Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221131626
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Voyages avec ma tante

Georges BELMONT (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 14/08/2013

« Je rencontrai ma tante Augusta pour la première fois en plus d’un demi-siècle aux obsèques de ma mère. Ma mère avait près de quatre-vingt-six ans à sa mort ; ma tante était sa cadette de quelque onze ou douze ans. Deux ans plus tôt j’avais quitté la banque avec...

« Je rencontrai ma tante Augusta pour la première fois en plus d’un demi-siècle aux obsèques de ma mère. Ma mère avait près de quatre-vingt-six ans à sa mort ; ma tante était sa cadette de quelque onze ou douze ans. Deux ans plus tôt j’avais quitté la banque avec une retraite suffisante et une agréable “enveloppe”. La Westminster nous avait absorbés et ma succursale faisait double emploi. De l’avis général, j’avais de la chance. Pour ma part, je trouvais le temps long. Je n’ai jamais pris femme ; j’ai toujours mené une existence paisible; sauf un penchant pour les dahlias je n’ai pas de violon d’Ingres. Autant de raisons qui ajoutaient aux obsèques de ma mère un brin de piquant nullement déplaisant. »

L’Orient-Express, Paris, Venise, Milan, Istanbul... Lorsque Tante Augusta fait irruption, tel un tourbillon, dans la vie d’Henry, celui-ci se laisse entraîner dans une folle poursuite à travers le monde. Un roman éblouissant, bijou d’humour et de cocasserie, de la première à la dernière page.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221131626
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christian_Attard Posté le 3 Février 2021
    « Voyage avec ma tante » sort du cadre habituellement dramatique et sombre des oeuvres de Graham Greene. Ses héros furent souvent des êtres tourmentés, emprisonnés dans des rouages politiques ou religieux. A ses questionnements métaphysiques d’une vie, il semble que finalement, Greene ait choisi le détachement et l’humour, non sans renoncer à ce qui fut le grand plaisir de sa vie : voyager. Ce roman d’une initiation tardive est bourré d’ironie iconoclaste et ses protagonistes sont inoubliables. Une excellente adaptation fut réalisée par le grand Georges Cukor avec Magie Smith qui, en tout points, fut digne du roman.
  • Chasto Posté le 9 Août 2020
    Histoire sans prétention sauvée par le style de son auteur. Simple moment de lecture à faire en toute détente sans autres attentes, à connaître sans plus.
  • miriam Posté le 31 Mars 2019
    Une invitation au voyage un peu ancienne (1969). J'aime bien les voyageurs anglais surtout quand une touche d'espionnage qui pimente le voyage. Surtout quand humour et ironie me font sourire et parfois rire aux éclats! Un banquier retraité, le plus conformiste qui soit, vieux garçon, qui soigne ses dahlias, a ses habitudes au pub, et garde des relations éloignées avec ses anciens clients de la banque....Au décès de sa mère, Henry fait connaissance avec sa tante Augusta, une originale, que dire, une excentrique comme peuvent l'être certaines vieilles anglaises. Et Henry va l'accompagner en voyage! Le premier le conduira à Brighton, et c'est toute une aventure ! Mais ce n'est qu'un début, le second le mènera jusqu'à Istanbul, via Paris. La tante Augusta est-elle une contrebandière? Elle connaît toutes les techniques pour passer des valises mystérieuses...fréquente des Turcs louches. Nous faisons un voyage dans l"Orient Express qui a perdu tout son lustre mais pas tout son mystère. Pèlerinage à Boulogne. Et pour couronner le tout, sa tante disparaît, et cette disparition intéresse toutes les polices et même la CIA pour aboutir en Uruguay! Humour, extravagances, invraisemblances, exotisme : tout pour me plaire, avec un goût un peu désuet du temps où l'on traversait l'Europe en train... Une invitation au voyage un peu ancienne (1969). J'aime bien les voyageurs anglais surtout quand une touche d'espionnage qui pimente le voyage. Surtout quand humour et ironie me font sourire et parfois rire aux éclats! Un banquier retraité, le plus conformiste qui soit, vieux garçon, qui soigne ses dahlias, a ses habitudes au pub, et garde des relations éloignées avec ses anciens clients de la banque....Au décès de sa mère, Henry fait connaissance avec sa tante Augusta, une originale, que dire, une excentrique comme peuvent l'être certaines vieilles anglaises. Et Henry va l'accompagner en voyage! Le premier le conduira à Brighton, et c'est toute une aventure ! Mais ce n'est qu'un début, le second le mènera jusqu'à Istanbul, via Paris. La tante Augusta est-elle une contrebandière? Elle connaît toutes les techniques pour passer des valises mystérieuses...fréquente des Turcs louches. Nous faisons un voyage dans l"Orient Express qui a perdu tout son lustre mais pas tout son mystère. Pèlerinage à Boulogne. Et pour couronner le tout, sa tante disparaît, et cette disparition intéresse toutes les polices et même la CIA pour aboutir en Uruguay! Humour, extravagances, invraisemblances, exotisme : tout pour me plaire, avec un goût un peu désuet du temps où l'on traversait l'Europe en train et l'Atlantique en bateau. 
    Lire la suite
    En lire moins
  • Taraxacum Posté le 15 Août 2018
    Notre narrateur est un directeur de banque fraîchement retraité, et encore assez jeune car il est parti quand sa banque était rachetée par un autre groupe, et il occupe son temps à cultiver des camélias, entretenir une correspondance avec la fille d'un ancien client qu'il n'avait osé demander en mariage, et voir de temps en temps sa mère âgée. Et voici que la mère trépasse. A l'enterrement, il rencontre pour la première fois le sulfureux mouton noir de la famille: la Tante Augusta. La dame aime lever le coude, voyager, garder un souvenir attendri de ses multiples amants, surtout l'escroc italien qui lui a pris tout son argent, et être mêlé à des affaires louches avec les services secrets turcs pour adversaire...Autant dire qu'elle va secouer passablement la vie de son neveu, à commencer en lui annonçant que sa mère n'aurait été que sa mère adoptive. Et pour en savoir plus, le voilà qui suit la vieille dame! Très drôle, surtout, presque uniquement, par le personnage d'Augusta, le roman a quelque peu souffert de l'âge. Pas dans l'écriture ou l'humour, plus dans le colonialisme paternaliste. le personnage de l'amant en titre de la vieille dame a une façon de s'exprimer qui... Notre narrateur est un directeur de banque fraîchement retraité, et encore assez jeune car il est parti quand sa banque était rachetée par un autre groupe, et il occupe son temps à cultiver des camélias, entretenir une correspondance avec la fille d'un ancien client qu'il n'avait osé demander en mariage, et voir de temps en temps sa mère âgée. Et voici que la mère trépasse. A l'enterrement, il rencontre pour la première fois le sulfureux mouton noir de la famille: la Tante Augusta. La dame aime lever le coude, voyager, garder un souvenir attendri de ses multiples amants, surtout l'escroc italien qui lui a pris tout son argent, et être mêlé à des affaires louches avec les services secrets turcs pour adversaire...Autant dire qu'elle va secouer passablement la vie de son neveu, à commencer en lui annonçant que sa mère n'aurait été que sa mère adoptive. Et pour en savoir plus, le voilà qui suit la vieille dame! Très drôle, surtout, presque uniquement, par le personnage d'Augusta, le roman a quelque peu souffert de l'âge. Pas dans l'écriture ou l'humour, plus dans le colonialisme paternaliste. le personnage de l'amant en titre de la vieille dame a une façon de s'exprimer qui vous ramène au cliché petit nègre plus vite qu'une machine temporelle. Ce défaut mis à part, c'est un roman qu'on apprécie, d'un excellent auteur. Cela ne devient pas mon roman préféré sous sa plume, mais tout simplement parce que La fin d'une liaison est un de mes livres préférés. Celui-ci est cependant très certainement plus accessible, par ses thèmes et son humour.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Felina Posté le 18 Juin 2018
    Ne me demandez pas pourquoi, depuis toujours, je confonds Graham Greene et William Somerset Maugham, toujours est-il que j'ai, dans ma PAL des romans de l'un et de l'autre à dévorer et que par un après-midi pluvieux, triste comme une incinération, je commençais de lire "Voyages avec ma tante". Après cette lecture, je peux maintenant certifié malgré le côté macabre de l'idée, qu'une crémation peut donner lieu à des rencontres bouleversantes... N'est-ce pas Henry? Henry Pulling, est un banquier à la retraite, qui à part cultiver des dalhias, n'a rien fait de passionnant dans sa vie. Jusqu'à l'enterrement de sa mère, au cours duquel il rencontre sa tante Augusta, pour la seconde fois de sa vie. Cette dernière, totalement désopilante et pleine d'enthousiasme va l'entraîner dans un périple haut en couleurs, qui lui révèlera, entre autres choses, combien il s'était ennuyer jusqu'à présent. Augusta est une vieille dame pétillante et pleine de surprise. Elle est aux antipodes de la vie bien rangée et ennuyeuse, il est vrai, de son neveu, jeune retraité. Et l'alchimie des deux va être drôlissime. Graham Greene, à travers ce road trip, et une plume cocasse, va entraîné son lecteur, qui se laisse faire avec plaisir,... Ne me demandez pas pourquoi, depuis toujours, je confonds Graham Greene et William Somerset Maugham, toujours est-il que j'ai, dans ma PAL des romans de l'un et de l'autre à dévorer et que par un après-midi pluvieux, triste comme une incinération, je commençais de lire "Voyages avec ma tante". Après cette lecture, je peux maintenant certifié malgré le côté macabre de l'idée, qu'une crémation peut donner lieu à des rencontres bouleversantes... N'est-ce pas Henry? Henry Pulling, est un banquier à la retraite, qui à part cultiver des dalhias, n'a rien fait de passionnant dans sa vie. Jusqu'à l'enterrement de sa mère, au cours duquel il rencontre sa tante Augusta, pour la seconde fois de sa vie. Cette dernière, totalement désopilante et pleine d'enthousiasme va l'entraîner dans un périple haut en couleurs, qui lui révèlera, entre autres choses, combien il s'était ennuyer jusqu'à présent. Augusta est une vieille dame pétillante et pleine de surprise. Elle est aux antipodes de la vie bien rangée et ennuyeuse, il est vrai, de son neveu, jeune retraité. Et l'alchimie des deux va être drôlissime. Graham Greene, à travers ce road trip, et une plume cocasse, va entraîné son lecteur, qui se laisse faire avec plaisir, dans des aventures déroutantes où l'on croise des personnages étonnants. Il aborde des thèmes comme la vieillesse, l'ennui, la mort, dont la tante Augusta est un magnifique contre exemple. Graham Greene, dans la préface de l'ouvrage déclare avoir écrit ce roman pour s'amuser, comme un challenge d'humour et de cocasseries; pour se venger en partie du terrible ennui qui l'a assailli dans sa jeunesse. Et c'est avec tout autant de plaisir et d'amusement, que le lecteur suit, d'un oeil malicieux les mésaventures de sage retraité à la vision de la vie étriquée, aux prises avec cette octogénaire qui croque la vie par les deux bouts. Un délice! (...)
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.