En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Tu tueras l'ange

        Robert Laffont
        EAN : 9782221201978
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Tu tueras l'ange

        Delphine GACHET (Traducteur)
        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 18/05/2017

        La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ?
        Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont morts.
        Si les premiers indices orientent l’enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d’acier...

        La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ?
        Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont morts.
        Si les premiers indices orientent l’enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d’acier et âme fragile, a de sérieux doutes. Pour elle, seul Dante Torre, l’« Homme du Silo », est capable d’y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. Très vite, ils découvrent que ce massacre n’est que l’énième épisode d’une longue série de carnages, sur laquelle plane l’ombre d’une mystérieuse figure féminine. Elle ne laisse aucune trace, juste un nom : Giltiné, l’ange lituanien des morts.
        Après le succès de Tu tueras le père, une nouvelle enquête de Colomba Caselli et Dante Torre.

        « Dazieri a créé deux des personnages les plus mémorables du monde du polar. » Jonathan Kellerman.
        « Avec ses thrillers atypiques et grandioses, Sandrone Dazieri est le nouvel auteur phare d’Italie. » Antoine Mallet, Espace culturel Leclerc, Cleunay.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221201978
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : Watermark (Tatouage numérique)
        Robert Laffont
        14.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • druspike Posté le 15 Janvier 2018
          Lecture du 8/12/17 Deuxième volet des enquêtes de Colomba et Dante, cette série est prévue pour être une trilogie. Je pense qu’il faut lire le premier tome pour bien comprendre celui-ci et surtout les personnages qui sont très détaillés et avec lesquels on fait connaissance dans le premier opus. De quoi ça parle ? « La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ? Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont retrouvés morts. Si les premiers indices orientent l'enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d'acier et âme fragile, est persuadée du contraire. Pour elle, seul Dante Torre, l'Homme du silo, est capable d'y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. » J’avais beaucoup aimé le premier opus mais là c’est une grande claque ! Il y avait quelques longueurs dans le premier, des longueurs qui servent aussi à mettre en place les personnages, mais ici je n’en ai pas trouvé ou elles ne se voient pas. J’ai adoré l’intrigue mise en place par Sandrone, l’enquête est géniale on est embarqué dans cette histoire avec une envie folle de savoir... Lecture du 8/12/17 Deuxième volet des enquêtes de Colomba et Dante, cette série est prévue pour être une trilogie. Je pense qu’il faut lire le premier tome pour bien comprendre celui-ci et surtout les personnages qui sont très détaillés et avec lesquels on fait connaissance dans le premier opus. De quoi ça parle ? « La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ? Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont retrouvés morts. Si les premiers indices orientent l'enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d'acier et âme fragile, est persuadée du contraire. Pour elle, seul Dante Torre, l'Homme du silo, est capable d'y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. » J’avais beaucoup aimé le premier opus mais là c’est une grande claque ! Il y avait quelques longueurs dans le premier, des longueurs qui servent aussi à mettre en place les personnages, mais ici je n’en ai pas trouvé ou elles ne se voient pas. J’ai adoré l’intrigue mise en place par Sandrone, l’enquête est géniale on est embarqué dans cette histoire avec une envie folle de savoir comment ça va se terminer ! L’écriture de Sandrone est géniale, elle est très aérée, beaucoup de chapitres très courts, beaucoup de dialogues ce qui aide à dévorer ce pavé de quand même 600 pages en grand format ! C’est exactement ce dont j’avais besoin suite à ma dernière lecture qui était géniale mais plus dense (et pas thriller / polar). J’adore les personnages de Sandrone, CC est absolument géniale ! Et Dante … Ro lalal Dante !!! Ouais je crois qu’il réunit tout ce que je kiff chez un mec ! D’abord il est vegan (comme l’auteur d’ailleurs et comme moi :D ) ce qui manque grandement dans le thriller / polar des persos principaux vegan ! Et puis il a un côté très Sheldon dans the big bang theory mais en plus poussé … Un côté Asperger peut-être qui en fait un personnage fabuleux
          Lire la suite
          En lire moins
        • Cristy Posté le 13 Décembre 2017
          Les aventures de Colomba Caselli et de Dante Torre sont loin d’être terminé après la capture du Père qui hantait Dante dans le précédent opus. Tu tueras le père s’est terminé avec une révélation qui va devenir une obsession pour Dante. Même si cette obsession, bien qu’ingénieusement lié à la trame principale, est placé en arrière plan de l’histoire. Ce qui entraîne Colomba dans une enquête en dehors des sentiers, c’est la mort des passagers d’un train. Seuls les passagers d’un wagon ont trouvé la mort, celui de la classe affaire. Tout laisse penser à la piste terroriste, mais bien entendu, Colomba semble doutée de cette thèse, car elle trouve de nombreuses zones d’ombre. C’est pour découvrir ce qui se cache derrière ces zones d’ombre qu’elle va faire appel à Dante, bien que leur rapport se soit détérioré depuis leur dernière enquête. L’auteur, une nouvelle fois, nous délivre une enquête bien ficelé et bien pensé, avec plein de rebondissement pour son duo qui fonctionne à merveille. Ces personnages sont vraiment bien réfléchi, et forme un duo qui ne pourra que conquérir tout lecteur. C’est surement les personnages les plus forts que j’ai pu trouver dans les romans du même genre. Le roman a... Les aventures de Colomba Caselli et de Dante Torre sont loin d’être terminé après la capture du Père qui hantait Dante dans le précédent opus. Tu tueras le père s’est terminé avec une révélation qui va devenir une obsession pour Dante. Même si cette obsession, bien qu’ingénieusement lié à la trame principale, est placé en arrière plan de l’histoire. Ce qui entraîne Colomba dans une enquête en dehors des sentiers, c’est la mort des passagers d’un train. Seuls les passagers d’un wagon ont trouvé la mort, celui de la classe affaire. Tout laisse penser à la piste terroriste, mais bien entendu, Colomba semble doutée de cette thèse, car elle trouve de nombreuses zones d’ombre. C’est pour découvrir ce qui se cache derrière ces zones d’ombre qu’elle va faire appel à Dante, bien que leur rapport se soit détérioré depuis leur dernière enquête. L’auteur, une nouvelle fois, nous délivre une enquête bien ficelé et bien pensé, avec plein de rebondissement pour son duo qui fonctionne à merveille. Ces personnages sont vraiment bien réfléchi, et forme un duo qui ne pourra que conquérir tout lecteur. C’est surement les personnages les plus forts que j’ai pu trouver dans les romans du même genre. Le roman a une belle dynamique et nous sommes pièges entre ses griffes jusqu’à la fin. Je trouve qu’il est quand même moins bon que le premier roman. Surement car nous n’avons pas la découverte de ses personnages extraordinaire, bien que leur relation semble avoir évolué. Cette évolution doit surement jouer aussi dans mon ressentit que ce roman est moins bon. En bref, encore un beau roman entrainant avec des personnages qui seront vous conquérir. De plus, la fin ne peut que vous donner envie de lire la suite, avec une fin comme celle-ci, il ne peut pas en être autrement. J’ai moi-même hâte d’y être.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lalilidelili Posté le 28 Novembre 2017
          Oh putain ! Voici la chose que j'ai dite en refermant, tu tueras l'ange de Sandrone Dazieri. Cette fin tellement inattendue qui m'a faites râler de frustration en refermant le livre ! 594 pages de pur folie , de pur moment de lecture , de putain de détails qui te plonge dans le livre sans vouloir en ressortir avant un bon moment. Je n'ai pas vu les pages défiler tellement, je me suis imprégnée de cette histoire de folie. Rien à voir avec Tu tueras le père , j'ai trouvé ce deuxième opus bien plus prenant a mon goût bien plus poussé bien plus fou. Et ce duo Colomba Dante est terriblement bien assorti et j'espère de tout cœur les retrouver très vite !!!!!!
        • Syl Posté le 20 Novembre 2017
          Dans ce second tome où l’on retrouve la commissaire adjointe Colomba Caselli et Dante Torre, il y a un avant et un après. Le début de l’histoire introduit le lecteur dans un lieu qu’on appelle « cube ». Ce lieu sans fenêtre est l’antichambre des enfers où les prisonniers sont condamnés à ne plus voir la lumière du jour. « L’après » raconte un attentat dans un train que les autorités imputent immédiatement à Daesh. Une substance toxique a empoisonné un compartiment en tuant tous les passagers. Gaz, anthrax, sarin, cyanure… seules les analyses pourront définir la cause des décès. Colomba qui doit réagir sans perdre de temps, oriente ses troupes dans un quartier islamique pour découvrir un foyer de terroristes. Mais rien ne se passe comme prévu dans la mosquée et l’opération tourne mal ; l’imam meurt sous les assauts des forces spéciales. Consciente qu’il y a une discordance dans les faits et sensible aux aveux de l’imam juste avant sa mort, elle décide de reprendre contact avec Dante Torre en qui elle a une absolue confiance. Depuis le dénouement de l’affaire du « Père », leur relation s’est distendue, et leur complicité s’est effacée sous le poids de leurs angoisses.... Dans ce second tome où l’on retrouve la commissaire adjointe Colomba Caselli et Dante Torre, il y a un avant et un après. Le début de l’histoire introduit le lecteur dans un lieu qu’on appelle « cube ». Ce lieu sans fenêtre est l’antichambre des enfers où les prisonniers sont condamnés à ne plus voir la lumière du jour. « L’après » raconte un attentat dans un train que les autorités imputent immédiatement à Daesh. Une substance toxique a empoisonné un compartiment en tuant tous les passagers. Gaz, anthrax, sarin, cyanure… seules les analyses pourront définir la cause des décès. Colomba qui doit réagir sans perdre de temps, oriente ses troupes dans un quartier islamique pour découvrir un foyer de terroristes. Mais rien ne se passe comme prévu dans la mosquée et l’opération tourne mal ; l’imam meurt sous les assauts des forces spéciales. Consciente qu’il y a une discordance dans les faits et sensible aux aveux de l’imam juste avant sa mort, elle décide de reprendre contact avec Dante Torre en qui elle a une absolue confiance. Depuis le dénouement de l’affaire du « Père », leur relation s’est distendue, et leur complicité s’est effacée sous le poids de leurs angoisses. Colomba ressasse toujours le drame qu’elle a vécu dans un restaurant parisien et Dante est toujours sous l’emprise des médicaments et de ses psychoses. A l’appel de Colomba, Dante répond présent et résout en peu de temps un premier indice qui les mène sur la piste d’un mystérieux tueur. Les chapitres enchaînent alternativement « avant » et « après » et dévoilent petit à petit le profil démoniaque d’une femme qu’on appelle Giltiné, la déesse de la mort. On retrouve dans ce second volume certaines arcanes du premier tome, dont celles très fortes de l’incarcération et des manipulations psychologiques. Retrouver également Dante, Colomba et d’autres personnages récurrents ont été un atout majeur à cette lecture que j’ai appréciée. Toutefois, je n’ai pas été follement captivée comme pour le précédent car j’avais parfois la sensation pesante d’avoir envie de prendre des chemins de traverse pour éviter des passages un peu longs et trop violents. L’histoire ne dévoile aucun des mystères qui entourent Dante. Bien au contraire, elle attise encore plus notre intérêt d’en savoir plus. La fin de ce roman est… diabolique !
          Lire la suite
          En lire moins
        • SerialBookineuse Posté le 18 Octobre 2017
          Tout d’abord je tiens à remercier les éditions Robert Laffont et plus particulièrement La Bête noire pour m’avoir permis de lire la suite directe de Tu tueras le Père que j’avais beaucoup aimé d’ailleurs. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce thriller signé de Sandrone Dazieri. Autant vous dire que c’est sans grande surprise que j’ai une nouvelle fois passé un très bon moment de lecture. Je tiens également à préciser que selon moi il est nécessaire de lire le premier opus même si les deux enquêtes son indépendantes l’une de l’autre. En effet, il y a de fortes chances que vous soyez spoiler par rapport à certains éléments touchant directement aux personnages principaux. Ainsi, nous retrouvons Colomba Caselli qui est de nouveau appelée sur une scène de crime particulièrement troublante. En effet, tous les passagers en classe à faire das un TGV sont retrouvés morts à l’arrivée du train. Si de prime abord il s’agit d’un attentat terroriste revendiqué, semble-il, par Daesh, Colomba n’est pas vraiment de cet avis, persuadée que des zones d’ombre se cachent derrière cette affaire. Pour y voir plus clair et et lever le voile sur les soupçons qu’elle nourrit, Colomba... Tout d’abord je tiens à remercier les éditions Robert Laffont et plus particulièrement La Bête noire pour m’avoir permis de lire la suite directe de Tu tueras le Père que j’avais beaucoup aimé d’ailleurs. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce thriller signé de Sandrone Dazieri. Autant vous dire que c’est sans grande surprise que j’ai une nouvelle fois passé un très bon moment de lecture. Je tiens également à préciser que selon moi il est nécessaire de lire le premier opus même si les deux enquêtes son indépendantes l’une de l’autre. En effet, il y a de fortes chances que vous soyez spoiler par rapport à certains éléments touchant directement aux personnages principaux. Ainsi, nous retrouvons Colomba Caselli qui est de nouveau appelée sur une scène de crime particulièrement troublante. En effet, tous les passagers en classe à faire das un TGV sont retrouvés morts à l’arrivée du train. Si de prime abord il s’agit d’un attentat terroriste revendiqué, semble-il, par Daesh, Colomba n’est pas vraiment de cet avis, persuadée que des zones d’ombre se cachent derrière cette affaire. Pour y voir plus clair et et lever le voile sur les soupçons qu’elle nourrit, Colomba n’a d’autre choix que de contacter Dante. C’est ainsi que ce dernier va découvrir que de nombreux autres meurtres et massacres sont liés entre eux par un seul et même prénom : Giltiné, l’ange de la mort. L’intrigue est à la fois prenante et intelligemment conduite. J’ai été prise dans l’histoire dès les premières pages pour ne plus en sortir jusqu’à la fin. L’auteur nous entraîne dans une enquête palpitante dont les enjeux sont beaucoup plus compliqués qu’il n’y parait. Avec une narration simple mais percutante, l’auteur va droit au but sans s’embarrasser de fioritures. Toutefois, je salue son travail de documentation et de recherche pour nous offrir un récit aussi réaliste que cohérent. La plume de l’auteur est par ailleurs toujours aussi crue, incisive et nous tient au haleine tout au long du récit. Je dois dire que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, si bien que je n’ai pas vu passer les 600 pages de ce pavé. Pour ce qui est des personnages, j’ai été ravie de retrouver le duo de choc formé par Colomba et Dante dont les personnalités et la relation ont quelque peu évolué depuis les événements du Père. Ainsi, c’est une Colomba en proie à des doutes et encore plus mal dans sa peau qui se profile devant nos yeux. Dante, quant à lui, n’est pas mieux loti, avec ses phobies et ses crises de panique dont l’intensité semble s’être accrue. Mine de rien et aussi torturés soient-ils, ces deux personnages sont attachants et leur alchimie est palpable. Une autre figure qu m’a particulièrement intrigué, n’est autre que Giltiné. A la fois mystérieux et inquiétant, ce personnage n’aura eu de cesse de me fasciner tout au long du roman. On s’interroge sur sa véritable identité et les motivations qui se cachent derrière ses agissements. En bref, Tu tueras l’ange est une suite à la hauteur du tome précédent. Sandrone Dazieri nous plonge une nouvelle fois dans un thriller rythmé où le suspens brillamment dosé. La fin, aussi surprenante qu’inattendue nous laisse sur un sacré cliffhanger ! Je n’ai maintenant qu’une hâte : lire le dernier volet de cette trilogie pour enfin connaître le fin mot de l’histoire !
          Lire la suite
          En lire moins
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.