Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707163509
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 176
Format : 115 x 190 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Quand les banlieues brûlent...

Retour sur les émeutes de novembre 2005

,

Collection : Sur le vif
Date de parution : 12/12/2013

En novembre 2005, une émeute d’une ampleur sans précédent dans l’histoire contemporaine a été gérée politiquement de façon désastreuse : le « retour au calme » est aussi un retour aux difficultés de la vie ordinaire pour les quartiers populaires. Des sociologues de terrain ont voulu montrer qu’il est possible et indispensable d’analyser ces événements et ce qu’ils révèlent de l’état de la société française.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition augmentée de 2007.)

En novembre 2005, une émeute d’une ampleur sans précédent dans l’histoire contemporaine de la France a été gérée politiquement de façon désastreuse : le « retour au calme » est aussi un retour à toutes les difficultés de la vie ordinaire pour les habitants des quartiers populaires. C’est pourquoi des...

En novembre 2005, une émeute d’une ampleur sans précédent dans l’histoire contemporaine de la France a été gérée politiquement de façon désastreuse : le « retour au calme » est aussi un retour à toutes les difficultés de la vie ordinaire pour les habitants des quartiers populaires. C’est pourquoi des sociologues de terrain ont voulu montrer qu’il est possible et indispensable d’analyser ces événements et ce qu’ils révèlent de l’état de la société française.
Le livre montre notamment le rôle joué par Nicolas Sarkozy, pompier-pyromane, dans le développement de l’émeute. Il révèle aussi que la première personnalité politique à demander la mise en place de l’état d’urgence fut… Marine Le Pen. Contre les idées reçues, et notamment celle que ces émeutes furent le fait de jeunes instrumentalisés par des « caïds », des « barbus » ou des rappeurs, les auteurs montrent enfin que nombre d’habitants des quartiers ont témoigné d’une forme de solidarité avec les jeunes émeutiers.
Au-delà de l’événement, le livre soulève un certain nombre de questions essentielles : pourquoi l’école n’est plus perçue par une partie de la population comme un lieu de promotion sociale mais comme un lieu d’échecs et d’humiliations ? Quelle est la situation sociale et économique réelle des habitants des quartiers, en particulier les jeunes ? Pourquoi la façon dont la police remplit ses missions dans les quartiers « sensibles » est-elle devenue un problème plus qu’une solution ? 
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition augmentée de 2007.)

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707163509
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 176
Format : 115 x 190 mm
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gribouille_idf Posté le 1 Octobre 2018
    L'ouvrage collectif dirigé par Laurent Mucchielli et Véronique LE Goaziou offre différents points de vue sur les émeutes qui se sont déroulées en France pendant l'automne 2005. Plusieurs thématiques sont abordées ; de la gestion politique des évènements à la solidarité entre les habitants, en passant par le profil des émeutiers et la place de l'école comme cible des violences collectives. De nombreux ouvrages on vu le jour avec ces révoltes urbaines. Pourtant, une question reste entière : pourquoi ces émeutes se sont-elles répandues comme une traînée de poudre sur tout le territoire national ? Et surtout pourquoi cette année 2005, à ce moment-là ? Et à cette question, ce livre, aussi pertinent soit-il, n'apporte guère de réponse convaincante, au moins pour certains chapitres (sur la police, la classe politique et les intervenants sociaux) Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que certains sociologues de ce groupe méconnaissent la réalité dans ces quartiers. Leurs analysent pèchent par l'absence d'un travail empirique sérieux. Ils finissent par extrapoler et nous livrent des analyses réchauffées. L'exemple typique est celui de Manuel Boucher qui a rédigé le chapitre sur « les intervenants sociaux au service de la sécurité ? Analyse d'une dérive dangereuse. ». Il... L'ouvrage collectif dirigé par Laurent Mucchielli et Véronique LE Goaziou offre différents points de vue sur les émeutes qui se sont déroulées en France pendant l'automne 2005. Plusieurs thématiques sont abordées ; de la gestion politique des évènements à la solidarité entre les habitants, en passant par le profil des émeutiers et la place de l'école comme cible des violences collectives. De nombreux ouvrages on vu le jour avec ces révoltes urbaines. Pourtant, une question reste entière : pourquoi ces émeutes se sont-elles répandues comme une traînée de poudre sur tout le territoire national ? Et surtout pourquoi cette année 2005, à ce moment-là ? Et à cette question, ce livre, aussi pertinent soit-il, n'apporte guère de réponse convaincante, au moins pour certains chapitres (sur la police, la classe politique et les intervenants sociaux) Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que certains sociologues de ce groupe méconnaissent la réalité dans ces quartiers. Leurs analysent pèchent par l'absence d'un travail empirique sérieux. Ils finissent par extrapoler et nous livrent des analyses réchauffées. L'exemple typique est celui de Manuel Boucher qui a rédigé le chapitre sur « les intervenants sociaux au service de la sécurité ? Analyse d'une dérive dangereuse. ». Il ressort de cette partie une quantité de généralités, sur le travail social, sans aucun rapport avec la particularité des émeutes de 2005. c'est à se demander s'il n'y a pas eu quelques arrangements éditoriaux pour que cet auteur apparaisse dans l'ouvrage. Quant à savoir si ces émeutes ont été une « forme élémentaire de contestation politique », je crains que certains de ces sociologues soient bien loin de la réalité qu'ils tentent passablement d'expliquer.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !