En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tu ne jugeras point

        Robert Laffont
        EAN : 9782221114698
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Tu ne jugeras point

        Date de parution : 30/09/2010

        Lorsque l'enfant disparaît…

        Lorsque, ce jour-là, Denise Desantis entre dans un magasin pour s'acheter des mouchoirs, elle est pressée et, comme cela se fait dans cette banlieue paisible, elle laisse son dernier-né dans la poussette, devant la porte. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là, mais vide. La disparition d'une enfant de treize mois...

        Lorsque, ce jour-là, Denise Desantis entre dans un magasin pour s'acheter des mouchoirs, elle est pressée et, comme cela se fait dans cette banlieue paisible, elle laisse son dernier-né dans la poussette, devant la porte. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là, mais vide. La disparition d'une enfant de treize mois est toujours une affaire douloureuse et compliquée, et le juge Conrad entend suivre ce dossier avec le maximum de rigueur. Homme intègre et pondéré, il veut éviter les débordements fréquents dans ce type de faits divers qui enfièvre les imaginations et excite les médias. Les investigations du juge commencent par l'interrogatoire de Denise Desantis. C'est une femme ordinaire, effacée. Mère de quatre enfants, épouse d'un ouvrier sans grand caractère, elle vit pauvrement mais dignement dans sa petite maison de banlieue. Une femme sans histoires. Et pourtant… Derrière sa détresse, son désespoir évident, le juge est intrigué par la rigueur et la minutie de son témoignage. Quand il s'efforce de retracer la chronologie des événements qui se sont déroulés avant la disparition de l'enfant, elle a réponse à tout, quasiment minute par minute. Toutes les informations qu'elle donne sont vérifiables. Au fil des jours, alors que tout prouve son innocence, la conviction du juge se forge : cette femme a tué son enfant. Il finira par la contraindre aux aveux et elle sera condamnée. Et pourtant…

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221114698
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        13.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • daniel_dz Posté le 10 Août 2017
          Une mère de famille prétend que son bébé a été enlevé alors qu’elle l’avait laissé dans sa poussette, devant un magasin où elle était entrée faire un achat. Les enquêteurs la soupçonnent mais elle a réponse à toutes les failles qu'ils croient découvrir dans son récit... Cette histoire a été inspirée par l’affaire Pierre Longpré, qui a secoué la commune belge d’Auvelais en 1963, un temps où ni les pédophiles ni les analyses d'ADN ne faisaient l'actualité. Votre moteur de recherche favori vous en donnera facilement les détails. Vous verrez que son issue est restée bien moins certaine que celle qui lui a donnée Armel Job. J'ai lu avec plaisir plusieurs livres d'Armel Job. Dans ma récente critique de "Et je serai toujours avec toi", j'avais mis évidence toute la finesse des descriptions de ses personnages et cette remarquable qualité se retrouve dans ce livre ici. En particulier, on sent comme si l'on était en elle, tout le poids que la mère de famille porte sur ses épaules, et tous ses efforts pour préserver le bien-être de sa tribu. Armel Job n'a pas son pareil pour nous dresser des tableaux de société, dans la ligne d'un Simenon. Néanmoins, malgré tous mes a... Une mère de famille prétend que son bébé a été enlevé alors qu’elle l’avait laissé dans sa poussette, devant un magasin où elle était entrée faire un achat. Les enquêteurs la soupçonnent mais elle a réponse à toutes les failles qu'ils croient découvrir dans son récit... Cette histoire a été inspirée par l’affaire Pierre Longpré, qui a secoué la commune belge d’Auvelais en 1963, un temps où ni les pédophiles ni les analyses d'ADN ne faisaient l'actualité. Votre moteur de recherche favori vous en donnera facilement les détails. Vous verrez que son issue est restée bien moins certaine que celle qui lui a donnée Armel Job. J'ai lu avec plaisir plusieurs livres d'Armel Job. Dans ma récente critique de "Et je serai toujours avec toi", j'avais mis évidence toute la finesse des descriptions de ses personnages et cette remarquable qualité se retrouve dans ce livre ici. En particulier, on sent comme si l'on était en elle, tout le poids que la mère de famille porte sur ses épaules, et tous ses efforts pour préserver le bien-être de sa tribu. Armel Job n'a pas son pareil pour nous dresser des tableaux de société, dans la ligne d'un Simenon. Néanmoins, malgré tous mes a priori positifs confirmé par des critiques enthousiastes, j'ai eu du mal à accrocher à ce roman-ci, contrairement à celui que je citais ci-dessus. Sans doute parce qu'il a la forme d'un roman policier, avec ses suspects et ses enquêteurs, et que je l'ai abordé comme un roman policier, qui m'a déçu parce qu'il ne me tenait pas en haleine, comme si l'auteur s'essayait, un peu artificiellement, à un genre qu'il ne maîtrisait pas. J'étais peut-être dans un mauvais jour parce que, par ailleurs, j'avais beaucoup apprécié "Le bon coupable". Bref, pas un coup de cœur (n'hésitez pas à réagir !), mais je continue à vous recommander l'auteur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • DHALLUIN Posté le 17 Juillet 2017
          Tu ne jugeras point ? Difficile à imaginer pour une enquête judiciaire ! Et pourtant, il faut être prudent avant d'émettre un jugement. David, 13 mois, est enlevé par on ne sait qui. C'est la cata pour la famille, Serge et Denise, ses parents, son frère et ses soeurs. Les inspecteurs sont perplexes : il y a tant de suspects, le voisinage, l'entourage immédiat. On craint qu'il soit retrouvé dans le canal après avoir subi les sévices d'un pédophile... Tout le village ardennais est en émoi. Armel Job mène avec dextérité le lecteur dans les arcanes de l'enquête : les soupçons se développent dans tout ce petit monde qui pourtant paraît bien
        • MPM Posté le 17 Juillet 2017
          Un policier psychologique inoubliable. Un livre dense, subtil dont la fin vous surprendra.
        • michfred Posté le 2 Juillet 2017
          Armel Job est un artiste, une sorte de Simenon qui aurait autant d'ironie discrète, autant de don d'observation, mais plus de coeur et d'empathie,et encore plus de sensibilité aux petits, aux sans-grade. Quelle subtilité , aussi, dans l'art de nous faire comprendre le non-dit, de nous faire corriger nos jugements à l'emporte-pièce, de nous faire entrevoir, discrètement, et comme timidement, la vérité - comme si on levait un coin de rideau sur une pièce un peu sombre, un peu oubliée, et si modeste, et qu'on y trouvait un trésor. Le juge Conrad enquête sur une suspicion d'infanticide, dans un petit village de la région liégeoise, frappé par le chômage, la pauvreté et encore marqué par les heures douloureuses de la guerre, de l'occupation, de la "question royale" qui ont sourdement divisé les habitants, lesquels mènent des existences familiales ou solitaires, mais repliées sur elles-mêmes. Un monde fortement clivé entre hommes et femmes: difficulté de se parler, entre hommes et femmes, entre taiseux et expansives, entre timides et secrètes, entre gens de peu-de-mots, - petites gens aux grandes peines , gens simples mais qui ont pourtant tant de choses compliquées sur le cœur, tant d'amour ou de haine, tant de secrets.. Les... Armel Job est un artiste, une sorte de Simenon qui aurait autant d'ironie discrète, autant de don d'observation, mais plus de coeur et d'empathie,et encore plus de sensibilité aux petits, aux sans-grade. Quelle subtilité , aussi, dans l'art de nous faire comprendre le non-dit, de nous faire corriger nos jugements à l'emporte-pièce, de nous faire entrevoir, discrètement, et comme timidement, la vérité - comme si on levait un coin de rideau sur une pièce un peu sombre, un peu oubliée, et si modeste, et qu'on y trouvait un trésor. Le juge Conrad enquête sur une suspicion d'infanticide, dans un petit village de la région liégeoise, frappé par le chômage, la pauvreté et encore marqué par les heures douloureuses de la guerre, de l'occupation, de la "question royale" qui ont sourdement divisé les habitants, lesquels mènent des existences familiales ou solitaires, mais repliées sur elles-mêmes. Un monde fortement clivé entre hommes et femmes: difficulté de se parler, entre hommes et femmes, entre taiseux et expansives, entre timides et secrètes, entre gens de peu-de-mots, - petites gens aux grandes peines , gens simples mais qui ont pourtant tant de choses compliquées sur le cœur, tant d'amour ou de haine, tant de secrets.. Les femmes et leur désir d'amour, les femmes et leur instinct maternel, côtoient de façon presque menaçante le monde concret des hommes qui les chérissent, les désirent, les protègent...quand ils en sont, à leur insu, les protégés. L'enquête, transparente, prévisible, n'est que la partie visible de cet iceberg de sentiments forts, indicibles. On se dit "ah, bien sûr, ce n'était que cela" et ce disant, on se trompe, on passe à côté de la vérité profonde qui ne se dira jamais, mais qui est enfouie dans le cœur des mères, les vieilles et les jeunes, jalousement, farouchement gardiennes du secret enfoui dans la force de leur amour. C'est pour cette finesse-là, cette discrétion hors pair et cette intuitive compréhension que je n'ai pas peur d'affirmer : "Tu ne jugeras point" est une perle rare. Merci Latina, toi qui une fois de plus m'as fait découvrir un grand auteur belge! Et un livre inoubliable.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lucia-lilas Posté le 15 Juin 2017
          C'est sur les conseils d'une amie belge (Cécile, tu te reconnaîtras!) que j'ai découvert Armel Job, un auteur de romans policiers… Elle en disait tant de bien que je n'ai pas résisté ! Et j'ai bien fait ! Et moi aussi, je sens que je vais devenir une inconditionnelle de cet auteur. Alors, quel est le sujet ? Denise Desantis, mère de quatre enfants, se rend ce jour-là chez Madame Maldague pour acheter quelques mouchoirs. Elle laisse sur le trottoir la poussette avec son petit dernier David, treize mois, endormi et pénètre dans le magasin avec son troisième enfant, Antoine. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là mais… elle est vide ! C'est la stupeur, elle s'affole, court jusqu'au bout de la rue et demande à la vendeuse d'appeler la police. Enlèvement ? Meurtre ? Viol ? Évidemment, le pire vient à l'esprit. .. Le juge Conrad se charge de l'affaire, épaulé par deux inspecteurs fédéraux Harzee et Veruik. Mais très vite, certains éléments semblent très étranges : comment peut-on laisser une poussette à l'extérieur d'un magasin et prendre son temps pour faire des emplettes ? Pourquoi n'y a-t-il aucune photo du petit David dans la maison des Desantis alors que les autres enfants sont, eux, photographiés ? Pourquoi retrouve-t-on la cagoule du petit... C'est sur les conseils d'une amie belge (Cécile, tu te reconnaîtras!) que j'ai découvert Armel Job, un auteur de romans policiers… Elle en disait tant de bien que je n'ai pas résisté ! Et j'ai bien fait ! Et moi aussi, je sens que je vais devenir une inconditionnelle de cet auteur. Alors, quel est le sujet ? Denise Desantis, mère de quatre enfants, se rend ce jour-là chez Madame Maldague pour acheter quelques mouchoirs. Elle laisse sur le trottoir la poussette avec son petit dernier David, treize mois, endormi et pénètre dans le magasin avec son troisième enfant, Antoine. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là mais… elle est vide ! C'est la stupeur, elle s'affole, court jusqu'au bout de la rue et demande à la vendeuse d'appeler la police. Enlèvement ? Meurtre ? Viol ? Évidemment, le pire vient à l'esprit. .. Le juge Conrad se charge de l'affaire, épaulé par deux inspecteurs fédéraux Harzee et Veruik. Mais très vite, certains éléments semblent très étranges : comment peut-on laisser une poussette à l'extérieur d'un magasin et prendre son temps pour faire des emplettes ? Pourquoi n'y a-t-il aucune photo du petit David dans la maison des Desantis alors que les autres enfants sont, eux, photographiés ? Pourquoi retrouve-t-on la cagoule du petit David chez le taxidermiste du coin, un certain Monsieur Gutsman ? Enfin, le plus étonnant peut-être : quelle que soit la question qu'on lui pose, Madame Desantis a réponse à tout, comme si elle avait tout prévu, tout calculé ! Qui est, finalement, cette femme écrasée de douleur, une femme sans histoires, une mère a priori irréprochable, exemplaire, qui va souvent prier devant « le Vieux Bon Dieu », un Christ en croix médiéval ? A-t-elle pu tuer son enfant ? C'est l'intime conviction de l'inspecteur Harzee qui se moque des preuves mais encore va-t-il devoir démontrer la véracité de son point de vue ! Le juge Conrad interroge, émet des hypothèses, organise une reconstitution puis revient sur ses convictions, cherche d'autres preuves. Le doute s'introduit partout. Les témoignages se contredisent, certains même semblent faux. Qui ment, qui dit la vérité ? Cependant, il faut un coupable et vite, car l'opinion publique est unanime : il faut arrêter le MONSTRE ! Le climat est de plus en plus pesant, étouffant, dans cette petite ville belge située pas loin de Liège. Le juge lui-même vit des moments difficiles, sa mère se meurt lentement et elle lui révèle des secrets enfouis qui remontent à la surface. Ah que les gens sont complexes, mystérieux, impénétrables… humains, quoi ! Et comme il est difficile de savoir qui est l'Autre, celui que l'on côtoie tous les jours et que l'on croit connaître... Tu ne jugeras point est un roman qui met en scène des gens ordinaires, des « petites gens » dans lesquels on peut s'identifier, se reconnaître et c'est précisément cela que j'ai aimé, le fait, finalement, de toucher, à travers eux, à la condition humaine. Un bon moment de lecture !
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.