Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221156544
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Si loin de toi

Magali DUEZ (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 13/11/2014

Sophie Winters a failli mourir.
Deux fois.
Survivante.

Blessée à vie, elle est accro aux antidouleurs.
Droguée.

Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.

Personne ne croit à sa version des faits.
Ni la police.
Ni sa famille.
Seule au monde.

Elle se battra pour qu’éclate la vérité.
Au nom de l’amour.
Prête à tout....

Sophie Winters a failli mourir.
Deux fois.
Survivante.

Blessée à vie, elle est accro aux antidouleurs.
Droguée.

Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.

Personne ne croit à sa version des faits.
Ni la police.
Ni sa famille.
Seule au monde.

Elle se battra pour qu’éclate la vérité.
Au nom de l’amour.
Prête à tout.

Unanimement salué par la critique aux États-Unis, ce roman ravira les fans de Nos étoiles contraires.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221156544
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Saiwhisper Posté le 13 Février 2020
    Au cours de ma lecture, je suis passée par plusieurs ressentis… J’ai d’abord été intriguée par l’idée de jeune droguée qui hurle des vérités sans être entendue, mais complètement perdue par la narration. En effet, l’auteure a opté pour une alternance passé/présent qui, de coutume, me plaît beaucoup ! Cependant, les bonds dans le temps sont perturbants et sans réelle chronologie. D’un chapitre à un autre, on plonge par exemple lors des seize ans de l’héroïne, ensuite quatorze ans, puis on repasse au présent, on retourne aux seize ans, pour ensuite avancer d’une année plus tard, etc. Certes, les dates et l’âge de l’héroïne sont toujours indiqués toutefois, il m’a tout de même fallu un petit temps d’adaptation avant de me faire à ce procédé. Cela dit, l’idée n’est pas mauvaise : pendant longtemps, ces bribes de souvenirs permettent de comprendre le drame, mais surtout de donner la sensation de démence chez l’héroïne. A-t-elle imaginé ce qu’il s’est passé en raison de son addiction à la drogue ? Est-elle totalement hors de cause ? Pourquoi avoir tué son amie et pas elle ? Étant habituée aux narratrices borderline ou écorchées vives qui sont en fait les coupables, je me suis... Au cours de ma lecture, je suis passée par plusieurs ressentis… J’ai d’abord été intriguée par l’idée de jeune droguée qui hurle des vérités sans être entendue, mais complètement perdue par la narration. En effet, l’auteure a opté pour une alternance passé/présent qui, de coutume, me plaît beaucoup ! Cependant, les bonds dans le temps sont perturbants et sans réelle chronologie. D’un chapitre à un autre, on plonge par exemple lors des seize ans de l’héroïne, ensuite quatorze ans, puis on repasse au présent, on retourne aux seize ans, pour ensuite avancer d’une année plus tard, etc. Certes, les dates et l’âge de l’héroïne sont toujours indiqués toutefois, il m’a tout de même fallu un petit temps d’adaptation avant de me faire à ce procédé. Cela dit, l’idée n’est pas mauvaise : pendant longtemps, ces bribes de souvenirs permettent de comprendre le drame, mais surtout de donner la sensation de démence chez l’héroïne. A-t-elle imaginé ce qu’il s’est passé en raison de son addiction à la drogue ? Est-elle totalement hors de cause ? Pourquoi avoir tué son amie et pas elle ? Étant habituée aux narratrices borderline ou écorchées vives qui sont en fait les coupables, je me suis posé une multitude de questions sur la santé mentale de l’héroïne. Or, ce mélange de flash-back désordonnés a renforcé cette sensation. Ai-je eu tort ou raison, hors de question de vous le dire ! Progressivement, ce thriller psychologique au rythme calme, mais à la tension constante saisit le lecteur. Les questions se bousculent dans notre tête et on se prend au jeu, cherchant, à notre tour, à connaître la vérité. Le traumatisme de l’adolescente est à la fois palpable et bien retranscrit. La phase de deuil est encore fraîche. Pour preuve : Sophie est pleine de TOC (elle compte les jours depuis qu’elle a été sevrée), de peurs et de colère. On sent qu’elle n’est pas encore prête à tourner la page, ni à accepter cette injustice. Mina a été assassinée et elle compte bien le prouver, quitte à enquêter dans son coin ! Hélas, sa réputation la précède et l’empêche d’être prise au sérieux. Même ses parents ne lui font pas confiance : ils l’accusent d’avoir de nouveau sombré et, malgré ses objections, ne la croient pas aussi « clean » qu’elle le prétend. Après tout, on a bien trouvé des cachets dans sa poche au moment du meurtre… Ce sentiment d’impuissance, on ne peut que le partager, car on constate que quasiment tous les proches de la demoiselle lui ont tourné le dos. Tous la jugent ou l’accusent. Elle est seule contre tous. La tante Macy et Rachel, la femme qui a trouvé Sophie au milieu de la forêt après le drame, sont les seules qui ne mettent pas en doute ses dires. Mais peut-on réellement compter sur elles ? Mensonges, manipulations, coups en douce, … Rien ne l’arrêtera dans son enquête. La relation ambiguë, complexe et intense entre Mina et Sophie m’a intéressée. On sent qu’il y a réellement quelque chose entre les deux demoiselles… Et ce n’est pas une simple camaraderie. C’est plutôt une amitié de longue date, très forte et infaillible… Ou peut-être plus ? Au fil des pages, on se rend compte que leur lien n’est pas forcément celui qu’on le croit… D’autant plus qu’à ce tandem s’ajoutent Trev, le frère de Mina qui ne se cache pas d’aimer Sophie, ou encore l’ancien petit-ami de Mina qui semble avoir menti à la police… Quatuor amoureux ? Sentiments malsains ? Secrets inavoués ? Une chose est certaine : tous ces personnages sont des sacs de nœuds que l’on prend plaisir à comprendre et à découvrir au fil de l’aventure… Cette complexité m’a énormément plu cependant, j’ai réalisé vers la moitié du roman que les choses commençaient à être un peu longues… J’ai eu l’impression que l’on répétait des faits que l’on avait déjà annoncé ou que l’on traînait volontairement sur certains passages pour détourner l’attention du lecteur. Il me manquait également un peu de rythme. En outre, le dénouement ne m’a pas totalement convaincue : il est trop précipité. Avec du recul, je me suis même dit : « Tout ça pour ça ? En fait, c’est du déjà-vu… » Je referme donc ce polar young adult avec un sentiment mitigé. Certes, j’ai globalement aimé ma lecture néanmoins, j’ignore si j’en garderai un souvenir impérissable à cause de la fin.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Faroushka Posté le 23 Décembre 2019
    Livre pour adolescent. Entre policier et romance. Se lit facilement.
  • letichat28 Posté le 6 Décembre 2019
    j'ai vraiment adoré l'univers dans lequel l'auteur nous a amené mais le petit bémol c'est que j'ai eu parfois du mal entre les flash-back et le temps réel, cependant j'ai passé un bon moment...
  • audelagandre Posté le 29 Novembre 2019
    L’étonnante Tess Sharpe, auteur de «#8201;Mon territoire#8201;» publié cette année aux éditions Sonatine, a également écrit un autre roman paru en 2014 aux éditions Robert Laffont collection jeunes adultes. Tess Sharpe est née en Californie dans une cabane au fond des bois et cette naissance singulière prend un sens particulier à la lecture de ses romans où la nature est décrite de façon magistrale, comme un personnage à part entière. «#8201;Si loin de toi#8201;», estampillé roman pour jeunes adultes est pourtant un formidable roman à mettre entre toutes les mains, celles de vos adolescents en quête d’eux-mêmes, mais aussi celles d’adultes tant le sujet est prenant, nécessaire, et indispensable pour comprendre cette période de la vie où l’on est en construction de soi. Sophie Winters a échappé à la mort deux fois. D’abord lors d’un tragique accident de la route qui la laisse lourdement handicapée, puis lors d’une nuit tragique où sa meilleure amie Mina a été sauvagement exécutée sous ses yeux. Comme dans «#8201;Mon territoire#8201;», l’auteur alterne des passages au temps présent et d’autres plus anciens au gré de ses souvenirs, avant l’accident de voiture ou avant la mort de Mina. Sa voix raconte cette relation si particulière avec Mina,... L’étonnante Tess Sharpe, auteur de «#8201;Mon territoire#8201;» publié cette année aux éditions Sonatine, a également écrit un autre roman paru en 2014 aux éditions Robert Laffont collection jeunes adultes. Tess Sharpe est née en Californie dans une cabane au fond des bois et cette naissance singulière prend un sens particulier à la lecture de ses romans où la nature est décrite de façon magistrale, comme un personnage à part entière. «#8201;Si loin de toi#8201;», estampillé roman pour jeunes adultes est pourtant un formidable roman à mettre entre toutes les mains, celles de vos adolescents en quête d’eux-mêmes, mais aussi celles d’adultes tant le sujet est prenant, nécessaire, et indispensable pour comprendre cette période de la vie où l’on est en construction de soi. Sophie Winters a échappé à la mort deux fois. D’abord lors d’un tragique accident de la route qui la laisse lourdement handicapée, puis lors d’une nuit tragique où sa meilleure amie Mina a été sauvagement exécutée sous ses yeux. Comme dans «#8201;Mon territoire#8201;», l’auteur alterne des passages au temps présent et d’autres plus anciens au gré de ses souvenirs, avant l’accident de voiture ou avant la mort de Mina. Sa voix raconte cette relation si particulière avec Mina, les évènements qui ont amenés à un chamboulement complet de sa vie, sa douleur physique, et sa douleur morale. À 14 ans, Sophie parvient à sortir vivante d’un accident de voiture. Si les deux autres occupants sont presque indemnes, elle est à peine vivante… Son corps est brisé. Elle subit plusieurs opérations lourdes, on insère des plaques de métal dans son corps, on la bourre d’antidouleurs. De cette période ne restera qu’une addiction terrible, obsessionnelle à l’oxycodone, puissant analgésique de la famille des opioïdes. S’ils sont d’abord prescrits par les médecins qui ne préviennent pas du risque de dépendance effroyable qu’ils provoquent, la sensation de planer en les consommant devient vite une raison de vivre et Sophie, maline, parvient à s’en procurer et en consomme plus que de raison. Cette plongée dans l’enfer de la dépendance proportionnelle à la souffrance physique, Tess Sharpe la raconte tellement bien qu’elle vous met les larmes aux yeux. Cette gamine que le destin n’a pas épargnée voit sa vie voler en éclat une seconde fois, lors d’une soirée dans laquelle sa meilleure amie est exécutée devant ses yeux. Elle raconte alors la descente aux enfers, ses relations avec ses parents qui deviennent insupportables, le manque de Mina, et surtout la quête de la vérité. Car Mina n’a pas été assassinée sans raison et son tueur court toujours. Le trouver devient une forme nécessaire de désintoxication vitale pour Sophie qui ne trouve que cette façon là de faire le deuil de cette amitié pour ne pas retomber dans l’enfer de la dépendance médicamenteuse. Forte d’une plume douce, pudique et émouvante, Tess Sharpe raconte combien l’adolescence est une période charnière, surtout lorsque le destin ne l’épargne pas. Si Sophie apparaît dure, froide et détachée au début du roman, calfeutrée derrière un mur qu’elle a elle-même construit de toute pièce, le lecteur parvient à atteindre son âme au rythme de ses souvenirs dévoilés. L’idéalisme de la jeunesse et la volonté d’aller au bout de l’objectif qu’elle s’est fixé permettent petit à petit de faire tomber les barrières. Le suspense est parfaitement ajusté dans ce récit passé-présent où chaque page nous amène un peu plus vers la vérité. Outre l’addiction aux opioïdes qui arrive plus vite qu’on ne le croit dans la vraie vie, Tess Sharpe aborde une autre thématique que je vous laisse le plaisir d’identifier… Quand le lecteur la découvre, le plaisir est décuplé tant la tendresse du propos fait du bien à l’âme. Mention spéciale pour la couverture, diablement bien choisie qui prend tout son sens à la fin du roman et qui vous arrache une larme tant le récit vous prend, jusqu’à la dernière ligne. Un roman réellement magique que je vous engage vraiment à découvrir, une plume sensible, empathique, d’une auteur qui a réel talent pour transmettre les émotions. «#8201;La route est longue. Et elle n’a pas de fin, car on ne se remet jamais d’avoir perdu quelqu’un. Pas complètement. Pas quand cette personne faisait partie de vous. Pas quand l’aimer vous a brisé autant que ça vous a changé.#8201;»
    Lire la suite
    En lire moins
  • InesFaivre2002 Posté le 22 Septembre 2019
    Ce livre m’a profondément touché. D’une part l’histoire est intrigante, frappante, on veut savoir la suite, on veut dénouer l’histoire. L’histoire est aussi beaucoup touchante par le personnage principal qui est clairement brisé, je me suis vue en elle et forcément j’ai été touché par sa triste histoire. Un livre que je conseille vraiment !
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)