Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355843723
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Par un matin d'automne

Date de parution : 22/01/2015
Entre Un long dimanche de fiançailles et Les Âmes grises, un thriller passionnant dans la tourmente de la Première Guerre mondiale.
Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre... Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort gravée sur les murs du mémorial, le 30 avril 1916, pose problème. Leonora est en effet née près d’un an plus tard. Ce qu’on pourrait prendre pour un banal adultère de temps de guerre cache en fait une étrange histoire, faite de secrets de famille sur lesquels plane l’ombre d’un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre. Le lecteur est alors transporté en 1914 dans une grande demeure anglaise où va se jouer un drame dont les répercussions marqueront trois générations.

Dans ce livre envoûtant à l’épaisseur romanesque exceptionnelle, Robert Goddard allie le cadre et l’atmosphère des plus grands romans anglais, ceux d’Elizabeth George ou de Ruth Rendell, à un sens du suspense et de la réalité historique remarquables. Nous sommes très heureux de faire redécouvrir cet auteur d’une œuvre longtemps souterraine, qui vient d’être redécouverte en Angleterre et aux États-Unis, où elle connaît un succès sans précédent.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355843723
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

« Je suis tombé sur cet écrivain par le plus grand des hasards. J’ai lu Par un matin d’automne, et j’ai tout de suite enchaîné sept autres livres du même auteur. Les romans qui vous tiennent éveillé jusqu’au petit jour sont denrée rare. Il me reste quelques Robert Goddard à lire, je vais essayer, si j’y arrive, de prendre mon temps, le plaisir qu’on y trouve est trop jubilatoire pour être gaspillé d’un seul coup. On est emporté par les rebondissements. Dans un style parfait Goddard vous manipule d’une main de maître. » Stephen King
Stephen King
« L’un des meilleurs romans qu’on ait lu depuis très longtemps » The Washington Post
The Washington Post

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Ce livre m'a donné envie de lire un Wilkie Collins. Ça en dit long. J'ai liquidé ce gros pavé en une journée et une petite soirée. La 4e ne ment pas, n'exagère pas. L'histoire est passionnante, l'intrigue ficelée à l'anglaise, avec de multiples rebondissements parfaitement dosés et organisés, je confirme l'aspect littéralement hypnotique du roman. Impossible de rester trop longtemps sans savoir le fin mot de l'histoire.La première et principale narratrice relate à sa fille le secret de sa naissance, en commençant par son enfance, et les multiples secrets qui l'ont entourée. Parvenue à l'âge adulte, Leonora fait de nouvelles découvertes concernant les mois précédant sa naissance, et le récit change alors de voix. Un nouveau narrateur prend le relais, et nous dévoile un autre pan de la famille de Leonora. Une construction habile, qui enrichit un récit très riche. L'écriture est magnifique, le style impeccable et colle parfaitement à l'époque et au contexte. L'arrière-plan historique ajoute à la crédibilité d'un ensemble déjà solide et bien construit. Les personnages sont variés, certains sont très attachants, d'autres répugnants et malfaisants. Chaque protagoniste est fouillé autant que possible, les motivations de chacun sont souvent obscures.L'histoire est très touffue comme je les... Ce livre m'a donné envie de lire un Wilkie Collins. Ça en dit long. J'ai liquidé ce gros pavé en une journée et une petite soirée. La 4e ne ment pas, n'exagère pas. L'histoire est passionnante, l'intrigue ficelée à l'anglaise, avec de multiples rebondissements parfaitement dosés et organisés, je confirme l'aspect littéralement hypnotique du roman. Impossible de rester trop longtemps sans savoir le fin mot de l'histoire.La première et principale narratrice relate à sa fille le secret de sa naissance, en commençant par son enfance, et les multiples secrets qui l'ont entourée. Parvenue à l'âge adulte, Leonora fait de nouvelles découvertes concernant les mois précédant sa naissance, et le récit change alors de voix. Un nouveau narrateur prend le relais, et nous dévoile un autre pan de la famille de Leonora. Une construction habile, qui enrichit un récit très riche. L'écriture est magnifique, le style impeccable et colle parfaitement à l'époque et au contexte. L'arrière-plan historique ajoute à la crédibilité d'un ensemble déjà solide et bien construit. Les personnages sont variés, certains sont très attachants, d'autres répugnants et malfaisants. Chaque protagoniste est fouillé autant que possible, les motivations de chacun sont souvent obscures.L'histoire est très touffue comme je les aime, composée de très nombreux recoupements, racontée par plusieurs points de vue.Le dénouement est à tomber raide, car l'auteur n'a pas épuisé sont stock de révélations et nous en réserve une bien belle pour la dernière page. J'avoue que personnellement, je n'ai pas vu grand-chose venir au cours de la lecture, à part un élément (capital, certes), mais le dénouement m'a vraiment bluffée.Le roman n'aurait pu être qu'excellent sans cette fin tellement émouvante et que je n'ai pas vue venir. Là, j'en suis au GROS coup de coeur. Snif.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Doralex72 Posté le 24 Septembre 2020
    Vers la fin des années 90, Leonora Galloway se rend avec sa fille à Thiepval, en Picardie, au mémorial franco-britannique érigé en mémoire des soldats tombés durant la Première Guerre Mondiale. Sur le monument, elle y trouve le nom de son père, le capitaine John Hallows, mort le 30 avril 1916. Leonora, quant à elle, est née près d’un an après, le 14 mars 1917. Ce qui semblerait n’être qu’un banal adultère cache en réalité de bien étranges secrets de famille dans lesquels le lecteur ne tardera pas à plonger. Sur cette terre française, si intimement lié à son histoire familiale, Leonora va en effet nous révéler un secret. Il y a plusieurs années, il y a de cela près de 100 ans, à la fin de l’été 1916, à Meongate, près de Portsmouth en Angleterre, la vie a repris son cours chez les Powerstock depuis la mort du capitaine John Hallows au front. Son ami, Thomas Franklin, un officier blessé au combat, est invité chez sa famille en convalescence. Cependant, il trouve là-bas de bien étranges personnes : Lord Powerstock, un homme meurtri par la mort de son unique fils, qui vit comme reclus dans sa maison ; Olivia,... Vers la fin des années 90, Leonora Galloway se rend avec sa fille à Thiepval, en Picardie, au mémorial franco-britannique érigé en mémoire des soldats tombés durant la Première Guerre Mondiale. Sur le monument, elle y trouve le nom de son père, le capitaine John Hallows, mort le 30 avril 1916. Leonora, quant à elle, est née près d’un an après, le 14 mars 1917. Ce qui semblerait n’être qu’un banal adultère cache en réalité de bien étranges secrets de famille dans lesquels le lecteur ne tardera pas à plonger. Sur cette terre française, si intimement lié à son histoire familiale, Leonora va en effet nous révéler un secret. Il y a plusieurs années, il y a de cela près de 100 ans, à la fin de l’été 1916, à Meongate, près de Portsmouth en Angleterre, la vie a repris son cours chez les Powerstock depuis la mort du capitaine John Hallows au front. Son ami, Thomas Franklin, un officier blessé au combat, est invité chez sa famille en convalescence. Cependant, il trouve là-bas de bien étranges personnes : Lord Powerstock, un homme meurtri par la mort de son unique fils, qui vit comme reclus dans sa maison ; Olivia, sa seconde épouse, une jeune femme perverse et manipulatrice, au comportement inconvenant ; Leonora, la veuve de John et mère de la narratrice, une jeune femme douce et discrète ; Charter Gladwin, le grand-père maternel de John qui semble tant de choses sur les occupants de la maison. Deux officiers sont également présents, accueillis comme M. Franklin par les Powerstock : Cheriton, effacé et dépressif, et Thorley, expansif et arrogant. A ce panel de personnalités s’ajoute le sulfureux ami américain d’Olivia, Mompesson, Le 22 septembre, tout bascule. Au petit matin, Mompesson est retrouvé mort dans sa chambre tandis que quelques heures plus tard, un des occupants de la maison se suicide. L’enquête démarre alors, les soupçons se font et se défont, les interrogatoires s’enchainent, mais les masques tardent à tomber. Ce meurtre est-il le commencement ou le dénouement de quelque chose ? Y aurait-il un lien entre ce sombre assassinat, cet étrange suicide et la disparition d’un jeune homme à la guerre ? De ce polar sur fond de Première Guerre Mondiale, on peut tirer deux observations. Ce roman policier ressemble à un roman d’Agatha Christie. Le meurtre et le suicide de deux personnages induisent bons nombre de questions et de pistes possibles. Très bien construit, avec de nombreux rebondissements qui tiendront n’importe quel lecteur en haleine jusqu’à la dernière page, l’auteur nous emmène à sa guise là où il le veut bien. Le lecteur croit savoir, tenir le fil, et finalement, non. Ce roman est aussi une histoire de la guerre, de la Grande Guerre, de ses soldats, de ces familles. De tous ces jeunes hommes, souvent tout juste adultes, qu’on a envoyé loin de chez eux, laissant derrière eux leur vie – telle qu’ils la connaissaient – pour aller se battre. Dans la désespérance des champs de bataille, certains trouveront la mort, d’autres choisiront la désertion. Ce roman a été écrit il y a plus de vingt ans. Mais c’est bien la réédition par Sonatine en 2012 qui aura redonné une seconde jeunesse à cette œuvre d’une grande sensibilité et subtilement écrite. Bien que ce ne soit qu’une fiction, cet ouvrage retranscrit parfaitement les maux de la guerre et une époque pour laquelle l’honneur d’un nom valait plus que tout.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cassie56 Posté le 14 Septembre 2020
    Ce livre m'a été donné par une amie et j'avoue que sur l'instant, il ne me tentait pas plus que ça. Mais comme cette année, j'ai décidé de m'attaquer sérieusement à ma PAL et qu'il existait en version audible, je me suis dit, pourquoi pas! Et bien m'en a pris. Certes, ce n'est pas un coup de cœur, mais ce fut une lecture très agréable. J'ai aimé cette ambiance lourde dans un manoir anglais, sur fond de première guerre mondiale, même si à la fin, je me suis dit qu'il y avait un sacré gâchis dans la vie de Leonora, que certaines choses auraient pu être résolues plus vite, si les bonnes personnes avaient parlé au bon moment. J'avoue avoir vu venir certains événements, notamment la révélation finale, mais pas d'autres (comme l'auteur du meurtre ou le père de Léonora). C'est un joli pavé et je pense que certains passages auraient pu être passés sous silence, mais rien de bien méchant. En bref: une lecture sympathique, divertissante, mais avec une atmosphère parfois lourde et limite glauque!
  • Darjeelingdo Posté le 18 Avril 2020
    Sur fonds de guerre 14/18, ses champs de batailles et ses impressionnants cimetières , une saga familiale tourmentée dans les brumes anglaises.... Une femme en quête d’identité, des secrets de famille, un meurtre non élucidé, une marâtre qui fait beaucoup penser à la Rebecca de Daphné du Maurier et au final un roman à tiroirs et à suspense dont on tourne les pages avec plaisir. Même si le récit « s’emberlificote » un peu trop à la fin à mon goût , on passe un très bon moment.
  • Lili39 Posté le 10 Février 2020
    Une belle histoire se passant dans la belle campagne anglaise, dans un manoir comme on imagine. L'histoire s'étale sur 3 époques différentes, la 1ere guerre, la 2nde et une période plus contemporaine, où la destinée des membres de la famille Powerstock s'entremele avec celle d'autres personnages, dont le jeune lieutenant Franklin, par qui nous enquetons sur un drame et cette mystérieuse famille. L'ecriture est très agréable, le livre se lit sans peine voir avec avidité par moment. L'intrigue semble simple à priori mais se présente à tiroir sans être tirée par les cheveux. Une très agréable lecture qui m'encourage à lire d'autres roman de Robert goddard
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !