Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259217026
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Un vrai roman

Mémoires

Date de parution : 20/06/2013

1958 : parution de son premier livre, Une Curieuse Solitude. 2007 : publication de Un vrai roman - Mémoires. Voilà donc près de 50 ans que Phlippe Sollers occupe une place prépondérante dans le paysage intellectuel français.

On m’a souvent reproché de ne pas écrire de « vrais romans », autrement dit des livres qui pourraient se lire comme on regarde un film.
En voici un, mais il s’agit de mon existence réelle : souvenirs, situations, portraits.
J’ai connu nombre de célébrités littéraires, philosophiques ou politiques de...

On m’a souvent reproché de ne pas écrire de « vrais romans », autrement dit des livres qui pourraient se lire comme on regarde un film.
En voici un, mais il s’agit de mon existence réelle : souvenirs, situations, portraits.
J’ai connu nombre de célébrités littéraires, philosophiques ou politiques de mon temps. Les voici, peintes de l’intérieur.
Quant à mon aventure personnelle, plutôt singulière, et le plus souvent recouverte d’un flot épais de malentendus, il m’a semblé nécessaire de la clarifier.
C’est fait.
Ph. S.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259217026
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Lune Posté le 2 Juin 2008
    Nous sommes en présence d'un esprit libre dont les certitudes parfois dérangent. Nous survolons cinquante années d'observations artistiques, littéraires et politiques. Nous plongeons aussi dans ce XVIIIè trop souvent, à tort, résumé à un siècle de libertinage. Nous regardons et écoutons (mieux car l'amour qu'il leur porte nous y incite) peintres et musiciens. Ah! Bach! Mozart ! au point de lire : "Gracq "Deux ou trois fois compassé. Et puis une remarque : "Je n'aime pas Mozart". Bonsoir". Il passe son chemin, inutile de s'attarder. Nous découvrons quelques réflexions et portraits d'autres écrivains et philosophes, nous pénétrons par la porte Sollers dans un univers clos qu'il nous livre sans pitié. Nous l'accompagnons, homme lucide, intelligence éblouissante et écrasante, ego marqué, coup publicitaire indirect ou volontaire (citations... Nous sommes en présence d'un esprit libre dont les certitudes parfois dérangent. Nous survolons cinquante années d'observations artistiques, littéraires et politiques. Nous plongeons aussi dans ce XVIIIè trop souvent, à tort, résumé à un siècle de libertinage. Nous regardons et écoutons (mieux car l'amour qu'il leur porte nous y incite) peintres et musiciens. Ah! Bach! Mozart ! au point de lire : "Gracq "Deux ou trois fois compassé. Et puis une remarque : "Je n'aime pas Mozart". Bonsoir". Il passe son chemin, inutile de s'attarder. Nous découvrons quelques réflexions et portraits d'autres écrivains et philosophes, nous pénétrons par la porte Sollers dans un univers clos qu'il nous livre sans pitié. Nous l'accompagnons, homme lucide, intelligence éblouissante et écrasante, ego marqué, coup publicitaire indirect ou volontaire (citations de ses oeuvres - inutile d'aller plus loin, lisez-les - débuts de plusieurs romans - cela nous donnera-t-il vraiment l'envie de lire?), légèretés qui adoucissent l'âpreté d'une écriture complexe qu'il nous faut décoder - le Monde Sollers - quelques phrases venin qui nous font sursauter - et souvent nous approuvons sa lucidité et souvent nous nous demandons : pourquoi ce mépris?, des passions qui nous touchent - Mozart,Rimbaud, Baudelaire, Lautréamont, Nietzsche, Venise, Europe..., une humanité que l'on entrevoit -Ah! Mais il est comme tout homme - les femmes bien-aimées dont il parle avec réserve, le fils qu'il évoque pudiquement... Livre étrange, kaléidoscope que l'on tourne et retourne : certaines images plaisent, d'autres heurtent mais n'est-ce pas cela Sollers? ("de Sollus et ars : tout à fait industrieux, habile, adroit, ingénieux "- tout est dit). On est pris dans le tourbillon des mots, on aime, on déteste, on court, on peine, on râle, on rejette...En arrive-t-on au point du mépris de l'intelligentsia qui le poursuit? Non parce que , je le cite "on n'a rien compris, mais on a, de ce fait, beaucoup mieux compris que ceux qui ont mal compris". Bref on tente d'expliquer, d'excuser. C'est le temps qui dira ce qu'il reste en nous de cette lecture. Lire? Ne pas lire? A chacun sa liberté.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…