Lisez! icon: Search engine
Les Escales
EAN : 9782365695497
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 320
DRM : DRM Adobe

Qui ne tente rien

Oscar Perrin (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 09/07/2020
Découvrez William Warwick, le héros de la nouvelle saga de Jeffrey Archer, « conteur de la trempe d’Alexandre Dumas »
(The New York Times).
En entrant à la London Metropolitan Police Force, William Warwick réalise enfin le rêve de sa vie et se voit vite confier sa première affaire à haut risque : retrouver un Rembrandt inestimable qui vient d’être dérobé. Mais rien ne se passe comme prévu…
Peut-il vraiment avoir confiance en Beth Rainsford,...
En entrant à la London Metropolitan Police Force, William Warwick réalise enfin le rêve de sa vie et se voit vite confier sa première affaire à haut risque : retrouver un Rembrandt inestimable qui vient d’être dérobé. Mais rien ne se passe comme prévu…
Peut-il vraiment avoir confiance en Beth Rainsford, l’assistante qui travaille au musée où a eu lieu le délit et dont il est en train de tomber follement amoureux ? Et que penser de ces collectionneurs qui surveillent William et semblent prêts à tout pour mettre la main sur
le tableau ?
Entre jeux de dupes et faux-semblants, triomphes et tragédies, Qui ne tente rien est immédiatement devenu un best-seller au Royaume-Uni et annonce l’une des oeuvres les plus marquantes de Jeffrey Archer.
« Un roman au rythme effréné où se mêlent faussaires, contrefaçons et arnaques. Digne des meilleures séries ! »
The Daily Express
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365695497
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 320
DRM : DRM Adobe
Les Escales
En savoir plus

Ils en parlent

« Un roman au rythme effréné où se mêlent faussaires, contrefaçons et arnaques. Digne des meilleures séries ! »
 
The Daily Express
« En romancier accompli, Jeffrey Archer livre un roman rythmé et palpitant, plein de rebondissements et de coups de théâtre dont il a le secret. »
 
The Daily Mail

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bill Posté le 9 Juillet 2021
    Après quelques lectures difficiles, j'ai eu besoin d'un peu de légèreté, et, pour cela, rien de tel qu'un roman de Jeffrey Archer (même si dans ce cas là, ça a peut être été un peu trop léger !). Dans ce nouveau roman, plus ou moins spin-off de la série 'Les chroniques de Clifton', comme on dirait dans le monde des séries, on retrouve William Warwick et sa famille. Contre l'avis de son père, avocat et pair du Royaume, William a toujours eu envie de devenir policier. Ses parents ont exigé qu'il suive un cursus universitaire et c'est doté d'un diplôme d'histoire de l'art qu'il accomplit son rêve. Ne souhaitant aucun des raccourcis que ce diplôme pourrait lui accorder, il démarre par deux ans en tenue à arpenter les rues de son quartier en compagnie d'un policeman aguerri qui lui enseignera les bases du métier. Promu à la brigade des 'Biens culturels' de Scotland Yard il aura l'opportunité de restituer le savoir acquis en fac. Un policier bon enfant des personnages bien campé et parfois amusants, quelques grosses ficelles pour ce roman délassant et idéal pour l'été ... mais il faut bien l'avouer, pas un des meilleurs romans de l'auteur. J'ai la suite des aventures de William Warwick... Après quelques lectures difficiles, j'ai eu besoin d'un peu de légèreté, et, pour cela, rien de tel qu'un roman de Jeffrey Archer (même si dans ce cas là, ça a peut être été un peu trop léger !). Dans ce nouveau roman, plus ou moins spin-off de la série 'Les chroniques de Clifton', comme on dirait dans le monde des séries, on retrouve William Warwick et sa famille. Contre l'avis de son père, avocat et pair du Royaume, William a toujours eu envie de devenir policier. Ses parents ont exigé qu'il suive un cursus universitaire et c'est doté d'un diplôme d'histoire de l'art qu'il accomplit son rêve. Ne souhaitant aucun des raccourcis que ce diplôme pourrait lui accorder, il démarre par deux ans en tenue à arpenter les rues de son quartier en compagnie d'un policeman aguerri qui lui enseignera les bases du métier. Promu à la brigade des 'Biens culturels' de Scotland Yard il aura l'opportunité de restituer le savoir acquis en fac. Un policier bon enfant des personnages bien campé et parfois amusants, quelques grosses ficelles pour ce roman délassant et idéal pour l'été ... mais il faut bien l'avouer, pas un des meilleurs romans de l'auteur. J'ai la suite des aventures de William Warwick dans ma liseuse ... mais je vais attendre avant de m'y plonger :) 
    Lire la suite
    En lire moins
  • dannso Posté le 24 Mai 2021
    Je ne connaissais pas l'auteur, ni la saga des Clifton dont le personnage principal de ce roman-ci est le héros de romans écrits par un des protagonistes de la saga. L'auteur reprend ici de façon directe, sans passer par l'intermédiaire de Harry Clifton , écrivain, la genèse de ce personnage. William (et non Bill svp) Warwick veut être policier, depuis des années, au désespoir de son père qui aurait préféré le voir devenir avocat pour travailler avec lui et prendre sa suite. William transige et accepte de faire des études : il choisit l'histoire de l'art, ce qui lui permettra grâce à ces connaissances d'intégrer très vite Scotland Yard dans l'office de lutte contre le trafic des biens culturels, où il va participer à diverses enquêtes, toutes dans le domaine de l'art. Ce n'est pas l'intérêt des enquêtes qui a été pour moi le point fort de ce livre. Ce que j'ai aimé, c'est l'atmosphère, britannique et riche de cet humour si appréciable. Ce sont aussi tous les personnages, nombreux, tous bien décrits. Le personnage principal en premier lieu, mélange étonnant de naïveté parfois, d'intelligence, celle de l'esprit et celle du coeur, et de détermination. Et tous les autres, l'agent Fred Yates... Je ne connaissais pas l'auteur, ni la saga des Clifton dont le personnage principal de ce roman-ci est le héros de romans écrits par un des protagonistes de la saga. L'auteur reprend ici de façon directe, sans passer par l'intermédiaire de Harry Clifton , écrivain, la genèse de ce personnage. William (et non Bill svp) Warwick veut être policier, depuis des années, au désespoir de son père qui aurait préféré le voir devenir avocat pour travailler avec lui et prendre sa suite. William transige et accepte de faire des études : il choisit l'histoire de l'art, ce qui lui permettra grâce à ces connaissances d'intégrer très vite Scotland Yard dans l'office de lutte contre le trafic des biens culturels, où il va participer à diverses enquêtes, toutes dans le domaine de l'art. Ce n'est pas l'intérêt des enquêtes qui a été pour moi le point fort de ce livre. Ce que j'ai aimé, c'est l'atmosphère, britannique et riche de cet humour si appréciable. Ce sont aussi tous les personnages, nombreux, tous bien décrits. Le personnage principal en premier lieu, mélange étonnant de naïveté parfois, d'intelligence, celle de l'esprit et celle du coeur, et de détermination. Et tous les autres, l'agent Fred Yates qui va partager son expérience pendant les deux années de patrouille du héros, sa famille aux membres si délicieusement britanniques, ses collègues de Scotland Yard, et puis aussi Beth, qui deviendra la femme de sa vie, mais qui cache un secret qui peut-être peut interférer avec l'une des enquêtes. Beaucoup de personnages, beaucoup de dialogues, une lecture plaisante qui n'est qu'un premier tome. Je retrouverai je pense avec plaisir, ces personnages. Merci aux éditions Les Escales pour ce partage #Quinetenterien #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pat0212 Posté le 22 Mai 2021
    William désire devenir policier depuis toujours contre l’avis de son père qui aimerait le voir avocat comme lui et sa soeur Grace, mais la mère soutient son fils. William étudiera l’art avant de faire l’école de police. Il ne veut pas profiter d’une promotion accélérée grâce à son diplôme et patrouille durant 2 ans avant de devenir inspecteur. Il intègre par la suite le service des biens culturels et traque des faussaires. Nous suivons en particulier deux enquêtes autour d’un avocat véreux, l’une concernant des contrefaçons de monnaies anciennes et l’autre un tableau de Rembrandt. William tombe amoureux de Beth, qui cache un secret. Je ne connaissais pas du tout cet auteur que j’ai découvert avec plaisir. C’est un roman d’énigme très sympathique, avec du suspense et pas de violence, ou très peu. C’est vraiment un polar typiquement anglais de type mystery cosy. Plusieurs chapitres concernent des comptes rendus de procès, mais ce n’est jamais pesant. Il y a beaucoup de dialogue, ce qui rend le texte très vivant. Les personnages principaux sont attachants et agréables. Le roman traite de la justice et de la corruption avec quelques policiers ripous pas tristes. Il ne faut pas y chercher de grandes thématiques ou un... William désire devenir policier depuis toujours contre l’avis de son père qui aimerait le voir avocat comme lui et sa soeur Grace, mais la mère soutient son fils. William étudiera l’art avant de faire l’école de police. Il ne veut pas profiter d’une promotion accélérée grâce à son diplôme et patrouille durant 2 ans avant de devenir inspecteur. Il intègre par la suite le service des biens culturels et traque des faussaires. Nous suivons en particulier deux enquêtes autour d’un avocat véreux, l’une concernant des contrefaçons de monnaies anciennes et l’autre un tableau de Rembrandt. William tombe amoureux de Beth, qui cache un secret. Je ne connaissais pas du tout cet auteur que j’ai découvert avec plaisir. C’est un roman d’énigme très sympathique, avec du suspense et pas de violence, ou très peu. C’est vraiment un polar typiquement anglais de type mystery cosy. Plusieurs chapitres concernent des comptes rendus de procès, mais ce n’est jamais pesant. Il y a beaucoup de dialogue, ce qui rend le texte très vivant. Les personnages principaux sont attachants et agréables. Le roman traite de la justice et de la corruption avec quelques policiers ripous pas tristes. Il ne faut pas y chercher de grandes thématiques ou un message percutant, c’est juste un simple polar très agréable à lire et sans prise de tête. L’écriture est très fluide. Ce livre m’a donné envie de connaître la suite des aventures de William, dont le tome 2 est déjà paru en anglais, et aussi de découvrir la saga des Clifford, monument de cet auteur dont je n’avais jamais entendu parler avant, mais je vais rapidement y remédier. Un grand merci aux Editions des Escales et à Netgalley pour cet excellent moment de lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laehb80 Posté le 12 Mars 2021
    Je découvre la plume de Jeffrey Archer et sa nouvelle série « William Warwick », jeune homme de l'aristocratie anglaise qui délaisse la voie toute tracée que son rang lui dédiait pour rejoindre la Métropolitan Police et faire ses armes pour gravir les échelons. Plusieurs enquêtes sont traitées, du recel au vol d'un Rembrandt jusqu'à la réouverture d'un procès pour meurtre. Une nouvelle série dans le genre « cosy mystery » qui se lit facilement, des personnages gentillets et lisses, pas de suspense haletant mais un bon moment de lecture et d'évasion.
  • BenedicteBiblio Posté le 8 Mars 2021
    Qui ne tente rien est le premier tome de la nouvelle saga signée Jeffrey Archer, un écrivain britannique et ancien homme politique. J’ai emprunté ce roman à mes parents, j’étais en effet curieuse de me lancer dans un roman policier qui me semblait déjà au départ sortir des sentiers battus. L’auteur nous propose d’enquêter dans le milieu artistique, un Rembrandt d’une grande valeur ayant été dérobé. Nous faisons ici connaissance avec William Warwick, un jeune policier qui débute tout juste à la Metropolitan Police. Notre héros a fait le choix de ne pas suivre les traces de son père, un brillant avocat qui rêvait pour son fils d’une carrière au Barreau. Parfois maladroit, William est un personnage plutôt attachant car bien déterminé (malgré ses défauts) à prouver qu’il mérite sa place au sein de la petite équipe qu’il vient d’intégrer : une équipe qui s’occupe des affaires en lien avec les biens culturels. La force de ce roman réside sans doute dans ses personnages (son héros en tête) ainsi que dans l’originalité de l’intrigue. Le milieu de l’art est assez peu retrouvé dans les enquêtes policières, alors disons que cela change un peu. « Ceci n’est pas un roman policier, c’est l’histoire d’un... Qui ne tente rien est le premier tome de la nouvelle saga signée Jeffrey Archer, un écrivain britannique et ancien homme politique. J’ai emprunté ce roman à mes parents, j’étais en effet curieuse de me lancer dans un roman policier qui me semblait déjà au départ sortir des sentiers battus. L’auteur nous propose d’enquêter dans le milieu artistique, un Rembrandt d’une grande valeur ayant été dérobé. Nous faisons ici connaissance avec William Warwick, un jeune policier qui débute tout juste à la Metropolitan Police. Notre héros a fait le choix de ne pas suivre les traces de son père, un brillant avocat qui rêvait pour son fils d’une carrière au Barreau. Parfois maladroit, William est un personnage plutôt attachant car bien déterminé (malgré ses défauts) à prouver qu’il mérite sa place au sein de la petite équipe qu’il vient d’intégrer : une équipe qui s’occupe des affaires en lien avec les biens culturels. La force de ce roman réside sans doute dans ses personnages (son héros en tête) ainsi que dans l’originalité de l’intrigue. Le milieu de l’art est assez peu retrouvé dans les enquêtes policières, alors disons que cela change un peu. « Ceci n’est pas un roman policier, c’est l’histoire d’un policier ». Dès les premières lignes, Jeffrey Archer tient à nous prévenir que nous allons avant tout suivre les pérégrinations de William. C’est vrai que je n’ai pas forcément retrouvé les codes d’un vrai roman policier, mais je n’ai pas été gênée sur ce point. Nous suivons le quotidien de notre héros, en le découvrant notamment dans sa vie amoureuse. Il tombe en effet rapidement amoureux de Beth Rainsford, qui travaille justement au musée où le vol de tableau a été commis. Une future suspecte ? Le lecteur est amené à avancer en même temps que notre héros. Même si j’ai passé un bon moment en compagnie de ce livre, tous les ingrédients n’ont pas forcément fonctionné me concernant. L’intrigue se déroule dans les années 80, et je dois dire que je n’ai malheureusement pas ressenti cet effet voyage dans le temps. J’ai donc été un brin déçue. Reste aussi que j’ai trouvé le tout un peu fouillis. Nous suivons en effet le vol du Rembrandt, mais aussi une autre affaire en lien avec Beth, puis encore d’autres enquêtes qui restent finalement très secondaires et ne font que nous perdre encore davantage. Je n’ai donc pas ressenti le coup de cœur tant attendu. Reste que j’ai apprécié ma lecture de ce roman, et que je lirai peut-être la suite si jamais le roman me tombe sous la main.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !