Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782265094604
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Rifteurs

Date de parution : 13/10/2011

Après Sarfish, un nouveau thriller post-apocalyptique...

Lenie Clarke a survécu à l’explosion nucléaire qui a détruit la station des abysses dans laquelle elle travaillait . De retour sur la côte américaine, elle découvre les ravages de l’immense tsunami qui a laissé sans domicile des millions de gens. Parqués derrière un...

Après Sarfish, un nouveau thriller post-apocalyptique...

Lenie Clarke a survécu à l’explosion nucléaire qui a détruit la station des abysses dans laquelle elle travaillait . De retour sur la côte américaine, elle découvre les ravages de l’immense tsunami qui a laissé sans domicile des millions de gens. Parqués derrière un immense mur par les autorités militaires, ils sont maintenus sous contrôle grâce à des tranquillisants administrés à leur insu. Dans le chaos ambiant, personne ne remarque Lenie, personne ne sait quel danger elle représente : porteuse de la bactérie ßehemoth, elle est susceptible d'anéantir la vie sur terre.
Mais bientôt, la jeune femme est repérée par Maelström, cette entité pensante et indépendante qu'on appelait autrefois internet…

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265094604
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Apophis Posté le 25 Janvier 2020
    Ce tome 2 de la trilogie Rifteurs part sur des bases et une atmosphère complètement différentes de celles de son prédécesseur, puisqu’il substitue à un oppressant huis-clos sous-marin une odyssée de Lenie Clarke s’étendant sur tout le continent nord-américain. Lenie qui, sans le savoir, va répandre une pandémie menaçant toute vie sur Terre et être révérée comme la « Madone du désastre » (c’est beau, on dirait le surnom d’une catcheuse américaine…) à la fois par des humains et, plus étonnant, par la « vie » informatique qui occupe le Maelstrom, le lointain et chaotique descendant de notre internet d’aujourd’hui. Notre héroïne sera opposée à un de ses anciens camarades de Beebe, ainsi qu’à Achille Desjardins, gestionnaire de crises génétiquement amélioré, dont la loyauté à l’intérêt général est chimiquement câblée en dur dans son organisme. Certains des nouveaux personnages introduits se révèlent fascinants (Achille, Alice), tandis que les anciens prennent de l’ampleur. Si la structure globale est identique (le point principal de l’intrigue n’est pas celui que l’auteur vous nous conduire à croire) à celle du tome 1, ce second roman a toutefois comme point-clef de remettre en cause un élément fondamental de ce dernier, et de modifier le paradigme... Ce tome 2 de la trilogie Rifteurs part sur des bases et une atmosphère complètement différentes de celles de son prédécesseur, puisqu’il substitue à un oppressant huis-clos sous-marin une odyssée de Lenie Clarke s’étendant sur tout le continent nord-américain. Lenie qui, sans le savoir, va répandre une pandémie menaçant toute vie sur Terre et être révérée comme la « Madone du désastre » (c’est beau, on dirait le surnom d’une catcheuse américaine…) à la fois par des humains et, plus étonnant, par la « vie » informatique qui occupe le Maelstrom, le lointain et chaotique descendant de notre internet d’aujourd’hui. Notre héroïne sera opposée à un de ses anciens camarades de Beebe, ainsi qu’à Achille Desjardins, gestionnaire de crises génétiquement amélioré, dont la loyauté à l’intérêt général est chimiquement câblée en dur dans son organisme. Certains des nouveaux personnages introduits se révèlent fascinants (Achille, Alice), tandis que les anciens prennent de l’ampleur. Si la structure globale est identique (le point principal de l’intrigue n’est pas celui que l’auteur vous nous conduire à croire) à celle du tome 1, ce second roman a toutefois comme point-clef de remettre en cause un élément fondamental de ce dernier, et de modifier le paradigme psychologique de ses protagonistes-clefs. Au final, et dans un genre assez différent (moins noir, moins claustrophobique, plus classiquement cyberpunk -même si la biologie a encore un énorme rôle à jouer-), Rifteurs (le livre) se révèle être quasiment aussi bon que Starfish, et est un livre de Hard SF apocalyptique à la solidité absolument exceptionnelle. Ce qui précède n'est qu'un résumé : retrouvez l'analyse complète sur mon blog.
    Lire la suite
    En lire moins
  • henrimesquida Posté le 28 Janvier 2018
    Encore une fois c'est un livre très bien documenté, comme en attestent les multiples références en fin d'ouvrage, desquelles l'auteur semble puiser une inspiration sans limite. C'est vraiment quelque chose que j'aime beaucoup dans la SF : emmener des concepts plus ou moins connus mais réalistes dans leurs retranchements, et laisser aller son imagination pour voir où cela peut mener. Que ce soit avec "Rifteurs", "Starfish", "Vision aveugle" ou encore ses multiples nouvelles, Peter Watts nous montre l'étendue de son talent dans ce domaine. Il se laisse parfois un peu emporter, en témoignent certains chapitres que j'ai trouvé un peu moins "lisibles". C'est cependant toujours un régal à lire
  • GalaxioN Posté le 1 Avril 2015
    Nous quittons les eaux profondes pour la terre ferme dans ce deuxième tome, mais cela n'enlève rien à la qualité du récit, bien au contraire, je l'ai trouvé meilleur. Pendant 400 pages de course poursuite, on alterne avec différents personnages, Lenie, Perreault, Lubin etc... puis on découvre petit à petit le réel but de cette traque. Le style de l'auteur est vraiment très appréciable, que ce soit dans le côté hard science, qui décrit assez ce que j'étudie ou le développement de ses personnages, toujours atypiques, avec une personnalité vraiment particulière (mon dieu, cette Lenie Clarke!). J'ai aussi beaucoup aimé les parties sur le « Maelström » , pas toujours évident à tout bien interpréter, mais l'idée de son évolution presque biologique est vraiment original, j'ai eu quelquefois l'impression de plonger dans la 'matrice '. Malgré ces points positifs, certaines parties sont plus difficiles à comprendre, ne voyant pas trop où l'auteur voulait nous emmener, cette sensation de rester dans la flou, de ne pas tout cerner m'a un peu déranger. Heureusement que la fin nous apporte des réponses sur la plupart des questions que l'on se pose au court du récit (et aussi du tome 1). Bref, une lecture qui aurait pu... Nous quittons les eaux profondes pour la terre ferme dans ce deuxième tome, mais cela n'enlève rien à la qualité du récit, bien au contraire, je l'ai trouvé meilleur. Pendant 400 pages de course poursuite, on alterne avec différents personnages, Lenie, Perreault, Lubin etc... puis on découvre petit à petit le réel but de cette traque. Le style de l'auteur est vraiment très appréciable, que ce soit dans le côté hard science, qui décrit assez ce que j'étudie ou le développement de ses personnages, toujours atypiques, avec une personnalité vraiment particulière (mon dieu, cette Lenie Clarke!). J'ai aussi beaucoup aimé les parties sur le « Maelström » , pas toujours évident à tout bien interpréter, mais l'idée de son évolution presque biologique est vraiment original, j'ai eu quelquefois l'impression de plonger dans la 'matrice '. Malgré ces points positifs, certaines parties sont plus difficiles à comprendre, ne voyant pas trop où l'auteur voulait nous emmener, cette sensation de rester dans la flou, de ne pas tout cerner m'a un peu déranger. Heureusement que la fin nous apporte des réponses sur la plupart des questions que l'on se pose au court du récit (et aussi du tome 1). Bref, une lecture qui aurait pu être parfaite mais qui reste néanmoins très bien menée et très plaisante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Charybde2 Posté le 16 Décembre 2014
    L’océan profond, opportunité salvatrice et menace redoutable. (2) Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2014/12/16/note-de-lecture-la-trilogie-des-rifteurs-peter-watts/
  • Guitou Posté le 8 Septembre 2014
    Peter Watts m'avait déjà agréablement surpris avec le premier tome de cette trilogie. Et bien ce deuxième tome est encore mieux ! L'intrigue gagne nettement en intensité et l'auteur ne tombe pas dans les pièges classiques des romans "apocalyptiques". De plus l'introduction du monde du Maelström est vraiment intéressante puisque l'auteur nous dévoile juste assez pour que l'on soit intéressé mais suffisamment peu pour que l'on comprenne tout. Je me suis donc retrouvé à tourner les pages de façon frénétique en me disant "aller dis nous pourquoi !". La psychologie des personnages semble caricaturale dans le premier tome et on comprend enfin pourquoi dans celui-ci. Il ne reste plus qu'à lire le dernier tome de la trilogie pour voir comment Peter Watts va finir par s'en sortir. Gros challenge !
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !