Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823853988
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Vinland Saga - tome 08

Xavière Daumarie (traduit par)
Collection : mangas
Série : Vinland Saga
Date de parution : 08/12/2016
Suivez les aventures de Thorfin, jeune Viking embarqué malgré lui avec une bande de mercenaires sans pitié.
 

Arrivé à York où son père, le roi Sven, l'a "invité" à venir célébrer ses prouesses militaires, Knut complote un coup d'état avec les conseils avisés d'Askeladd. Mais au cours du banquet, les choses dérapent. Sven, conscient de l'ambition de son fils, offre à Askeladd un choix sans équivoque: Le...

Arrivé à York où son père, le roi Sven, l'a "invité" à venir célébrer ses prouesses militaires, Knut complote un coup d'état avec les conseils avisés d'Askeladd. Mais au cours du banquet, les choses dérapent. Sven, conscient de l'ambition de son fils, offre à Askeladd un choix sans équivoque: Le pays de Galles ou Knut. Si Askeladd n'apporte pas à Sven la tête de Knut, celui-ci enverra ses armées raser le pays de ses ancêtres. Acculé, Askeladd prend une décision qui bouleversera non seulement la vie de Thorfinn, mais aussi celle de toute l'Europe.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823853988
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cricri08 Posté le 2 Novembre 2021
    À malin, malin et demi! Askelaad avait bien préparé sa stratégie pour mener le roi Sven par le bout du nez et préserver le prince Knut mais ce vieux briscard de la politique n'est pas si manipulable que cela! Askelaad ne l'avait pas vu venir le coup du Pays de Galles... Échec et mat ! Bref un retournement de situation énorme, inattendu et une tonne de questions sur le déroulement des tomes à venir!
  • Livheryn Posté le 19 Mai 2021
    Ce tome était dingue ! Il marque un virage important dans l'intrigue de la saga et marque encore une fois profondément le jeune Thorfinn. Violence, péripéties à couper le souffle, personnages toujours aussi étonnants... J'ai hâte de découvrir si les tomes suivants sauront nous offrir un scénario aussi addictif
  • louji Posté le 1 Janvier 2021
    Suite et fin de l’arc « prologue » de VS (quand même long de 8 tomes héhé) dont mes parties préférées auront été indéniablement le début et la fin. Même si j’ai vu Vinland Saga passer sur les sites spécialisés mangas depuis des années, je n’ai pris le temps de m’y arrêter que cette année grâce à l’animé. Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Animé qui adapte cet arc « prologue » donc (en étant très fidèle et en mettant en exergue le soin graphique apporté par Yukimura). Pourquoi ai-je préféré le début et la fin ? Le début pour l’esquisse de l’univers (riche, bien documenté, très immersif) avec ses personnages vrais et attachants. La fin pour le plaisir de constater la progression de certains personnages et le tomber de rideau magistral du T8 (qui m’aura émue autant dans l’animé que le manga). Si Thorfinn n’aura été qu’une sorte de témoin au cours de ces 8 tomes, les personnages qui l’entourent sont charismatiques et nuancés. Thorkell, Floki, Knut et, évidemment, Askeladd « le garçon couvert de cendres ». Askeladd, bordel. Il est pour moi personnification de cet arc, le parallèle entre le début du tome et la fin. Je l’ai... Suite et fin de l’arc « prologue » de VS (quand même long de 8 tomes héhé) dont mes parties préférées auront été indéniablement le début et la fin. Même si j’ai vu Vinland Saga passer sur les sites spécialisés mangas depuis des années, je n’ai pris le temps de m’y arrêter que cette année grâce à l’animé. Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Animé qui adapte cet arc « prologue » donc (en étant très fidèle et en mettant en exergue le soin graphique apporté par Yukimura). Pourquoi ai-je préféré le début et la fin ? Le début pour l’esquisse de l’univers (riche, bien documenté, très immersif) avec ses personnages vrais et attachants. La fin pour le plaisir de constater la progression de certains personnages et le tomber de rideau magistral du T8 (qui m’aura émue autant dans l’animé que le manga). Si Thorfinn n’aura été qu’une sorte de témoin au cours de ces 8 tomes, les personnages qui l’entourent sont charismatiques et nuancés. Thorkell, Floki, Knut et, évidemment, Askeladd « le garçon couvert de cendres ». Askeladd, bordel. Il est pour moi personnification de cet arc, le parallèle entre le début du tome et la fin. Je l’ai haï à sa première apparition et j’ai pleuré pour lui dans le T8. Quel personnage. Son charisme, son intelligence, son engagement envers ses promesses… arf. Un personnage manipulateur au possible, ambigu et imprévisible. Et qui pourtant signifiera tant pour Thorfinn, notre héros avec la vengeance comme seul moteur, et pour Knut, le prince au potentiel bien enfoui. Un homme qui sera tantôt une figure paternelle et tantôt un ennemi à abattre. J’ai adoré ces ambivalences chez lui et il s’agit clairement du personnage que je retiendrais dans ce 1er arc. Thorfinn est un protagoniste difficilement accessible à travers ces tomes, tant il est embourbé dans son désir de vengeance et le souvenir de son père. En fin de compte, il n’est remarquable que dans son entêtement à la limite de la folie. J’ai vraiment hâte de le voir évoluer, évidemment. L’histoire avance à coups de machinations politiques et de scènes de bataille. S’il y a des moments plus creux, où il ne se passe pas grand-chose (surtout au milieu de l’arc) c’est pour mieux parvenir à cette fin en beauté. Le personnage de Knut devient crucial, plus rapidement qu’on aurait pu s’y attendre. Moi qui étais profondément perplexe à son sujet ai fini par m’intéresser à toutes les potentialités en lui. Concernant le dessin, j’aime évidemment beaucoup. J’aime le mélange de violence et de douceur subtil qui se dégagent du trait de Yukimura. Quand violence est nécessaire, il n’hésite pas, c’est trash. Pourtant, les expressions de ses personnages, les regards, les discours peuvent être parfaitement sereins, apaisés, réfléchis. L’ambivalence se poursuit donc dans le trait et j’aime beaucoup ça ! J’ai déjà commencé à lire l’arc sur l’esclavage, qui fait apparemment l’unanimité chez les lecteur de VS, mais j’attends de le terminer pour le chroniquer évidemment ! Pour l’instant, j’attends un petit déclic qui me fera vraiment accrocher à l’arc, notamment du côté der Thorfinn, même s’il y a déjà eu des choses sympathiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Yvan_T Posté le 23 Novembre 2020
    Ce huitième tome démontre une nouvelle fois à quel point Askeladd est un grand stratège. En entretenant la rumeur d'infanticide par le roi Sven, il parvient à déjouer les plans du roi et à poursuivre la lutte pour le trône. Le souverain du Nord ne se laisse pas faire pour autant et lors d’un banquet rassemblant le roi, le prince et les principaux chefs de clan, la tension monte à son comble et les choses dérapent. Makoto Yukimura propose alors un rebondissement surprenant, qui bouleversera le sort de l'Europe et donnera une nouvelle orientation à la destinée de Thorfinn. Cet acte marque la fin d’un cycle et le dernier chapitre de cette première partie est d’ailleurs intitulé "Fin du prologue". De nouvelles aventures peuvent donc débuter pour les différents protagonistes. Il faut d’ailleurs avouer que cette dernière scène n’est pas sans conséquences. Elle conclue non seulement le cycle d’Askeladd, mais démontre une nouvelle fois que le prince a profondément changé et est dorénavant digne de devenir roi. Mais elle influence surtout le destin de Thorfinn, qui doit dorénavant se trouver un nouveau but dans la vie. Un saut de près de deux ans dans le temps, nous invite d’ailleurs à découvrir un... Ce huitième tome démontre une nouvelle fois à quel point Askeladd est un grand stratège. En entretenant la rumeur d'infanticide par le roi Sven, il parvient à déjouer les plans du roi et à poursuivre la lutte pour le trône. Le souverain du Nord ne se laisse pas faire pour autant et lors d’un banquet rassemblant le roi, le prince et les principaux chefs de clan, la tension monte à son comble et les choses dérapent. Makoto Yukimura propose alors un rebondissement surprenant, qui bouleversera le sort de l'Europe et donnera une nouvelle orientation à la destinée de Thorfinn. Cet acte marque la fin d’un cycle et le dernier chapitre de cette première partie est d’ailleurs intitulé "Fin du prologue". De nouvelles aventures peuvent donc débuter pour les différents protagonistes. Il faut d’ailleurs avouer que cette dernière scène n’est pas sans conséquences. Elle conclue non seulement le cycle d’Askeladd, mais démontre une nouvelle fois que le prince a profondément changé et est dorénavant digne de devenir roi. Mais elle influence surtout le destin de Thorfinn, qui doit dorénavant se trouver un nouveau but dans la vie. Un saut de près de deux ans dans le temps, nous invite d’ailleurs à découvrir un jeune esclave du nom d'Einar, qui sera amené à croiser la route de notre jeune héros. Un excellent premier cycle !
    Lire la suite
    En lire moins
  • BazaR Posté le 6 Décembre 2019
    Ça y est ! Lancée à toute allure, ce manga vient de se prendre un mur, et je n’avais même pas attaché ma ceinture. Je suis donc dans un sale état d’ébahissement et je dois relancer mon cœur. Mais qu’est-ce qui a pris à Makoto Yukimura ? Il nous transportait tranquilou dans sa guerre pour le trône entre le roi viking Sven et son fiston Knut (encore petit mais futur « le Grand »). Le rusé tacticien Askeladd – qui joue pour Knut – avait tout planifié pour que la rencontre tourne en faveur du fiston. Et là, il se retrouve en échec au fou du roi. Et re-là, catastrophe ! Fin du prologue. Quoooiiii !!! Les huit tomes de malade que j’ai lu n’étaient que le prologue !!! Mais il est dingue, cet auteur ! Le temps que je me remette de mes émotions, le rideau se lève sur l’acte I, quelque part au Jutland. Thème : l’esclavage. Et on retrouve le jeune Thorfinn. Vous vous souvenez ? Le gamin bondissant aux poignards virevoltant qui ne songeait qu’à venger la mort de son père ? Ben il a bien changé… pas forcément en bien. Donc redémarrage planplan après une fin de prologue explosive. Mais vers où se... Ça y est ! Lancée à toute allure, ce manga vient de se prendre un mur, et je n’avais même pas attaché ma ceinture. Je suis donc dans un sale état d’ébahissement et je dois relancer mon cœur. Mais qu’est-ce qui a pris à Makoto Yukimura ? Il nous transportait tranquilou dans sa guerre pour le trône entre le roi viking Sven et son fiston Knut (encore petit mais futur « le Grand »). Le rusé tacticien Askeladd – qui joue pour Knut – avait tout planifié pour que la rencontre tourne en faveur du fiston. Et là, il se retrouve en échec au fou du roi. Et re-là, catastrophe ! Fin du prologue. Quoooiiii !!! Les huit tomes de malade que j’ai lu n’étaient que le prologue !!! Mais il est dingue, cet auteur ! Le temps que je me remette de mes émotions, le rideau se lève sur l’acte I, quelque part au Jutland. Thème : l’esclavage. Et on retrouve le jeune Thorfinn. Vous vous souvenez ? Le gamin bondissant aux poignards virevoltant qui ne songeait qu’à venger la mort de son père ? Ben il a bien changé… pas forcément en bien. Donc redémarrage planplan après une fin de prologue explosive. Mais vers où se dirige-t-on ?
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !