Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823824070
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Sa Majesté Maman

Hélène HERVIEU (Traducteur)
Date de parution : 14/01/2016
« On a le devoir d´aimer ses enfants, mais pas celui d´aimer ses parents. »
« On a le devoir d’aimer ses enfants, mais pas celui d’aimer ses parents. »
De sa mère, Anne B. Ragde a toujours fait un personnage de roman. De ses romans. Pour le plaisir, plus ou moins assumé, de l’intéressée… Aujourd’hui que Birte vit ses derniers mois, allant de lit d’hôpital...
« On a le devoir d’aimer ses enfants, mais pas celui d’aimer ses parents. »
De sa mère, Anne B. Ragde a toujours fait un personnage de roman. De ses romans. Pour le plaisir, plus ou moins assumé, de l’intéressée… Aujourd’hui que Birte vit ses derniers mois, allant de lit d’hôpital en rendez-vous médicaux, sa fille n’a plus le choix : fini la mise à distance romanesque. La preuve d’amour, la seule, la vraie, ce sera de raconter sa mère, sans fard, sans pseudonyme. Une femme kaléidoscope, une Majesté du quotidien, capable d’élever seule ses filles, dans le dénuement et l’adoration des belles choses, de créer un festin à partir d’un fond de frigo, de tuer pour un livre ou un tableau de Chagall… Peu encline aux tendresses, certes, mais l’inspiratrice d’une vie, la matrice d’une œuvre.
Riche de cette relation patchwork, la fille fait de la mère un portrait doux-amer. Avec sa part d’ombre. Et son lot de lumière.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823824070
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Murasaki Posté le 7 Mars 2020
    C'est un livre bienfaisant que ce récit autobiographie d'Anne B. Ragde qui parle à la fois de la fin de vie de sa maman et aussi de divers épisodes marquants de leur vie de famille. Une vie pas facile, mais pleine d'entrain, d'appétit de vivre, et d'appétit tout court, car la maman d'Anne est très active à préparer de bons repas avec ses petits revenus. C'est une vie somme toute banale car bien des gens connaissent les mêmes difficultés dans le monde ouvrier, mais l'esprit original des membres de cette famille en fait une épopée magnifique avec hélas une fin difficile qui témoigne d'une indigence et d'une gestion aberrante du système hospitalier de la Norvège pour ce qui concerne les malades en fin de vie. Pour faire court, les problèmes sont les même que ceux que l'on rencontre en France. L'autrice nous raconte pêle-mêle, avec des digressions toujours bien amenées, son enfance, son adolescence, son premier mariage, le divorce de ses parents, les appartements où la famille à vécu, les voyages de Birte, ses lubies, sa passion pour la culture, la musique, les livres, les peuples lointains, la chaleur du désert.... et Anne nous parle aussi de son chien,... C'est un livre bienfaisant que ce récit autobiographie d'Anne B. Ragde qui parle à la fois de la fin de vie de sa maman et aussi de divers épisodes marquants de leur vie de famille. Une vie pas facile, mais pleine d'entrain, d'appétit de vivre, et d'appétit tout court, car la maman d'Anne est très active à préparer de bons repas avec ses petits revenus. C'est une vie somme toute banale car bien des gens connaissent les mêmes difficultés dans le monde ouvrier, mais l'esprit original des membres de cette famille en fait une épopée magnifique avec hélas une fin difficile qui témoigne d'une indigence et d'une gestion aberrante du système hospitalier de la Norvège pour ce qui concerne les malades en fin de vie. Pour faire court, les problèmes sont les même que ceux que l'on rencontre en France. L'autrice nous raconte pêle-mêle, avec des digressions toujours bien amenées, son enfance, son adolescence, son premier mariage, le divorce de ses parents, les appartements où la famille à vécu, les voyages de Birte, ses lubies, sa passion pour la culture, la musique, les livres, les peuples lointains, la chaleur du désert.... et Anne nous parle aussi de son chien, de son père photographe qui l'emmenait avec lui en avion, de son hamster-garçon qui finalement s'avère être un hasmter-dame, bref la vie, les gâteaux, les voisins, l'usine, les communistes ; et le tout est très agréable à lire. La plume d'Anne Ragde est drôle et tendre, elle nous donne l'impression d'avoir bien connu Birte, la Danoise émigrée en Norvège. C'est une très belle chronique familiale qui se lit comme un roman et qui m'a beaucoup touchée parce que les personnages sont vrais.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tuclasakoi Posté le 9 Mars 2019
    Un récit réaliste, authentique, universel.
  • Melieetleslivres Posté le 15 Novembre 2018
    L'auteur : J'ai découvert Anne B Radge au printemps dernier. Norvégienne, née en 1957, totalement inconnue pour moi, pourtant très connue en Europe. J'avais encore pioché au hasard dans la boutique de mon bouquiniste en ligne une dizaine de bouquins des éditions 10/18. C'était "Je ferai de toi un homme heureux" (sorti en 2014). Un joli livre, plaisant, une découverte pour moi qui ne m'attendais absoliment pas tomber sur une auteure scandinave... elle est norvégienne. Quelques semaines plus tard, je pioche (toujours chez mon bouquiniste) : "La terre des mensonges". J'ai immédiatement ADORÉ. J'ai tout lu d'elle, jusqu'au dernier sorti en Octobre dernier. Je dois faire la chronique de sa "Trilogie des Neshov" sur un futur post. Résumé : L'auteur devient narratrice de sa propre histoire au travers de celle de sa mère. Ayant toujours eu des rapports compliqués et peu affectifs avec sa mère, elle nous raconte ses pensées qui l'ennuient : a-t'elle jamais aimé sa mère ? Sa mère l'a-t'elle jamais aimée ? Depuis son départ vers Oslo où elle a fait des études littéraire, devient professeur, elle revient parfois à Trondheim, chez sa mère. Au fur et à mesure les souvenirs sont évoquées, les discussions d'Anne, la... L'auteur : J'ai découvert Anne B Radge au printemps dernier. Norvégienne, née en 1957, totalement inconnue pour moi, pourtant très connue en Europe. J'avais encore pioché au hasard dans la boutique de mon bouquiniste en ligne une dizaine de bouquins des éditions 10/18. C'était "Je ferai de toi un homme heureux" (sorti en 2014). Un joli livre, plaisant, une découverte pour moi qui ne m'attendais absoliment pas tomber sur une auteure scandinave... elle est norvégienne. Quelques semaines plus tard, je pioche (toujours chez mon bouquiniste) : "La terre des mensonges". J'ai immédiatement ADORÉ. J'ai tout lu d'elle, jusqu'au dernier sorti en Octobre dernier. Je dois faire la chronique de sa "Trilogie des Neshov" sur un futur post. Résumé : L'auteur devient narratrice de sa propre histoire au travers de celle de sa mère. Ayant toujours eu des rapports compliqués et peu affectifs avec sa mère, elle nous raconte ses pensées qui l'ennuient : a-t'elle jamais aimé sa mère ? Sa mère l'a-t'elle jamais aimée ? Depuis son départ vers Oslo où elle a fait des études littéraire, devient professeur, elle revient parfois à Trondheim, chez sa mère. Au fur et à mesure les souvenirs sont évoquées, les discussions d'Anne, la narratrice et de Birte, la mère, amènent des ressentis, des voyages dans le passé. On découvre une femme capable de vivre dans la misère sans le faire ressentir à ses enfants, adorant les livres, avec un caractère hors du commun. Mais un jour Anne découvre que sa mère a un cancer. Elle prend alors en charge l'organisation des choses, hopital, examens, chimios, et reste le plus souvent possible près d'elle, faisant le trajet Oslo-Trondheim. Et elle parle enfin avec sa mère, pas peu fière de savoir que sa fille écrit un livre sur elle. Un livre qui nous mène dans une vie norvégienne, dans une société norvégienne, et dans les grands problêmes aberrants de l'accueil et le soin des personnes âgées et malades dans ce pays. Mon avis : Un livre dépaisant d'abord, un questionnement sur l'amour maternel, une découverte des habitudes de vie en Norvège, un livre chaud, une femme, auteure, très occupée qui lâche tout pour cueillir sa mère au moment où celle-ci décroche.... j'ai beaucoup aimé. On peut dire même que j'ai ADORÉ. Son écriture est alerte, vive, simple, c'est chaud et rafraichissant. Je recommande de toutes mes force ce roman d'amour d'une fille à sa mère, même si elle a tous les défauts du monde. Sa Majesté Maman -Anne B Ragde- ed. Fleuve, 2016.
    Lire la suite
    En lire moins
  • christinebeausson Posté le 26 Février 2018
    Anne B Ragde, sa vie, son œuvre .... "La Tour d'arsenic" nous présentait celle que tout le monde appelait la sorcière,sa grand mère. "Je m'appelle lotte et j'ai huit ans", nous parlait d'elle et de ses souvenirs de petite fille confrontée à la vie des adultes. Aujourd'hui, nous voilà face à celle qui retrouve son vrai nom Birte, "sa majesté Maman". À travers ses livres, Anne B Ragde choisit de nous faire partager une partie de son intimité. Il n'est pas évident de décrire à tous ceux qui le souhaitent une grande partie de ses relations filiales. C'est remarquable d'oser nous livrer tant de choses si intimes, si personnelles sur sa vie, sur ses amours et ses haines. Je ne suis pas sûre d'arriver à une telle introspection sur moi même et sur les sentiments que je pouvais ressentir envers ma maman, celle que j'ai souvent nommé Francine pour lui redonner son nom de femme, d'individu et pas seulement celui de mère. Ce sont des sentiments complexes que nous livrent Anne, et qui nous amènent à nous poser les mêmes interrogations. Ce qu'on ressent, comment se délivre t on de ses responsabilités vis à vis de sa génitrice. Est ce seulement la mort de notre mère qui nous... Anne B Ragde, sa vie, son œuvre .... "La Tour d'arsenic" nous présentait celle que tout le monde appelait la sorcière,sa grand mère. "Je m'appelle lotte et j'ai huit ans", nous parlait d'elle et de ses souvenirs de petite fille confrontée à la vie des adultes. Aujourd'hui, nous voilà face à celle qui retrouve son vrai nom Birte, "sa majesté Maman". À travers ses livres, Anne B Ragde choisit de nous faire partager une partie de son intimité. Il n'est pas évident de décrire à tous ceux qui le souhaitent une grande partie de ses relations filiales. C'est remarquable d'oser nous livrer tant de choses si intimes, si personnelles sur sa vie, sur ses amours et ses haines. Je ne suis pas sûre d'arriver à une telle introspection sur moi même et sur les sentiments que je pouvais ressentir envers ma maman, celle que j'ai souvent nommé Francine pour lui redonner son nom de femme, d'individu et pas seulement celui de mère. Ce sont des sentiments complexes que nous livrent Anne, et qui nous amènent à nous poser les mêmes interrogations. Ce qu'on ressent, comment se délivre t on de ses responsabilités vis à vis de sa génitrice. Est ce seulement la mort de notre mère qui nous permet à notre tour de devenir alors la mère de nos enfants ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • sarahdu91 Posté le 18 Décembre 2017
    Anne B.Ragde nous a habitué à mieux comme écriture, on est loin de notre saga des Neshov et de son ambiance des plus particulières. Dans ce roman on est vraiment dans la biographie de sa Maman, sa fin de vie pas terrible puisque la maladie est plus forte que tout et lui prendra plus de temps dans les services médicaux que dans la tranquillité absolue. On avait déjà eu un aperçu avec La tour d'Arsenic et d'ailleurs si vous ne l'avez pas lu avant celui ci, l'auteur ne manquera pas dans son livre de vous le rappeler. Bref, rien de transcendant avec ce roman, juste un bel hommage doux amer envers sa Maman.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !