En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Si c'est la fin du monde

        Nathan
        EAN : 9782092563243
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Si c'est la fin du monde

        Papillon (Traducteur)
        Collection : Roman Grand format
        Date de parution : 07/01/2016
        Et si une météorite avait deux chances sur trois… de faire exploser la Terre dans deux mois ?
        Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparait dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
        Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à...
        Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparait dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
        Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à peu : violence et pillages se multiplient, beaucoup arrêtent de travailler, la nourriture commence à manquer.
        Les quatre adolescents doivent décider maintenant ce qu’ils feront du reste de leur vie, et peut-être, paradoxalement, en profiter pour être enfin libres et heureux, même pour peu de temps…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782092563243
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Nathan
        13.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • SednaX Posté le 17 Août 2018
          Dès le début du livre, lorsque l'annonce que la catastrophe est imminente, il est dit qu'il y a 2 chances sur 3 pour que la fin du monde ait lieu. Immédiatement, j'ai compris que l'intérêt principal que j'aurais pour cette histoire, serait de savoir quelle fin l'auteur avait choisi de nous raconter. Je m'étais aussi fait ma propre sélection, décidant immédiatement quelle fin je préférais trouver. Et je ne spoilerai pas à ce sujet, mais je dois bien admettre que le choix m'a parfaitement convenu, bien que n'étant finalement pas celui pour lequel j'avais opté ! La surprise a eu du bon pour moi ^^ Je me suis prise au jeu des personnages, un par chapitre, bien que j'ai mis un peu de temps à les discerner les uns des autres, et j'ai apprécié les liens qui les unissaient et permettaient de créer une histoire complète à partir des morceaux de vie de chacun d'entre eux. Et le découpage en forme de compte à rebours plutôt qu'en chapitres est intéressant et original. Une histoire d'humanisme ou d'humanité, de sentiments et de mises au point plus que de fin du monde, finalement. Un livre que j'ai lu d'une traite et je me demande... Dès le début du livre, lorsque l'annonce que la catastrophe est imminente, il est dit qu'il y a 2 chances sur 3 pour que la fin du monde ait lieu. Immédiatement, j'ai compris que l'intérêt principal que j'aurais pour cette histoire, serait de savoir quelle fin l'auteur avait choisi de nous raconter. Je m'étais aussi fait ma propre sélection, décidant immédiatement quelle fin je préférais trouver. Et je ne spoilerai pas à ce sujet, mais je dois bien admettre que le choix m'a parfaitement convenu, bien que n'étant finalement pas celui pour lequel j'avais opté ! La surprise a eu du bon pour moi ^^ Je me suis prise au jeu des personnages, un par chapitre, bien que j'ai mis un peu de temps à les discerner les uns des autres, et j'ai apprécié les liens qui les unissaient et permettaient de créer une histoire complète à partir des morceaux de vie de chacun d'entre eux. Et le découpage en forme de compte à rebours plutôt qu'en chapitres est intéressant et original. Une histoire d'humanisme ou d'humanité, de sentiments et de mises au point plus que de fin du monde, finalement. Un livre que j'ai lu d'une traite et je me demande avec beaucoup d'intérêt s'il plaira autant aux ados à qui il semble s'adresser.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Alaska11 Posté le 12 Mai 2018
          En commençant ''si c'est la fin du monde'' on s'attend à découvrir un récit plus ou moins déjà vu de fin du monde apocalyptique avec , en fond, un groupe d'ado qui veulent faire les 400 coups avant de tous disparaître! Du moins c'est ce à quoi je m'attendais.En réalité cet astéroïdes n'est pas si omniprésent que ça , il n'est même pas si important. Ce livre nous montre un groupe d'ados tous plus au moins malheureux ,Peter, Anita, Andy et Élisa. Cette fin du monde est plus un prétexte pour observer les différents comportement des chacun de ces adolescents (tous très différents les uns des autres) dans une situation si critique. Je pense que ce livre est à conseiller plutôt aux adolescent, ou du moins à quelqu'un qui pourra s'identifier à un des personnages, et à déconseiller aux lecteurs en quêtes de dystopie et d’apocalypse. Ce fut une très belle découverte pour moi!
        • Janina0298 Posté le 1 Octobre 2017
          J'ai eu du mal a débuter, sa me paraissais ennuyant, mais plus que tu avance dans le livre plus tu t'y accroche j'adore vraiment ce livre On voit souvent des dystopies où on retrouve un monde, une Terre complètement ravagés, changés après de grands cataclysmes, et où les humains n'ont pu survivre que par poignées. Quand j'attaque ces histoires, une question me vient toujours en tête : comment l'Homme a-t-il réagi quand il a su qu'il allait disparaître ? Comment une telle situation a pu être gérée par l'être humain quand il a eu conscience de sa mort prochaine ? Alors certes, ce n'est pas une interrogation très joyeuse, mais je me prends souvent à imaginer la fin de ce monde telle qu'elle a pu l'être avant la description des nouvelles sociétés mises en place par les survivants pour éviter tout retour de ces erreurs. A chaque nouveau chapitre, on suit tour à tour un de ces quatre lycéens. Je ne sais pas si ce sont les personnages qui m'ont agacé ou la façon de raconter de l'auteur mais je n'ai pas accroché. J'ai eu souvent l'impression de ne pas comprendre et je devais revenir en arrière. Finalement ce roman... J'ai eu du mal a débuter, sa me paraissais ennuyant, mais plus que tu avance dans le livre plus tu t'y accroche j'adore vraiment ce livre On voit souvent des dystopies où on retrouve un monde, une Terre complètement ravagés, changés après de grands cataclysmes, et où les humains n'ont pu survivre que par poignées. Quand j'attaque ces histoires, une question me vient toujours en tête : comment l'Homme a-t-il réagi quand il a su qu'il allait disparaître ? Comment une telle situation a pu être gérée par l'être humain quand il a eu conscience de sa mort prochaine ? Alors certes, ce n'est pas une interrogation très joyeuse, mais je me prends souvent à imaginer la fin de ce monde telle qu'elle a pu l'être avant la description des nouvelles sociétés mises en place par les survivants pour éviter tout retour de ces erreurs. A chaque nouveau chapitre, on suit tour à tour un de ces quatre lycéens. Je ne sais pas si ce sont les personnages qui m'ont agacé ou la façon de raconter de l'auteur mais je n'ai pas accroché. J'ai eu souvent l'impression de ne pas comprendre et je devais revenir en arrière. Finalement ce roman ne parle pratiquement pas asteroide, celui-ci est seulement un prétexte pour voir comment les personnages réagissent face à une possible fin du monde. Déçue par la narration mais intéressant de voir comment pourraient réagir certaines personnes à un tel évènement. Élisa prenait sa douche quand la pensée lui traversa l’esprit pour la première fois. Une simple question toute bête - combien d’autres douches allait-elle encore prendre ? -, suivie d’un rapide calcul. Même si l’eau et l’électricité restaient en service jusqu’à la fin, et même si elle prenait une tous les matins et une tous les soirs, elle n’arrivait qu’à un total d’environ cent douches. Elle se mit à faire d’autres calculs. Vingt shampooings. Cent brossages de dents. Et combien pour les activités hors de la salle de bain ? Cinquante levers de soleil. Une autre lecture rapide de La Promenade au phare. Les gens disaient que leurs jours étaient comptés, mais en réalité, tout était compté. A chaque film qu’on voyait, c’était la dernière fois qu’on verrait ce film, ou l’avant-dernière fois, ou l’antépénultième. Chaque baiser était un baiser qui s’approchait du dernier baiser. C’était un point de vue véritablement terrifiant duquel considérer un monde de plus en plus terrifiant Peter lui a eu tort quand il pensais que tout le monde aller se serrer les coudes pendant les deux dernier mois, la réalité ces que ces devenu a monde cruel avec des délit, des crimes, de la violences . Malgré leurs différences, les quatre protagonistes du récit vont agir de façon assez singulière., même si je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à eux malgré l'empathie qu'essaie de générer l'auteur. Mais je pense que le risque important de les voir peut être mourir à la fin ne m'a pas aidé, et je suis ainsi restée assez détachée du récit. Sans oublier la fin, qui est typiquement le genre de final que je déteste, mais bon…! Pour conclure : même si j'ai eu un peu de mal à véritablement m'accrocher aux personnages, j'ai tout de même beaucoup apprécié cette lecture. L'auteur n'essaie pas d'enjoliver les choses ; au contraire il propose un récit assez réaliste de ce qu'il se produirait dans une telle situation. J'ai aimé la façon dont Tommy Wallach amène les choses, mais aussi comment il traire son sujet. Si c'est la fin du monde fut donc une lecture assez atypique, qui m'aura fait énormément réfléchir, et qui m'aura aussi fait passer un bon moment.
          Lire la suite
          En lire moins
        • cupcakealavanille Posté le 21 Avril 2017
          J'ai bien aimé ce livre mais je comprend qu'il ne peut pas plaire à tous le monde.J'ai lu ce livre en plusieurs parties:les 100 premières pages du livre avec curiosité, pendant les 100 à 300 pages du livre c'est-à-dire le milieux en me lassant un peu de l’histoire car j'ai trouvé que ce passage était trop long, puis j'ai lu la fin avec addiction. Parfois même si les personnages étaient super intéressants ils m'agaçaient un peu. Mais ce livre m'as quand même fait beaucoup réfléchir et je garderais un bon souvenir de cette lecture malgré quelques moments un peu lents au milieux du livre. Je suis contente d'avoir lu ce livre jusqu'au bout car la fin en valait vraiment la peine.Le résumé et la couverture sont un tout petit peu trop alléchants...Mais ce livre nous rappelle de vivre au jour le jour.
        • ElBaathory Posté le 6 Avril 2017
          Alors que je viens tout juste de me prendre une vraie claque avec la lecture de Treize raisons de Jay Asher, dont ma chronique ne devrait plus tarder, j’ai décidé de continuer ma découverte de ce genre littéraire en me lançant dans un nouveau drame. Malheureusement, même si le résumé de Si c’était la fin du monde est particulièrement alléchant et que l’idée est plutôt bonne, ce roman m’a énormément déçu et m’a vraiment laissé perplexe. Pourtant, les premiers chapitres m’ont vraiment séduit. J’ai fait la connaissance d’un groupe de lycéens à la fois différents et complémentaires, n’attendant pas les mêmes choses de la vie mais se battant tout de même pour parvenir à leur réussite sociale et/ou professionnelle. Jusque-là, rien d’anormal. Il s’agit simplement de personnages communs, parfois trop stéréotypés, allant du premier de la classe, en passant par le sportif et en finissant par la petite racaille des bas quartiers. Rien n’est laissé au hasard, si bien que chaque lecteur se retrouvera forcément dans un des personnages ou du moins en partie car dans l’univers de Tommy Wallach, la vie des adolescents ne semble se résumer qu’à deux choses : la drogue et le sexe. Je veux bien croire... Alors que je viens tout juste de me prendre une vraie claque avec la lecture de Treize raisons de Jay Asher, dont ma chronique ne devrait plus tarder, j’ai décidé de continuer ma découverte de ce genre littéraire en me lançant dans un nouveau drame. Malheureusement, même si le résumé de Si c’était la fin du monde est particulièrement alléchant et que l’idée est plutôt bonne, ce roman m’a énormément déçu et m’a vraiment laissé perplexe. Pourtant, les premiers chapitres m’ont vraiment séduit. J’ai fait la connaissance d’un groupe de lycéens à la fois différents et complémentaires, n’attendant pas les mêmes choses de la vie mais se battant tout de même pour parvenir à leur réussite sociale et/ou professionnelle. Jusque-là, rien d’anormal. Il s’agit simplement de personnages communs, parfois trop stéréotypés, allant du premier de la classe, en passant par le sportif et en finissant par la petite racaille des bas quartiers. Rien n’est laissé au hasard, si bien que chaque lecteur se retrouvera forcément dans un des personnages ou du moins en partie car dans l’univers de Tommy Wallach, la vie des adolescents ne semble se résumer qu’à deux choses : la drogue et le sexe. Je veux bien croire que c’est lié à l’âge mais là c’est un peu trop omniprésent pour être totalement réaliste. Quoiqu’il en soit, la routine de tout ce petit monde se voit basculée lorsque le président en personne affirme qu’une météorite se dirige droit sur la planète et qu’il y a un risque de 66% que celle-ci l’atteigne… Je pensais sincèrement que le récit de l’auteur allait évoluer sur quelque chose de plus éthique et philosophique. Non pas que j’attendais une histoire de vie ou n’importe quelle autre morale, mais quelque chose s’y rapprochant et d’assez émouvant. J’aurais apprécié découvrir ce que pouvait ressentir chaque protagoniste face à son destin scellé et non une histoire remplie de haine et de violence à n’en plus finir. Je ne comprends toujours pas pourquoi il est question de fin du monde tellement cet aspect est tout simplement relégué au dernier plan. J’ai surtout l’impression que Tommy Wallach se sert de cette catastrophe pour faire naître un univers où l’humain se révèle être de la pire espèce. D’autant plus qu’il n’y a pas forcément de fil conducteur entre chaque péripétie, ce qui m’a fortement gêné au cours de cette lecture. Je ne souhaite pas avoir à me prendre la tête pendant que je lis mais quand même, un minimum de cohérence n’est pas du luxe. Ici, j’ai juste suivi un compte à rebours, accompagné de jeunes perdus et totalement antipathiques, auxquels je ne suis malheureusement pas parvenu à m’attacher. Bien que certains personnages étaient assez divertissants à suivre, j’ai vraiment dû me faire violence pour ne pas abandonner ma lecture. Je n’ai d’ailleurs pas grand chose à dire sur la plume de l’auteur, si ce n’est qu’elle se dévoile assez fluide et parfois même assez percutante. Je pense que mon manque d’intérêt et mes passages à vide proviennent surtout de la direction qu’il entreprend avec son oeuvre. Si vous vous attendez à verser quelques larmes ou tout simplement à vous questionner sur la vie, comme j’aurais voulu le faire, passez votre chemin. Je pensais sincèrement ressortir bouleversé, ou au minimum ému de cette lecture, mais il n’en est rien. Pourtant sa finalité avait de quoi être touchante mais j’ai été noyé par des scènes de violence gratuite, ne rentrant pas forcément dans le contexte et servant plutôt de défouloir à l’auteur. Cependant, et malgré mon importante déception, j’ai passé un bon moment-lecture et il est clair que ce roman n’était tout simplement pas fait pour moi. Point positif tout de même : les chapitres servent de décompte jusqu’à l’arrivée de l’astéroïde, offrant un certain rythme à ce roman. En conclusion, malgré un résumé alléchant et intrigant, je ne suis pas parvenu à rentrer pleinement dans l’univers présenté par Tommy Wallach. Je pense avoir eu de trop grandes attentes envers ce roman, c’est pourquoi je ressors déçu et perplexe de ma lecture.
          Lire la suite
          En lire moins
        ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER NATHAN !
        De nouvelles idées de lecture jeunesse, chaque mois, dans votre boîte mail
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com