Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258109995
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Vieux, râleur et suicidaire

La vie selon Ove

Laurence MENNERICH (Traducteur)
Date de parution : 13/03/2014
La nouvelle comédie irrésistible venue de Suède !
« Ove et le chat se sont rencontrés un matin à six heures moins cinq. Le chat a détesté Ove sur-le-champ. Le sentiment était plus que réciproque »

Dans le lotissement où il vit depuis quarante ans, Ove est connu pour être un râleur de la pire espèce. Mais depuis qu’il...
« Ove et le chat se sont rencontrés un matin à six heures moins cinq. Le chat a détesté Ove sur-le-champ. Le sentiment était plus que réciproque »

Dans le lotissement où il vit depuis quarante ans, Ove est connu pour être un râleur de la pire espèce. Mais depuis qu’il est sans travail, il se sent seul et inutile. Il erre dans sa maison, fait des rondes de quartier pour relever les infractions des habitants. Jusqu’au jour où, las de cette routine, il décide d’en finir. Corde au cou, debout dans le salon, il est prêt à passer à l’acte…
C’est sans compter l’arrivée de nouveaux voisins et d’un chat abandonné. Interrompant involontairement ses tentatives de suicide, ceux-ci vont peu à peu pousser Ove dans ses derniers retranchements et le ramener à la vie !
Tel un chat de gouttière amoché et craintif, à la fois drôle et touchant, Ove réveille l’instinct protecteur qui sommeille en chacun de nous. Mais attention, il griffe !
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258109995
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Presses de la cité

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Caro29 Posté le 12 Avril 2020
    Ove est vieux dans le sens où il est aigri. Il n’a jamais été très affable mais les déceptions qu’il a vécues l’ont rendu particulièrement irritable au fil des ans. De plus, Ove ne comprend pas le monde dans lequel il vit. C’est ce qui fait de lui un « vieux ». Car n’exagérons rien, on n’est pas vieux à 59 ans. Mais comme on dit, l’âge « c’est dans la tête ». Ove a des principes rigides, il est exagérément buté et il s’évertue à prononcer « inter-né » au lieu d’« internet ». Il ne jure que par la marque suédoise Saab et estime que tous ceux qui achètent autre chose, notamment des voitures françaises, des BMW et autres Lexus sont des abrutis finis. Ove est râleur. Il passe énormément de temps à invectiver ses semblables et à les traiter d’« empotés » ou de « crétins ». Si Ove ne comprend pas le monde dans lequel il vit, le monde ne comprend pas non plus Ove. Mais l’arrivée de Parvaneh, une jeune femme de caractère, et de sa famille, ainsi que l’apparition d’un chat pelé dans son lotissement (et dans sa vie) vont changer la donne. Doucement mais... Ove est vieux dans le sens où il est aigri. Il n’a jamais été très affable mais les déceptions qu’il a vécues l’ont rendu particulièrement irritable au fil des ans. De plus, Ove ne comprend pas le monde dans lequel il vit. C’est ce qui fait de lui un « vieux ». Car n’exagérons rien, on n’est pas vieux à 59 ans. Mais comme on dit, l’âge « c’est dans la tête ». Ove a des principes rigides, il est exagérément buté et il s’évertue à prononcer « inter-né » au lieu d’« internet ». Il ne jure que par la marque suédoise Saab et estime que tous ceux qui achètent autre chose, notamment des voitures françaises, des BMW et autres Lexus sont des abrutis finis. Ove est râleur. Il passe énormément de temps à invectiver ses semblables et à les traiter d’« empotés » ou de « crétins ». Si Ove ne comprend pas le monde dans lequel il vit, le monde ne comprend pas non plus Ove. Mais l’arrivée de Parvaneh, une jeune femme de caractère, et de sa famille, ainsi que l’apparition d’un chat pelé dans son lotissement (et dans sa vie) vont changer la donne. Doucement mais sûrement. Ove est suicidaire et tente à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours – tentatives toujours avortées. Ove n’est pas fichu de se tuer ce qui contribue fortement à le mettre en rogne. Enfin, Ove est certes « vieux », râleur et suicidaire, mais il a beaucoup de cœur et son sale caractère le rend, malgré lui, franchement comique. La vie selon Ove est donc un savant mélange de tragédie et de comédie – tragédie due aux aléas de la vie et comique de mots et de caractère. Les deux sont intimement liés. Alors oui, ce roman peut être qualifié de « feel-good » parce qu’il est drôle et que, de ce fait, il fait du bien. Mais il est loin d’être léger et plein de guimauve. Les différents chapitres du livre alternent entre l’évocation de l’histoire personnelle d’Ove, son enfance, son travail aux chemins de fer, son mariage et sa vie avec Sonja, etc. et son quotidien de suicidaire entravé. Et au milieu de tout cela, la mort est très présente, de même qu’une réflexion sur la vie et les rapports aux autres. Eh oui, sacré Ove, je suis certainement une « imbécile finie » selon lui (je ne roule pas en Saab, entre autres) mais il m’a fait passer un excellent moment de lecture. Sa mauvaise humeur me manque déjà.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bouton Posté le 10 Février 2020
    Personnellement, je ne pense pas que l'on soit vieux à 59 ans… mais bon ! Au début de ma lecture, les "râleries" de ce monsieur m'ont beaucoup agacé ! Et puis au fil de la lecture, j'ai commencé à m'attaché au personnage… Par des situations comiques, des rencontres bizarres, des moments touchants, l'auteur nous fait entrer dans la vie selon Ove.
  • Guigus Posté le 8 Février 2020
    Récréatif, un peu rébarbatif, mais un moment plutôt agréable, distrayant. Pour se changer un peu les idées, le suicide sous le ton de l'humour, à lire avec légèreté.
  • AnneLiseBesnier Posté le 26 Janvier 2020
    LE livre, sans conteste mon roman préféré, fin, plein d'humour grinçant. J'aime !!!
  • LAULAULA Posté le 7 Janvier 2020
    Dire que j'ai adoré ce bouquin serait un euphémisme. L'exemplaire que j'ai présente une couverture, allié au titre, qui laissait présager quelque chose du style de Jonas Jonasson. Il s'agit en fait de quelque chose de tout à fait différent. Cela commence sans trop de surprise, mais avec beaucoup d'humour et de légèreté par la description, très drôle d'un vieux râleur qui vit dans un lotissement et qui embête tout le monde. Là où l'on est sans arrêt surpris c'est que chaque chapitre avance en profondeur, non seulement dans la psychologie du personnage, et des résidents du lotissement, mais aussi dans la satyre sociale, tout en conservant l'humour et que la tendresse et la poésie s'installe. Un livre à l'image du style de l'auteur : en apparence une jolie farce au rythme envolé, parsemé de bouquets d'envolée lyriques, de fleurs d'humanité, parfois tintée de grande tristesse et de nostalgie, de pincées de philosophie et de tranches de vie. L'amour, l'amitié, la mort, la maladie, la vieillesse, la solitude, la simplicité apparente de certaines existences modestes, tous ces thèmes sont amenés avec une infinie délicatesse au détour de phrases et de paragraphes qui, à l'image des héros ordinaires de ce roman,... Dire que j'ai adoré ce bouquin serait un euphémisme. L'exemplaire que j'ai présente une couverture, allié au titre, qui laissait présager quelque chose du style de Jonas Jonasson. Il s'agit en fait de quelque chose de tout à fait différent. Cela commence sans trop de surprise, mais avec beaucoup d'humour et de légèreté par la description, très drôle d'un vieux râleur qui vit dans un lotissement et qui embête tout le monde. Là où l'on est sans arrêt surpris c'est que chaque chapitre avance en profondeur, non seulement dans la psychologie du personnage, et des résidents du lotissement, mais aussi dans la satyre sociale, tout en conservant l'humour et que la tendresse et la poésie s'installe. Un livre à l'image du style de l'auteur : en apparence une jolie farce au rythme envolé, parsemé de bouquets d'envolée lyriques, de fleurs d'humanité, parfois tintée de grande tristesse et de nostalgie, de pincées de philosophie et de tranches de vie. L'amour, l'amitié, la mort, la maladie, la vieillesse, la solitude, la simplicité apparente de certaines existences modestes, tous ces thèmes sont amenés avec une infinie délicatesse au détour de phrases et de paragraphes qui, à l'image des héros ordinaires de ce roman, paraissent simples mais s'achèvent en apothéose. On est sans cesse remué par le rire, contrebalancé par les larmes naissantes et on referme le livre en souhaitant dix volumes supplémentaires de la même histoire...
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.