Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823861532
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Tout cela je te le donnerai

Judith VERNANT (Traducteur)
Date de parution : 12/04/2018
Interrompu un matin dans l’écriture de son prochain roman, Manuel Ortigosa, auteur à succès, trouve deux policiers à sa porte.
Cela aurait pu n’être qu’un banal et triste accident – une voiture qui, au petit jour, quitte la route de façon inexpliquée. Mais le mort, Álvaro Muñiz de Dávila, est le mari...
Interrompu un matin dans l’écriture de son prochain roman, Manuel Ortigosa, auteur à succès, trouve deux policiers à sa porte.
Cela aurait pu n’être qu’un banal et triste accident – une voiture qui, au petit jour, quitte la route de façon inexpliquée. Mais le mort, Álvaro Muñiz de Dávila, est le mari de Manuel, et le chef d’une prestigieuse dynastie patricienne de Galice.
Dans ce bout du monde – sublime peut-être, mais aussi le plus archaïque de toute l’Espagne –commence alors pour Manuel un chemin de croix, au fil duquel il découvre qu’Álvaro n’était pas celui qu’il croyait. Accompagné par un garde civil à la retraite et par un ami d’enfance du défunt, il plonge dans les arcanes d’une aristocratie où la cupidité le dispute à l'arrogance.
Il lui faudra toute sa ténacité pour affronter ces fantômes de secrets impunis, pour lutter contre ses propres démons, et apprendre qu’un rire d’enfant peut mener à la vérité aussi sûrement que l’amour.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823861532
Code sériel : VIRT
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
12-21

Ils en parlent

« Un travail d'enquête extrêmement bien ficelé et clairvoyant.» La Vanguardia

« L’auteur s’est surpassée. Telle une joueuse d’échec expérimentée, elle pense déjà au coup suivant lorsqu’elle bouge un pion.» El correo gallego
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Annette55 Posté le 7 Août 2020
    «  Au plus profond de lui- même crépitait les bûchers de la clairvoyance .Il savait avec une absolue certitude ce qui lui était arrivé . En regardant Santiago il comprit qu'en lui aussi brûlait un feu; un brasier différent ,qui lui était familier , fait de doutes , de questions et de trahison . » p719. «  Il existe une tristesse visible, publique , celle des larmes et du deuil , et une autre, immense et silencieuse , qui est un million de fois plus puissante » . Deux extraits de ce superbe roman noir au coeur de la Galice, sur les arcanes de l'aristocratie .... Des coups impérieux à la porte: huit , assurés, rapides qui appelaient une réponse immédiate lors d'un belle matinée, au domicile de Manuel Ortigosa , romancier , plongé dans le flux des mots et l'immersion de son prochain livre. Il fut tenté d'ignorer les coups , il détestait qu'on l'interrompe lorsqu'il travaillait . Pour lui, l'écriture était un palais , un gigantesque labyrinthe dont il arpentait sans cesse les pièces secrètes,une défense et un bouclier contre la tristesse et les larmes,, l'injustice d'avoir perdu ses parents et le froid glacial d'une enfance solitaire . Hélas , même un romancier répond à... «  Au plus profond de lui- même crépitait les bûchers de la clairvoyance .Il savait avec une absolue certitude ce qui lui était arrivé . En regardant Santiago il comprit qu'en lui aussi brûlait un feu; un brasier différent ,qui lui était familier , fait de doutes , de questions et de trahison . » p719. «  Il existe une tristesse visible, publique , celle des larmes et du deuil , et une autre, immense et silencieuse , qui est un million de fois plus puissante » . Deux extraits de ce superbe roman noir au coeur de la Galice, sur les arcanes de l'aristocratie .... Des coups impérieux à la porte: huit , assurés, rapides qui appelaient une réponse immédiate lors d'un belle matinée, au domicile de Manuel Ortigosa , romancier , plongé dans le flux des mots et l'immersion de son prochain livre. Il fut tenté d'ignorer les coups , il détestait qu'on l'interrompe lorsqu'il travaillait . Pour lui, l'écriture était un palais , un gigantesque labyrinthe dont il arpentait sans cesse les pièces secrètes,une défense et un bouclier contre la tristesse et les larmes,, l'injustice d'avoir perdu ses parents et le froid glacial d'une enfance solitaire . Hélas , même un romancier répond à deux gardes en uniforme ... Ils lui annoncent que son mari Alvaro est mort lors d'un banal accident de voiture en Galice: Surprise sidération, douleur , questions... Mais le romancier à succès n'en croit rien. D'un bout à l'autre de l'Espagne le lecteur prendra le chaud soleil, au fil des révélations qui montreront qu'Alvaro n'était pas du tout celui que l'on croyait, très loin de l'image que Manuel en percevait ... Il plonge alors dans les arcanes d'une aristocratie où les mensonges et les non dits abondent ... où l'hypocrisie et les faux semblants le disputent à l'avidité et à l'arrogance . Il affrontera vérités et secrets impunis., cherchera inlassablement..... lL'auteure fouille la psychologie des personnages particuliers, complexes, contradictoires, avec talent . L'écriture est particulièrement soignée , sensible, fluide ,les titres des chapitres courts bien agencés, les rebondissements multiples: crimes maquillés en suicides, ou en accident . En parallèle , le lecteur découvrira la Galicie enchanteresse et son vignoble. N'en disons pas plus. Un roman noir foisonnant à l'intrigue tenant le lecteur en haleine jusqu'au bout., au suspense garanti , pétri d'émotions et de réflexions interessantes, fines , fouillées , à propos du travail de l'écrivain et de l'écriture . «  Il conduisit sans but: luttant contre les injonctions contradictoires de son esprit — et de son coeur —— qui lui hurlait de s'enfuir, de courir , se cacher pour échapper à une horreur qu'il pressentait physiquement , comme l'électricité statique qui précède l'orage . » «  Il faudra que tu m'oublies , que tu évites de penser à moi, de te torturer avec mon souvenir . »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nicolas9 Posté le 6 Août 2020
    Un matin, alors qu’il s’apprête à terminer son roman, Manuel Ortigosa (un écrivain madrilène a succès) apprend la mort de son mari. Le problème, c’est que ce dernier censé être en voyage d’affaires à Barcelone a eu un accident de la route en Galice, autrement dit à l’autre bout du pays ! Or, en se rendant à la morgue de Lugo pour identifier le corps, Manuel découvre que son grand amour n’est pas l’homme qu’il croyait connaître... Débute alors pour le veuf une plongée abyssale dans l’histoire familiale particulièrement troublée d’Alvaro. Je ne vous en dis pas davantage, mais j’ai dévoré ce roman de sept-cents pages qui superpose les genres : polar, analyse sociologique et peinture envoutante de la campagne galicienne. Avec ce portrait de la société espagnole du 21e siècle, Dolores Redondo nous livre un opus qui dépasse de la tête et des épaules sa pourtant célèbre « Trilogie du Baztan ». Dans les brumes du Finistère ibérique, les personnages sont beaucoup plus complexes, voire insaisissables. Quand on croit les avoir appréhendés, ils se dérobent et révèlent une dimension insoupçonnée. Un vrai bonheur ! Au niveau sociologique, même topo. L’auteure, basque d’origine, mais ayant un pied à terre en Galice, dévoile avec beaucoup... Un matin, alors qu’il s’apprête à terminer son roman, Manuel Ortigosa (un écrivain madrilène a succès) apprend la mort de son mari. Le problème, c’est que ce dernier censé être en voyage d’affaires à Barcelone a eu un accident de la route en Galice, autrement dit à l’autre bout du pays ! Or, en se rendant à la morgue de Lugo pour identifier le corps, Manuel découvre que son grand amour n’est pas l’homme qu’il croyait connaître... Débute alors pour le veuf une plongée abyssale dans l’histoire familiale particulièrement troublée d’Alvaro. Je ne vous en dis pas davantage, mais j’ai dévoré ce roman de sept-cents pages qui superpose les genres : polar, analyse sociologique et peinture envoutante de la campagne galicienne. Avec ce portrait de la société espagnole du 21e siècle, Dolores Redondo nous livre un opus qui dépasse de la tête et des épaules sa pourtant célèbre « Trilogie du Baztan ». Dans les brumes du Finistère ibérique, les personnages sont beaucoup plus complexes, voire insaisissables. Quand on croit les avoir appréhendés, ils se dérobent et révèlent une dimension insoupçonnée. Un vrai bonheur ! Au niveau sociologique, même topo. L’auteure, basque d’origine, mais ayant un pied à terre en Galice, dévoile avec beaucoup de pudeur les contradictions d’une communauté machiste en pleine mutation, y compris au fin fond des campagnes du Finisterre (Fisterra en gallego). Outre l’homosexualité, elle aborde finement la problématique des abus sexuels dans l’Église catholique, la violence de genre, l’omerta et la toxicomanie. Au final, une intrigue dont le dénouement est difficile à esquisser, mais qui réussit à rabibocher des personnages qu’au départ rien ne semblait pouvoir réunir. Un beau roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecilestmartin Posté le 25 Juillet 2020
    Le genre de roman qui comble la lectrice que je suis : des personnages complexes et attachants, une intrigue ficelée avec habileté, un style nerveux et des dialogues suffisamment authentiques pour qu’on soit totalement captif. Il ne faut pas se fier au titre (qui a priori peut paraître niaiseux quand on n’a pas de culture religieuse comme moi), ni à la couverture qui pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une gentille romance. Je connaissais l’auteur pour avoir vu sur Netflix la trilogie du Baztan (honte à moi, je n’en avais jamais attendu parler avant) et j’avais apprécié son univers, sombre, violent et mystérieux. Manuel est un auteur connu et reconnu. Alors qu’il rédige les derniers chapitres d’un roman, la police tape à sa porte et vient lui annoncer que son mari est décédé dans un accident de voiture à Lugo, en Galicie. Or, Alvaro était censé se trouver à Barcelone pour un voyage d’affaires... Dévasté, Manuel part à Lugo reconnaître le corps de son époux. Il découvre qu’Alvaro était le riche héritier d’une noble famille et que ses absences récurrentes étaient liées à ses fonctions de marquis. Manuel se sent trahi. Au chagrin le dispute la rancœur : marié depuis plus de dix ans,... Le genre de roman qui comble la lectrice que je suis : des personnages complexes et attachants, une intrigue ficelée avec habileté, un style nerveux et des dialogues suffisamment authentiques pour qu’on soit totalement captif. Il ne faut pas se fier au titre (qui a priori peut paraître niaiseux quand on n’a pas de culture religieuse comme moi), ni à la couverture qui pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une gentille romance. Je connaissais l’auteur pour avoir vu sur Netflix la trilogie du Baztan (honte à moi, je n’en avais jamais attendu parler avant) et j’avais apprécié son univers, sombre, violent et mystérieux. Manuel est un auteur connu et reconnu. Alors qu’il rédige les derniers chapitres d’un roman, la police tape à sa porte et vient lui annoncer que son mari est décédé dans un accident de voiture à Lugo, en Galicie. Or, Alvaro était censé se trouver à Barcelone pour un voyage d’affaires... Dévasté, Manuel part à Lugo reconnaître le corps de son époux. Il découvre qu’Alvaro était le riche héritier d’une noble famille et que ses absences récurrentes étaient liées à ses fonctions de marquis. Manuel se sent trahi. Au chagrin le dispute la rancœur : marié depuis plus de dix ans, il n’avait jamais soupçonné que son compagnon avait une double vie. Très vite, il est interpellé par le lieutenant Nogueira – un flic puant et légèrement homophobe – qui ne croit guère à la thèse de l’accident. Les deux hommes, ainsi que Lucas l’ami d’enfance d’Alvaro – prêtre de de son état – vont avoir à cœur de découvrir la vérité. Chacun animé par des motivations différentes, ils vont lever un à un les terribles secrets de la famille Muniz de Davila (sans les accents !). Si quelques-uns des personnages frôlent un peu la caricature, on croise la gentille cuisinière qui se démarque de la détestable marquise, toute puissante régente de la famille – les personnages principaux sont très bien croqués. Fragiles, sensibles, abîmés par la vie, ils vont développer des relations fortes, dépasser leurs préjugés pour collaborer, panser ensemble leurs blessures. Très bon roman qu’on quitte à regret. Idéal pour commencer les vacances ! Challenge PAVES 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • profileuse_criminal_lectrice Posté le 24 Juillet 2020
    🍇 " Tout cela je te le donnerai " Tout commence ici avec Manuel écrivain célèbre , il est en train d'écrire son nouveau roman , lorsqu'on vient frapper à sa porte , il ouvre deux policiers,viennent lui annoncer le décès de son mari Alvaro Muniz de Davila décéder dans un accident de a route . C'est le choc, il bascule, il s'effondre, puis vient de la stupeur, car il va découvrir que son mari, lui a caché des choses, par rapport à sa famille, dont il n'en parlait pas beaucoup, il apprend sur Alvaro qu'il était un puissant marquis Chef d'une prestigieuse dynastie patricienne de Galice. Manuel va se rendre là-bas à l'ouest de l'Espagne, dans la demeure qui a vu grandir Alvaro, pour essayer de comprendre qu'il y était. Mais sur place, il va se retrouver confronte à sa belle-famille, il va très vite se rendre compte, qu'ils sont très attaché à la religion, aux traditions et surtout qu'elle cache de terribles secrets. Avec l'aide de Nogeira un policier à la retraite et de l'ami d'enfance d'Alvaro , Lucas devenu prête, ils vont découvrir, que la mort d'Alvaro n'es pas accidentel, et que cette famille cache vraiment bien les apparences. J'ai senti à... 🍇 " Tout cela je te le donnerai " Tout commence ici avec Manuel écrivain célèbre , il est en train d'écrire son nouveau roman , lorsqu'on vient frapper à sa porte , il ouvre deux policiers,viennent lui annoncer le décès de son mari Alvaro Muniz de Davila décéder dans un accident de a route . C'est le choc, il bascule, il s'effondre, puis vient de la stupeur, car il va découvrir que son mari, lui a caché des choses, par rapport à sa famille, dont il n'en parlait pas beaucoup, il apprend sur Alvaro qu'il était un puissant marquis Chef d'une prestigieuse dynastie patricienne de Galice. Manuel va se rendre là-bas à l'ouest de l'Espagne, dans la demeure qui a vu grandir Alvaro, pour essayer de comprendre qu'il y était. Mais sur place, il va se retrouver confronte à sa belle-famille, il va très vite se rendre compte, qu'ils sont très attaché à la religion, aux traditions et surtout qu'elle cache de terribles secrets. Avec l'aide de Nogeira un policier à la retraite et de l'ami d'enfance d'Alvaro , Lucas devenu prête, ils vont découvrir, que la mort d'Alvaro n'es pas accidentel, et que cette famille cache vraiment bien les apparences. J'ai senti à travers le roman où voulais m'amener l'auteure, au sein du secret d'un couple. " A qu'elle point connaissons-nous vraiment la personne qui dort à nos côtés " ? Manuel confronté à sa nouvelle famille, très conservatrice, avec la marquise une belle-mère acariâtre et mauvaise, une vraie teigne, Santiago le beau-frère qui maîtrise mal ses émotions une vraie tornade, sa femme Catarina droite et en même temps qui veut tout contrôler, Élisa sa belle-sœur gentille et enfermer dans son chagrin, son petit-garçon Samuel doux attachant et très gentil, avec son oncle. Herminia la gouvernante serviable , gentille et attaché à la famille. Il va apprendre que le père d'Alvaro et lui était brouillé, car le marquis n'acceptait pas l'homosexualité de son fils, du coup pour préserver Manuel, il ne lui avait rien dit. Également, il va découvrir où les Muniz de Davila ont battit leur fortune, la Riviera Sacra, aux pentes vertigineuse où on peut y accéder seulement par bateaux, s'y trouve un magnifique vignoble où les viticulteurs sont extrêmement courageux pour cultiver les vignes, ses hommes sont intiment lier avec la terre où cela leur exige beaucoup de sacrifice. Dans le domaine, il y a une petite chapelle qui donne lieu à de nombreux rendez-vous pour certains personnages du roman. Roman riche en rebondissements, où Manuel va fouiller avec l'aide de Nogueira et de Lucas dans le passé d'Alvaro et y vont découvrir le rôle du Clergé espagnol, avec un abbé aux mœurs peu reluisantes. Secret, gardénias, rebondissements, amour, haine, trahison, cotés obscurs, cadre magnifique, vengeance, religion, sont les mots qui désignent se roman fabuleux à l'écriture percutante et totalement addictif. Il pourrait se montrer tout doux et gentille avec sa couverture remplie de fleur de gardénias, et dans une librairie, il pourrait passer inaperçue, alors que c'est une véritable pépite. Tout aussi fascinant, que transcendant, et dans l'air du temps, il est absolument grandiose.🍇 Un véritable coup de cœur.💜
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marilynzillah Posté le 9 Juillet 2020
    Dès les premières pages, le suspense commence immédiatement. Avec la découverte progressive de toute l'histoire comme on défait une pelote de laine, Manuel le personnage principal se fera sa propre idée, sur sa belle-famille, sur sa relation avec son mari Alvaro, et sur tous les secrets maudits relatifs à leurs vies et surtout au passé d'Alvaro. Les personnages évoluant autour de Manuel gagnent en profondeur au fil des pages et ont tous des histoires denses et intenses. Une très belle écriture, un sens du suspense également que nous offre Dolores Redondo; de plus j'ai apprécié les belles descriptions des paysages et surtout du monde des vendanges. Ce livre m'a captivée, jusqu'à la toute dernière page, même si je dois bien l'admettre, je n'ai retrouvé la force de sa trilogie basque.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !