RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Qu'ai-je donc fait

            Robert Laffont
            EAN : 9782221120729
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Qu'ai-je donc fait

            Collection : Romans Français Laffont
            Date de parution : 29/11/2012

            «Qu’ai-je donc fait ? J’ai aimé l’eau, la lumière, le soleil, les matins d’été, les ports, la douceur du soir dans les collines et une foule de détails sans le moindre intérêt comme cet olivier très rond dont je me souviens encore dans la baie de Fethiye ou un escalier...

            «Qu’ai-je donc fait ? J’ai aimé l’eau, la lumière, le soleil, les matins d’été, les ports, la douceur du soir dans les collines et une foule de détails sans le moindre intérêt comme cet olivier très rond dont je me souviens encore dans la baie de Fethiye ou un escalier bleu et blanc flanqué de deux fontaines dans un village des Pouilles dont j’ai oublié le nom. Je ne regrette ni d’être venu ni de devoir repartir vers quelque chose d’inconnu dont personne, grâce à Dieu, n’a jamais pu rien savoir. J’ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. J’ai eu de la chance. Merci. J’ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Pensez à moi de temps en temps. Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus là. C’est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu’il m’a donné – comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté – ce qu’il y a eu de meilleur de toute éternité : la vie d’un homme parmi les autres.»

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221120729
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            8.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Wyoming Posté le 14 Avril 2018
              J'aime beaucoup Jean d'O mais ce livre ne m'a guère accroché, sans doute parce que finalement lorsque l'on aime un auteur c'est peut-être à travers ses fictions et non lorsqu'il dévoile des pans de sa vie. Pourtant, j'ai souvent ressenti le sentiment inverse envers d'autres. Qu'ai-je donc fait?
            • PascalOlivier Posté le 29 Février 2016
              L’écrivain mondain et existentialiste, avec Qu’ai-je donc fait ?, signe un essai philosophique qui ne dit pas son nom. Se présentant au départ comme une agréable promenade dans les souvenirs de l’illustre académicien, l’ouvrage interroge son auteur, sur sa vie, ses racines, sa constitution intellectuelle, sociale et culturelle. Au fur et à mesure de la lecture truculente et érudite, et sans rien perdre de sa légèreté (faisant ainsi apparaître la puissance cachée du style de l’écrivain), cette déambulation littéraire va se transformer en un questionnement vibrant d’humanisme sur le mystère de l’homme, du temps et de l’univers.
            • majolo Posté le 23 Juin 2013
              Comme il est dit dans le quatrième de couverture: Jean d'Ormesson nous conte "la vie d'un homme parmi les autres", se retournant sur sa vie, avec sincérité et sans regrets. J'ai passé un excellent moment en compagnie de Monsieur d'Ormesson. Ce n'est pas la vie d'un héros, mais celle d'un homme qui a vu, lu, appris, beaucoup et avec une curiosité insatiable dans un siècle riche et mouvementé. Ce que j'aime particulièrement chez lui, c'est qu'il semble toujours poser un regard clair et neuf sur le monde, sans préjugés, avec humour et l'oeil pétillant, sans renier les "manières" légèrement surannées, héritées de ses origines aristocratiques. Cela fait partie de ces gens avec qui on passerait bien une soirée.
            • latina Posté le 1 Avril 2013
              Qu’ai-je donc fait ? Eh bien, je viens de lire avec beaucoup d’intérêt et de plaisir le livre de Jean d’Ormesson : « Qu’ai-je donc fait ? »... Je dis « le livre » car c’est assez difficile à classer : Ce n’est pas un roman, c’est plutôt une biographie, mais pas très détaillée, pas très centrée sur les faits vécus par l’auteur. Il donne plutôt ses impressions, ses valeurs, ses manières de se comporter face aux joies et aux vicissitudes. Il narre avec humour et sincérité son éducation aristocratique (« Mon grand-père maternel avait une sœur : Mme de La Faulotte. C’était une vieille sorcière qui nous faisait grand-peur et que nous comparions volontiers, mon frère et moi, à Mme Fichini ou à Mme Popofski dans les romans de la comtesse de Ségur. Elle était, comme son frère, à la tête d’une fortune qui ne prêtait pas à rire »), sa jeunesse insouciante et paresseuse (« La paresse, rien de plus clair, est la mère des chefs-d’œuvre »), et ose parler de son grand amour qui est à la fois sa grande honte due à son comportement lâche et irresponsable (« Cette page que vous êtes en train de... Qu’ai-je donc fait ? Eh bien, je viens de lire avec beaucoup d’intérêt et de plaisir le livre de Jean d’Ormesson : « Qu’ai-je donc fait ? »... Je dis « le livre » car c’est assez difficile à classer : Ce n’est pas un roman, c’est plutôt une biographie, mais pas très détaillée, pas très centrée sur les faits vécus par l’auteur. Il donne plutôt ses impressions, ses valeurs, ses manières de se comporter face aux joies et aux vicissitudes. Il narre avec humour et sincérité son éducation aristocratique (« Mon grand-père maternel avait une sœur : Mme de La Faulotte. C’était une vieille sorcière qui nous faisait grand-peur et que nous comparions volontiers, mon frère et moi, à Mme Fichini ou à Mme Popofski dans les romans de la comtesse de Ségur. Elle était, comme son frère, à la tête d’une fortune qui ne prêtait pas à rire »), sa jeunesse insouciante et paresseuse (« La paresse, rien de plus clair, est la mère des chefs-d’œuvre »), et ose parler de son grand amour qui est à la fois sa grande honte due à son comportement lâche et irresponsable (« Cette page que vous êtes en train de tourner et que vous vous apprêtez maintenant à lire, je dois l’arracher à moi-même avec beaucoup d’efforts et de peine. J’aimais C. Non seulement j’ai fait tout ce que je pouvais pour lui plaire, mais je n’avais dès le départ, pas la moindre intention de faire ma vie avec elle. Voilà que nous glissons, je le crains, dans les pires poncifs de la littérature au niveau le plus bas. Je l’ai détruite, j’ai détruit tout un pan de cette famille à laquelle j’étais attaché et je me suis détruit moi-même. Puisque je l’aimais, je n’avais qu’à partir avec elle, à m’établir ailleurs à ses côtés, à construire ensemble quelque chose de durable. Je suis parti. Avec elle. Et je suis revenu. Chez mes parents, abreuvés de larmes et changés en personnages de Greuze devant un vase cassé. ») C’est plutôt aussi un essai, une exposition de ses idées principales sur la Vie, qui est pour lui la littérature : « D’une façon ou d’une autre, pour le meilleur ou pour le pire, succès ou échec, j’étais entré en littérature. », mais aussi, en vrac, sur l’argent, la politique, le fait de suivre la mode, les valeurs, anciennes et nouvelles, la Science, la Philosophie, l’Histoire (« La question est de savoir si le monde n’a pas toujours été en train de se découdre et de se défaire. Depuis les temps reculés, chaque génération a eu le sentiment que ses valeurs disparaissaient et que l’avenir était lourd de menaces. A plusieurs reprises, la crise de découragement et de méfiance à l’égard de l’avenir semble avoir été aussi forte qu’aujourd’hui »)... Et une interrogation surtout sur le sens de la vie. D’où venons-nous ? Que faisons-nous sur Terre ? Qu’est-ce que le Temps ? Qu’y a-t-il après la mort ? Dieu existe-t-il ? (« Je n’aime pas tellement ceux qui savent qu’il existe et qui en profitent pour me donner des leçons. J’aime encore moins ces esprits soi-disant libres qui savent avec certitude et qui répètent à tout vent qu’il n’existe pas. Tout ce qu’on peut faire avec Dieu, ce n’est pas de le connaître ni d’accumuler des arguments pour ou contre son existence. Ce n’est même pas de parler de lui. C’est d’espérer qu’il existe. ») Et finalement, il en ressort un optimisme fondamental : Jean d’Ormesson aime la vie plus que tout et lui rend grâce, et c’est pour cela qu’il me plait. Je termine donc par cette ultime citation, parce que je me rends compte avec effroi que je ne parviens pas à clore ce billet, tellement il y aurait des choses à dire, tellement d’Ormesson a suscité en moi bien des acquiescements, bien des interrogations aussi, et quelquefois quelques agacements : « J’ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. J’ai eu de la chance. Merci. J’ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Le monde est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu’il m’a donné – comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté - ce qu’il y a eu de meilleur de toute éternité : la vie d’un homme parmi les autres. »
              Lire la suite
              En lire moins
            • plotin Posté le 24 Octobre 2009
              Premier livre lu de Jean d'Ormesson et je ne le regrette pas ! C'est d'ailleurs peut être son dernier. En tout cas, c'est ainsi qu'apparaît ce livre de Jean d'Ormesson. Une sorte de testament où il fait le bilan de sa vie de terrien, "la vie d'un homme parmi les autres" comme il l'écrit dans la dernière phrase de son livre. Facile à lire, ce livre est un vrai bonheur. Ah, la sagesse de ceux qui ont vécu et qui savent l'exprimer par écrit !
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.