu récemment par la France dans le cadre du programme de restitution patrimoniale –, il est arrêté à l'aéroport pour une stupide affaire de patch nicotinisé. Le tabac ne circule plus désormais que de façon clandestine, et cela fait bien longtemps que Arthur, ancien fumeur jamais repenti, n'a pas vu une vraie nuigrave. Mais il a peur en avion et n'a pas résisté à la tentation du patch.
Pour lui, les ennuis ne font que commencer. Le patch appartient en effet à un lot distillant, outre la nicotine, du TTC, du tétracoarcinicol (un dérivé de la coarcine, plante amazonienne en voie de disparition). Utilisé en chirurgie pour ses effets ralentisseurs sur le métabolisme, le TTC se révèle avoir aussi des effets psychologiques sur la perception du temps. Il dilate la mémoire ou la bouscule. De ce lot, on a retrouvé plusieurs patchs sur le cadavre d'une femme non identifiée...
Dans sa jeunesse, Arthur a étudié la biologie. À la fac, il a rencontré et aimé Sidonie. Devenue aujourd'hui Mme Sidonie Wellman. Or, les dérivés les plus actifs de la coarcine sont produits exclusivement par les laboratoires Wellman, en Autriche, et c'est Sidonie qui a rapporté la plante d'Amazonie.  Quand Arthur retrouve pour quelques heures son amour de jeunesse, elle est abattue sous ses yeux sur un pont parisien. Arthur récupère dans la chambre d'hôtel de la jeune femme deux plantes, une mâle et une femelle, les derniers spécimens : Sidonie a détruit la serre et le laboratoire Wellman avant de quitter l'Autriche. Cet assassinat est-il l'œuvre d'un commando islamiste, comme le prétend un certain Dr Smallish, vraisemblablement membre des services secrets anglais ? Pour en apprendre davantage, Arthur va devoir voyager. Et comme on l'empêche de prendre l'avion, il lui faudra recourir à un autre mode de transport....

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221123058
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Athanase45 15/10/2021
    2030. Dans ce futur plus si éloigné de nous, le monde est devenu un peu plus dangereux. Sans forcer le trait, Lorris Murail, constant jardinier, a cultivé notre présent et l’a regardé croître pendant une vingtaine d’années, bon grain et ivraie mêlés. Et il s’est projeté en fonctionnaire du patrimoine mondial, au sein d’une administration qu’on devine progressivement étranglée et déglinguée, arrondissant ses fins de mois avec quelques étudiants improbables. Ainsi sont nés son héros, Arthur Blond, et l’univers foutraque où celui-ci doit survivre. Aux portes de Paris s’est développée une enclave qui abrite tous ceux que la France n’a pas réussi à rejeter. PK, le « petit Kosovo », est le réservoir de la débrouillardise humaine face aux malheurs du temps, réserve inquiétante d’abord, puis de plus en plus sympathique, comparée à ce qui l’entoure. Le monde, lui, est résolument mondial, zébré par les éclairs d’une guerre d’Irak qui a commencé en 2004 sous les yeux du lecteur et ne s’est jamais terminée. C’est dire que « l’Orient compliqué » de Charles de Gaulle ne s’est pas simplifié ! Les alliances sont instables, les frontières indécises. Dans ce contexte, un ennemi bien désigné vaut mieux qu’un allié incertain, c’est... 2030. Dans ce futur plus si éloigné de nous, le monde est devenu un peu plus dangereux. Sans forcer le trait, Lorris Murail, constant jardinier, a cultivé notre présent et l’a regardé croître pendant une vingtaine d’années, bon grain et ivraie mêlés. Et il s’est projeté en fonctionnaire du patrimoine mondial, au sein d’une administration qu’on devine progressivement étranglée et déglinguée, arrondissant ses fins de mois avec quelques étudiants improbables. Ainsi sont nés son héros, Arthur Blond, et l’univers foutraque où celui-ci doit survivre. Aux portes de Paris s’est développée une enclave qui abrite tous ceux que la France n’a pas réussi à rejeter. PK, le « petit Kosovo », est le réservoir de la débrouillardise humaine face aux malheurs du temps, réserve inquiétante d’abord, puis de plus en plus sympathique, comparée à ce qui l’entoure. Le monde, lui, est résolument mondial, zébré par les éclairs d’une guerre d’Irak qui a commencé en 2004 sous les yeux du lecteur et ne s’est jamais terminée. C’est dire que « l’Orient compliqué » de Charles de Gaulle ne s’est pas simplifié ! Les alliances sont instables, les frontières indécises. Dans ce contexte, un ennemi bien désigné vaut mieux qu’un allié incertain, c’est ce que pensent – toujours – les Israëliens. Les Arabes eux se sont atomisés, au sens propre et au sens figuré, et l’on croise de multiples spécimens diversement irradiés et déjantés, dont des Emirs blancs dopés aux pétrodollars. Les vrais seigneurs de guerre sont les descendants des mercenaires appointés par les entreprises américaines de « sécurité », Blackwater et autres avatars de l’intérim belliqueux. L’Anglais de service est évidemment perfide, autre réminiscence gaullienne. Dans ce grand bazar, une petite plante venu du cœur de l’Amazonie, le coarcinus, menacée de disparition, devient l’enjeu de multiples convoitises et sème la mort sur son passage. Arthur surfe comme il peut – et le lecteur avec lui - sur le tsunami qui l’emporte et il ne s’en tire pas trop mal. La morale de l’Histoire est peut-être celle-ci : « Il faut cultiver notre jardin. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Le_chien_critique 25/11/2016
    Une sombre anticipation aux accents proustien et priestien autour du temps qui passe et de l'identité culturelle dans une Europe essoufflée rattrapée par ses vieux démons. Un récit haché, saccadé par le tic tac de l'horloge. Arthur Blond est donc chargé de mettre en place la politique de rétro-archéologie de l'Europe. Cela consiste à restituer à leurs propriétaires tous les objets spoliés du temps des colonies. Un devoir de mémoire pour reconnaitre les méfaits du colonialisme ? Non, juste la continuation d'une politique cynique. La France tente une politique écologique pour redresser la barre en pure perte et dérive vers un régime sécuritaire et hygiéniste : Fumer nuit gravement à la santé. La prohibition touche tous les produits nicotiniques, de la cigarette au patch en passant par les gommes. Les pays du Sud ont pris leur revanche, la vieille Europe n'en finit plus de sa décrépitude, et cède aux injonctions de restitution. Pas sans contrepartie : le deal, rétro-archéolgie contre désimmigration. On vous rend vos oeuvres, mais vous reprenez vos ressortissants ! Ressortissants pourrissants dans des "jungles" multiculturelles. Las, les pays du Sud n'ont que faire de ces objets restitués dénués d'identité culturelle. Sans compter ces énigmatiques Emirs qui semblent avoir fait leur... Une sombre anticipation aux accents proustien et priestien autour du temps qui passe et de l'identité culturelle dans une Europe essoufflée rattrapée par ses vieux démons. Un récit haché, saccadé par le tic tac de l'horloge. Arthur Blond est donc chargé de mettre en place la politique de rétro-archéologie de l'Europe. Cela consiste à restituer à leurs propriétaires tous les objets spoliés du temps des colonies. Un devoir de mémoire pour reconnaitre les méfaits du colonialisme ? Non, juste la continuation d'une politique cynique. La France tente une politique écologique pour redresser la barre en pure perte et dérive vers un régime sécuritaire et hygiéniste : Fumer nuit gravement à la santé. La prohibition touche tous les produits nicotiniques, de la cigarette au patch en passant par les gommes. Les pays du Sud ont pris leur revanche, la vieille Europe n'en finit plus de sa décrépitude, et cède aux injonctions de restitution. Pas sans contrepartie : le deal, rétro-archéolgie contre désimmigration. On vous rend vos oeuvres, mais vous reprenez vos ressortissants ! Ressortissants pourrissants dans des "jungles" multiculturelles. Las, les pays du Sud n'ont que faire de ces objets restitués dénués d'identité culturelle. Sans compter ces énigmatiques Emirs qui semblent avoir fait leur le capitalisme. Sur cette trame, Lorris Murail va dérouler son intrigue autour du passé, de la mémoire, des souvenirs et du temps qui passe. Son narrateur est un personnage un peu perdu, paumé dans l'addiction d'une nouvelle drogue qui étire la notion de temps et qui altère sa réalité et ses souvenirs. Le récit est à son image, le lecteur ne sait pas quoi penser de la véracité des dires d'Arthur et nous progressons avec lui dans ce labyrinthe de pages. Pas d'ordinateur quantique, de trou noir, le futur décrit est notre présent, en plus sombre. Les seules inventions présentes sont loin de glorifier notre créativité. Par exemple, cette mode des geishas au ventre gelé dans un éternel cinquième mois afin de pouvoir parader et plaire; ces chaines de télévision crachant la nourriture avariée aux yeux affamés... Une lecture qui ne plaira certes pas à tout le monde, il faut accepter de perdre pied, de comprendre entre les lignes cette société décrite. Il y a aussi cette noirceur qui baigne le récit, une désespérance en l'homme en perte de repères et qui se noie dans un maintenant en oubliant son passé et son avenir, reproduisant sans cesse les mêmes erreurs. Une radioscopie de notre société sans concessions et sans espoirs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • vichenze 13/10/2015
    Un livre qui nous porte dans une Europe décrépite, et dans un monde où l'état des forces politiques a changé. Une anticipation terre à terre, réelle, sale, sans saut technologique majeure, qui est dans notre arbre des futurs possibles, où les humains tentent simplement de survivre et de tirer leur épingle du jeu. Cette base reste cependant en arrière plan la plupart du temps, et n'est jamais directement abordé. Ce qui peut-être un peu frustrant étant donné qu'il faut quand même pas mal de pages avant de rentrer dans l'histoire du personnage principal et de raccorder les deux bouts.
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.