En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tehanu

        Robert Laffont
        EAN : 9782221135464
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Tehanu
        Cycle Terremer, tome 2

        Collection : Ailleurs et Demain
        Date de parution : 03/10/2013

        Avec La Main gauche de la nuit et Les Dépossédés, qui reçurent tous les deux les prix Hugo et Nebula, Ursula Le Guindevint l'un des plus fameux auteurs de science-fiction américains. Elle avait construit en cinq romans, à travers le cycle de Hain, l'une des plus remarquables Histoires du futur. Mais...

        Avec La Main gauche de la nuit et Les Dépossédés, qui reçurent tous les deux les prix Hugo et Nebula, Ursula Le Guindevint l'un des plus fameux auteurs de science-fiction américains. Elle avait construit en cinq romans, à travers le cycle de Hain, l'une des plus remarquables Histoires du futur. Mais elle décida d'explorer un autre univers. Celui de Terremer compte plusieurs romans et recueils de nouvelles. Voici Tehanu, qui signifie flèche dans la langue d'Atuan et qui est aussi le nom d'une étoile. 

        Tenar est devenue femme. Elle a conservé de ses aventures précédentes de redoutables pouvoirs : celui de guérir les corps et les âmes et celui de parler aux dragons.

        Tehanu, comme les autres livres du cycle de Terremer, relève de la fantasy. Mais ici la magie s'enseigne et se pratique comme une science et, de même que les humains, les dragons ont aussi des sentiments. L'écriture est un enchantement.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221135464
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Srafina Posté le 21 Décembre 2017
          Tehanu est un roman de fantasy d'Ursula Le Guin. Il fut publié aux USA en 1990 et traduit et publié en français en 1991 dans la Collection Ailleurs et Demain aux Editions Robert Laffont. Il est le quatrième roman du Cycle de Terremer. Après « Le sorcier de Terremer », « Les tombeaux d'Atuan » et « L'ultime rivage ». Tehanu signifie flèche dans la langue d'Atuan et c'est aussi le nom d'une étoile. Tenar alias Arha la dévorée, à l'issue de ses aventures est devenue l'apprentie d'Ogion et ensuite l'épouse de Silex qui vient de mourir. Elle recueille une petite fille Terrhu maltraitée, mutilée et brûlée par ses parents et l'adopte. Ged revenue de sa quête où il a perdu tous ses pouvoirs, n’aspire plus qu’à retrouver dans son île natale la tranquillité et l’apaisement d’une existence retirée Mais avant tout « Tehanu » est un livre de femmes. En effet ce sont les personnages féminins qui sont poussés sur la scène : Tenar devenue épouse de fermier et non magicienne, prend le nom de Goha, Terhu (qui deviendra Tehanu) petite fille brisée et défigurée par la violence masculine et Mousse la vieille sorcière de Ré Albi persuadée qu’il n’y a plus rien à attendre des... Tehanu est un roman de fantasy d'Ursula Le Guin. Il fut publié aux USA en 1990 et traduit et publié en français en 1991 dans la Collection Ailleurs et Demain aux Editions Robert Laffont. Il est le quatrième roman du Cycle de Terremer. Après « Le sorcier de Terremer », « Les tombeaux d'Atuan » et « L'ultime rivage ». Tehanu signifie flèche dans la langue d'Atuan et c'est aussi le nom d'une étoile. Tenar alias Arha la dévorée, à l'issue de ses aventures est devenue l'apprentie d'Ogion et ensuite l'épouse de Silex qui vient de mourir. Elle recueille une petite fille Terrhu maltraitée, mutilée et brûlée par ses parents et l'adopte. Ged revenue de sa quête où il a perdu tous ses pouvoirs, n’aspire plus qu’à retrouver dans son île natale la tranquillité et l’apaisement d’une existence retirée Mais avant tout « Tehanu » est un livre de femmes. En effet ce sont les personnages féminins qui sont poussés sur la scène : Tenar devenue épouse de fermier et non magicienne, prend le nom de Goha, Terhu (qui deviendra Tehanu) petite fille brisée et défigurée par la violence masculine et Mousse la vieille sorcière de Ré Albi persuadée qu’il n’y a plus rien à attendre des hommes et qui s'attache à Tenar et Terhu. On assiste à la vie quotidienne des habitants de Ré Albi où habitait Ogion, et où le pouvoir des hommes entraîne la servitude des femmes. Celles-ci n'ont pas accès aux pouvoirs des mages de part leur nature de femmes, et l'ignorance et le mépris où on les maintient. Elles ne servent qu'à soigner les maux quotidiens, et servir le commun des mortels, lorsque les mages eux accèdent à l'instruction et le pouvoir des mots et des enchantements. Mais Tenar est une femme libre et instruite, elle a le pouvoir de guérir et de parler aux dragons. On sent en elle une force qu'elle a acquis lors de ses pérégrinations précédentes. Et elle fera de sa vie ce qu'elle en aura décidé. J'ai eu toujours autant de plaisir à lire la suite des aventures de Tenar et Ged, on les retrouve dans ce tome ci, plus humains, plus abordables de par leur faiblesse. Il me reste « Le vent d'ailleurs » et « Les contes de Terremer » à lire, je me les réserve pour l'année prochaine pour la suite du challenge Poul/Le Guin.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Crazynath Posté le 12 Octobre 2017
          Après une lecture un peu mitigée avec L’ultime rivage, j’ai enchainé assez vite avec une autre œuvre du cycle de Terremer : Tehanu. Et il faut dire que très vite que j’ai été ravie par cette lecture dont je ressors absolument enchantée . J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir Tenar, l’héroïne des tombeaux d’Atuan . On la retrouve une vingtaine d’années après les evenements du livre précédemment cité. Tenar a pris en charge une petite orpheline Therru, qui a été maltraitée et mutilée par son entourage. Cette petite fille suscite des réactions qui oscillent entre pitié, répulsion et peur chez les gens qui sont amenés à la croiser. Alors que Tenar met tout en œuvre pour que Therru puisse progresser dans son chemin de vie, réapparait une ancienne connaissance : Ged. Ce dernier débarque sur l’ile après les évènements de l’Ultime Rivage. Épuisé, au bout de ses forces, il va lui aussi être pris en charge par Tenar. Cette fois –ci , je dois dire que la magie de l’histoire a parfaitement fonctionné . Que ce soit le style de l’écrivaine, toujours aussi poétique et imagé, ou que ce soit l’histoire qui m’a vraiment happée. Bref, je ne me suis pas... Après une lecture un peu mitigée avec L’ultime rivage, j’ai enchainé assez vite avec une autre œuvre du cycle de Terremer : Tehanu. Et il faut dire que très vite que j’ai été ravie par cette lecture dont je ressors absolument enchantée . J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir Tenar, l’héroïne des tombeaux d’Atuan . On la retrouve une vingtaine d’années après les evenements du livre précédemment cité. Tenar a pris en charge une petite orpheline Therru, qui a été maltraitée et mutilée par son entourage. Cette petite fille suscite des réactions qui oscillent entre pitié, répulsion et peur chez les gens qui sont amenés à la croiser. Alors que Tenar met tout en œuvre pour que Therru puisse progresser dans son chemin de vie, réapparait une ancienne connaissance : Ged. Ce dernier débarque sur l’ile après les évènements de l’Ultime Rivage. Épuisé, au bout de ses forces, il va lui aussi être pris en charge par Tenar. Cette fois –ci , je dois dire que la magie de l’histoire a parfaitement fonctionné . Que ce soit le style de l’écrivaine, toujours aussi poétique et imagé, ou que ce soit l’histoire qui m’a vraiment happée. Bref, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Les personnages, surtout Tenar, sont terriblement attachants . Et la petite Therru, si discrète et pourtant si présente tout au long du fil de l’histoire est un personnage que j’espère retrouver dans la suite de cette série. Je dois même rajouter que pour l’instant, c’est mon histoire préférée du cycle de Terremer. Je suis assez impatiente de lire la suite , je le reconnais, ce qui ne saurait tarder. Challenge Poul Anderson / Ursula Le Guin
          Lire la suite
          En lire moins
        • Miney Posté le 9 Décembre 2016
          Si j'ai moins apprécié ce deuxième opus que Terremer, ce fut tout de même une lecture très agréable. Il s'y passe peu de choses, le rythme est doux, on se concentre sur le train-train quotidien de Tenar qui se questionne sur la différence entre hommes et femmes, sa place dans le monde, la lente reconstruction de Therru l'enfant martyre... On se retrouve vite bercé par le récit, dans le bon sens du terme. C'est une lecture qui détend. J'ai toutefois regretté un final un peu précipité, comme si tout ce qui se mettait en place dans le récit se résolvait en quelques pages à peine. Comme ma lecture des premiers récits date un peu, j'ai mis un peu de temps à me retrouver dans les personnages et les événements évoqués. Je me suis attachée à la petite Therru et dans une moindre mesure à la sorcière Mousse, mais j'ai eu du mal à reconnaître les Ged et Tenar qui m'étaient familiers.
        • ertiammot Posté le 19 Septembre 2015
          Qu'il est bon de retrouver les personnages et l'univers de Terremer. Mais ce volume est assez déconcertant... Finis les hauts faits et les grandes épopées. Nous retrouvons nos héros vieux et usés dans une histoire beaucoup plus calme. On en oublierait presque que nous sommes dans ce monde de magie. Mais la plume de Le guin nous transporte malgré tout son univers et le livre se dévore en quelques heures !
        • viou1108 Posté le 19 Août 2015
          Tehanu est le quatrième récit du cycle de Terremer, après le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage, tous trois rassemblés en un seul volume (Terremer, au Livre de Poche). Je pense qu'il est préférable d'avoir lu ces autres récits avant d'entamer Tehanu, sans quoi vous risqueriez fort de ne pas y comprendre grand-chose. On retrouve ici Tenar, ancienne Grande Prêtresse des Tombeaux d'Atuan, arrachée 30 ans auparavant à son désert et à sa solitude par Ged, l'Archimage de Roke. Depuis lors, Tenar a renoncé à la magie et à son statut de princesse pour devenir une commune mortelle, se contentant de peu, mariée à un fermier et mère de famille. Devenue veuve, elle recueille Therru, une petite fille abandonnée, atrocement torturée et brûlée par sa propre famille. Traumatisée, défigurée à vie, Therru a conscience de ses terribles cicatrices et se comporte en petit animal blessé et farouche. A cause de son quasi-mutisme, de son apparence et de son aura mystérieuse voire inquiétante, elle est perçue comme un monstre par la plupart des villageois. Ce récit est également marqué par les retrouvailles de Tenar et Ged, revenu presque agonisant de l'Ultime Rivage. Il n'est plus que l'ombre de... Tehanu est le quatrième récit du cycle de Terremer, après le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage, tous trois rassemblés en un seul volume (Terremer, au Livre de Poche). Je pense qu'il est préférable d'avoir lu ces autres récits avant d'entamer Tehanu, sans quoi vous risqueriez fort de ne pas y comprendre grand-chose. On retrouve ici Tenar, ancienne Grande Prêtresse des Tombeaux d'Atuan, arrachée 30 ans auparavant à son désert et à sa solitude par Ged, l'Archimage de Roke. Depuis lors, Tenar a renoncé à la magie et à son statut de princesse pour devenir une commune mortelle, se contentant de peu, mariée à un fermier et mère de famille. Devenue veuve, elle recueille Therru, une petite fille abandonnée, atrocement torturée et brûlée par sa propre famille. Traumatisée, défigurée à vie, Therru a conscience de ses terribles cicatrices et se comporte en petit animal blessé et farouche. A cause de son quasi-mutisme, de son apparence et de son aura mystérieuse voire inquiétante, elle est perçue comme un monstre par la plupart des villageois. Ce récit est également marqué par les retrouvailles de Tenar et Ged, revenu presque agonisant de l'Ultime Rivage. Il n'est plus que l'ombre de lui-même et a perdu sa magie, ce que son amour-propre ne peut admettre. Avec Tenar, ils semblent désormais bien peu de chose pour protéger Therru du Mal qui continue à la poursuivre. J'ai été déroutée par ce volume-ci, assez différent du précédent. Ici, il n'est pas question de mages combattant des dragons, jetant des sorts et risquant leurs vies dans de périlleux voyages pour aller rétablir l'Equilibre du Monde. On n'y rencontre que des paysans, des sorcières de deuxième catégorie et des brigands de grand chemin. Même le style est différent, se mettant peut-être au niveau des personnages : un langage simple pour des gens simples, une écriture plus terre à terre là où Terremer était tellement plus poétique ? On se dit alors qu'Ursula le Guin a voulu ce récit différent des précédents parce qu'il marquerait une rupture, une parenthèse entre la fin d'une époque et le début d'une nouvelle, Tenar et Ged passant le témoin à la nouvelle génération incarnée par Therru. Si les rebondissements ne sont pas nombreux, et si on ne voit pas vraiment de progression dans l'histoire de Terremer, cet épisode « simple » n'est pas pour autant dépourvu de réflexions philosophiques, assez inattendues dans le cadre d'une oeuvre de fantasy (je crois), puisqu'elles portent sur les rapports hommes-femmes. Dans Tehanu, celles-ci sont bien peu considérées par la plupart des hommes qui, littéralement, ne les voient ni ne les entendent. de là à suggérer que l'Equilibre du Monde est davantage menacé par l'incompréhension entre les hommes et les femmes que par l'opposition entre Bien et Mal… Il faudra lire le Vent d'ailleurs, dernier récit du cycle, pour répondre à cette hypothèse…
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.