Lisez! icon: Search engine
Nathan
EAN : 9782092563243
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Si c'est la fin du monde

Papillon (Traducteur)
Collection : Roman Grand format
Date de parution : 07/01/2016
Et si une météorite avait deux chances sur trois… de faire exploser la Terre dans deux mois ?
Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparait dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à...
Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparait dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à peu : violence et pillages se multiplient, beaucoup arrêtent de travailler, la nourriture commence à manquer.
Les quatre adolescents doivent décider maintenant ce qu’ils feront du reste de leur vie, et peut-être, paradoxalement, en profiter pour être enfin libres et heureux, même pour peu de temps…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782092563243
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EmmaVando Posté le 16 Mai 2021
    Parmi mes dernières lectures on compte: Si c'est la fin du monde, de Tommy Wallach chez Nathan Édition. Ce livre est un ancien de ma PAL qui m'a toujours attiré mais en même temps je n'avais pas d'attentes particulières. Je n'arrive pas encore a mettre des mots sur cette lecture, ce n'est pas une très bonne lecture, ce n'est pas une déception... C'est un entre deux. Nous suivons quatre personnages, tous décrit selon des stéréotypes : Peter l'athlète, Anita l'intello, Andy je-m'en-foutiste et Eliza l'impopulaire. Lorsque une météorite apparait et menace de détruire la terre, deux chances sur trois, plus rien n'est comme avant. J'ai eu du mal avec la première partie du roman: on joue sur les clichés oui, mais parfois un peu trop, certains axes ne sont pas aboutis selon moi. Par contre j'ai beaucoup aimé la seconde partie du roman, beaucoup plus addictive selon moi, j'ai vraiment réussi a m'attacher aux personnages et à leurs problématiques. Et j'ai bien aimé la fin, qui me faisait le plus peur: j'avais peur de l'effet soufflé, une seconde partie super pour une fin qui retombe, décevante. Ca n'a pas été le cas, heureusement, et c'est ce qui en fait une bonne lecture selon... Parmi mes dernières lectures on compte: Si c'est la fin du monde, de Tommy Wallach chez Nathan Édition. Ce livre est un ancien de ma PAL qui m'a toujours attiré mais en même temps je n'avais pas d'attentes particulières. Je n'arrive pas encore a mettre des mots sur cette lecture, ce n'est pas une très bonne lecture, ce n'est pas une déception... C'est un entre deux. Nous suivons quatre personnages, tous décrit selon des stéréotypes : Peter l'athlète, Anita l'intello, Andy je-m'en-foutiste et Eliza l'impopulaire. Lorsque une météorite apparait et menace de détruire la terre, deux chances sur trois, plus rien n'est comme avant. J'ai eu du mal avec la première partie du roman: on joue sur les clichés oui, mais parfois un peu trop, certains axes ne sont pas aboutis selon moi. Par contre j'ai beaucoup aimé la seconde partie du roman, beaucoup plus addictive selon moi, j'ai vraiment réussi a m'attacher aux personnages et à leurs problématiques. Et j'ai bien aimé la fin, qui me faisait le plus peur: j'avais peur de l'effet soufflé, une seconde partie super pour une fin qui retombe, décevante. Ca n'a pas été le cas, heureusement, et c'est ce qui en fait une bonne lecture selon moi. Les personnages se posent tous des questions super intéressantes, que j'ai aimé découvrir, ils ont tous un parcours sympa, en moins de deux mois ils changent. Maintenant, je reste avec ce gout un peu amère, j'ai l'impression que quelques axes sont mal traités, pas assez aboutis à mon goût et laisse un peu sur sa faim. J'en garde quand même un bon souvenir, la seconde partie sauve en quelque sorte toute l'histoire, et les personnages sont au final assez attachants.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sofsea Posté le 22 Mai 2020
    Livre qui m'a beaucoup fait réfléchir, qui parle de notre facilité à coller des étiquettes sans connaître, à rester les yeux fermés, j'ai adoré les différents sujets aborder durant le court du livre !
  • Didi5962 Posté le 29 Avril 2020
    Un livre qui fait écho à la situation actuelle, mais ici pas de virus menaçant, le danger vient d'un astéroïde se dirigeant droit sur la Terre. 4 lycéens d'horizons et de cercles très différents sont à l'aube de leur vie. L'heure est à la prise de grandes decisions quant au choix de leur université (on est ici aux Etats-Unis). Ils s'interrogent sur leur avenir quand le couperet tombe, dans deux mois, un astéroïde risque à plus de 60% de heurter la Terre et de provoquer la fin du monde. On suit ces 2 mois à travers leur point de vue. Leur parcours finit par se croiser comme lié par le destin. Au fur et à mesure que l'échéance arrive, plus la violence et l'anarchie sèment le chaos. Pourtant c'est le moment ou jamais de réaliser ses rêves.  J'ai trouvé cette histoire particulièrement anxiogène, peut être aussi parce que je l'ai lu en plein confinement, et que je ne peux m'empêcher de faire des parallèles... Les chapitres ne sont pas numérotés dans l ordre croissant habituel, mais en ordre décroissant, comme un compte à rebours. Le rythme est de plus en plus rapide, la civilisation tombe et est remplacée par une jungle urbaine. L'angoisse... Un livre qui fait écho à la situation actuelle, mais ici pas de virus menaçant, le danger vient d'un astéroïde se dirigeant droit sur la Terre. 4 lycéens d'horizons et de cercles très différents sont à l'aube de leur vie. L'heure est à la prise de grandes decisions quant au choix de leur université (on est ici aux Etats-Unis). Ils s'interrogent sur leur avenir quand le couperet tombe, dans deux mois, un astéroïde risque à plus de 60% de heurter la Terre et de provoquer la fin du monde. On suit ces 2 mois à travers leur point de vue. Leur parcours finit par se croiser comme lié par le destin. Au fur et à mesure que l'échéance arrive, plus la violence et l'anarchie sèment le chaos. Pourtant c'est le moment ou jamais de réaliser ses rêves.  J'ai trouvé cette histoire particulièrement anxiogène, peut être aussi parce que je l'ai lu en plein confinement, et que je ne peux m'empêcher de faire des parallèles... Les chapitres ne sont pas numérotés dans l ordre croissant habituel, mais en ordre décroissant, comme un compte à rebours. Le rythme est de plus en plus rapide, la civilisation tombe et est remplacée par une jungle urbaine. L'angoisse pour les personnages, comme pour le lecteur s'accentue jusqu'à la fin du compte à rebours. Un bon livre que je recommande.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Manonee03 Posté le 19 Avril 2020
    Dans cette histoire, on suit quatre personnages. Quatre personnages qui sont reliés entre eux et qui sont magnifiquement bien décrits. Peter, le sportif, qui se demande si en devenir célèbre le rendra vraiment heureux. Anita, l’intello, qui hésite entre suivre ce que lui ont dicté ses parents ou réaliser son rêve d’être chanteuse. Eliza, la salope, qui prend tout ce qu’elle voit en photo, qui essaie de se battre contre une rumeur qui a détruit sa vie un an plus tôt. Andy, le glandeur, qui s’en fout des cours, ne fait rien de sérieux, et qui pourtant à bon cœur, et fait tout pour se détacher de cette étiquette qui lui colle à la peau. Ces quatre là auraient pu être clichés à souhait, pour de vrai, et finalement ils sont loin de l’être. Ils sont touchants et courageux, je ne les oublierais pas avant longtemps. Ce sont des battants, qui évoluent tout au long du livre, et qui comprennent que la vie est courte et qu’il serait peut-être temps d’être heureux. Et nous voici au cœur du message de ce roman. Le temps. La vie. Le sablier qui ne cesse de couler. Le fait qu’on ne savoure pas autant la... Dans cette histoire, on suit quatre personnages. Quatre personnages qui sont reliés entre eux et qui sont magnifiquement bien décrits. Peter, le sportif, qui se demande si en devenir célèbre le rendra vraiment heureux. Anita, l’intello, qui hésite entre suivre ce que lui ont dicté ses parents ou réaliser son rêve d’être chanteuse. Eliza, la salope, qui prend tout ce qu’elle voit en photo, qui essaie de se battre contre une rumeur qui a détruit sa vie un an plus tôt. Andy, le glandeur, qui s’en fout des cours, ne fait rien de sérieux, et qui pourtant à bon cœur, et fait tout pour se détacher de cette étiquette qui lui colle à la peau. Ces quatre là auraient pu être clichés à souhait, pour de vrai, et finalement ils sont loin de l’être. Ils sont touchants et courageux, je ne les oublierais pas avant longtemps. Ce sont des battants, qui évoluent tout au long du livre, et qui comprennent que la vie est courte et qu’il serait peut-être temps d’être heureux. Et nous voici au cœur du message de ce roman. Le temps. La vie. Le sablier qui ne cesse de couler. Le fait qu’on ne savoure pas autant la vie qu’on devrait le faire. Qu’on passe notre temps à réfléchir et râler pour des trucs futiles, qu’on pense trop au futur et à ce qu’on va devenir et qu’on oublie de vivre. Qu’on suit ce qu’on nous a dit de faire, ce qui est bien, en oubliant qui nous sommes vraiment. Qu’on veut être riche, mais qu’à la fin, même en ayant une grande maison et plein de belles voitures, on est pas vraiment heureux. Ce livre nous montre plus que tout que notre vie n’est pas éternelle, qu’elle peur s’arrêter, d’un instant à l’autre, dans une heure, demain ou dans un an. Il faut qu’on soit heureux, et qu’on rende les gens autour de nous heureux, tout de suite car après, il sera peut-être trop tard. Et je sais, oh oui je le sais très bien même, que beaucoup n’aimeront pas ce livre autant que moi, qu’ils ne comprendront pas entièrement le sens de cette histoire. Parce qu’au final je crois qu’on se rend compte qu’on a qu’une seule vie et qu’elle est courte seulement lorsque l’on passe près de la mort, que ce soit la nôtre ou celle d’un proche -très proche. Et je sais aussi que certain diront que ce livre est plat, qu’il ne se passe pas grand chose ou qu’ils s’attendaient à autre chose. Peut-être, mais pas pour moi. Je l’ai trouvé réaliste à souhait. Car je pense que c’est exactement comme ça que les gens réagiraient face à une fin du monde imminente. Après, ce livre aborde également la religion. Dieu, Jésus, la foie, la clémence. Et je peux vous dire que j’ai eu peur au départ, parce que perso je ne suis pas catholique et je ne crois pas en un « Dieu », je pense plutôt que c’est la Nature qui est au dessus de nous mais bref c’est pas le sujet. Finalement, l’auteur nous présente plusieurs face de la religion. Par exemple, Peter croit totalement à tout ça, alors qu’Eliza pas du tout. Et puis ce n’est pas vraiment la religion « extrémiste » ici, c’était plutôt là pour nous faire comprendre que la religion catholique, était en fait de l’humanisme, aimer les gens. Mais aussi une forme d’espoir auquel on peut se retenir quand plus rien ne va. Et j’aime bien cette définition au final. En somme ce livre nous oblige pas à croire à Dieu, mais il nous montre que cela peut-être un moyen de se raccrocher au monde. On peut très bien penser comme Eliza, ou comme Peter, comme bien nous semble ! Enfin, parlons, et bien de cette fin ! Qui m’a totalement détruite, parce que l’avant fin (je veux dire ce qu’il se passe juste avant la fin) je ne m’y attendais pas. Et j’ai pleuré, oui, je pensais pas, mais les larmes ont coulés. Puis la fin tout court, qui, contrairement à beaucoup d’autres qui ont lu ce livre, ne m’a pas laissé sur ma faim et ne pas déçue. Au contraire, pour moi c’est la fin parfaite qui clôt ce livre à merveille. Parce qu’on se rend compte que ce n’est pas vraiment la fin du monde qui est importante, c’est nous. Comment on a vécu, comment on espère. Est-ce qu’on a vraiment été heureux ? Et surtout, surtout, que cet astéroïde et comme tout le reste. Un accident de voiture, l’alcool, les meurtres, la violence, un arrêt cardiaque, la maladie, le suicide. Au final tout peut nous tuer. Et on ne devrait pas avoir peur de la mort, parce qu’elle fait partie de la vie. Et qu’on meurt tous un jour, sans exception.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sarahdr Posté le 7 Mars 2020
    J'ai lu ce livre, il y a un long moment déjà, mais il fait parti des livre qui reste pour longtemps dans ma mémoire. Il m'a fait énormément réfléchir : et si moi, il ne me restait plus que de mois à vivre ? Qu'est-ce que je ferais ? Où je voudrais être, avec qui ? Qui voudrais-je embrasser une dernière fois ? Qu'est-ce que je réaliserais mes rêves, ou bien est ce que la peur me paralyserait ? Je pense que l'on peut imaginer un tas de réponses, mais qu'aucune ne sera vrai, car pour la plupart d'entre nous, nous de savons pas ce que le corps, ce que l'esprit ressent quand votre vie est sur le point de vous quitter. Si je devais donner une morale à ce livre, ce serait de vivre passionnément chaque jour, car on ne sait pas combien il nous en reste à vivre.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés