Lisez! icon: Search engine

Paysage sombre avec foudre

Robert Laffont
EAN : 9782221138984
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Paysage sombre avec foudre

Collection : e-romans
Date de parution : 13/06/2013

 

 

Claret, romancier du suspense et de l’action, nous entraîne dans un tourbillon digne des meilleurs films américains.

Sur la banquette arrière d’une voiture qui fonce sur une route savoyarde, un homme meurt dans d’atroces souffrances. Sean, son acolyte, ne sait pas quoi faire. Les deux hommes exfiltraient de France une jeune...

Claret, romancier du suspense et de l’action, nous entraîne dans un tourbillon digne des meilleurs films américains.

Sur la banquette arrière d’une voiture qui fonce sur une route savoyarde, un homme meurt dans d’atroces souffrances. Sean, son acolyte, ne sait pas quoi faire. Les deux hommes exfiltraient de France une jeune femme apparemment inoffensive. Elle s’appelle Méléna et paraissait si fragile qu’ils n’ont pas été suffisamment vigilants. Avec une détermination implacable, elle a réussi à empoisonner un de ses geôliers. Fou de rage, Sean décide d’en finir avec la jeune femme. Mais elle lui échappe… Le lendemain matin, alors qu’il se promène dans son jardin, Luc, un jeune homme qui traverse une épreuve douloureuse, découvre Méléna évanouie. En la prenant dans ses bras pour lui porter secours, il ne peut deviner qu’il pénètre en enfer… Qui est cette étrange jeune femme condamnée à être abattue sans autre forme de procès ? Comment ces deux jeunes gens si vulnérables pourront-ils résister à une organisation qui dispose des moyens technologiques les plus sophistiqués ?…

Dans un style terriblement efficace, Alain Claret nous entraîne dans cette fuite éperdue, sanglante et passionnée

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221138984
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tabatha Posté le 27 Avril 2011
    Difficile de critiquer ce livre, l'écriture est bonne mais sans plus. J'ai l'impression qu'il manque une étincelle. l'auteur n'arrive pas à choisir entre le thriller et le fantastique. Cette histoire semble inachevée!
  • Bunee Posté le 8 Avril 2009
    Lorsque l'équipe du BOB (équipe que d'ailleurs je remercie ainsi que les éditions Robert Laffont pour cet envoi), m'a proposé ce titre à la lecture, j'ai hésité, parce que l'ouvrage relève du polar, et que le polar est un genre dont je suis peu (voire pas du tout) familière. Pourquoi pas, donc ... Le livre m'a fait plutôt bonne impression - même si j'ai parfois regretté quelques passages s'aventurant pas nécessairement très adroitement dans le fantastique. Quelque part en France, sur une route de campagne, la nuit. A bord d'une voiture, deux hommes, mercenaires privés aguerris, et une jeune fille prostrée. L'un des deux hommes, appelé le Traceur, a une réputation de dur. Ce qui ne l'empêche pas d'agonir dans d'effroyables souffrances. Sean, le chauffeur, sent que la mission est en train de partir hors contrôle. Le traceur venant de mourir, il a seul en charge la prisonnière qu'il doit exfiltrer vers l'Italie, puis l'Angleterre. Sean a failli l'exécuter pour venger son co-équipier empoisonné. Mais il sait que l'organisation secrète pour laquelle il travaille, ne le lui pardonnerait pas et le mettrait sur liste noire. Malheureusement pour lui, la fille, qui a comme nom "civil" Méléna (oui, parce qu'elle a également un nom de guerre qui... Lorsque l'équipe du BOB (équipe que d'ailleurs je remercie ainsi que les éditions Robert Laffont pour cet envoi), m'a proposé ce titre à la lecture, j'ai hésité, parce que l'ouvrage relève du polar, et que le polar est un genre dont je suis peu (voire pas du tout) familière. Pourquoi pas, donc ... Le livre m'a fait plutôt bonne impression - même si j'ai parfois regretté quelques passages s'aventurant pas nécessairement très adroitement dans le fantastique. Quelque part en France, sur une route de campagne, la nuit. A bord d'une voiture, deux hommes, mercenaires privés aguerris, et une jeune fille prostrée. L'un des deux hommes, appelé le Traceur, a une réputation de dur. Ce qui ne l'empêche pas d'agonir dans d'effroyables souffrances. Sean, le chauffeur, sent que la mission est en train de partir hors contrôle. Le traceur venant de mourir, il a seul en charge la prisonnière qu'il doit exfiltrer vers l'Italie, puis l'Angleterre. Sean a failli l'exécuter pour venger son co-équipier empoisonné. Mais il sait que l'organisation secrète pour laquelle il travaille, ne le lui pardonnerait pas et le mettrait sur liste noire. Malheureusement pour lui, la fille, qui a comme nom "civil" Méléna (oui, parce qu'elle a également un nom de guerre qui est la traduction indienne de "Vent de Babel", mais je vous laisse le soin de le découvrir) lui échappe, et perd ensuite connaissance dans un jardin près d'une maison. Sean va dès lors être pris pour cible par son organisation, qui va envoyer des nettoyeurs afin de l'éliminer. Dès lors, il bascule en mode clandestin. Le jardin est celui de la mère de Luc, un homme à la marge, à la fois destructeur et fragile, qui est ici pour débarrasser et vendre cette maison. Il découvre Méléna qu'il recueille. Mais il va très vite comprendre qu'il vient de se fourrer dans un guêpier sans nom, un engrenage dangereux impliquant les services secrets de plusieurs pays. Une course poursuite impitoyable commence. Au fur et à mesure, on comprend que la jeune fille en question est dotée de facultés de survie et d'adaptation dans la nature assez exceptionnelles, à la limite du surnaturel (limite parfois franchie plus que discrètement), elle a le don de littéralement communiquer avec la nature, de s'y fondre. Paysage sombre avec foudre est bien écrit, très rythmé. Pas de lourdeur excessive à déplorer, des personnages, des images et des effets plutôt originaux, avec lesquels on accroche plutôt bien. Sauf que parfois on frise l'abracadabrant, et ça c'est légèrement gênant. Bon, les femmes à tête de mésange, ça passe quand il s'agit d'avatars sur second life, car il s'agit justement d'avatars sur second life. Mais quand la fille commence à papoter avec un chevreuil, ou encore lorsqu'elle a une empathie telle avec cet animal qu'à un moment on a l'impression qu'elle s'est transformée en lui, curieusement, c'est *un chouilla* de trop. Idem pour Sean qui fini par se promener façon House of the dead avec une partie de la tête et un bras partiellement arrachés... Ou encore lorsqu'on découvre le lien de parenté entre Luc et Sean: un peu too much. Mais on pardonnera volontiers ces petites incongruités :)
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.