RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Une Autobiographie

            Robert Laffont
            EAN : 9782221133934
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Une Autobiographie

            Abel GERSCHENFELD (Traducteur), Bernard COHEN (Traducteur)
            Date de parution : 04/10/2012

            « Mieux vaut brûler d'un coup que s'éteindre à petit feu. »

            L'oeuvre de Neil Young – qui s’étend sur plus de quarante ans et comprend trente-quatre albums studio tour à tour rock, folk et country, avec des incursions du côté du blues et même de la techno – compte parmi...

            « Mieux vaut brûler d'un coup que s'éteindre à petit feu. »

            L'oeuvre de Neil Young – qui s’étend sur plus de quarante ans et comprend trente-quatre albums studio tour à tour rock, folk et country, avec des incursions du côté du blues et même de la techno – compte parmi les plus remarquables et les plus populaires de notre temps. Depuis ses débuts avec Buffalo Springfield jusqu’à sa carrière solo en passant par ses collaborations avec Crosby, Stills & Nash, Crazy Horse et tant d’autres, Neil Young a toujours été salué aussi bien pour son talent musical que pour son intégrité artistique.
            L’histoire de Neil Young, ce n’est pas seulement celle d’un créateur génial, c’est aussi l’histoire d’un survivant appartenant à une génération décimée par un mode de vie destructeur. Celle d’un homme aujourd’hui âgé de soixante-six ans, singulier et attachant. L’histoire d’un homme libre.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221133934
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            11.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • philteys Posté le 26 Octobre 2016
              Cet épais ouvrage, non seulement par ce qu'il raconte mais aussi par la forme qu'il prend, nous en apprend beaucoup sur son auteur. En effet, on ne trouvera pas ici de détails affriolants sur les frasques d'une star du rock. Non, Neil Young raconte les passages obligatoires de sa carrière d'artiste en insistant sur les aspects musicaux, les amitiés solides et le plaisir composer, de jouer. S'il évoque parfois la dope et les rencontres amoureuses, c'est avec beaucoup de pudeur, sans en faire étalage. En réalité, il nous fait surtout découvrir le bonhomme d'aujourd'hui dans sa passion pour les trains électriques par exemple, son engagement pour une voiture verte et son rejet du format musical MP3. Ce qui est d'abord déstabilisant puis assez caractéristique, c'est la façon de raconter sa vie au gré de son inspiration et de l'arrivée des souvenirs. Par conséquent, il a parfois tendance à se répéter sur les sujets qui lui tiennent à cœur mais ce n'est pas gênant tant transparaît sa conviction et sa simplicité. Comme à chaque autobiographie d'un musicien, on a envie de replonger de toute urgence dans ses albums incontournables.
            • AdrianV Posté le 19 Mars 2016
              Amateur de l’œuvre de Neil Young et de l'imaginaire dépeint par sa musique j'étais curieux de lire son premier livre écrit il y a quelques années. Au fil du livre il présente cette écriture comme une expérience nouvelle pour lui, faisant le lien avec l’activité de son père écrivain. Lire Neil Young c’était aussi, du coup, une expérience nouvelle pour moi. Il est écrit d’une manière à laquelle j’ai mis du temps à m’adapter, au style très simple et bien plus proche d’un journal que d’une biographie (dans l’idée que je m’en fais). Pas de fil à suivre, mais plutôt de courts chapitres écrits au fil de ce qui fait son quotidien : sa famille, la qualité du son, les vieux amis et les nouveaux artistes, le fonctionnement électrique de la future Lyncvolt, luxueuse voiture américaine. Ses activités du moment amènent des épisodes de sa vie, de ses groupes, comme par accident, ce qui donne un côté très spontané à son écriture. Il se répète beaucoup et le revendique, comme quelqu’un à fond dans ce qu’il fait, et interpelle son lecteur de temps en temps. J’en retiendrai l’impression d’avoir été présent aux côtés d’un homme qui regarde avant tout vers le... Amateur de l’œuvre de Neil Young et de l'imaginaire dépeint par sa musique j'étais curieux de lire son premier livre écrit il y a quelques années. Au fil du livre il présente cette écriture comme une expérience nouvelle pour lui, faisant le lien avec l’activité de son père écrivain. Lire Neil Young c’était aussi, du coup, une expérience nouvelle pour moi. Il est écrit d’une manière à laquelle j’ai mis du temps à m’adapter, au style très simple et bien plus proche d’un journal que d’une biographie (dans l’idée que je m’en fais). Pas de fil à suivre, mais plutôt de courts chapitres écrits au fil de ce qui fait son quotidien : sa famille, la qualité du son, les vieux amis et les nouveaux artistes, le fonctionnement électrique de la future Lyncvolt, luxueuse voiture américaine. Ses activités du moment amènent des épisodes de sa vie, de ses groupes, comme par accident, ce qui donne un côté très spontané à son écriture. Il se répète beaucoup et le revendique, comme quelqu’un à fond dans ce qu’il fait, et interpelle son lecteur de temps en temps. J’en retiendrai l’impression d’avoir été présent aux côtés d’un homme qui regarde avant tout vers le futur. Pour se faire une idée claire de sa carrière et se doter de repères de l’histoire musicale, il doit exister des biographies plus construites. Pour avoir la sensation de partager un moment de convivialité au-delà du mythe, c’est évidemment ce livre là que je vous recommande.
              Lire la suite
              En lire moins
            • TristanPichard Posté le 18 Décembre 2014
              Comme le dit très bien Neil Young : voilà ce qui se passe quand on donne beaucoup d'argent à un hippie. On voit, on voit... il achète des voitures de collections des années 50, devient le plus grand collectionneur de trains miniatures du monde, voyage comme d'un rien entre l'Ontario et Hawaï, vit dans un ranch avec son propre home studio, un piano à queue dans chaque pièce et ainsi de suite... Il fume beaucoup de joints et se pique d'être écolo au volant de sa Cadillac qui fait du 15 litres au cent... Tout ça est assez édifiant. Mais l'intérêt du livre n'est pas là. Il n'est pas non plus dans ce qu'on pourrait apprendre de la carrière de l'auteur, de sa musique ou de son rapport avec l'art. Il en est assez peu question. Ce qui fascine, c'est le personnage : addict au travail, proposant dix idées à la minute, enthousiaste pour les projets les plus divers, ne freinant aucune de ses ardeurs. Sans doute très fatigant au quotidien, le bonhomme. On reste sans voix devant l'ouragan et un peu sur sa faim. La plume est bonne, mais les répétitions nombreuses, jusqu'au radotage en ce qui concerne ses... Comme le dit très bien Neil Young : voilà ce qui se passe quand on donne beaucoup d'argent à un hippie. On voit, on voit... il achète des voitures de collections des années 50, devient le plus grand collectionneur de trains miniatures du monde, voyage comme d'un rien entre l'Ontario et Hawaï, vit dans un ranch avec son propre home studio, un piano à queue dans chaque pièce et ainsi de suite... Il fume beaucoup de joints et se pique d'être écolo au volant de sa Cadillac qui fait du 15 litres au cent... Tout ça est assez édifiant. Mais l'intérêt du livre n'est pas là. Il n'est pas non plus dans ce qu'on pourrait apprendre de la carrière de l'auteur, de sa musique ou de son rapport avec l'art. Il en est assez peu question. Ce qui fascine, c'est le personnage : addict au travail, proposant dix idées à la minute, enthousiaste pour les projets les plus divers, ne freinant aucune de ses ardeurs. Sans doute très fatigant au quotidien, le bonhomme. On reste sans voix devant l'ouragan et un peu sur sa faim. La plume est bonne, mais les répétitions nombreuses, jusqu'au radotage en ce qui concerne ses marottes : les trains miniatures, les moteurs électriques, le format MP3, les voitures de collection... finissent par nous faire sauter de nombreux passages. Pour finir on ne fait plus que picorer le dernier tiers du livre. Dommage...
              Lire la suite
              En lire moins
            • koalas Posté le 8 Novembre 2014
              " It's better to burn out that to fade away - mieux vaux brûler d'un coup que s'éteindre à petit feu... John Lennon n'était pas d'accord avec cette idée. Kurt Cobain l'a citée dans sa dernière lettre. Dès que j'ai commencé à la chanter en 1978, on m'a interrogé sur cette phrase. Je l'avais écrite en pensant à la figure classique de la rock star ; c'est de cette façon qu'on se souviendra de toi, pour toujours à l'appogée de ta vitalité et de ton charisme. C'est ça le rock'n'roll." Une des pépites extraite de l'autobiographie de Neil Young A 65 ans, un petit orteil fracturé, "clean" depuis peu, il se pose pour écrire ses mémoires et nous livrer ses souvenirs dans un désordre très rock'n'roll : Sa musique, ses groupes, ses muses, les années hippies, le succès , ses addictions, sa famille, ses amis, sa santé, ses passions, ses collections, ses doutes et ses coups de gueule et une pensée toute particulière pour ses amis disparus. Neil Young le musicien Originaire du Canada, Neil Young a commencé sa carrière au sein du groupe les Squires, un groupe de copain. Il raconte fièrement l'acquisition de sa première voiture, un corbillard Mortimer Hearseburg alias... " It's better to burn out that to fade away - mieux vaux brûler d'un coup que s'éteindre à petit feu... John Lennon n'était pas d'accord avec cette idée. Kurt Cobain l'a citée dans sa dernière lettre. Dès que j'ai commencé à la chanter en 1978, on m'a interrogé sur cette phrase. Je l'avais écrite en pensant à la figure classique de la rock star ; c'est de cette façon qu'on se souviendra de toi, pour toujours à l'appogée de ta vitalité et de ton charisme. C'est ça le rock'n'roll." Une des pépites extraite de l'autobiographie de Neil Young A 65 ans, un petit orteil fracturé, "clean" depuis peu, il se pose pour écrire ses mémoires et nous livrer ses souvenirs dans un désordre très rock'n'roll : Sa musique, ses groupes, ses muses, les années hippies, le succès , ses addictions, sa famille, ses amis, sa santé, ses passions, ses collections, ses doutes et ses coups de gueule et une pensée toute particulière pour ses amis disparus. Neil Young le musicien Originaire du Canada, Neil Young a commencé sa carrière au sein du groupe les Squires, un groupe de copain. Il raconte fièrement l'acquisition de sa première voiture, un corbillard Mortimer Hearseburg alias Mort, un Buick 1948 qui lui servait à transporter le matériel musical - ça jetait un froid avec le voisinage - Puis, il se sent à l'étroit à Winnipeg et décide de prendre la poudre d'escampette en direction de la Californie. A L.A, il est éberlué de croiser tant de belles fille hippies. Il rencontre son pote Stephen Still avec qui il va monter le groupe Buffalo Springfield. Ensuite, il va s'associer avec Crosby, Still Nash et monter un groupe avec Crazy Horses. Puis tout va très vite l' apogée commerciale avec l'album "Harvest", le succès à 23 ans , les drogues, l'argent, maisons, voitures, l'adulation et les disques en solo. L'artiste parle de la création et de ses addictions : "Quand j'en écris (des chansons), ça part d'une sensation : j'ai entendu quelque chose dans ma tête ou je l'ai ressenti dans mon cœur. Ou bien j'ai juste pris ma guitare et je me suis mis à jouer sans idée précise. Beaucoup d'airs sont nés comme ça." Le carburant l'a toujours aidé à composer. Maintenant, il est clean. Il a arrêté de boire et de fumer de l'herbe à 65 ans. Son grand dilemme : est-ce que cela va l'empêcher d'écrire des chansons ? Sa boisson préférée est désormais le diabolo groseille, un super scoop! Neil Young a ses coups de gueule. Il adore les défis et quand il s'engage, c'est à fonds comme sa musique. Il roule pour la fée électricité, dans une voiture électrique, une somptueuse LincVolt, une voiture propre. Son autre cheval de bataille, c'est de sauver le son. "La musique n'est pas le problème. Le problème, c'est le son". Il va proposer une alternative à la mauvaise qualité sonore du MP3, le Pono, qui restitue la richesse et la complexité du son. Il est d'ores et déjà commercialisé mais son prix reste prohibitif (plus de 300 dollars). Neil aime jouer pour un public réceptif. Le sens sacré de la famille et de l'amitié Il aime être entouré de sa famille et ses amis musiciens. Il a une femme musicienne, Pégi, une fille et deux un fils, Zek et Ben, un fils aphasique et tétraplégique qu'il considère comme son leader spirituel. Il est fier de son ranch flanqué au milieu des séquoias : Broken Arrow ranch (le ranch de la flèche brisée) où il a écrit la chanson "Old man". Dans ce livre, il tient à remercier ses musiciens et amis et rend un hommage appuyé aux disparus dont Danny Whitten, un ancien guitariste et à son ancien producteur et ami David Briggs. Neil Young, un grand Collectionneur De trains électriques, passionné de voitures de collection. Il en possède une trentaine dont Hank (Williams), sa cadillac Eldorado. Evidemment aussi de guitares ((Fender, Gibson..). Sa guitare fétiche "Old black" qu'il joue avec les Crazy Horses, une Gibson Les Paul modèle 1952. Il Collectionne aussi disques, fringues, photos et bandes enregistrés...de quoi monter un petit musée de curiosités. Mon avis Sa pensée fuse comme ses riffs de guitare. Son "cheval fou" fait des bonds en avant et en arrière, ce qui peut déconcerter quelques lecteurs mais pas les fans de la première ou de la dernière heure. Plus de 40 ans de musique, une quarantaine d' albums à son actif imprégnés de rock (Every knows this is nowhere ) de folk (Comes a time), de country punk (American stars and bars), de R'n'B (this is for you) de rock'n' roll (Everybody's rockin') de hard rock (Zuma), d'électronique (Trans), de grunge (Ragged glory) et bien d'autres genres. Une vie riche en émotion, en son, en rencontre et en création relatée avec humanité. Un grand hommage de feu David Briggs : "C'est le seul gus à part John Lennon qui peut aisément passer du folk à la country, de la country à l'orchestre complet. Le seul. Je suis sûr que quand cette histoire sera sur le papier, il sera sans aucun doute parmi les cinq ou six grands qui ont fait le rock'n'roll." Au final Une autobiographie bouillonnante et généreuse qui nous emporte "like an hurrican" dans son "hippie dream". Magique.
              Lire la suite
              En lire moins
            • vieuchamp Posté le 15 Juillet 2014
              On connaissait Neil Young, chanteur, rock star. On connaissait Neil Young dans quelques films et ses nombreuses participations aux bandes sonores. Ici on découvre Neil Young dans son autobiographie, et elle est vraie, cette autobiographie, car écrite par l'artiste lui-même, et cela se sent bien. Non, je ne veux pas dire que l'écriture est mauvaise, mais à l'instar de ces disques, dont le style change très fréquemment, ici il saute les époques, et l'on passe rapidement des années soixante aux années quatre-vingts, de Buffalo Springfield à Crazy Horse... C'est très déroutant, il faut aimer suivre la lecture et on s'amuserait presque à y mettre un peu d'ordre. On découvre l'homme, ses passions, son caractère, sa musique, mais rien de plus normal pour une autobiographie. Cette lecture est évidemment réservée à un public qui a suivi ou suit la carrière du looner à la voix si spéciale. Ce n'est pas inintéressant, loin de là, même si ce n'est pas un chef d'oeuvre. C'est la vie de Neil Young tout simplement. Tiens si j'allais écouter "Harvest"...
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.