Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782748527261
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 400
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Si tu vois le wendigo
Collection : Hors collection
Date de parution : 30/09/2021
Éditeurs :
Syros

Si tu vois le wendigo

Collection : Hors collection
Date de parution : 30/09/2021
Peut-on sauver les gens contre leur gré ? Un roman fantastique envoûtant.
Fin des années 50, États-Unis. David vit avec ses parents dans une résidence de standing où chaque famille semble mener une vie parfaite. Un soir d’été, en rentrant chez lui,... Fin des années 50, États-Unis. David vit avec ses parents dans une résidence de standing où chaque famille semble mener une vie parfaite. Un soir d’été, en rentrant chez lui, il s’immobilise, frappé de stupeur : sa voisine Ruth marche nue sur la route, hagarde, la bouche en sang. Une apparition... Fin des années 50, États-Unis. David vit avec ses parents dans une résidence de standing où chaque famille semble mener une vie parfaite. Un soir d’été, en rentrant chez lui, il s’immobilise, frappé de stupeur : sa voisine Ruth marche nue sur la route, hagarde, la bouche en sang. Une apparition presque irréelle. Ruth est-elle somnambule comme le prétend son mari ? Et d’où viennent les visions prémonitoires de la petite Nelly ? L’épaisse forêt qui jouxte la résidence pourrait détenir quelques réponses.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748527261
Façonnage normé : EPUB3
Nombre de pages : 400
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Vermeer 16/06/2022
    Fin des années 1950, David vit dans une banlieue aisée et une famille traditionnelle typiques de l'American way of life des fifties (attention cependant à ne pas regarder au-delà des apparences). Il a treize et passe de l'enfance à l'adolescence. Sa voisine Ruth 40 ans le fascine par son étrangeté et sa fragilité. Elle est victime d'un mari violent et il en tombe amoureux et est prêt à tout pour l'aider (malgré elle). Le roman bascule dans le fantastique, le mythe de Faust est revisité par le pacte avec le wendigo. Peut-on aider quelqu'un malgré lui et sans se préoccuper des conséquences ? Le roman est aussi un hommage à la musique de l'époque, au cinéma, celui de David Lynch en particulier, à Stephen King, à la pop culture, aux comics.
  • nais_mm 18/05/2022
    #9888;️TW : violence conjugale#9888;️ Je suis déçue. Je pensais que le livre parlerait du wendigo qui faisait peur, le wendigo des films d'horreur... Le wendigo n'était présent qu'une infinité de pages. Malgré ça, j'ai bien aimé l'histoire. Le personnage principal raconte son histoire de lorsqu'il était plus jeune, ce qui est assez marrant. On y voit des références à l'histoire, tel que la crise de Cuba et l'assassinat de J. F. Kennedy. Le livre se lit assez vite (pour ma part moins d'une journée).
  • LibrairieNomade 23/01/2022
    Nous nous retrouvons dans les années 50 aux Etats-Unis pour cette nouvelle lecture qui est une excellente surprise. Entre présent et futur, nous rencontrons David, un jeune homme qui croque la vie à pleine dents avec son meilleur ami jusqu’à ce qu’il découvre son amour de jeunesse qui marche nue dans la rue, en pleine nuit et la bouche en sang. S’engage alors une quête pour la vérité, entre événements surnaturels (on est à la période de l’affaire Roswell, ne l’oublions pas !) et thriller haletant, l’auteur parvient à nous faire accrocher du début à la fin. En tant que fan des années 50 aux Etats-Unis (musique, film, culture), je me suis pleinement sentie à mon aise au fil de la lecture, perdue entre jukebox et vieilles Chevrolets. J’ai adoré David qui vit son premier amour innocemment tout en sachant qu’il est impossible à cause de la différence d’âge. L’apparition du Wendigo est étonnante, c’est la première fois que je le rencontre abordé de cette manière mais je ne vous en dis pas plus ! Si tu vois le Wendigo est, pour résumé, l’une de mes lectures préférées de l’année et j’espère qu’elle vous conviendra autant qu’à moi.
  • Senka 06/10/2021
    L’auteur, Christophe Lambert, nous livre un récit prenant. Véritable bouffée de nostalgie, l’histoire nous est racontée par un David plus âgé qui se rappelle de l’été 1959 comme étant un tournant majeur dans sa vie. Dès le début du récit s’installe une ambiance pesante de secrets et de mystères. Sous le vernis parfait des petites vies bien réglées des années 50, tout le monde a quelque chose à cacher. David se retrouve confronté aux violences conjugales, trafics de drogue et autres phénomènes surnaturels et va devoir agir, bien que chaque choix soit lourd de conséquences ! Ce thriller fantastique nous fait balancer entre les problèmes du quotidien et les mystères du folklore Amérindien. Je vous conseille cette lecture et peut être que, comme David, votre été ne se passera pas tout à fait comme vous l’aviez prévu...
  • PedroPanRabbit 22/08/2021
    Au carrefour de plusieurs genres, "Si tu vois le Wendigo" est probablement l'une des plus belles surprises de cette années 2021. A la fois récit original et hommage, ce livre classé en jeunesse ne devrait pas déplaire au lectorat adulte : inspiré par la littérature de genre américaine, ce roman, comme les meilleurs titres de littérature jeunesse anglo-saxonne, présente une aura intergénérationnelle qui le rend intéressant pour toutes les tranches d'âge. A ce titre, bien que la narration soit faite par le jeune David, les nombreux clins d’œil et autres références qui parsèment "Si tu vois le Wendigo" se réclament davantage d'une culture littéraire et cinématographique adulte. La toute première qui transparait est une inspiration toute "lynchienne" du sujet et de son traitement : une petite ville américaine où les protagonistes semblent vivre en vase clos, des personnalités très marquées dont certaines particulièrement atypiques, et ce relent d'inquiétude, ces éléments vaguement étranges qui semblent suppurer progressivement du quotidien presque trop propret qui s'égraine d'un jour à l'autre. D'ailleurs, le roman s'ouvre sur une citation extraite de Twin Peaks, célébrissime série de David Lynch : "Quand on y regarde de près, tout le monde a l'air... Au carrefour de plusieurs genres, "Si tu vois le Wendigo" est probablement l'une des plus belles surprises de cette années 2021. A la fois récit original et hommage, ce livre classé en jeunesse ne devrait pas déplaire au lectorat adulte : inspiré par la littérature de genre américaine, ce roman, comme les meilleurs titres de littérature jeunesse anglo-saxonne, présente une aura intergénérationnelle qui le rend intéressant pour toutes les tranches d'âge. A ce titre, bien que la narration soit faite par le jeune David, les nombreux clins d’œil et autres références qui parsèment "Si tu vois le Wendigo" se réclament davantage d'une culture littéraire et cinématographique adulte. La toute première qui transparait est une inspiration toute "lynchienne" du sujet et de son traitement : une petite ville américaine où les protagonistes semblent vivre en vase clos, des personnalités très marquées dont certaines particulièrement atypiques, et ce relent d'inquiétude, ces éléments vaguement étranges qui semblent suppurer progressivement du quotidien presque trop propret qui s'égraine d'un jour à l'autre. D'ailleurs, le roman s'ouvre sur une citation extraite de Twin Peaks, célébrissime série de David Lynch : "Quand on y regarde de près, tout le monde a l'air décalé". Le ton est donné. L'hommage à David Lynch ne se limite pas à ces quelques codes : l'auteur va jusqu'à s'inspirer d'un événement vécu par le réalisateur et qui avait par ailleurs profondément marqué son œuvre. En effet, la scène sur laquelle s'ouvre le roman (relatée dans le résumé de quatrième de couverture) est directement calquée sur un souvenir de jeunesse du cinéaste : la rencontre, un beau jour de son adolescence, avec une femme nue, la bouche ensanglantée, complètement hagarde au milieu de la rue. Ajoutons à cela que le personnage principal de Christophe Lambert s'appelle David, et il y a tout à parier qu'il ne s'agit pas du tout de coïncidences... Au fil de la lecture, on apprend que David, une fois adulte, est devenu un auteur reconnu, qualifié par la critique de "nouveau Stephen King". C'est là la seconde référence d'importance, dans le fond comme dans la forme : les années 1950, des gamins à l'aube de leur adolescence qui passent leur dernier été d'insouciance sur leur vélo, et... l'incursion du fantastique, d'une terreur froide soudaine mais toujours justement dosée. Cet aspect, ici personnifié à travers cette entité qu'est le Wendigo (une créature cannibale issue du folklore nord-américain) est en effet utilisé avec parcimonie : le monstre fait quelques apparitions, son pouvoir se ressent sur les personnages, mais le doute quant à son existence réelle persiste. Et surtout, cette utilisation parfaitement mesurée du paranormal sert avant tout de prétexte hautement ingénieux pour mieux mettre en relief (comme souvent chez Stephen King également, d'ailleurs) la réalité psycho-sociale d'une époque ou d'un certain milieu. En totale fusion avec le cadre spatio-temporel de son intrigue, Christophe Lambert nous immerge entièrement dans l'atmosphère des Trente Glorieuses américaines : son écriture, parfaitement évocatrice, restitue mieux qu'un roman social (et sans tomber dans l'écueil de l'image d’Épinal) un quartier de standing des fifties à la veille des grands changements humains, économiques et sociaux que l'Histoire connut ensuite. Les allers et retours de la narration dans le temps permettent d'aborder tour à tour la mort à venir de Kennedy, la fin d'un certain âge d'or, ou encore les bouleversements intimes des personnages. Ces derniers ne sont jamais évoqués gratuitement, au contraire : on comprend, lorsque l'auteur fait un aparté pour s'y attarder, qu'il densifie par-là la psychologie de ses protagonistes. Dans le même ordre d'idée, les allusions faîtes à la vie du quartier et les brèves incursions dans les tranches de vie de ceux qui y résident ne sont jamais superfétatoires. Elles permettent de mettre brillamment en exergue la rouille qui perce sous le formica des tables du Diner, les ombres qui se terrent derrière les fenêtres des villas pourtant si joliment fleuries, bref, tout ce qui se cache derrière le vernis bien trop beau de ces vies de papier glacé... En bref : Roman coup de cœur, "Si tu vois le Wendigo" est un brillant hommage à David Lynch et à Stephen King ; Christophe Lambert s'approprie leurs codes pour signer un roman au croisement des genres et des inspirations qui nous immerge avec réalisme dans l'Amérique des Trente Glorieuses. Mais le tour de force de ce livre est l'utilisation qui est faite des éléments fantastiques, dosés juste ce qu'il faut pour mettre en relief la réalité sociale d'une certaine époque et d'un certain milieu, faire craquer le vernis des apparences et évoquer avec force la fin de l'enfance et le passage à l'âge adulte. Surprenant et brillant, "Si tu vois le Wendigo" plaira certainement à un plus large public que le seul lectorat jeunesse auquel il s'adresse en premier lieu.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à Syros, la newsletter alternative !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !