Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258098251
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Pedigree

Romans durs

Date de parution : 29/11/2012

Histoire de ma vie - Désiré Mamelin, employé d'assurances, et sa jeune femme, Elise Peters, habitent un deux-pièces, à Liège, où Elise met au monde un garçon, Roger.

Histoire de ma vie
Désiré Mamelin, employé d'assurances, et sa jeune femme, Elise Peters, habitent un deux-pièces, rue Léopold, à Liège, où Elise met au monde un garçon, Roger, le 13 février 1903. Les deux époux, issus de la petite-bourgeoisie commerçante et catholique, appartiennent chacun à une famille nombreuse dont...

Histoire de ma vie
Désiré Mamelin, employé d'assurances, et sa jeune femme, Elise Peters, habitent un deux-pièces, rue Léopold, à Liège, où Elise met au monde un garçon, Roger, le 13 février 1903. Les deux époux, issus de la petite-bourgeoisie commerçante et catholique, appartiennent chacun à une famille nombreuse dont le réseau absorbe presque entièrement leurs relations sociales. Chez les Mamelin, une vie patriarcale détermine des habitudes quasi rituelles auxquelles se conforme Désiré, optimiste, débonnaire. Du côté Peters, le clan est moins stable, plus divisé. Différente d'un mari qu'elle juge trop peu sensible, Elise se révèle une hystérique autoritaire sous ses airs timides…
Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258098251
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lavieestunlongfleuvetranquille Posté le 19 Novembre 2020
    Etymologie du mot "Pédigrée" : Mot anglais, de l'ancien français "Pié de grue", marque faite de trois petits traits rectilignes dans les registres officiels d'Angleterre pour indiquer les degrés ou les ramifications d'une généalogie. A propos d'une personne : Origine familiale. Simenon a attendu d'avoir une quarantaine d'année pour exorciser de vieux démons et écrire une autobiographie fictionnelle, plus ou moins exacte, sur sa jeunesse et la période qui aurait été à l'origine de sa personnalité, de l'homme qu'il fut ensuite. Le constat est amer car si l'on reconnait immédiatement son entourage familial proche et relativement facilement les autres personnes (ce qui lui valut de retentissants procès...), et malgré quelques erreurs dans la chronologie des faits consciemment ou non évoqués (la naissance de son frère n'est pas dans l'oeuvre, par exemple), son ressentiment est immense vis-à-vis de sa mère. Certes, nous en avions déjà eu un aperçu dans "Lettre à ma mère" à l'occasion de son décès. Mais ici, elle adopte un comportement qu'il attribue comme étant à l'origine de son caractère car, si nous ne devions citer que cela, il fit tout pour quitter le giron familial ou il ne se sentait malheureusement pas chez lui, à cause d'un désir viscéral et obsessionnel... Etymologie du mot "Pédigrée" : Mot anglais, de l'ancien français "Pié de grue", marque faite de trois petits traits rectilignes dans les registres officiels d'Angleterre pour indiquer les degrés ou les ramifications d'une généalogie. A propos d'une personne : Origine familiale. Simenon a attendu d'avoir une quarantaine d'année pour exorciser de vieux démons et écrire une autobiographie fictionnelle, plus ou moins exacte, sur sa jeunesse et la période qui aurait été à l'origine de sa personnalité, de l'homme qu'il fut ensuite. Le constat est amer car si l'on reconnait immédiatement son entourage familial proche et relativement facilement les autres personnes (ce qui lui valut de retentissants procès...), et malgré quelques erreurs dans la chronologie des faits consciemment ou non évoqués (la naissance de son frère n'est pas dans l'oeuvre, par exemple), son ressentiment est immense vis-à-vis de sa mère. Certes, nous en avions déjà eu un aperçu dans "Lettre à ma mère" à l'occasion de son décès. Mais ici, elle adopte un comportement qu'il attribue comme étant à l'origine de son caractère car, si nous ne devions citer que cela, il fit tout pour quitter le giron familial ou il ne se sentait malheureusement pas chez lui, à cause d'un désir viscéral et obsessionnel de gagner de l'argent en louant le moindre mètre carré de leur maison. Une autobiographie à charge, donc, certainement partiale, qui caricature à l'extrême certaines personnes et n'épargne ni l'institution religieuse ni les classes sociales, étrangement peu complaisante à l'égard des femmes, mais qui nous fournit certaines "clefs" pour comprendre l'esprit de l'oeuvre de ce magnifique écrivain. Son génie réside également, malgré une certaine lenteur au début de ce joli pavé, dans l'installation d'une ambiance dont il a le secret, et cela fonctionne à merveille. Nous nous retrouvons dans un monde qui n'existe plus depuis longtemps (et tellement proche !), dans des salles de classe ou flottent des odeurs d'encres surannées, ou le style vestimentaire suit des critères de classe sociale ou d'impératifs financiers, et dans une vie quotidienne étrangement calme en Belgique pendant la Grande guerre, à part quelques privations alimentaires et quelques dérapages sexuels incontrôlés comme si la vie et le regard des autres n'avaient plus de valeur. Finalement, cet ouvrage est indispensable pour connaître réellement l'auteur belge le plus français du XXème siècle.
    Lire la suite
    En lire moins
  • bfauriaux Posté le 12 Août 2020
    Un beau livre bien détaillé plus long que la moyenne de ceux de Simenon mais sans longueur neanmoins: une reussite a decouvrir !
  • daniel_dz Posté le 28 Mars 2020
    Un roman de plus de 600 pages inspiré de très près de l’enfance de Simenon à Liège, depuis sa naissance en 1903 jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale. Intéressant tableau de l’environnement dans lequel l’auteur a grandi, mais contrairement à mes autres lectures de Simenon, celle-ci m’a lassé. Si Simenon vous intéresse, mais que vous n’avez la passion d’un expert, je vous conseillerais, disons, de vous limiter à la troisième partie. Je n’ai lu qu’une trentaine des livres de Simenon, Maigret et autres, ce qui ne représente qu’une petite partie de l’immense production de Georges Simenon. À part pour « Pédigrée », c’était toujours un plaisir. J’apprécie beaucoup la finesse avec laquelle il décrit les personnes et la justesse des ambiances de ses romans. Par ailleurs, le personnage de Georges Simenon m’intrigue depuis longtemps. J’aimerais parvenir à le cerner davantage. En particulier, j’avais été touché par ses « Mémoires intimes », qu’il avait fait suivre d’un texte dédié à sa fille Marie-Jo, dont le suicide l’avait marqué. Je me réjouissais donc d’entamer la lecture de « Pédigrée ». En 1940, une dizaine d’années après son premier « Maigret », un radiologue diagnostique une angine de poitrine à Simenon. On saura plus tard que c’était une erreur, mais cela... Un roman de plus de 600 pages inspiré de très près de l’enfance de Simenon à Liège, depuis sa naissance en 1903 jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale. Intéressant tableau de l’environnement dans lequel l’auteur a grandi, mais contrairement à mes autres lectures de Simenon, celle-ci m’a lassé. Si Simenon vous intéresse, mais que vous n’avez la passion d’un expert, je vous conseillerais, disons, de vous limiter à la troisième partie. Je n’ai lu qu’une trentaine des livres de Simenon, Maigret et autres, ce qui ne représente qu’une petite partie de l’immense production de Georges Simenon. À part pour « Pédigrée », c’était toujours un plaisir. J’apprécie beaucoup la finesse avec laquelle il décrit les personnes et la justesse des ambiances de ses romans. Par ailleurs, le personnage de Georges Simenon m’intrigue depuis longtemps. J’aimerais parvenir à le cerner davantage. En particulier, j’avais été touché par ses « Mémoires intimes », qu’il avait fait suivre d’un texte dédié à sa fille Marie-Jo, dont le suicide l’avait marqué. Je me réjouissais donc d’entamer la lecture de « Pédigrée ». En 1940, une dizaine d’années après son premier « Maigret », un radiologue diagnostique une angine de poitrine à Simenon. On saura plus tard que c’était une erreur, mais cela donne à notre auteur l’envie de rédiger « Je me souviens », des souvenirs d’enfance à l’intention de son fils Marc, né en 1939. Ce récit est écrit à la première personne. En 1941, il le réécrit à la troisième personne, suivant la recommandation d’André Gide, avec qui il entretiendra une longue correspondance. Cela constituera la première partie de « Pédigrée », dont les deuxièmes et troisièmes parties seront écrites en 1943, le tout étant publié en 1948. L’auteur termine sa préface à l’édition de 1958, par cette mise au point: « Je n’en répète pas moins, non par prudence, mais par soucis d’exactitude, que ‘Pédigrée’ est un roman, donc une oeuvre où l’imagination et la re-création ont la plus grande part, ce qui ne m’empêche pas de convenir que Roger Mamelin a beaucoup de traits de ressemblance avec l’enfant que j’ai été ». Et en effet, Roger restera fils unique, contrairement à Georges, qui avait un frère de 3 ans plus jeune que lui et qu’il considérait comme le préféré de sa mère. J’ai souvent des difficultés à situer des artiste sur une ligne du temps. En particulier, ce roman m’a permis de réaliser que Simenon avait passé une partie de son enfance pendant la Première guerre mondiale, dans une maison où l’on s’éclairait encore au gaz ! J’ai pris plaisir à découvrir le tableau de Liège à cette époque-là, où la Belgique avait encore une Garde civique. La description de « L’innovation » rappelle « Au bonheur des dames », paru vingt ans plus tôt. Cet aspect-là était plaisant. Par contre, dans les deux premières parties, le caractère dépressif d’Élise, la mère de Roger, plombe le récit d’une chape de grisaille qui a vite fait de me lasser. Autant le brouillard qui enveloppe de nombreux « Maigret » ne me dérange nullement, autant les préoccupations et les angoisses d’Élise m’ont rendu la lecture pénible. De plus, le récit ne comporte pas la moindre intrigue qui pourrait servir de fil conducteur et donner un poil de rythme qui m’aurait tenu en éveil. Mais d’autres lecteurs que moi trouveront sans doute du plaisir à découvrir la description de Liège ou des personnages de l’époque, faisant passer les lamentations d’Élise au second plan. Par contre, la troisième partie, qui commence au début de la guerre, est davantage centrée sur Roger ; j’en ai trouvé la lecture bien plus agréable. Nous y suivons Roger de 11 à 16 ans. On l’y voit découvrir les filles à 12 ans (ben oui… Simenon…) et devenir peu à peu un mauvais garçon fort préoccupé par son apparence. À plusieurs reprises, j’avoue avoir été perturbé par les préoccupations ou les actes de Roger, que j’aurais imaginés être ceux d’un garçon plus âgé. Autre époque, sans doute. Bref, Simenon reste à mes yeux un auteur majeur, qui mérite assurément d’être lu. « Pédigrée » est précieux pour découvrir l’univers de l’enfance de Simenon, qui influencera sa vie et son oeuvre. Mais pour une lecture qui vous apportera à la fois de l’intérêt et du plaisir de lecture, je vous suggère de vous limiter à la troisième partie. À chacun sa sensibilité, bien entendu… N’hésitez pas à poster des commentaires pour nuancer ma perception.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Emylit23 Posté le 15 Janvier 2019
    Simenon nous raconte l’histoire de son enfance de 1903 à 1918 (armistice). Les portraits de son entourage familial sont décrits comme des peintures. Chaque lieu, chaque personnage pourrait devenir un tableau impressionniste. Son père, le grand Désiré, si calme, si enjoué, taiseux mais prenant soin de sa famille et notamment de son épouse en gardant pour lui certain secret pour ne pas lui ajouter de tracas. Sa mère, Elise, d’origine flamande, est plus retorse, moins limpide, plus geignarde, les nerfs à vif mais néanmoins, travailleuse et prête à rendre service aux membres de la famille. C’est elle qui mène la barque. En lisant Pedigree, on plonge au cœur de la vie liégeoise. Liège est un personnage de l’histoire, son tram, ses ruelles, la Meuse, ses ponts, ses églises, ses collèges,... et pour qui connaît la ville, on se balade avec les personnages avec beaucoup de plaisir. Simenon a l’art de raconter la vie, une autre vie, un autre temps. Le roman est d’une certaine lenteur mais c’est à nous lecteurs, de ralentir le rythme pour profiter pleinement de ce roman. 4/5 car il m’a fallu quelques pages avant de rentrer complètement dans l’histoire, sans doute voulais-je aussi aller trop vite.... Simenon nous raconte l’histoire de son enfance de 1903 à 1918 (armistice). Les portraits de son entourage familial sont décrits comme des peintures. Chaque lieu, chaque personnage pourrait devenir un tableau impressionniste. Son père, le grand Désiré, si calme, si enjoué, taiseux mais prenant soin de sa famille et notamment de son épouse en gardant pour lui certain secret pour ne pas lui ajouter de tracas. Sa mère, Elise, d’origine flamande, est plus retorse, moins limpide, plus geignarde, les nerfs à vif mais néanmoins, travailleuse et prête à rendre service aux membres de la famille. C’est elle qui mène la barque. En lisant Pedigree, on plonge au cœur de la vie liégeoise. Liège est un personnage de l’histoire, son tram, ses ruelles, la Meuse, ses ponts, ses églises, ses collèges,... et pour qui connaît la ville, on se balade avec les personnages avec beaucoup de plaisir. Simenon a l’art de raconter la vie, une autre vie, un autre temps. Le roman est d’une certaine lenteur mais c’est à nous lecteurs, de ralentir le rythme pour profiter pleinement de ce roman. 4/5 car il m’a fallu quelques pages avant de rentrer complètement dans l’histoire, sans doute voulais-je aussi aller trop vite. A découvrir pour la plume de Simenon. Dommage qu’il n’existe pas de suite....
    Lire la suite
    En lire moins
  • mfrance Posté le 27 Septembre 2018
    Que cache ce titre ? eh bien tout simplement l'histoire de la famille Simenon et accessoirement l'enfance et l'adolescence du jeune Georges et ce depuis la naissance de ce dernier jusqu'à sa seizième année. Le tout déguisé sous des noms d'emprunt. Exacte biographie, ce texte ? souvenirs de familles plus ou moins recréés, fantasmés, embellis par l'imagination fertile de l'écrivain Simenon ? Peu importe. On se plonge avec délices dans la vie foisonnante de Liège, au début du vingtième siècle. On en arpente les rues, en compagnie de Désiré aux longues jambes et d'Elise, les parents du jeune Roger, à peine né, en visite chez l'un ou l'autre des membres de leur nombreuse parentèle. On compatit aux malheurs des uns et des autres. On s'énerve de voir Elise pleurnicher pour un rien et on se rend compte peu à peu qu'elle s'en fait une force qui va lui permettre d'aller juste là où elle voulait aller, la maligne ! Quant au grand Désiré, lui, du moment qu'on le laisse tranquille avec son journal, tout va bien, la vie est belle ! Simenon écrit comme on respire, sans effort, naturellement... comme une évidence et le lecteur se coule avec délices dans le moule de... Que cache ce titre ? eh bien tout simplement l'histoire de la famille Simenon et accessoirement l'enfance et l'adolescence du jeune Georges et ce depuis la naissance de ce dernier jusqu'à sa seizième année. Le tout déguisé sous des noms d'emprunt. Exacte biographie, ce texte ? souvenirs de familles plus ou moins recréés, fantasmés, embellis par l'imagination fertile de l'écrivain Simenon ? Peu importe. On se plonge avec délices dans la vie foisonnante de Liège, au début du vingtième siècle. On en arpente les rues, en compagnie de Désiré aux longues jambes et d'Elise, les parents du jeune Roger, à peine né, en visite chez l'un ou l'autre des membres de leur nombreuse parentèle. On compatit aux malheurs des uns et des autres. On s'énerve de voir Elise pleurnicher pour un rien et on se rend compte peu à peu qu'elle s'en fait une force qui va lui permettre d'aller juste là où elle voulait aller, la maligne ! Quant au grand Désiré, lui, du moment qu'on le laisse tranquille avec son journal, tout va bien, la vie est belle ! Simenon écrit comme on respire, sans effort, naturellement... comme une évidence et le lecteur se coule avec délices dans le moule de cette prose qui enchante par sa fluidité, sa fausse simplicité, sa qualité d'évocation, son aptitude à restituer les émotions, le bruit et la fureur de la vie. Que le lecteur soit transporté dans les rues de Liège au moment de la Saint-Nicolas, dans les cimetières à la Toussaint, avec la foule les jours de ducasse, ou tout simplement dans la maison Mamelin avec Elise s'activant à son ménage et s'occupant de ses pensionnaires, il déguste avec gourmandise toutes les délectables tranches de vie que Simenon lui sert sans compter, y compris les émois du jeune Roger. Un texte magnifique remarquablement servi par le talent bouillonnant de Georges Simenon qui fait mouche avec son sens du mot juste, de la phrase percutante et l'aisance sidérante avec laquelle il conduit son récit tambour battant. Une œuvre à ne surtout pas laisser sombrer dans les oubliettes de la littérature !
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.